AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246026945
272 pages
Éditeur : Grasset (25/05/1994)

Note moyenne : 4.48/5 (sur 21 notes)
Résumé :

Ces Aventures de mer sont la suite chronologique des Secrets de la mer Rouge. Monfreid qui travaillait pour le compte d'un marchand de perles, devient trafiquant d'armes. Hélas, son voilier se brise sur les côtes d'Arabie. Conspirateurs, personnages louches et surtout les services secrets anglais s'acharnent à sa perte. Mais son étoile veille...

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
gill
  07 mars 2012
Ce livre est la suite chronologique "des secrets de la mer rouge", Monfreid lutte contre l'Intelligence service qui veut l'empêcher de se livrer au cabotage commercial sur les côtes de l'Arabie, au large des îles Farzan, au pays Somali et dans le golf d'Aden.
Il n'échappe aux pièges tendus que grâce à son intelligence , sa ruse et son art consommé de la navigation.
Lorsqu'il nous raconte ses aventures qui font de sa vie une suite de péripéties passionnantes, sa plume est si efficace que l'on se prend à être emportés sur ces lointains rivages.
Commenter  J’apprécie          90
VACHARDTUAPIED
  15 avril 2013
Toujours autant de plaisir à lire Henry de Monfreid......
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
gillgill   08 mars 2012
De retour à Obock, je fouille le fond de l'ancienne rade pour y retrouver l'épave d'une frégate à voile coulée vers 1871. Il ne reste plus que l'énorme quille en chêne à peine apparente tant elle est envasée. Il y a neuf mètres de fond en ce point, et l'eau se trouble pour des heures aussitôt que les plongeurs fouillent la vase. J'ai d'ailleurs de grandes difficultés à décider les noirs à plonger là, à cause d'une légende.
Cette superstition m'oblige à descendre moi-même pour donner l'exemple.
On raconte que l'âme en peine du capitaine de ce navire, dont le corps a disparu dans le naufrage, erre la nuit sur la mer ; on l'entend se lamenter au fond de l'eau, et certains affirment l'avoir vu surgir des vagues aux nuits d'équinoxe.
Sans doute, les grincements de l'épave, disloquée par la houle et la silhouette de la figure de proue, émergeant aux basses mers des pleines lunes, ont accrédité cette légende.
Moi-même, j'ai souvent évoqué l'image de ce parrain d'outre-tombe, de ce vieux loup de mer qui préféra mourir plutôt que d'abandonner son navire...
(extrait du chapitre XXVIII "La naissance d'un navire")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ushowtimeushowtime   10 juillet 2020
Encore 2 jours à voyager dans cet inconfortable tortillard, et nous débarquons à Addis.
Il y a encore sur la ville cette inquiétude que laisse après elle une récente guerre civile. La révolution qui à renversé Lidj Yassou et placé Taffari sur le trône est terminée depuis peu.

Des pendus se balancent au grand ficus de la place Saint-Georges. Ils y sont depuis deux jours et doivent, selon la loi, y rester encore une journée. Il faut que la justice se montre au peuple et que le condamné serve d'exemple avec le maximum de rendement.

Personne, d'ailleurs, ne s'inquiète de ces suppliciés qui tournent au vent, et le grouillement du marché le samedi n'en est pas attristé.

Sans le vouloir, le lendemain de mon arrivée, précisément un samedi, j'ai vu couper la main d'un voleur. L'opération se fait sur la place en toute simplicité. Un boucher quitte un instant son étal sur signe des zabanias qui mènent le condamné. Les clients patientent.

Le boucher frotte son couteau sur une pierre d'un geste machinal et professionnel. Puis, comme s'il découpait une épaule de mouton, il désarticule ce poignet, taillant péniblement les tendons, sans se presser, malgré le sang qui gicle et coule à flots.

Si le patient a des parents, ceux-ci ont préparé un plat de beurre bouillant, ou ils plongent le moignon sanglant. L'opéré ramasse sa main, car elle devra plus tard être enterrée avec lui, après sa mort. Il peut s'en aller, il est libre, justice est faite...

S'il n'a pas de parents, il crève sur place d'hémorragie, et cela n'émeut personne. Quand le cadavre commence à sentir, une corvée de prisonniers le traine avec une corde à travers la ville pour l'enterrer dans les champs.

Notre sensibilité d'Européens se révolte ; mais, avec la mentalité des gens de ce pays, la justice telle que nous la concevons serait inopérante et absurde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
kevin_passotkevin_passot   05 février 2020
Il frémissait en pensant à la peine prévue en ce cas par la loi éthiopienne : la main droite coupée et aussi le pied, si au vol s'ajoute l'effraction.
[...]
Cette mutilation, prévue aussi par la loi coranique en Arabie, est jugée barbare par les étrangers, ignorant tout de la mentalité de ces peuples.
[...]
Nos philanthropes protestent contre ces peines barbares, et veulent qu'elles soient remplacées par l'emprisonnement. Ils ne comprennent pas que ces prétendus barbares, sauvages et sous-évolués ne peuvent concevoir, en leur logique, que loger et nourrir gratis un voleur puisse supprimer la cause néfaste du vol?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Henry de Monfreid (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry de Monfreid
Vidéo de Henry de Monfreid
autres livres classés : mer rougeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2532 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre