AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021289265
Éditeur : Seuil (05/01/2017)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Dès leur première rencontre, Eleonora se reconnaît en Chirú. À trente-huit ans, elle est une comédienne célèbre mais une femme solitaire, marquée par des rapports difficiles avec son père. Lui a dix-huit ans et étudie le violon au Conservatoire ; talentueux et impétueux, il rêve de faire carrière, malgré l’indifférence de sa famille. Aussi, quand il lui demande de devenir son mentor, Eleonora ne peut qu’accepter.

Elle transmet dès lors à Chirú tout ce... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
letilleul
  20 janvier 2017
Les leçons pour un jeune fauve invite le lecteur en dix sept leçons à un voyage dans l'univers de la musique, et de la transmission des savoirs, des émotions et des sentiments. La puissance des relations est retranscrite par l'énergie de l'écriture de michela Murgia qui nous embarque dans un torrent de mots sans laisser un souffle.
Tout tourne autour d'Eleonora, 38 ans, artiste indépendante et son jeune élève Chiru. Et cette relation de maître à élève va virer à une liaison dangereuse dense, et constructive. Une description juste, riche et prenante qui marque cette lecture d'une empreinte particulière : un goût amer par le mélange des manipulations et des sentiments.
Commenter  J’apprécie          200
Bazart
  07 juillet 2017
Avec cette histoire d'une artiste qui se proclame mentor de vie ou pygmalion pour de jeunes artistes en devenir, on pense à Bette Davis dans "All about eve" pour le coté éducation sentimentale et artistique.
Une relation entre la mentor et son élève entre ambiguité et complexité et ses leçons notamment (vestimentaires, de langage...) sont plus tortueuses qu'elles ne semblaient l'être de prime abord : si la comédienne se reconnait en ce jeune pygmalion, l'enseignement et la transmission dans une relation de mère/maitresse vont donner lieu à des rapports de manipulation de de soumission qui pourraient parfaitement changer au fil du temps.
Une chronique aussi féroce que prenante, dans laquelle on ressent aussi fortement le grand attachement de l'auteur pour sa terre sarde, pleine d' âpreté et de vitalité en même temps.. Une bien belle histoire, singulière et poignante..
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          190
eemmaabooks
  09 février 2017
À notre époque, en Italie dans la ville céleste de Cagliari, Eleonora est une jeune comédienne d'une trentaine d'année, jeune femme accomplie, elle aime la compagnie de jeunes garçons à qui elle apprend les rudiments de la vie, de la morale, du comportement et de l'habillement. Par la finesse de l'écriture de l'auteure, on nous dépeint les relations entre Eleonora et ces jeunes hommes et notamment Chiru, jeune musicien de 17 ans qu'elle va prendre sous son aile.
L'écriture de l'auteure est très belle, très mature, très travaillée où chaque mot est réfléchit, pesé, chaque phrase est nécessaire, à un sens, une valeur. L'auteure a cette capacité à nous intéresser en racontant des choses simples, de manière très élégante, raffinée et sans prétention.
Le personnage principal Eleonora a une personnalité plutôt tourmentée, mystérieuse. Jeune fille très capricieuse, et déjà dès le plus jeune âge, très intelligente et mature, elle a eu pendant toute son enfance une relation très compliquée avec ses parents. Très durs et exigeants, ils lui ont inculqué des valeurs rigides, donneurs de leçons, chaque souvenir de son enfance a été une souffrance pour elle, une épreuve qu'elle devait franchir. J'ai beaucoup aimé les passages où elle nous narre son enfance, racontés de façon très adulte et très sensible, elle nous dépeint les caprices d'une petite fille malicieuse, intelligente et pragmatique, soumise à une discipline de fer, elle nous raconte également les relations très distantes avec son frère. Ses parents ne l'ont jamais vraiment tenu en estime et cette relation distante et froide a marqué la personnalité de la jeune femme.
« Or quand je fus recalée à l'examen de technique bancaire, papa décréta que j'étais aussi limitée sur le plan intellectuel : cette matière était tellement stupide qu'il fallait être encore plus stupide pour ne pas obtenir la moyenne »
Elle entretient une relation étrange avec les jeunes hommes qu'elle fréquente, une relation inqualifiable, dans laquelle elle s'efforce à les éduquer, leur apprendre les subtilités de la vie, de l'habillement, des relations sociales, du comportement en société. Ces jeunes hommes généralement mineurs, ont beaucoup d'admiration pour Eleonora, la considère comme une mère, un professeur, ou une maitresse, et même si ces relations peuvent heurter la morale, ce ne sont pas des relations charnelles, mais au contraire tout en finesse et admiration.
Dans son roman ce n'est pas seulement Chiru qui reçoit des leçons mais le lecteur également, ma lecture ne m'a pas laissé indifférentes aux nombreux passages moralistes ou conseils avisés, en lisant ce livre, nous aussi on prend des leçons d'éducation.
« La seule chose qui importe à ce genre d'homme, c'est que ta compréhension des choses n'excède pas la sienne »
« Tu me demande toujours quand je reviens, mais seuls reviennent ceux qui n'ont pas changé depuis leur départ. »
« On peut mentir pour se protéger, mais aussi pour protéger l'autre de fardeaux qu'il n'est pas à même de porter »
Chiru est un jeune homme qui séduit Eleonora par sa personnalité et qui nous séduit également, malgré son jeune âge on admire sa naïveté et sa désinvolture. Il est téméraire, effronté, familier et impudent et Eleonora va se voir en lui, c'est un jeune homme ambitieux qui aspire à vivre une vie qui lui parait plus belle, ils auront une relation de maître à élève, une relation ambiguë. Il va observer et découvrir la vie que Eleonora va lui proposer, lui apprendre, en toute naïveté, avec beaucoup d'intelligence et une pointe d'humour.
Il y a beaucoup de passages qui m'ont marqué par la beauté de l'écriture et le sentiment qu'ils m'ont procuré, j'en ai mis quelques-uns au-dessus et en voici un autre pour exemple :
« Tu es riche, cela se voit aux vêtements que tu portes, des vêtements couteux même pour quelqu'un qui n'y comprend rien, comme moi. Cela ne t'empêche pas de te croire laide : tu ne mets jamais de jupe courte, tu ne montres jamais ton décolleté… Tu n'as pas envie d'attirer l'attention sur ton corps. Tu es seule, et non parce que tu n'as pas d'alliance. Cela se voit à ta façon de marcher, tu n'as pas de pensée excitante qui t'amène à tortiller du cul comme les filles quand elles vont à un rendez-vous important. Les gens t'ennuient. Tu ne regardes pas les vitrines, tu n'observes pas les passants, rien ou presque ne t'amuse. Quand tu souris, tout cela disparaît, puis tout revient après. Tu es malheureuse, mais d'un malheur qui te va bien... »
En gros, un très beau roman, surtout grâce au style et à l'écriture de l'auteur, j'ai pris beaucoup de plaisir à le lire et à savourer chaque ligne, c'est un livre qui s'apprécie, où il n'y a pas de surprise mais c'est un livre qui nous demande juste de nous laisser embarquer par la beauté du texte. Dans ce roman le lecteur apprend, écoute ou plutôt lit les conseils et l'expérience d'Eleonora.

Lien : https://eemmabooks.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
beamag87
  09 février 2017
Ne risque t-on pas se brûler les doigts à vouloir façonner une personne à notre image?
C'est ce que va réaliser Eleonora, comédienne reconnue au seuil de la quarantaine, en décidant de servir de professeur, de mentor plutôt, auprès d'un jeune musicien de 18 ans. Elle lui enseigne et lui livre ainsi les codes qui lui serviront pour progresser et se faire une place dans le milieu artistique dans lequel ils gravitent.
On suit leur rencontre, puis leurs échanges, uniquement du point de vue d'Eleonora. On découvre donc ses craintes et ses aspirations concernant l'évolution de cette relation.
Il m'a seulement manqué le ressenti de Chirù même si on le devine au fil des pages.
J'avais découvert la plume de Michela Murgia avec Accabadora et j'étais complètement tombée sous le charme. Même si mon sentiment est un peu moins enthousiaste avec Leçons pour un jeune fauve, j'ai malgré tout été conquise par cette histoire de besoin de transmission quitte à ce que la personne qui mène la danse y perde aussi des plumes.
On découvre avec nos deux protagonistes le milieu du théâtre , sur scène et en coulisses, de la musique et ses rivalités et enfin la Sardaigne, omniprésente tout au long du roman.
L'écriture de Michela Murgia est toujours aussi raffinée et a su me séduire à nouveau. Merci à Babelio et aux éditions du Seuil pour cette belle lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
traversay
  19 janvier 2017
Eleonora, la narratrice de Leçons pour un jeune fauve, peut de prime abord sembler antipathique : arrogante, égocentrique, pontifiante. Une actrice volontairement solitaire, sans enfants, et qui, à l'occasion, se transforme en mentor de vie pour de jeunes hommes, artistes en herbe. le dernier livre de Michela Murgia (joliment traduit, comme toujours par Nathalie Bauer) est moins immédiatement accrocheur que Accabadora, qui risque d'être son meilleur roman pour longtemps. Il se révèle parfois même agaçant par un style bien trop travaillé, pas très spontané, dans une étude psychologiquement fouillée, presque à l'excès, et pas franchement agréable. Si l'on veut, Eleonora ressemble un peu à la comédienne incarnée par Bette Davis dans All about Eve, les côtés enveloppants et malsains compris. Si elle a accepté de servir de Pygmalion à Chirú, le jeune fauve, n'est-ce pas parce qu'elle a reconnu en lui une certaine "pourriture" ? On voit bien que Michela Murgia essaie de créer un climat oppressant mais elle n'y parvient pas tout à fait, Chirú n'est pas assez "vivant" et quelques passages tirent en longueur. Certains autres, en revanche, sont fort poétiques avec des phrases comme celle-ci : "C'était une de ces nuits où il vaut mieux se coucher avec des boucles d'oreille, car on ne sait pas qui l'on peut rencontrer dans ses rêves." Et puis, il y a l'attachement de la romancière à sa terre sarde qui nourrit et donne son parfum cruel et tellurique à ce livre attachant malgré sa férocité.
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (1)
LeFigaro   12 janvier 2017
Amour, pouvoir et manipulation sont au cœur de cette version moderne du mythe de Pygmalion.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
bajellebajelle   16 janvier 2017
Certaines âmes possèdent une fêlure secrète, une fracture suspendue, qui échappe même à ceux qui la recèlent. Cette ligne fine peut longtemps rester invisible, nourrissant l'illusion de l'entier, telle la fente au coeur de l'assiette ébréchée. Lorsque la fracture cède, c'est toujours à cause d'un rien : un degré de moins dans l'air suffit à provoquer la contraction du matériau et à mettre sa blessure à nu. D'autres fois, c'est un toucher léger, l'effleurement du bord doré de l'assiette sans autre but que la caresse, qui brise le pacte silencieux des molécules.Alors la fiction de l'intégrité s'effondre, montrant l'âme en éclats, irréversible. Il faut être très attentif pour reconnaître dans les gestes d'autrui le bruit sourd de la céramique éraflée. Je ne l'étais pas. Je n'ai pas perçu ce son dans l'âme brisée de Nin, tant j'étais occupée à écouter l'écho de la mienne. p87
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BazartBazart   06 juillet 2017
" Quand il se rendit compte que ce monsieur barbu et aimable dont il avait ignoré de manière systématique les approches, étaient probablement la seule personne présente qui eut le pouvoir de favoriser sa carrière de violoniste, Chiru s'empourpra.

La conversation ne se prolongea pas assez pour lui permettre de remédier à son erreur. Savero et Martin prirent congé de nous pour aller diner dehors, et je demeurais en tête à tête avec mon éléve en proie à une agitation totale . Je n'arrive pas à le croire, j'ai pris le directeur d'opéra pour un couillon quelconque!"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
eemmaabookseemmaabooks   09 février 2017
« Tu es riche, cela se voit aux vêtements que tu portes, des vêtements couteux même pour quelqu’un qui n’y comprend rien, comme moi. Cela ne t’empêche pas de te croire laide : tu ne mets jamais de jupe courte, tu ne montres jamais ton décolleté… Tu n’as pas envie d’attirer l’attention sur ton corps. Tu es seule, et non parce que tu n’as pas d’alliance. Cela se voit à ta façon de marcher, tu n’as pas de pensée excitante qui t’amène à tortiller du cul comme les filles quand elles vont à un rendez-vous important. Les gens t’ennuient. Tu ne regardes pas les vitrines, tu n’observes pas les passants, rien ou presque ne t’amuse. Quand tu souris, tout cela disparaît, puis tout revient après. Tu es malheureuse, mais d’un malheur qui te va bien... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
beamag87beamag87   09 février 2017
"Tu l'aimais?
-Je ne sais pas. Mais j'avais l'intention de l'aimer.
- Ce n'est pas une mauvaise base pour commencer, je crois.
-C'est la pire. On n'épouse pas des intentions, Chirù, on épouse des gens."
Commenter  J’apprécie          20
bajellebajelle   16 janvier 2017
"Tu vois, Eleonora, quand dans un petit univers, il n'y a rien pour résiter à l'attraction d'une super étoile, celle-ci se transforme en un trou noir qui dévore tout ce qui pénètre dans son rayon. La force qui attire les autres planètes est aussi celle qui finit par les détruire. N'est-ce pas surréaliste ?"
...
- Un peu.
- C'est pourtant le risque que court quiconque s'approche de toi sans posséder la masse adéquate, mon amie. Il n'est pas nécessaire que tu le veuilles, ni même que tu t'en aperçoives: cela se produit, un point c'est tout. Fais attention à l'univers dans lequel tu te fourres.
p 161
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Michela Murgia (120) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michela Murgia
Michela Murgia - Leçons pour un jeune fauve
autres livres classés : mentorVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3590 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre