AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782811211837
480 pages
Milady (20/03/2014)
3.98/5   487 notes
Résumé :
Deux époques, deux destins de femmes.Jennifer vit dans une cage dorée sur la Riviera pendant les années 1960. Depuis son accident de voiture, elle a perdu la mémoire... jusqu'au jour où cette femme mariée redécouvre les lettres de son amant.

Quarante ans plus tard, Ellie retrouve cette correspondance amoureuse. Au fil de son enquête, la jeune femme va reconsidérer sa conception de l'amour et surtout son histoire avec un homme marié.

La... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (147) Voir plus Ajouter une critique
3,98

sur 487 notes
5
56 avis
4
48 avis
3
22 avis
2
5 avis
1
0 avis

Y a pas à dire, de temps en temps, ça fait vraiment du bien une belle histoire d'amour. Coeur d'artichaut jusqu'au bout des orteils, je ne me referai pas à mon âge. Quand le ciel est gris et pluvieux, l'air froid, et que mai ressemble sinistrement à novembre, se plonger dans une romance bien maîtrisée reste un bon antidote à la déprime.

Avec le talent qu'on lui connaît (cf. l'inoubliable "Avant toi", la réjouissante "Baie des baleines" ou encore les sentimentales "Fiancées du Pacifique"), Jojo Moyes drape une fois de plus le drame amoureux dans le vert de l'espérance, le rose de la tendresse et le rouge de la passion. Une pointe de noir puisqu'on parle bien de vies et de coeurs brisés, mais un rythme qui ne laisse aucun blanc dans la narration, le tout dans un page-turner très efficace.

Jenny et Ellie sont deux femmes que deux générations opposent.

La première est l'archétype de la femme au foyer des années 60, épouse d'un riche homme d'affaires et dont l'unique fonction dans l'existence est d'être purement décorative. Sa beauté classique à la Grace Kelly est son plus bel atout aux yeux d'une société sexiste et conventionnelle. La seconde est, à l'opposé, une journaliste émancipée, l'une de ces célibattantes des années 2000, émules de Bridget Jones, qui remettent toujours à plus tard l'examen de leurs sentiments, privilégiant carrière et complicité entre bonnes copines.

Au-delà de leur époque, la société dans laquelle elles vivent, leur éducation et leurs attentes opposent également Jenny et Ellie. Mais elles restent avant tout des femmes. Pragmatiques, émotives, sentimentales, parfois hésitantes, ayant viscéralement besoin d'aimer et d'être aimées.

J'ai beaucoup apprécié suivre les parcours de ces deux femmes à quarante ans d'intervalle, même si la structuration du récit en puzzle chronologique m'a un peu perturbée (j'ai souvent été perdue dans l'espace/temps) ; j'ai aimé le traitement original riche en rebondissements de leurs histoires personnelles. J'aurais toutefois préféré que l'auteur accentue davantage le contexte des sixties, grâce à plus d'éléments descriptifs sans lesquels le roman peut sembler un peu trop lisse.

Enfin, il n'est jamais simple d'écrire une romance sans enchaîner les clichés - c'est même un exercice très périlleux - et Jojo Moyes possède ce réel don d'équilibriste qui lui permet de flirter avec les stéréotypes sans jamais y tomber et s'y noyer. C'est sans doute pour cette raison que j'apprécie tant ses romans, sans parler du fait qu'il y a toujours une part infime de moi-même qui s'y retrouve, ce serait-ce que l'espace de quelques pages (ou feuilles d'artichaut).

Challenge PAVES 2015 - 2016

Commenter  J’apprécie          716

Suite à mon grand coup de coeur pour le roman « Avant toi », j'ai voulu découvrir un autre ouvrage de Jojo Moyes et j'ai opté pour « La dernière lettre de son amant ».

Comme souvent c'est la couverture qui m'a en premier tapé à l'oeil. Puis évidemment la quatrième de couverture dont le contenu a tout de suite suscité mon intérêt et aiguisé ma curiosité.

Ce roman est avant toute chose le destin de deux femmes qui ne se connaissent pas et qui ont pourtant de nombreux points de similitude : Jennifer Sterling, la ravissante femme d'un homme d'affaire très réputé des années 60 et Ellie Haworth, jeune et brillante journaliste de notre époque.

Effectivement il y a bien deux histoires dans ce livre. Deux époques différentes que l'on va suivre en parallèle et qui vont finir par se rejoindre par l'intermédiaire d'une lettre d'amour qu'Ellie va découvrir dans les archives de son journal. Page après page, les histoires de deux femmes prennent forme et vont finir par se mêler pour notre plus grand plaisir.

Pour ma part, j'ai été bien plus touchée par la première partie du roman qui se concentre sur Jennifer. Comment ne pas se projeter à la place de cette jeune femme qui vit, certes dans une cage dorée mais avec un homme qu'elle n'aime pas ? Comment aurions-nous réagit à sa place ? Est-ce qu'il suffit d'avoir un mari qui vous aime et qui dépense pour vous sans compter pour que vous puissiez vivre dans l'harmonie et le bonheur ?

Il semble évident que non pour Jennifer qui craque pour un autre homme (Anthony, un reporter) qui pourtant est loin de pouvoir lui offrir la sécurité et les conditions de vie dont elle dispose avec son mari.

Ce qui m'a touché c'est que leur histoire d'amour devrait être un cas d'école. Je m'explique : la fameuse Histoire (avec le grand H) que tout le monde devrait avoir la chance de vivre car il est clair que dans le roman, Jennifer et Anthony s'aiment d'un amour sincère et véritable. Ils vivent l'un pour l'autre et ne peuvent concevoir d'être heureux éloignés l'un de l'autre. Cependant, comme rien n'est fait pour ne pas abimer une toile aussi réussi, nos deux amants seront confrontés à des obstacles qui les conduiront plusieurs fois à des situations dramatiques.

On passe donc par plusieurs sentiments et quand la magie de la plume de Jojo Moyes agit, les larmes viennent très facilement.

Un roman magnifique, émouvant, et contrairement à ce que l'on pourrait croire, la fin est non prévisible (un élément clé au chapitre 23 vous empêchera à tous les coups de reposer le livre avant de l'avoir terminé).

Il s'agit donc encore une fois d'un énorme coup de coeur !

Commenter  J’apprécie          410

Un roman facile à lire. On a envie de découvrir l'histoire de Jenny et de Boot.

Jojo Moyes a toujours la plume facile, fluide et agréable à lire. Il m'a cependant manqué un petit quelque chose qui m'a rendu la lecture un peu longuette. Je ne suis pas sûre de garder en mémoire cette histoire d'amour.

Commenter  J’apprécie          491

Quoi de mieux en cette période ô combien anxiogène qu'une belle histoire d'amour pour se changer les idées. le hasard m'a guidé vers Jojo Moyes reine incontestée de la romance de qualité qui dans cet opus nous plonge dans les années 1960 et 2000.

Deux époques, deux histoires. Nous découvrons Ellie, jeune journaliste empêtrée dans une histoire sans avenir avec un homme marié. Mal dans sa peau et dans sa vie, elle se consacre à son travail. Pour les besoins d'une enquête, elle découvre par hasard dans les archives de son journal, une lettre d'amour qui la bouleverse. Elle n'a de cesse de retrouver d'autres lettres, leur auteur et leur destinataire.

Jojo Moyes nous emmène ensuite 40 ans en arrière auprès de Jennifer, la mystérieuse inconnue à qui est adressé la lettre. L'histoire débute alors qu'elle sort du coma. Elle ne se souvient de rien, mais elle ressent un vide dans sa vie de couple. Tout change quand elle retrouve les lettres de son amant. Avec elle nous redécouvrons son histoire d'amour avec un journaliste.

Le titre aurait pu me faire fuir en craignant une bluette parfumée à l'eau de rose, j'aurais eu bien tort car cette histoire est belle, l'intrigue est bien ficelée.

Les personnages sont attachants. Je me suis surprise à espérer une happy end. Mon petit coeur a palpité au rythme des espoirs et des désillusions des héros.

J'ai versé ma larme et j'ai adoré.

Commenter  J’apprécie          425

C'est le livre qui m'a donné envie de découvrir Jojo Moyes. A l'époque je l'avais lu en lecture commune et je dois dire que je m'attendais pas à être autant pris par l'histoire. Je trouve que le style de Jojo Moyes est très accrocheur et réussi à projeter pas mal de sentiments via les dialogues et tournures de phrases qu'elle utilise.

Une histoire d'amour qui plaira aussi aux hommes ;)

Commenter  J’apprécie          383

Citations et extraits (114) Voir plus Ajouter une citation

« Mon cher et unique amour,

Je pensais tout ce que je t’ai dit. J’ai compris que la seule façon d’avancer, c’est que l’un de nous deux fasse un choix difficile.

Je n’ai pas autant de force que toi. Lors de notre première rencontre, je pensais que tu étais une petite chose fragile que je devais protéger. À présent, je me rends compte que je me trompais sur toute la ligne. Tu as plus de force que moi. C’est toi qui parviens à vivre avec la possibilité d’un amour comme celui-ci et le fait que jamais on ne nous le permettra.

Je te demande de ne pas me juger pour ma faiblesse. La seule façon pour moi de supporter la situation est d’être dans un endroit où je ne te verrai plus et où je n’aurai plus à redouter de t’apercevoir en sa compagnie. J’ai besoin de me trouver quelque part où les dures nécessités de la vie m’empêcheront de penser à toi, minute après minute, heure après heure. Ici, c’est impossible.

Je vais accepter ce travail. Je serai sur le quai numéro 4, à Paddington, à 19 h 15 vendredi soir, et rien au monde ne pourrait me combler plus de joie que si tu trouvais le courage de partir avec moi.

Si tu ne viens pas, je saurai que, quoi que nous ressentions l’un pour l’autre, ce n’était pas assez fort. Je ne t’en blâmerai pas, mon amour. Je sais que ces dernières semaines ont fait peser beaucoup de pression sur tes épaules – je la ressens moi-même. Je ne supporte pas l’idée d’avoir pu te causer de la peine.

J’attendrai sur le quai à partir de 18 h 45. Mon coeur et mes espoirs sont entre tes mains.

B. »

Commenter  J’apprécie          110

- Ta copine va te manquer ?

- Ce n'est pas ma copine.

- Ah non ? Je pensais que tu l'aimais bien.

- C'était le cas.

- J'ai toujours eu l'impression que vous étiez très complices.

- Moi aussi.

- Alors où est le problème ?

- Elle est... plus compliquée qu'elle en a l'air.

- Comme toutes les femmes, rétorque le vieil homme avec un sourire sans conviction.

- Oui... Sans doute. Mais je n'aime pas les complications.

- Les complications font partie de la vie, Rory. On finit tous par faire des compromis.

Commenter  J’apprécie          200

Elle relit le message. Il ne lui dit jamais grand-chose par texto, elle le sait. Il lui a expliqué dès le début que c’était trop risqué, au cas où sa femme lui emprunterait son portable avant qu’il n’ait pu effacer les messages incriminants. Mais il y a une certaine tendresse dans « prends soin de toi », n’est-ce pas ? Il se soucie de son bien-être. Elle se demande soudain à quel point elle déforme ses messages, trouvant une multitude de significations cachées derrière le moindre mot qu’il lui envoie. D’ordinaire, elle pense qu’ils sont si bien connectés l’un à l’autre qu’elle comprend sans peine tout ce qu’il veut vraiment lui dire. Mais parfois, comme aujourd’hui, elle doute qu’il y ait réellement quoi que ce soit derrière les abréviations.

Commenter  J’apprécie          130

La tête entre les mains, elle se met à pleurer. Pour Boot, pour Jennifer, pour les occasions qu'on rate et les vies qu'on sabote. Elle pleure aussi pour elle-même, parce que personne ne l'aimera jamais comme cet homme a aimé Jennifer et parce qu'elle se dit qu'elle est en train de gâcher ce qui aurait pu être une vie agréable bien qu'ordinaire. Elle pleure parce qu'elle est soûle, toute seule dans son appartement, et que l'un des rares avantages à vivre seule, c'est justement de pouvoir pleurer sans retenue quand on en a envie.

Commenter  J’apprécie          170

Ce soir-là, elle était rayonnante. Il se dégageait d’elle une vibration, une énergie qu’il pensait n’être perceptibles que de lui seul. C’est moi qui te fais cet effet ? lui demanda-t-il en pensée. Ou est-ce seulement le soulagement d’avoir échappé à l’emprise tyrannique de ton mari ? En se remémorant la façon dont Stirling avait humilié Jennifer la veille, il lui demanda ce qu’elle pensait personnellement des marchés financiers, du Premier Ministre et du mariage royal, refusant de la laisser s’en remettre à son opinion. Elle n’était pas très au courant de l’actualité, mais la finesse de on jugement et son réel intérêt pour ce qu’il avait à dire faisaient d’elle une flatteuse compagnie. Il songea soudain à Clarissa : ses remarques acerbes sur les gens qui les entouraient, son empressement à déceler un manque de respect dans les gestes les plus anodins… Cela faisait des années qu’il n’avait pas autant apprécié une soirée.

Commenter  J’apprécie          60

Videos de Jojo Moyes (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jojo Moyes
THE LAST LETTER FROM YOUR LOVER Trailer (2021) Shailene Woodley, Felicity Jones Movie
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Notre sélection Roman d'amour Voir plus





Quiz Voir plus

Avant toi de Jojo Moyes

Quel est le nom de famille de Louisa, l'héroïne ?

Black
Clark
Dark
Back

10 questions
378 lecteurs ont répondu
Thème : Avant toi de Jojo MoyesCréer un quiz sur ce livre