AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791091328906
238 pages
Gope éditions (21/02/2022)
3.9/5   5 notes
Résumé :
La fille qui aimait les nuages et autres micro-romans
De la Seine au Mékong
Agents secrets, flics, politiciens, trafiquants, prostituées

La fille qui aimait les nuages
Aï Van, la fille d’un membre du Bureau politique du Parti communiste vietnamien qui accompagnait son père en mission à Paris, disparaît. Histoires d’amour, poids du passé et cynisme politique s’entrecroisent…

L’impératrice Rouge
Les saisies de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Subtropiko
  19 mars 2022
On peut lire "La fille qui aimait les nuages", (suivi de "L'impératrice Rouge" ; "Le royaume de Nina") pour le plaisir de l'architecture des intrigues politico-policières, et c'est un plaisir légitime : elles sont bien documentées, et (hélas) tout à fait d'actualité : « Mettre tout le monde devant le fait accompli en faisant régner la loi du plus fort » s'applique certes à la politique extérieure chinoise, mais pas seulement ! Et l'axiome « Chez nous, c'est le Parti qui décide souverainement si une information est crédible ou non », lequel, dans le texte, se réfère au Viêtnam, trouve ailleurs de sanglantes illustrations. Quant à la bataille féroce pour l'énergie à l'échelle internationale, elle figure en bonne place dans "Le royaume de Nina", avec le groupe Total en premier rôle. Sans parler des oligarques russes, des « usines à trolls » et des armées privées.

Cependant, ce qui rend à mes yeux les récits de Patrice Montagu-Williams particulièrement attachants, c'est le tissage entre ces péripéties contemporaines – dignes, comme le dit la préface, des romans-feuilletons à l'ancienne – et les images issues des légendes, des souvenirs ou de l'art : les bâtons d'encens brûlant devant le portrait d'Oncle Hô ; les pièces de monnaie glissées dans la bouche des défunts, en Asie comme chez les Romains, pour assurer leur passage vers l'au-delà ; les trois âmes des Hmong, dont l'une demeure, après la mort, parmi les vivants ; Bangkok, ses taxis violets, roses, jaunes, ses anciennes maisons de teck ; les esprits qui virevoltent autour des humains, comme les dragons asiatiques, pourtant souvent dépourvus d'ailes… Sont présentes aussi les références aux oeuvres sans doute chères à l'auteur, où l'on croise entre autres Conrad, Kessel, Nathalie Barney, Miller, Cocteau, Toulouse-Lautrec et le Douanier Rousseau. Malgré quelques grincements dans sa pratique de la concordance des temps, avec laquelle je ne suis pas toujours d'accord, et quelques clichés un peu machistes mis (comme les sapèques !) dans la bouche de ses héros, j'ai aimé son style ; on sent que Patrice Montagu-Williams se meut à l'aise entre littérature, journalisme, peinture…
Le bestiaire, exotique ou non, se manifeste également : au malheureux Crapaud (surnom d'un personnage, Anh Hung) répond la petite grenouille adoptée et enterrée 7 ans plus tard par celle qui deviendra sa femme. Un féroce chat de Temminck saute sur les genoux de l'impératrice Rouge, dont il vengera la mort d'atroce façon. Un chaton se blottit dans le cou de Nina, la fille adoptive de Martin, en état de choc post-traumatique… et c'est sous la forme d'une éléphante que cette dernière se réincarnera et prodiguera ses consolations à Martin ! Chez P. Montagu-Williams, on ne se limite pas à compter les coups échangés aujourd'hui entre grands de ce monde : on voyage dans le passé, dans la mythologie, on rêve aussi… et en couleurs.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
JeanPierreV
  24 mars 2022
"Les diplomates de carrière sont tous fabriqués en série et formatés. En bout de chaine, on change la calandre et on bricole un peu les finitions, selon la fonction." (P. 157)
Diplomates, hommes du Sdec, barbouzes, flics, politiciens plus ou moins véreux, trafiquants, prostituées...et réfugiés...que de personnages et d'atmosphères dans ces trois "micro romans" que je ne n'aurais peut-être pas achetés, si Babelio et Masse Critique ne me les avaient pas proposés et pourtant ....
Lus en quelques heures, ces trois petits textes nous transportent depuis les îles vietnamiennes sur lesquels lorgne la Chine pour leur pétrole, vers les beaux quartiers de Paris, en passant par les bureaux et les hommes de la DGSE, les trottoirs de Paris, les bureaux de la compagnie pétrolière Total, et ceux d'oligarques russes et toutes les magouilles, les parties de billard à trois bandes, de poker menteur....dans lesquelles chacun essaie de rouler ou de profiter des autres .
Tout ceci, pondéré de traditions et d'animaux, d'éléphants, de grenouilles et crapauds, chers aux traditions et légendes orientales.....est en miroir avec notre actualité, avec les préoccupations et tensions de notre monde...
Bref ce n'est pas le monde des bisounours, loin de là !
Dépaysement garanti...vers un monde qui ne me passionne pas, loin de là
Je pense, quant à l'auteur que je vais poursuivre ma découverte
Lien : https://mesbelleslectures.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Steph14123
  27 mars 2022
Livre reçu par le biais de la masse critique du mois de Mars. Merci encore à Babelio pour m'avoir fait découvrir un nouvel auteur que j'ai vraiment apprécié. de son style d'écriture aux histoires, l'ensemble m'a beaucoup plu. le livre se lit vraiment très vite. J'ai adoré avoir plusieurs histoires à découvrir. 1 soir, 1 histoire. Complots politique, agents secrets, trafiquants, prostituées font de se livre un voyage de la Seine au Mekong.
Commençons par "La fille qui aimait les nuages", on voyage du Vietnam à Paris au côté d'une famille dont le père est membre du bureau politique du parti communiste du Vietnam. Querelle au sein de la famille et incompréhension fait que Aï Van, la fille du chef fugue et disparaît.
La seconde histoire a été mon gros coup de coeur. L'impératrice rouge nous raconte l'enquête folle que l'agent spécial Ly, de la DGSE est chargé de régler. Les saisies de drogues atteignent un niveau record à Paris. Une certaine Impératrice Rouge serait au coeur du réseau. Quand l'enquête nous fait voyager de Paris à la Chine, le voyage ne pouvait qu'être fabuleux.
La troisième histoire le royaume de Nina, est vraiment trop longue à démarrer. Pour être honnête, j'ai même lu en diagonale le début. Alors oui, une fois le livre fini, on se rends compte que le fait d'avoir une histoire autant détaillé est nécessaire afin de tout mettre en place pour bien comprendre le déroulement de l'histoire. J'ai adoré la fin qui reflète en totalité ce que je pense de la vie.
Martin DECOUD agent de la DGSE est envoyé en mission à Bangkok pour une mission pour un contrat pétrolier passé avec la junte militaire Birmane. Entre belle rencontre, découverte surprenante et un retour au pays, le Royaume de Nina vous plongera au coeur d'une histoire de la vie.
Bonne lecture à vous
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
dilettante310
  07 avril 2022
Et bien pour moi, la mayonnaise n'a pas vraiment pris…et au vu des autres critiques publiées, il s'agit dans mon cas d'un problème d'affinité avec le genre et pas de la qualité de l'ouvrage? Il faut dire que j'ai reçu ce recueil de nouvelles a l'occasion de l'opération masse critique de mars et que je ne l'ai pas réellement choisi. Je vais toutefois tenter d'en faire une petite chronique… Tout d'abord, l'intérêt principal de ces nouvelles est de nous embarquer loin d'ici, au Vietnam, en Chine, Thaïlande…L'auteur nous conte des histoires d'agents secrets, de dignitaires du Parti communiste, mais aussi du peuple Karen opprimé par la junte Birmane . Cela semble bien documenté et les magouilles décrites font froid dans le dos car elles s'inscrivent dans le réel.
C'est loin d'être ennuyeux, c'est donc bien écrit, mais j'ai eu parfois du mal à suivre , perdue dans les méandres des intrigues qui par ailleurs m'ont semblé sans réel intérêt…A l'exception de la dernière nouvelle « le royaume de Nina » qui m'a beaucoup plus convaincue, peut-être parce que j'avais lu précédemment « mon combat contre la junte Birmane ». Il m'a semblé que cette nouvelle était différente des 2 autres, plus authentique, plus crédible , j'y suis « entrée » plus volontiers.
Merci à Babelio et Masse critique ainsi qu'aux Éditions Gope de m'avoir permis de participer à cette lecture .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Videos de Patrice Montagu-Williams (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrice Montagu-Williams
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=47066
LA GUERRE DE L'ONCE ET DU SERPENT
Nordeste Brésilien 1939
Patrice Montagu-Williams
Romans historiques
LITTÉRATURE ROMAN HISTORIQUE ROMANS, NOUVELLES AMÉRIQUE LATINE AMÉRIQUES Brésil
Cette histoire se déroule le long du fleuve São Francisco, dans le Nordeste brésilien, sur une terre de légende et de superstitions, pauvre et aride, peuplée de bandits, de saints et de prophètes : le sertão. Nous sommes à la veille de la seconde guerre mondiale et le Brésil - dirigé par une main de fer par Getúlio Vargas qui a institué dès 1937 un Etat fort, l'Estado Novo - n'a pas encore choisi son camp.
Broché

ISBN : 978-2-343-06231-0 ? mai 2015 ? 226 pages
Prix éditeur : 20 ? 19,00 ?
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura