AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246027845
Éditeur : Grasset (25/05/1994)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 95 notes)
Résumé :
Le Harrar, Djibouti, Aden... Pas de doute, le jeune Monfreid marche bien sur les traces de Rimbaud. Mais la littérature ne l'intéresse guère ; pas plus que la civilisation, ces petits comptoirs coloniaux où il étouffe. Il lui faut l'air du large, le pont vibrant de son boutre, toutes voiles dehors fuyant coups de vent et tempêtes, en compagnie de ses fidèles Danakils, dont il porte le turban et le simple pagne. Remarquable marin, il trafique les perles et les fusils... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
gill
  07 mars 2012
Henri de Monfreid arrive à Djibouti à 32 ans, il y devient commerçant mais très vite il s'ennuie, il achète alors un boutre arabe, engage deux matelots somalis, un mousse et se lance dans l'aventure.
D'abord la pêche aux perles, puis le commerce des armes pour finir par le trafic du "hachich".
Ce ne sont plus que poursuites, bagarres, chassés-croisés entre policiers et trafiquants au travers de nombreuses navigations et de tempêtes sur cette mer rouge qui sut retenir et inspirer Henri de Monfreid sa vie durant.
Il nous en fait le récit dans ce livre, premier ouvrage d'une oeuvre passionnante.
Commenter  J’apprécie          144
frandj
  31 août 2014
Ce livre est en realite un recit autobiographique, qui relate quelques mois de la vie de l'auteur; tout s'acheve en 1914 (apres la declaration de guerre). H. de Monfreid est un vrai aventurier, courageux et en meme temps prudent, prêt a risquer sa vie a tout moment, volontiers en marge des lois. Pour se mettre en accord avec son entourage, il devient musulman. Avec son petit voilier, il ecume la Mer Rouge, au Nord et au Sud du detroit de Bab-el-Mandeb. D'abord desireux de se lancer dans le negoce de perles, il finit par choisir la contrebande d'armes, toleree par les autorites francaises de Djibouti. Ce faisant, H. de Monfreid se fait beaucoup d'ennemis - ce qui lui vaudra de graves ennuis (qui seront reveles a la fin du livre).
Ce qui est fascinant, c'est l'impression d'authenticite de ce recit, que l'auteur a pourtant ecrit pres de vingt ans apres les aventures qu'il raconte. Il a un style tres sobre, evite tout exces de "suspense", se refuse a s'attribuer systematiquement le beau role, donne avec objectivite toutes les precisions necessaires sur le monde (tres etrange et dangereux pour un Occidental) dans lequel il est immerge. La region qui sert de cadre a ces aventures est extremement dure: chaleur extreme, violentes tempetes sur la mer, pirates, guerriers et personnages louches, presence peu glorieuse de la puissance colonial, coutumes surprenantes qui se perpetuent sous la ferule omnispresente de l'Islam… Au fil des pages, j'ai trouve beaucoup de jolis morceaux de bravoure. Je n'oublierai pas, exemple parmi d'autres, le passage decrivant la guerison d'une grave blessure par un sorcier local: c'est tres haut en couleurs ! H.de Monfreid est un ecrivain maintenant un peu oublie, mais son temoignage merite d'etre lu ou relu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ClementineFerry
  06 juin 2012
Un superbe premier tome qui vous entraîne dans un voyage aux mille saveurs et couleurs. Tout en étant autobiographique, l'ouvrage est présenté comme un roman d'aventure; un récit maritime à la fois réaliste et décalé de par les notions d'époque qui nous échappent. Ajoutez à cela une notion historique et vous avez un ouvrage parfait!
Commenter  J’apprécie          70
Valcour
  17 juin 2016
J'ai découvert ce roman sur Babelio, dans la rubrique "Babélio vous suggère."
A la lecture de la biographie de Henry de Monfreid, j'étais pressé de me lancer dans ses aventures et enthousiaste à l'idée de le découvrir.
Au travers de son journal de bord, Henry de Monfreid, nous fait partager un moment de vie dans une colonie française.
Roman autobiographique "Les secrets de la mer rouge" est authentique, sans fioriture, sans super héros.
Un jeu de cache cache avec les autorités dans une réalité coloniale présente, voir pesante, à chaque page.
Sans aucun doute cet auteur a eu une vie palpitante, mais moi non plus je ne me suis pas laissé porter par ses péripéties.
Je relirai Monfreid sans doute pendant une période plus calme, en vacances, pour essayer d'apprécier son talent.
Commenter  J’apprécie          10
Sinaloa237
  01 novembre 2012
Les récits autobiographiques d'Henry de Monfreid s'ouvrent sur le splendide Secrets de la mer Rouge, passionnant récit d'aventure.
On y suit sans aucune lassitude les allers et venues de Monfreid et de son équipage entre Djibouti et les autres ports de la région, entre trafics louches et rêves de grandeur sur les traces de Rimbaud, alors que l'Europe s'enfonce petit à petit vers la guerre.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
frandjfrandj   30 août 2014
(...) Malgre ma curiosite, je ne pose aucune question, car la manie de questionner est consideree, par ces gens que nous appelons des sauvages, comme tres ridicule, et seulement excusable chez les enfants, les femmes ou les fous. L'homme superieur observe en silence et ne doit s'etonner de rien, car le phenomene ne vaut que par ce qu'il parait etre. La volonte de Dieu nivelle tout, en se substituent a ce que nous nommons les causes. On peut alors regarder l'univers comme un tableau tout en surface. En profondeur, il n'y a que la volonte de Dieu, partout la meme, dont il est insense de vouloir percer les mysteres. J'ai souvent pense que cette maniere de voir valait mieux que la metaphysique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
gillgill   08 mars 2012
- Non, monsieur, vous n'irez pas à Tadjoura !
- Cependant, monsieur le gouverneur, tous les commerçants arabes peuvent...
- Je ne veux plus discuter, entendez-vous. Vous n'êtes pas arabe, vous êtes français. Il y a à peine six mois que vous êtes à Djibouti, et vous ne voulez en faire qu'à votre tête. Les conseils de vos aînés devraient vous servir au moins à quelque chose, croyez-moi. Mais non, vous ne voulez écouter personne. C'est très gentil de faire le fou, en plein soleil, sans casque et de fréquenter les cafés somalis. Vous n'avez pas honte de vous faire donner un nom indigène par les coolies de la plus basse condition ?
- Je n'en suis nullement honteux, au contraire. Mais ce qui me fait de la peine, c'est de savoir l'opinion que ces gens là ont des européens, et je fais mon possible pour ne pas être compris dans le nombre.
- Alors l'opinion de ces sauvages vous intéresse plus que la nôtre ?
- Peut-être...
(extrait du premier chapitre "Premier contact avec la mer rouge")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
frandjfrandj   30 août 2014
Les vagues lourdes de la mousson du Sud, surprises dans leur course par cet ilot surgi des grands fonds, viendront se briser sur la plage etroite et jeter au pied du mort leur ecume blanche. Par les nuits sombres, les phosphorescences s'allumeront sur le recif comme une nappe de feu et mettront leur reflet livide au mur de la tombe solitaire. La lune mysterieuse, don't les ryons magiques penetrant au fond des mers, ira le visiter dans le silence des nuits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
chrysalidechrysalide   20 juillet 2015
N’ayez jamais peur de la vie, n’ayez jamais peur de l’aventure.
Faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée.
Partez, allez conquérir d’autres espaces, d’autres espérances.
Le reste vous sera donné de surcroît.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Henry de Monfreid (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry de Monfreid
Sigolène Vinson présente "J'ai déserté le pays de l'enfance" .Je rêve d'autre chose... La vie d'adulte, en nous mettant un métier et un salaire entre les mains, brade nos souvenirs, remise nos idéaux, raille nos folies de jeunesse. Un jour pourtant, l'enfance se rappelle à nous, cette époque où l'on était quelqu'un, où l'on était sûr de le devenir. Avocate à Paris, S. V. supporte de plus en plus mal les compromis, les trajets en métro, les ciels gris et sa robe noire. Loin, à la Corne de l'Afrique, il y a Djibouti, qu'elle a désertéà la fin de l'enfance. le pays des braves, des pêcheurs, des bergers, de la mer et du vent. Une terre d'aventuriers où séjournèrent Arthur Rimbaud, Henry de Monfreid, où l'on raconte qu'accosta Corto Maltese. Un ailleurs où elle doit revenir pour ne pas mourir bête, pour ne pas mourir singe, le pays du premier homme, des origines et des possibles. En librairie à partir du 26 août. http://www.plon.fr/ficheLivre.php?livre=9782259214469
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Egypte et SoudanVoir plus
>Géographie générale>Géographie de l'Afrique>Egypte et Soudan (32)
autres livres classés : aventureVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
231 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre