AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782020530606
404 pages
Éditeur : Seuil (19/03/2002)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 36 notes)
Résumé :
"Le diable est toujours fils de son temps", déclare, en tête d'un des chapitres, Robert Muchembled. C'est à une sarabande effrénée et séculaire, à une effrayante parade de la présence démoniaque qu'il convie son lecteur. Au fil de huit siècles, du Moyen Âge à l'ère contemporaine, des chapiteaux et portails gothiques où se lovent des démons ricanants et où se déploient les faste... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
vincentf
  22 janvier 2012
Le diable est-il encore à nos trousses ? Ce livre en raconte les allées et venues, des grotesques personnages que l'on moquait au Moyen-Âge, survivance de légendes anciennes, aux satanistes américains, pointe de l'iceberg d'une société encore fascinée par l'incarnation du mal, par la lutte, si photogénique, du bien et du mal. Retraçons quelques étapes. Tout se cristalise à la fin du seizième siècle pour faire du dix-septième le siècle du diable, d'un diable effrayant, partout rôdant, et auquel on croit dur comme fer, en ces temps sombres de guerres de religion, au point de brûler ses adeptes, les sorcières, dans de grandes cérémonies publiques. le corps, celui de la femme bien sûr, est le lieu par où le diable pénètre en nous, le lieu où il pervertit, le lieu de dégoût. Petit à petit pourtant, alors que déjà s'amorce le recul de la religion chrétienne, le diable se cache. Il devient toujours plus une force intérieure, un être en nous, une présence du mal en chacun. La figure extérieure se fait moins épouvantable, le diable est amoureux, il est à nouveau dupé, il est un beau jeune homme torturé, il est, au vingtième siècle, vendeur de bières et de savonnettes. A-t-il disparu ? Evidemment non, la ruse la plus maligne du diable est de nous faire croire qu'il n'existe pas. Il est passé de mode aujourd'hui en Europe, où ses avatars sont regardés avec distance, ironie ou humour, alors qu'il règne encore, serial killer ou alien, dans la pure Amérique qui, seule pour le monde entier, se bat contre les forces des ténèbres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Alcapone
  09 juillet 2011
Reprenant une partie de son travail sur les origines de la chasse aux sorcières, Robert Muchembled porte un regard original sur la question de la représentation du diable en étudiant l'évolution de l'histoire sociale, culturelle et intellectuelle de la société occidentale depuis le XIIe siècle jusqu'à nos jours.
C'est avec la prudence qu'il convient aux chercheurs que Robert Muchembled nous propose Une histoire du diable. Ainsi que l'historien l'explique dans son introduction, les références en la matière sont si nombreuses qu'il est impossible de proposer une étude exhaustive de toutes les représentations du diable qu'il nous est donné à lire. Argumentant son analyse autour des manifestations intellectuelles et culturelles qui ont durablement marqué le deuxième millénaire en Occident, l'auteur décortique au long de son étude, la littérature, la peinture, mais aussi le cinéma, la publicité et la BD.
Très dense, cette analyse de Robert Muchembled m'a semblé ambitieuse. Les références ne manquent pas. Pourtant, couvrir l'histoire du diable de la culture occidentale du XIIe siècle à nos jours est un difficile exercice lorsque l'analyse se fait en 400 pages. Jusqu'au XIXe siècle, j'ai trouvé l'argumentaire pertinent et précis. Par contre, le glissement de l'étude vers les médias contemporains ne m'a pas convaincue : il aurait fallu pour cela consacrer un livre entier à chacun des chapitres du livre. Les liens établis entre l'héritage culturel, historique, religieux, sociologique, politique des pays abordés sont extrêment complexes et je ne partage pas les idées de l'auteur, notamment en ce qui concerne les deux derniers chapitres. En fait, je me demande si l'engouement pour les romans noirs, les films fantastiques, la recrudescence les légendes urbaines, etc... ont réellement un rapport avec le diable. Les références sont citées tout azimut et le lien entre les différentes formes d'expression autour du thème n'est pas toujours évident. le monde occidental tel que nous le connaissons aujourd'hui est évidemment le résultat des constats fait par l'auteur, mais la fascination actuelle que connait la société occidentale pour les produits dérivés du diable ne semblent pas à mon sens forcément liés à l'inconscient collectif tel qu'il est abordé dans l'analyse. Bref, ce livre fourmille de références notables et d'anecdotes passionnantes mais le sujet ne se prête pas à un ouvrage si succinct.
Lien : http://livresacentalheure-al..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
UnKaPart
  16 mars 2020
Connu pour ses travaux sur les sorcières – comme historien, pas comme inquisiteur –, Robert Muchembled propose de retracer l'histoire du Diable et de ses représentations depuis le XIIe siècle.
Le bouquin est correct mais Bob nous a habitués à mieux. Ses recherches sur la violence, sur les sorcières, sur l'opposition entre culture des élites et culture populaire, oui, mais le Diable sur une échelle chronologique aussi ambitieuse, mouais… Peut-être s'agissait-il d'un ouvrage de commande pour surfer sur la vague millénariste annonçant l'apocalypse, la fin du monde, la libération de Satan, bref toutes les fariboles autour de l'an 2000, l'année du dépôt légal (“comme par hasard”, diraient nos chers amis complotistes). Voilà qui expliquerait certains défauts.

Jusqu'au Xe siècle, le Diable n'existe pas. Pas dans le livre en tout cas. le siècle suivant est expédié pour annoncer que la figure du Diable est floue, multiple parce que pas encore trop fixée, et concurrencée par une tripotée de bestioles du petit peuple (elfes, gobelins, kobolds).
Nous arrivons au XIIe siècle où la figure du Diable va commencer à prendre forme et se définir petit à petit autour de deux images concurrentes : la monastique, avec du péché et du Mal dedans, et la populaire, décontractée, pleine d'histoires mettant en scène un Malin pas très futé (un comble !), grotesque et rigolo.
Tout ça à vitesse grand V en un seul chapitre, avant d'embrayer sur le XVe siècle. Attends, on n'était pas au XIIe ? Les numéros XIII et XIV sont passés où ? À peine évoqués.
La tranche moderne XVe-XVIIIe est excellente quant à elle. Normal, il s'agit de LA période de Muchembled, on sent qu'elle l'intéresse (tout comme on sentait que la précédente ne l'intéressait pas). On voit à la fin du Moyen Âge le Diable se fixer pour de bon sur l'apparence qu'on lui connaît et, au plan des mentalités, devenir la figure du Mal absolu, soit un bon moyen de terrifier le pékin pour qu'il se tienne à carreau. Loin des angelots joufflus, des harpes et de la lumière, le christianisme de l'époque est une religion fondée sur la peur. En témoigne la chasse aux hérétiques et aux sorcières : si tu déconnes, tu finis en enfer… et on t'aide à t'y rendre sur l'air de Allumez le feu.
Le processus de starification de Satan atteint son apogée au XVIe siècle, qui marque aussi le pic des procès pour sorcellerie. On sait que les historiens pourraient donner des leçons de recyclage à tous les écologistes de la planète. Muchembled enfourche son cheval de bataille comme Carabosse son balai et offre à ses sorcières chéries un traitement de faveur avec un développement maousse.
On enchaîne sur la fracture amorcée au XVIIIe siècle avec les Lumières et poursuivie au XIXe avec le positivisme et le laïcisme. le Diable glisse de la sphère religieuse globale pour s'individualiser au cas par cas et devenir le démon intérieur.
Au XXe siècle, patatra, le bouquin part en vrille totale pour devenir un catalogue d'oeuvres, surtout axé sur les arts visuels populaires (en clair, un peu de BD et beaucoup de cinéma, ce dernier se taillant la part du lion). Un feu d'artifice de titres, de titres et encore de titres, pour ainsi pas d'analyse ou alors superficielle. À courir trop de lièvres à la fois, Bobby finit par n'en attraper aucun. Certaines pistes m'ont laissé dubitatif : je cherche encore le rapport entre le Diable et les légendes urbaines.

Je ressors donc de cette lecture mi-figue mi-raisin, avec la sensation que le pacte n'a pas été respecté. En guise de XIIe-XXe, on se retrouve surtout avec du XVe-XVIIIe. Soit un ouvrage bancal, très dense, détaillé et pertinent sur la partie centrale, trop rapide sur l'amont et foutraque sur l'aval. Si prêcher pour sa paroisse est dans le ton pour une Histoire du Diable, il n'en reste pas moins dommage d'avoir sabré la période médiévale et de s'être égaré dans la contemporaine pour ne se concentrer que sur la moderne.
Après, vu le peu de titres sérieux sur le sujet où les productions de guignols sont légion, on se contentera de ceui-ci, stimulant, documenté et pourvu d'une abondante bibliographie pour compléter les lacunes qu'il affiche.
Lien : https://unkapart.fr/une-hist..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
agenetagenet   05 février 2014
Sur une échelle émotive, c'est aux États-Unis que se conserve le mieux une intense peur du Mauvais fourchu, capable d'envahir tout corps pécheur pour le dénaturer [...] À l'autre extrême, la France fait figure d'univers précocement vacciné contre les menées sataniques, à la suite des Lumières et d'un romantisme qui a contribué à brouiller l'image de l'Ange déchu, en lui donnant la sauvage beauté d'un champion de la liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
gillgill   13 juin 2015
Le diable serait-il en train d'abandonner l'Occident à la fin du deuxième millénaire de l'ère chrétienne ?
"Ce siècle peut passer pour celui de la disparition, au moins pour celui de l'éclipse ou de la métamorphose de l'Enfer" affirmait déjà Roger Caillois en 1974.
Satan paraissait alors être rangé au rayon des accessoires de Théâtre pour la majorité des européens, y compris pour beaucoup de catholiques croyants et pratiquants qui préféraient le christianisme modernisé, ouvert sur le monde et plus confiant de Vatican II, aux fulgurances tragiques du concile de Trente ...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Robert Muchembled (2) Voir plusAjouter une vidéo

Sorciers et sorcières
Emission consacrée à la sorcellerie, avec Robert MUCHEMBLED (professeur à l' Université de Lille 3, auteur de "la sorcière au village"), Carlo GINZBURG (enseignant à Bologne, auteur de "Les batailles nocturnes" sur la sorcellerie au Frioul au xvieme siècle), Roland VILLENEUVE (auteur de"la mystérieuse affaire Grandier"), Danièle CARRER (coauteur avec Geneviève YVER de"la...
Dans la catégorie : DémonsVoir plus
>Christianisme, Théologie chrétienne>Etres spirituels>Démons (9)
autres livres classés : diableVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2059 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre