AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782756060781
56 pages
Éditeur : Delcourt (26/09/2018)
3.75/5   16 notes
Résumé :
6 mai 1527, les Lansquenets font le siège de Rome. Non loin de là, sur la colline adjacente, Charles III de Bourbon attend le moment propice pour lancer ses forces dans l'attaque. C'est le point d'orgue d'une croisade antipapiste. Les gardes suisses font tout leur possible pour mettre le pape Clément VII à l'abri. Mais le très saint père est rattrapé par les assaillants.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  01 octobre 2018
Qui sème le vent récolte la tempête... A force de jouer la balance et la bascule entre l'Espagne et la France pour conserver le contrôle de la péninsule italienne le pape Clément VII, fils illégitime de Julien de Médicis assassiné dans la cathédrale de Florence lors de la conspiration pazzienne, a été trop loin en trahissant Charles Quint par la formation de la Ligne de Cognac. C'est un empire mondial qui lui tombe dessus, et la mort de Charles III de Bourbon snipé par un tireur embusqué n'arrête en rien les troupes impériales reprises en main par Philibert de Chalons... le 6 mai 1527 les murailles tombent : pour les soldats lansquenet c'est la fin du calvaire, pour la population romaine c'est le début du cauchemar !
Mais ce qui nous intéresse, c'est que le 6 mai 1527 la jeune Catherine Médicis arrière-petite fille du Magnifique sort avec sa sœur de lait Luisa dans les rues de Florence où les révolutionnaires républicains et les fanatiques savonaroliens décident de refaire la guéguerre des Guelfes et des Gibelins avec la bénédiction de Charles Quint : c'est l'émeute, Luisa est massacrée et Catherine n'est pas loin d'être lynchée quand intervient un bon samaritain qui en ce jour d'agitation agit comme un saint homme... Son nom est Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni alias Michel-Ange, et les dés du destin sont jetés !
C'est la même équipe qui a lancé la série "Les Reines de sang" avec "Aliénor la légende noire" qui ici récidive ici avec "Catherine de Médicis la reine maudite". S'il est trop tôt pour comparer sur le fond les scenarii d'Arnaud Delalande et Simona Mogavino, force est de constater que sur la forme le travail des artistes argentins Carlos Gomez au dessin et José Luis Rio aux couleurs a sacrément gagné en qualité : waouh c'est super beau à tous les niveaux ! Ce qui peut néanmoins être gênant c'est qu'on alterne entre la chronique et la biographie, ce qui nécessite une bonne attention et/ou une bonne connaissance de la Renaissance : d'un côté on suit Rome plongée en enfer avec un pape Clément VII qui au bord du gouffre continue ses petits games of thrones à la con en se rabibochant avec Charles Quint tout en préparant sa prochaine trahison en faveur de François Ier, et d'un autre côté on suit Florence de nouveau plongée dans les affres de la guerre civile avec les parents et les amis de Catherine, tous otages des événements provoqués par le leader de leur clan, qui se démènent pour la sortir du Couvent de Santa-Lucia où elle a été emprisonnée, un infâme repaire de fanatiques savonaroliens !
La fin du tome reprend après une ellipse en 1533, où Catherine rejoint la Cour de France en vertu des alliances contractées par son parent et parrain Clément VII. Malgré le soutien de son époux et l'accueil chaleureux de de son beau-père François Ier, en tant qu'étrangère et roturière elle se fait bolosser par toutes les pétasses aristocratiques de France et de Navarre... Sauf que le dauphin décède subitement et qu'elle devient de facto Reine de France ! C'est là qu'intervient peut-être l'autre bémol que je pourrais objecter à cet excellent tome 1 : la série veut mettre en scène des « méchantes », donc on sent bien que si Clément VII meurt empoisonné c'est sans doute de son fait et le fruit de sa vengeance, mais le doute reste permis concernant la mort mystérieuse, lugubre et obscure du dauphin... Est-elle aussi du fait de la reine des poisons et cette fois-ci le fruit de son d'ambition ? To Be Continued !
