AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2350871541
Éditeur : Editions Héloïse d'Ormesson (05/06/2014)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 26 notes)
Résumé :
26 avril 1478. Lorenzo de Médicis dit Laurent le Magnifique – homme fort de la république et grand mécène de la renaissance italienne – réchappe de peu à l’assassinat qui le vise, lui et sa famille, dans la cathédrale de Florence lors de "La Conjuration des Pazzi". Cet événement, qui marque profondément les florentins, inspire les artistes de l’époque – Léonard de Vinci, Botticelli, Verrocchio. Cependant, seul le peintre Pierpaolo Masoni semble avoir saisi la nature... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  18 avril 2018
Une autre belle découverte de l'auteure espagnole espagnole Susana Fortes. Dans son dernier roman, le complot Médicis, une chercheuse en histoire qui prépare sa thèse, Ana Sotomayor, étudie les carnets de Pierpaolo Masoni. Ce peintre de la Renaissance a été l'un des témoins de l'attentat qui visait Laurent de Médicis et sa famille, en 1478 et ses écrits pourraient apporter un éclairage nouveau sur les événements de la conjuration des Pazzi. Mais les recherches de l'étudiante attirent l'attention d'une organisation qui, on le devine, souhaiterait que certaines informations ne soient pas rendues publiques, voire tout simplement connues.
Donc, en plus de raconter les aventures modernes d'Ana Sotomayor, l'auteure donne la parole à Pierpaolo Masoni. Deux trames narratives, deux histoires, mais qui sont interreliées à plus de cinq cents ans d'écart.
Susana Fortes est passée maître dans l'art de créer une ambiance appropriée. Je l'ai remarqué dans ses deux romans précédents, que j'avais adoré : En attendant Robert Capa ainsi que le destin de Laura U. Cet autre roman, le complot Médicis, ne fait pas exception. Tout y est décrit avec détails intéressants, donnant l'impression au lecteur d'y être. Tant dans le milieu universaire du tournant du millénaire, avec ses bibliothèques et ses cafés, que dans la Florence du XVe siècle, avec ses ruelles sombres, ses ateliers d'artistes, ses églises et ses palais.
Mais il n'y a pas que des descriptions. L'amateur d'action sera également satisfait. Et tout juste comme je me disais que ce roman prenait des allures des allures de thriller et qu'Ana Sotomayer se transformait en Robert Langdon, l'auteure prend les devants et rejette du revers de la main mon hypothèse. « Ne tombe pas, surtout toi, dans le panneau du Da Vinci Code, du Protocole des Sages de Sion ou de toutes ces prophéties new age qui ne sont que pure supercherie. » (page 169). Bon, personnellement, moi, j'y vois une ressemblance quand même…
Qu'est-ce qui m'a empêché de mettre cinq étoiles à ce roman ? D'abord, la protagoniste Ana, à laquelle je ne me suis jamais identifié. le fait qu'elle partage la vedette avec Pierpaolo Masoni lui enlève du « temps d'antenne », faisant en sorte que sur environ 350 pages, je n'en passe que la moitié avec elle. Aussi, il faut bien l'admettre, la partie de l'intrigue qui la concerne est beaucoup moins dramatique et ponctuée d'action (à quelques exceptions près) que celle sur Laurent de Médicis. Il est difficile de rivaliser avec les complots meurtriers de la Renaissance…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
denisarnoud
  17 juin 2014
Ana Sotomayor, jeune étudiante espagnole en histoire de l'Art arrive à Florence pour y terminer sa thèse sur la peintre Piepaolo Masoni. En étudiant ses carnets de notes, véritables témoins de son quotidien tant dans le domaine artistique que dans le domaine du quotidien, elle va se prendre de passion pour un événement marquant de l'époque, la conjuration des Pazzi. Une véritable tentative de coup d'Etat contre la famille de Médicis et plus principalement dirigée contre la mainmise de Laurent le Magnifique sur le destin de la république Florentine.

L'auteure alterne les chapitres traitant des recherches d'Ana aidée par son directeur de thèse, le professeur Rossi, un ami de son père décédé, et les chapitres présentant la vie à l'époque par la voix de Luca di Credi, jeune apprenti de Masoni. Cette succession de chapitres nous plonge à la fois au coeur de l'action, nous présentant l'atmosphère dans la ville ainsi que les différentes étapes de préparation du complot tout en nous donnant du recul par l'analyse que fait Ana de ces carnets. Cette enquête à partir du tableau de Masoni, La Madonna di Nievole va attirer à Ana les foudres de la curie vaticane. Il y a des secrets qu'il ne fait pas bon ébruiter.

le complot Médicis est un roman passionnant qui nous plonge dans un monde ou l'intrigue politique , les cabales pour s'accaparer le pouvoir étaient permanents, le Vatican n'étant pas en reste. Un roman qui nous fait vivre cette période du quattrocento italien, en nous plongeant dans l'atmosphère irrespirable de cette Florence tant convoitée. On est plongé également dans le vie de ses ateliers de peintres, on y apprend comment on y travaillait sous l'oeil acéré du maestro.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Levant
  11 septembre 2015
Cet ouvrage est bien fait et bien écrit.
L'alternance des chapitres, qui nous transporte tour à tour de l'époque des faits historiques à la période contemporaine de leur relation, est très réussie et ne nuit pas à la compréhension de l'intrigue. Elle y participe même avec le commentaire de la bouche de cette étudiante en thèse et de son tuteur. Ils nous préparent tous deux à la sauvagerie de cette journée d'avril 1478, au cours de laquelle le complot ourdi contre Laurent le Magnifique a trouvé son aboutissement.
J'ai cependant toujours eu du mal à concevoir qu'une conjuration puisse franchir les siècles et trouver un prolongement de nos jours pour nourrir une nouvelle intrigue impliquant nos enquêteurs d'archives. Même si Susana Fortes veut nous persuader du contraire (page 319 – édition 10-18).
Faut-il s'y faire ? C'est en effet de mode. En attestent les volumes à gros tirage sur fonds d'énigme historique que quelques plumes célèbres nous délivrent à grand renfort de promotion. Avec la perspective d'une adaptation cinématographique bourrée d'effets spéciaux propres à entretenir le suspens et susciter l'angoisse.
L'intrigue historique n'était-elle en outre pas suffisamment sulfureuse pour la rehausser du piment d'une aventure amoureuse moderne, entre le maître et l'élève, même si elle est plutôt originale. Je n'en suis pas sûr.
J'ai quand même apprécié cet ouvrage qui ne se contente pas d'une simple relation de faits historiques mais sait faire monter en puissance et mettre en scène la machination sanglante contre les Médicis, en ne tombant toutefois pas dans le piège du cours d'histoire.
L'étude est sérieuse et la documentation fouillée. le maître et son élève sont plutôt séduisants de par leur originalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Loubhi
  16 août 2014
Hasard de mes pérégrinations ...en tout cas c'est en pleine découverte personnelle de Florence que j'ai pu finir cette lecture et d'en apprécier encore plus la pertinence et refaire en quelque sorte l'itinéraire des héroïnes et héros de Susana Fortes.
Susanna Fortes m'avait déjà séduit, il y a peu plus d'un an avec son livre, dans un registre totalement différent ; "En attendant Robert Capa" par la précision et la qualité de son travail et dont je ne peux que d'ores et déjà recommander la lecture.
Roman à deux voix, la très contemporaine Ana Sotomayor, jeune étudiante, à l'histoire personnelle délicate, et celle, en écho du jeune Luca, apprenti intégrant l'atelier de Verrochio et devenant l'élève de Pierpolo Masoni, sujet de la thèse d'Ana.
Nous voilà plongé dans un livre alternant avec précision et concision le contexte de la Renaissance Italienne sous la férule ferme de Laurent de Médicis, des ateliers d'artistes de l'époque et des conspirations politiques entre Rome, le Vatican, la France et cette cité-état mais aussi l'histoire de l'art avec une entrée de plein pied dans l'oeuvre du peintre Masoni dit "Il Lupetto" et les messages passés par cet art.
C'est sous la tutelle du professeur Rossi qu'Ana, fraichement débarquée à Florence pour mener à son terme sa thèse sur Pierpaolo Masoni, peintre aveugle contemporain des Médicis, au destin tragique va se lancer dans une approche totalement inédite et imprévue d'une des conspirations majeures contre Laurent le Magnifique, dont le peintre sera un témoin direct.
C'est aussi sous la tutelle de Masoni que le jeune Luca, aux origines très modeste, va, à la fois, comprendre l'art de la peinture, les canons de l'époque, les finesses et arcanes des rapports entre les personnages illustres de la cité de Florence et les artistes qui vivent de leur mécénat d'une part mais aussi les conflits d'influence et la violence que les grandes familles italiennes et européennes opposent à la famille des Médicis.
Le lecteur va suivre simultanément les aventures réciproques de chacun et pouvoir ainsi rassembler les pièces du puzzle d'une formidable machination qui mêle destins originaux, puissance de l'art, personnages troubles, calculs et conflits, le tout avec des répercussions d'un siècle à l'autre. du rythme, du suspense, de la culture et une musique entrainante. On évite la reprise de romans de type "Da Vinci Code" (très bon livre au demeurant) et si Susana Forges n'hésite pas à lui adresser directement un clin d'oeil vers le milieu de son livre, elle réussit la performance d'installer un style qui lui est propre et porteur

Lien : http://passiondelecteur.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
mara
  25 juin 2014
J'aime beaucoup l'Histoire et c'est avec plaisir que j'ai reçu ce livre dans le cadre de Masse Critique.
Ana est une jeune chercheuse en histoire de l'art qui vient rédiger sa thèse à Florence. Son sujet: le peintre Pierpaolo Masoni qui vécut à l'époque de Laurent de Médicis. Lors de ses recherches, elle tombe sur les carnets du peintre. Dans ceux-ci, le peintre a consigné les événements de l'attentat contre Laurent de Médicis en 1478. Commence alors pour Ana une enquête pour comprendre cet attentat et trouver les instigateurs. Seulement elle ne sait pas à quoi elle s'attaque.
Le roman alterne les passages à l'époque moderne où Ana poursuit son enquête et les passages à l'époque de l'attentat.
J'ai largement préféré les passages en 1478. L'histoire débute quelques mois avant l'attentat et on suit Masoni jusqu'au moment fatidique. Susana Fortes nous propose une réelle plongée dans le Quattrocento. On a vraiment l'impression de se promener dans les rues de Florence. On y croise des personnages célèbres. Grâce aux descriptions, le royaume du Magnifique prend vie!
Du coup, les parties à l'époque moderne m'ont un peu moins intéressé. L'enquête avance doucement, on ne sait pas trop où on va et l'histoire est souvent parasitée par les sentiments d'Ana pour Giulio. Ana part souvent dans ses pensés et ses réflexions. Et je dois dire que par moment je m'en serais bien passée.
Mais rien que pour la partie en 1478, ce roman vaut le coup! J'ai adoré apprendre des choses sur cette période charnière de l'histoire de Florence. Pour tout les amoureux de l'histoire italienne et du Quattrocento, je vous recommande ce roman!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   17 avril 2018
Certaines odeurs renferment en elles une idée du monde. Des odeurs qui endorment nos défenses et nous font pénétrer dans d'obscurs labyrinthes de la mémoire, nous confrontant à la première mappemonde qui a nourri nos rêves lorsque notre vision de l'aventure était celle de traversées transocéaniques, de navires chargés d'épices en provenance de continents lointains. L'odeur du cacao, du café torréfié, du bois tropical et des feuilles de tabac dans les vastes sécheries des plantations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
LeabricotLeabricot   23 septembre 2015
- La vie elle-même est pleine d'événements invisibles. Parmi les choses que nous considérons comme évidentes, combien, en réalité, se dérobent à nous ? Chacun des personnages de ce tableau recèle un secret. Ils ont l'air d'attendre quelque chose, et c'est cela, justement, qui est si déconcertant pour nous : qu'ils aient dû attendre si longtemps pour être regardés par quelqu'un. C'est en cela que, d'une certaine façon, ils sont nus - Ferrer s'était maintenant tourné vers moi. - Apprendre à interroger un tableau est une entreprise qui n'est ni facile ni innocente, mademoiselle.
- Je crois, intervint le professeur, qu'il faut toujours regarder la peinture avec l'espoir d'y découvrir un secret qui a trait à la vie et non à l'art.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SachenkaSachenka   20 avril 2018
Certains hommes, après l'amour, vous contemplent en effet comme un trophée de chasse. C'est au matin que la froide réalité reprend ses droits et que s'achèvent bien des contes de fées.
Commenter  J’apprécie          182
SachenkaSachenka   12 avril 2018
Car Florence, vue de l'intérieur, se révélait aussi riche de dangers que de promesses. Ce n'était pas une ville, c'était le monde.
Commenter  J’apprécie          240
SachenkaSachenka   15 avril 2018
Survivre, pour les Grecs, c'était échapper au destin. Mais, lorsque l'on réussit à échapper à son propre destin, dans celui de qui s'introduit-on?
Commenter  J’apprécie          190
Video de Susana Fortes (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Susana Fortes
En attendant Robert Capa - Susana Fortes Marque Page 24-01-2011
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1637 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre