AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Gilles Goullet (Traducteur)
EAN : 9782072891175
416 pages
Éditeur : Gallimard (01/10/2020)

Note moyenne : 3.08/5 (sur 20 notes)
Résumé :
2144. Jack Chen, une ancienne scientifique et militante antibrevets, synthétise désormais des médicaments pirates. Robin des bois des temps modernes, elle sillonne les océans dans son sous-marin, vendant ses produits à bas prix aux populations incapables de s’offrir les molécules originales. Mais sa dernière «création», dérivée du Zacuity, une pilule qui augmente l’attrait pour son travail, semble provoquer une addiction très rapide, et les morts se multiplient. Tou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Latulu
  13 janvier 2020
2144 Planète Terre.
Jack Chen, ancienne scientifique reconvertie en contrebandière, occupe son temps en assouvissant deux besoins : emmerder les lobbys des brevets pharmaceutiques et assurer son gagne-pain. Pour cela, elle pirate les formules de certains médicaments, en assure la production et les revend au marché noir où les bourses les moins aisées peuvent trouver à se soigner. Malheureusement, un de ses substituts va causer la mort de plusieurs personnes et l'entraîner dans une course-poursuite avec deux représentants de l'ordre. le compte-à-rebours pour trouver un remède a commencé.
Mêlant science-fiction et thriller, ce roman se lit facilement. le récit construit en course-poursuite et flash-back sur le passé de l'héroïne est rythmé. Certes, on est dans un monde futur où la technologie est très avancée, pour autant, on n'assiste pas un déballage d'explications alambiquées sur les « gadgets » rencontrés. Et ça fait du bien. L'héroïne évolue au sein d'un univers qui lui paraît normal et donc à nous aussi. le récit reste d'ailleurs cohérent à tout point de vue. L'auteur évite les clichés à la Robin des Bois : ses personnages sont nuancés, l'héroïne fait de mauvais choix. Que ce soit le flic et le robot militaire lancés à ses trousses, ses amis ou les personnages plus secondaires, tous ont un petit côté attachant ou déroutant qui donne envie de continuer la lecture pour en apprendre plus.
J''ai particulièrement aimé les interrogations du robot Paladin sur le désir humain et la gentrification qui mettent un peu d'humour sans tomber dans l'excès.
Une lecture agréable d'un roman qui ne révolutionne pas le genre mais contribue à sa vulgarisation.
Challenge SFFF 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
SagnesSy
  11 juin 2018
Nous sommes au XXII° siècle et la Terre tourne toujours. Les pays se sont regroupés en zones et l'Intelligence Artificielle a fait un bond de dingue. Les robots peuvent obtenir leur franchise et devenir des êtres « libres », si tant que la notion de liberté ait un sens dans une société où l'argent – toujours lui – rythme la vie des gens. Tout (ou presque) se soigne pour qui en a. Pour les autres, c'est la galère – y compris pour les humains asservis (qui n'ont pas les moyens d'obtenir une franchise). On va assister à la poursuite d'une scientifique pirate (qui délivre gratuitement des (bonnes) copies de médicaments brevetés ) par un duo de flics robot/humain… Passée la mise en place de l'univers, ce premier roman est étonnamment (parce qu'assez technique tout de même) accrocheur. Facile à lire, c'est plus un techno-thriller qu'une pure SF même si de bonnes questions fondamentales sont abordées (la notion d'humanité, les IA, les open sources, le concept de liberté etc.). J'ai été déroutée par la relation qui s'établit entre les humains et les robots mais j'ai trouvé que les angles choisis étaient intéressants, et amenaient à se poser de vraies questions, encore une fois. Passé la moitié du roman le temps a disparu, je suis devenue aveugle et sourde à tout ce qui n'était pas l'intrigue et ce n'est pas si souvent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
BlackWolf
  19 août 2018
En Résumé : Je ressors de ma lecture de Autonome avec un sentiment de lecture plus que mitigé. Certes le récit s'avère être un thriller, avec deux lignes de narrations cherchant à être rapides et incisives, mais je trouve que sur de nombreux points il manque le coche. Déjà j'ai trouvé que la construction était par moment facile, que la découverte des indices, des révélations, reposaient plus sur l'envie de l'autrice de faire avancer ou non son récit que sur une certaine logique. Concernant l'univers, même s'il a certains points intéressants, il m'a paru clairement bancal dans son incapacité à reposer sur un minimum de bases solides, tant on ne sait rien sur ce qui a pu amener à ce futur. C'est dommage, car il a du potentiel. Concernant les réflexions qu'amène Annalee Newitz, je trouve qu'elle brasse énormément d'idées, mais que, voulant trop en faire, elle s'y perd. de plus certaines réflexions, comme la notion d'ouverture entre Paladin et Eliasz ne m'ont pas accroché du tout tant elle m'a paru improbable et incohérente. J'ai aussi trouvé dommage ce côté binaire entre la gentille pirate et les méchants groupes pharmaceutique, alors que la pirate est loin d'être innocente, mais vu que c'est l'héroïne on va éviter de trop amener le sujet. À propos des personnages, ils m'ont paru manquer de profondeur, juste assez construits pour faire avancer le Thriller et ne pas paraitre trop creux. C'est dommage tant ils pouvaient apporter plus, même si je nuance pour Med qui amène un peu de complexité, mais qui aurait pu aussi offrir plus. Concernant l'intrigue, j'ai trouvé que la découverte de l'antidote était un peu facile et la conclusion m'a paru simple et convenue. La plume de l'autrice est simple, efficace et colle parfaitement au style thriller rapide. Au final, j'avais peut-être trop d'attentes concernant ce roman, maintenant si vous cherchez un récit vif, rapide et incisif, qui offre des réflexions chocs, même si manquant de complexité, alors il pourrait vous plaire.

Retrouvez la chronique complète sur le blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
NanouLectrice
  10 novembre 2020
Déjà, je tiens à remercier Babelio et Folio SF pour cet envoi suite à la masse critique d'octobre.
Ici, nous suivons l'histoire de Jack, une pirate qui synthétise des médicaments pour les rendre accessibles à tous. Mais après avoir synthétisé un médicament bien particulier elle se retrouve en cavale. Nous suivons sa fuite et sa recherche pour trouver une solution pour pouvoir effacer les effets secondaires du médicament qu'elle a synthétisé.
J'avais sélectionné ce livre lors de la dernière masse critique parce que c'est un genre que je n'ai jamais lu. En effet, je lis rarement de la science-fiction donc encore moins du techo-thriller. Et je dois dire que j'ai été surprise. Au début, de ma lecture, j'ai vraiment eu du mal, plein de terme que je ne connaissais pas. Je ne comprenais pas tout à ce que je lisais. Au bout d'une cinquantaine de pages, je me suis même posé la question de savoir si je continue ou non. Puis, je me suis dit qu'il fallait que je persévère pour pouvoir donner un avis complet. Finalement j'ai plutôt bien aimé même si ça m'a demandé une très grande concentration de lecture pour tout comprendre mais je pense que cela est dû au fait que ce n'est pas un genre que je connais et où je me sens à l'aise.
J'ai trouvé le commencement très long mais arriver au milieu du roman tout s'accélère et j'ai commencé à vouloir en savoir plus. Je pense que ce qui m'a fait aimé que moyennement ce roman, c'est le manque d'attachement aux personnages. En effet, je suis resté assez indifférente à ce qu'il pouvait leur arriver sauf peut-être pour Paladin.
Je n'ai pas de moyen de comparaison puisque c'est le seul livre du genre que j'ai lu mais je pense qu'il est assez intéressant et dans l'ensemble, j'ai passé un agréable moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Felina
  08 juillet 2018
On entre, avec "Autonome" dans un univers littéraire que je fréquente très peu: le techno-thriller. Je lis à peu près tout les genres littéraires, sans vraiment approfondir. Bien-sûr, j'ai lu des romans de SF, mais je n'ai jamais vraiment poussé très loin le genre narratif où la technologie et les robots ont la part belle. Je n'ai pas été plus loin que Isaac Asimov. C'est en relisant la définition du techno-thriller que je me suis d'ailleurs rendue compte que je me trompais. le fondateur du genre semble être Tom Clancy, dont j'ai lu plusieurs romans, même si je trouve qu'il manque l'aspect robotisé. Mais ce n'est que mon humble opinion...
Notre monde est en plein déclin. Ce qui n'a rien de surprenant. La société telle qu'on la connaît n'existe plus. Les grosses multinationales - et à travers elles l'argent - ont pris le pouvoir. La plus importante d'entre elles est l'IPC qui détient le monopole des brevets et des droits. La société se divise en deux, les riches qui peuvent tout, et les autres qui luttent pour ne pas mourir. Jack Chen est une pirate, qui vend des bonnes copies de molécules de médicaments pour aider les nécessiteux. Hors elle se rend compte, mais trop tard, que la molécule Zacuity, a un effet mortel sur ses utilisateurs. La jeune femme va lors mener une double course contre la montre, d'une part pour trouver un remède, et d'autre part elle va devoir sauver sa vie des poursuivants qui veulent sa peau.
En lisant la quatrième de couverture de ce roman, je n'ai pu m'empêcher de penser à "Matrix". L'univers proposé par Annalee Newitz est très intéressant, mais par moment ardu à comprendre, notamment les trafics d'influence.Il apparaît un peu technique par moment, mais c'est un peu un mal pour un bien, car une fois passer les explications, univers qui s'ouvre permet d'aborder des thématiques plus que captivantes - qui est apparu le premier, l'oeuf ou la poule? - telles que la notion de liberté, d'intelligence artificielle et de libre arbitre.
En effet, et sans entrer dans les détails afin d'éviter tout spoiler, l'aspect qui captive totalement le lecteur est cette idée que le robot, une fois qu'il a payé son tribu d'esclavage à son propriétaire, il peut regagner sa liberté et se reprogrammer pour devenir autonome. Dans la société créée par l'auteure, les humains peuvent également être esclave jusqu'à ce qu'il aient payé leur tribu. Mais il est pour eux très dur d'obtenir une réelle liberté, et même s'ils l'obtiennent leur être entier est marquée par cette période d'esclavagisme. Problème que les biobots et autres bots n'ont pas. Les points de vue entre humains et robots sont très intéressants, et offre un point de vue totalement innovant. (...)
Lien : http://lillyterrature.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
SciFiUniverse   03 juillet 2018
Autonome est un roman intelligent et actuel de hard science qui a toute sa place dans la superbe collection Lunes d’encre de Denoël, dont nous avions déjà parlé lors de la sortie du roman : Dans la toile du temps.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LatuluLatulu   12 janvier 2020
A force de se renseigner sur le mot "tapette", et pour avoir fini par le comprendre à peu près, Paladin savait que chez les humains, le désir sexuel faisait partie du genre. Mais il commençait à se rendre compte que ce dernier influait aussi sur la manière de voir le monde. Les robots militaires, surtout ceux au corps cuirassé comme Paladin, étaient presque toujours "il". Les humains attribuaient un genre en fonction du comportement et du rôle professionnel, souvent en ignorant l'anatomie. Le genre était une forme de reconnaissance sociale.
Voilà pourquoi les humains lui avaient attribué un genre avant même qu'il ait un nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LatuluLatulu   13 janvier 2020
"Ce que j'essaye de vous faire comprendre c'est que ce n'est pas le bon endroit pour chercher du boulot, en ce moment. Les gens vous disent qu'on s'enrichit facilement, ici, mais en fait c'est juste qu'être pauvre y est moins pénible qu'ailleurs."
Commenter  J’apprécie          20
SagnesSySagnesSy   11 juin 2018
C’est toujours comme ça, avec les humains. Ils se croient toujours très malins à se servir de codes et d’euphémismes. Mais ils meurent d’envie de dire ce qu’ils savent.
Commenter  J’apprécie          20
SagnesSySagnesSy   11 juin 2018
Mon cerveau n’est qu’une astuce publicitaire, vocalisa-t-il, répétant ce que lui avaient dit les robots à la fabrique Kagu. Il sert à faire croire aux humains que je suis vulnérable. Mais il n’offre pas réellement de fonctionnalités.
Commenter  J’apprécie          00
baladinbaladin   22 novembre 2020
Si je t'achetais une émancipation ici ? J'ai de quoi payer un forfait citoyen de base qui te permettrait de travailler et d'étudier à Saskatoon. Et si tu voulais déménager ailleurs dans la Zone, la mise à niveau ne coûte pas cher.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Annalee Newitz (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annalee Newitz
Let Annalee Newitz read you a bedtime story. We promise you will drift off dreaming of time travel!
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3502 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..