Lien : http://www.portesdumultivers..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411
umezzu
  11 novembre 2019
Cette BD historique de la série des Reines de sang est une réussite. L'évocation de la jeunesse de Catherine de Médicis permet de retrouver la Florence après l'intermède de Savonarole. Les Médicis sont encore au pouvoir, mais contestés par un parti républicain puissant, qui finit par l'emporter lorsque le Pape Clément VII, Jules de Médicis, doit se rendre aux troupes impériales qui mettent à sac Rome en 1527. La lutte entre Charles Quint et le Pape Médicis a tourné à la déroute pontificale.
Les conséquences pour la toute jeune duchessina Catherine sont terribles. Elle est envoyée au couvent de Santa Lucia, où les religieuses n'auront de cesse de l'abaisser. Elle n'en ressort que des mois plus tard, gravement affectée, lorsque le Pape fait la paix avec l'Empereur. Les Médicis par ricochet reprennent Florence en 1530. La jeune fille devient un pion diplomatique placé auprès du deuxième fils de François 1er. Le début d'une tout autre histoire.
Les choix de présentation historique sont très intéressants. Cette période de troubles en Italie est peu connue. Elle est fort bien expliquée. En s'écartant de la biographie de la petite duchesse, les auteurs permettent de comprendre comment elle a pu être ballottée entre ses origines familiales, qui font d'elle une princesse d'importance (au moins en Italie), et des évènements qui lui ont été des plus douloureux.
Le dessin de Carlos Gomez est très réussi et rend justice à l'époque. Certains choix de mise en forme sont bien vus comme cette scène où la petite duchesse montre à une amie sa généalogie familiale grâce à une fresque. Les couleurs sont au niveau de cette très bonne biographie historique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
Vexiana
  24 novembre 2018
Quand les premiers tomes de cette série sont parus, je me suis mentalement fait une petite liste des reines que j'imaginais y figurer (même si, souvent, ces dames sont souvent tributaires de la légende noire et que leur cruauté est de plus en plus sujette à caution).
Catherine de Médicis en faisait partie et j'étais plutôt impatiente de voir comment son destin allait être traité.
Je suis assez convaincue par le résultat de ce premier tome de mise en place qui nous expose son enfance solitaire, difficile et même cruelle.
On se laisse entrainer dans les rues mouvementées de Florence et de Rome avec une tension palpable et le personnage est très réussi, pour ne pas dire attachant.
Si les tomes suivants sont à la hauteur, la saga risque d'être des plus épiques...je me réjouis de voir quelle part de responsabilité les auteurs vont lui faire assumer (n'oublions pas que les historiens sont de moins en moins convaincus de sa responsabilité dans le Massacre de la Saint-Barthelemy et que, au contraire, elle ait plutôt tenté la réconciliation entre Catholiques et Protestants mais la légende est ce qu'elle est) et si ils vont réussir à nous faire ressentir les autres évènements tragiques qui ont émaillé l'existence de cette riche orpheline que rien ne destinait au trône de France.
Le dessin est très réaliste, par moment presque photographique, et très expressif, parfois un peu trop et y perd même en chaleur mais ça reste de l'excellent travail, mis savamment en valeur par une mise en couleur impeccable.
(Si les auteurs/éditeurs me lisent, dans ma liste de reines sanglantes, il y avait aussi Marie Tudor, Catherine de Russie, Olympias, Messaline et Agrippine...à bon entendeur)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
tchouk-tchouk-nougat
  11 novembre 2018
Dans la famille des reines de sang, je demande Catherine de Médicis.
Cette collection nous permet de découvrir de grandes figures historiques féminines qui ont eu à faire des choix terribles pour s'imposer. Et cette fois-ci l'histoire se penche sur la très connue Catherine de Médicis. Ce premier tome va s'intéresser à sa jeunesse mouvementée.
Nous sommes en 1527 dans une Italie à feu et a sang. Le pape Clément VII, cousin de la jeune Catherine, s'est mis Charles Quint à dos. Le roi d'Espagne n'hésite pas à assiéger Rome, et Florence, alliée au pape, subit elle aussi cette guerre. Les Médicis sont chassés.
Le contexte historique est dense, très dense. Entre guerres, rouages politiques, alliances et mésalliances on pourrait s'y perdre mais s'est relativement clair à la lecture.
La jeune Catherine est attachante dans ce premier tome qui relate son enfance, bien qu'on sente déjà en elle l'intérêt politique et que les auteurs nous glissent à demi mots qu'elle est déjà capable du pire par vengeance et ambition. Nous la laissons lorsqu'elle apprend qu'elle deviendra reine de France. J'ai hâte de connaitre la suite!
Le dessin est de qualité, nous retrouvons aux crayons le dessinateur d'Aliénor.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
MaggyM
  10 mai 2021
Premier tome d'une série de trois consacrée à Catherine de Médicis dans la collection des Reines sanglantes.
Ce premier album s'ouvre alors que Catherine, jeune orpheline, vit à Florence sous la garde de sa tante et que la colère gronde dans le peuple florentin bien décidé à faire tomber la Maison Médicis.
A travers des dessins ciselés avec art, nous suivrons Catherine jusqu'à la mort du fils aîné de François 1er; moment où, par son mariage avec Henri, le cadet, elle apprend qu'elle s'assiéra sur le trône de France.
Chaque case est un tableau en soi, truffé de détails, y compris en arrière plan. Les personnages sont d'un réalisme saisissant, les émotions parfaitement rendues et les couleurs très en accord avec le contexte. le texte est assez dense, permettant presque uniquement grâce aux dialogues et parfois aux pensées, des personnages de bien situer l'histoire et d'en comprendre les enjeux.
Ainsi débute donc une série historique parfaitement maîtrisée.
Commenter  J’apprécie          112


critiques presse (1)
Sceneario   05 novembre 2018
Simona Mogavino et Arnaud Delalande nous présentent le chemin qui va la mener, petit à petit, sur le Trône de France. Le duo de scénariste nous embarque dans l'histoire en nous faisant ressentir ce qui a été vécu par les protagonistes de cette époque. C'est bien décrit, bien construit, il n'y a rien à redire de cet excellent travail.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   26 septembre 2018
- Ta sœur et ta mère sont mortes au nom des Médicis, Pietro, et tu n'as pas hésité à m'aider... C'est inexplicable pour moi.
- Mais, Catherine, l'amitié pure ne s'explique pas ! C'est comme la foi...
Commenter  J’apprécie          190
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   11 novembre 2018
Si l'on ne sait pas pardonner, on scie la branche sur laquelle on est assis!
Commenter  J’apprécie          100
Erik_Erik_   08 décembre 2020
Dieu m'a laissée avec trois enfants petits et un royaume tout divisé, n'y ayant aucun à qui je puisse entièrement me fier.
Commenter  J’apprécie          10
umezzuumezzu   14 novembre 2019
- Vous connaissez mon pouvoir Saint-père. Et là où il y a une grande volonté, il ne peut y avoir de grandes difficultés !
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Simona Mogavino (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simona Mogavino
Simona Mogavino - Aliénor, La Légende Noire .A l?occasion des 28e Fêtes Médiévales de Bayeux, Simona Mogavino nous présente la série Aliénor aux éditions Delcourt. Pour en savoir plus : http://www.mollat.com/livres/delalande-arnaud-alienor-legende-noire-les-reines-sang-9782756039411.html Notes de musique : ® Roads that burned our boots - Jahzzar - 2012 Blinded by Dust (Excerpt) URL: http://freemusicarchive.org/music/Jahzzar/Blinded_by_dust/Roads_that_burned_our_boots Comments: http://freemusicarchive.org/ Curator: Copyright: Attribution-ShareAlike: http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/
+ Lire la suite
autres livres classés : médicisVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1217 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre