AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207013590X
Éditeur : Gallimard (15/05/2013)

Note moyenne : 4/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Pendant toute la guerre, les Britanniques ont procédé à des écoutes systématiques de milliers de prisonniers allemands et ont transcrit les passages de ces conversations qui leur paraissaient présenter un intérêt spécifique (stratégie, organisation de la chaîne de commandement, moral des troupes évoluant au fil de la guerre selon que les soldats étaient sous-mariniers ou marins, dans l’armée de l’air ou l’armée de terre, etc.). Ces procès-verbaux reposaient dans les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

critiques presse (5)
NonFiction   21 janvier 2014
Le livre Soldats frappe d'abord "par la franchise avec laquelle [les soldats] parlaient du combat, de la mort donnée et de la mort reçue". Cette étude s'appuie sur une source brute, des conversations retranscrites, touchant à l'intime des combattants, et prétend restituer une image à la fois violente et tragique de la guerre nazie vue du côté des combattants allemands.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Lexpress   25 juin 2013
Les Alliés ont enregistré à leur insu des prisonniers de guerre allemands. Accablant.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LaLibreBelgique   18 juin 2013
Nous ne pouvons évidemment pas rapporter ici la finesse de leurs analyses, la richesse des extraits des procès-verbaux reproduits, la diversité des situations et des motivations qui ont fait que des hommes ont tué, torturé ...
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Bibliobs   10 juin 2013
Le livre passionnant de Sönke Neitzel et Harald Welzer prolonge l'entreprise de dévoilement en s'appuyant sur les milliers de pages de transcription des bavardages entre soldats allemands faits prisonniers par les Britanniques, que ceux-ci enregistraient secrètement.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Liberation   13 mai 2013
Fondé sur le récit de prisonniers allemands, «Soldats» minimise le rôle de l’idéologie nazie dans les atrocités de l’armée
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
art-bsurdeart-bsurde   13 juillet 2017
Les gens n'ont pas une pensée abstraite, mais concrète. Et ce qui apparaît comme une vérité de plus en plus manifeste avec le recul de l'histoire reste passablement indifférent à celui qui le vit tant qu'il n'est pas personnellement et directement touché par les effets du malheur qui se prépare. Il existe bien sûr des exceptions notables.
Mais la plupart découvrent seulement l'inondation au moment où l'eau envahit le rez-de-chaussée, et à cet instant précis l'espoir que l'eau cesse de monter est encore puissant. Même la perte des espoirs peut se négocier dans les esprits : si l'on n'a pas la victoire finale, alors que ce soit au moins une paix négociée. Abandonner un espoir de ce type aurait ruiné d'un seul coup toute la valeur de l'engagement précédent et de tout l'investissement émotionnel. C'est la raison pour laquelle les gens s'accrochaient à des espoirs et des vœux qui nous paraissent aujourd'hui irrationnels, à nous qui avons accumulé de plus en plus de connaissances. Pourquoi les travailleurs luttent-ils pour sauver leur entreprise bien qu'elle n'ait objectivement aucune chance de prospérer sur le marché ? Parce qu'ils ont investi énergies, souhaits et espoirs, temps de vie et perspectives, au point de ne plus en avoir d'autres. Ce n'est nullement une attitude des « petites » gens. Au contraire, la capacité d'assumer l'échec diminue au fur et à mesure que l'on monte dans la hiérarchie. Le général Ludwig Crüwell l'exprime en ces termes au mois de novembre 1942, alors qu'il vient de recevoir le message l'informant que l'encerclement de la 6e armée se dessine à Stalingrad : « Des centaines de milliers de morts supplémentaire auraient été vaines ? Voyons, c'est inconcevable. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
art-bsurdeart-bsurde   08 juillet 2017
Les cades de références sont extrêmement variables sur le plan historique et culturel : les musulmans orthodoxes intègrent le comportement sexuel moral ou réprouvable à d'autres cadres de référence que les Occidentaux laïcs. Mais aucun membre de l'un de ces deux groupes n'interprète ce qu'il voit à l'écart de ces références qu'il n'a ni choisies ni sélectionnées, qui forgent, guident et pilotent dans une mesure considérable ses perceptions et ses interprétations. Cela ne signifie pas qu'il n'y ait pas aussi, dans des situations particulières, des transgressions du cadre de référence donné, ni que l'on ne voie ou ne pense pas de choses nouvelles – mais le cas est relativement rare. Les cadres de références assurent l'économie de l'action : la majeure partie de ce qui se produit peut être classé dans une matrice familière. Et cela engendre un effet de soulagement. Aucune personne agissant n'a à recommencer constamment de zéro en répondant toujours à la même question : qu'est-ce qu'il se passe, au juste, ici ? La majeure partie des réponses est programmée par avance et on peut y faire appel à son gré – en les réintégrant dans un système culturel composé de points de repères et de savoirs, système qui remplace de vastes pans des missions existentielles par des routines, des habitudes, des certitudes, et apporte ainsi à l'individu un énorme soulagement.
Mais à l'inverse, cela signifie que lorsqu'on veut expliquer l'action de personnes, il faut reconstituer le cadre de référence dans lequel elles ont agi – ce qui a organisé leurs perceptions, ce qui leur a suggéré leurs conclusions. Pour cette reconstitution-là, les analyses des conditions objectives sont totalement insuffisantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
art-bsurdeart-bsurde   13 juillet 2017
Il faut en outre tenir compte du fait qu'historiquement, la violence se vit et s'exerce de manière très variable. L'extraordinaire abstinence dont fait preuve la société moderne en matière de violence, et l'absence majoritaire de violence dans l'espace public – mais aussi, de manière plus limitée, dans l'espace privé – sont liées à une conquête de civilisation : la division du pouvoir et le monopole de la violence par l’État. C'est ce qui permet l'immense sécurité qui caractérise la vie dans les sociétés modernes : dans les époques prémodernes, la probabilité d'être un jour victime de la violence physique était nettement plus élevée. La présence de la violence dans l'espace public, par exemple dans le contexte des sanctions pénales et des exécutions, était bien supérieure à celle que nous connaissons aujourd'hui, et l'on peut considérer que le cadre de référence et donc le vécu de la violence exercée et subie ont une extrême variabilité historique.
Les « temps » que nous vivons, les conceptions de la normalité en vigueur au moment où surviennent les événements, ce que l'on juge normal et ce que l'on considère comme extrême, tout cela constitue un fond important pour le cadre de référence. En « temps de crise » par exemple, les mesures politiques justifiées ne sont pas les mêmes qu'en « temps normaux ». Dans les conditions d'une catastrophe, dit-on, « tous les moyens sont permis » - en tout cas beaucoup de ceux qui seraient passibles de sévères sanctions en temps de paix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   14 mars 2017
Il s'agit donc, pour nous, de porter à l'aide de l'analyse du cadre de référence un regard amoral, c'est-à-dire non normatif, sur la violence qui a été exercée au cours de la Seconde Guerre mondiale, afin de comprendre sous quelles conditions des hommes parfaitement normaux deviennent capables, d'un point de vue psychique, de commettre dans des circonstances déterminées des choses qu'ils ne feraient jamais dans d'autres conditions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
art-bsurdeart-bsurde   08 juillet 2017
C'est ainsi, par exemple, que se produit le fameux phénomène des « bystander » : lorsque plusieurs personnes sont, ensemble, témoins d'un accident ou d'une rixe, il est rare que quelqu'un vienne au secours de la victime. Car aucun des spectateurs n'est certain de ce que serait la bonne réaction à cet instant précis, raison pour laquelle tous tentent de se prendre mutuellement comme point de repère – et comme personne ne réagit, tout le monde reste immobile et se contente de regarder. Si personne n'apporte son aide, ce n'est cependant pas par « indifférence », comme le commentent d'ordinaire les médias, mais par manque d'orientation et en raison d'un inéluctable processus de confirmation réciproque dans l'inaction. Les personnes impliquées se créent un cadre de référence commun, et c'est dans ce cadre qu'elles prennent leurs décisions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : guerreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
891 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre