AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070103803
Éditeur : Gallimard (10/02/1965)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Pas de quatrième de couverture.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
gill
  10 octobre 2013
Un critique ayant écrit que cette pièce était un désert, Montherlant lui répondit que c'était un désert où il y avait au moins deux oasis. Tout d'abord lorsque Pompée, perdu au sommet de sa mince victoire, songeant à sa famille, s'attendrit sur lui-même et sur son fils. Puis, lorsque par largesse, il gracie Acilius, son ennemi personnel, sachant qu'il ne pourra que le regretter.
Très "Cornélien", "la guerre civile" est un morceau de scène qui appartient à l'inspiration antique de son auteur. Les noms illustres de certains de ses personnages résonnent encore au panthéon de l'histoire romaine.
Le rideau n'est pas levé que la guerre civile prend la parole.
Elle se présente. Elle est la guerre civile, celle qui oppose Jules César à Pompée en l'an 48 avant Jésus-Christ.
Et le récit que nous en fait Henry de Montherlant, dans cette magnifique pièce de théâtre, est un pur moment de littérature, haïssable parfois, dur souvent mais toujours brillamment écrit.
Montherlant voulant répondre à la critique qui regrettait l'absence d'un quatrième acte, ajouta le récit "la mort de Pompée" qui suit, ici, le texte de la pièce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Chasto
  24 mars 2016
Rencontres parmi ces vues et profils de ces perdita tempora.
Théâtre de la force et de la faiblesse.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
gillgill   09 octobre 2013
La scène se passe dans les camps de César et de Pompée, au sud de Dyrrachium (aujourd'hui Durazzo, Albanie), les 15, 16 et 17 juillet de l'an 48 avant l-ère chrétienne.
Rideau baissé, la voix - féminine - de la guerre civile éclate avec véhémence, de la fosse à l'orchestre.
- la guerre civile : Je suis la guerre civile. Et j'en ai marre de voir ces andouilles se regarder en vis à vis sur deux lignes, comme s'il s'agissait de leurs sottes guerres nationales.
Je ne suis pas la guerre des fourrés et des champs.
Je suis la guerre du forum farouche, la guerre des prisons et des rues, celle du voisin contre le voisin, celle du rival contre le rival, celle de l'ami contre l'ami.
Je suis la guerre civile, je suis la bonne guerre, celle où l'on sait pourquoi l'on tue et qui l'on tue : le loup dévore l'agneau, mais il ne le hait pas ; tandis que le loup hait le loup.
Je régénère et je retrempe un peuple....
(lever de rideau de "la guerre civile", pièce de théâtre extraite du volume paru aux éditions "Gallimard" en 1994)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ChastoChasto   24 septembre 2016
L’honnêteté est la patrie de ceux qui ne veulent plus en avoir d'autre.
Et cette patrie est un exil.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Henry de Montherlant (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry de Montherlant
Osons le cynisme ! (1/4) : La provocation de Montherlant, Nimier et Drieu la Rochelle.
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La série des Jeunes Filles de Montherlant

Comment s'appelle le personnage principal, dont on a trop souvent dit qu'il était l'incarnation romanesque de Montherlant ?

Henri Costal
Pierre Costals
Jean Costals

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Les Jeunes filles, tome 1: Les jeunes filles de Henry de MontherlantCréer un quiz sur ce livre