AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234077893
Éditeur : Stock (12/09/2018)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Que reste-t-il d’un pays disparu depuis plus de vingt-cinq ans et dont l’effacement est toujours un enjeu social et politique ? Sur les tables des videgreniers, par terre dans les hangars ou dans les entreprises délaissées, la République Démocratique Allemande (RDA, 1949-1990) est aujourd’hui un pays à la brocante, un pays à l’horizontal.
Ce livre invite à un voyage sur les traces de ce pays disparu. Dans les usines ou les écoles à l’abandon, il arrive que l’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
MarianneL
  02 février 2019
« Quand on parcourt l'ancienne RDA, partout, ou presque, s'engagent ainsi des conversations, autour de « traces », de souvenirs, de petits lieux, d'objets. Souvent, aussi, des anciens de l'Est tiennent à rappeler ce qui fut alors réalisé, ou simplement vécu, et qui a disparu. D'autres, parfois les mêmes, dénoncent différentes formes d'oppression ou de contrôle. Les petits ânes de la RDA sont rares, mais, en Allemagne de l'Est, les ruines, les friches industrielles, les plaques de mémoire, les documents à l'abandon, les objets de brocante, les petits musées personnels sont, eux, innombrables. Ces « traces » sont la matière de ce livre, mais non pas les plus visibles, non pas les plus formelles, non pas les plus officielles. »
Note : le petit âne fait référence à « Pinocchio » petit âne du zoo d'Halberstadt, en ex-RDA
Selon Carlo Ginzburg, l'histoire est irrémédiablement liée au concret, et l'historien tel un chasseur d'indices, traquant des signes marginaux en apparence négligeables, des traces souvent considérées comme non révélatrices, peut retrouver le fil ténu de l'histoire et saisir une réalité profonde, impossible à atteindre autrement. Bâtiments abandonnés, sacs-poubelles éventrés, objets du quotidien, musées individuels faits de bric et de broc, ce sont ces traces de l'Allemagne de l'Est que l'historien Nicolas Offenstadt a suivi, loin des politiques mémorielles des grands musées allemands.
Urbexer parcourant l'ex-Allemagne de l'Est, il a exploré des centaines de lieux utilisés ou habités à l'époque de la RDA et aujourd'hui en ruine, et collecté des bribes, des objets vendus dans les brocantes, des histoires de vie dans les archives abandonnées et rencontré ses anciens citoyens, de manière fortuite ou planifiée.
Nicolas Offenstadt fait « parler » les traces des lieux pour reconstituer le passé, et faire surgir en faisceau une vision historique et politique de ce pays disparu et de ce qui en subsiste, qui ne s'inscrit pas uniquement dans le prisme de l'histoire politique d'une dictature répressive, où l'Est sert de négatif à l'Ouest, selon les mots de l'historienne Sonia Combe : « À n'étudier la RDA que comme dictature, on prive de sens des vies entières qui s'étaient consacrées à l'édification de cet Etat austère et autoritaire et qui ont été flouées. » (Sonia Combe, Usage savant et usage politique du passé – La Découverte, 2009)
« Tous ces objets-traces seront au coeur de notre propos. Nous prêterons attention à leur « biographie », à leur « carrière » pour reprendre des termes utilisés dans les sciences sociales. Nous les prendrons au sérieux. C'est-à-dire que nous n'en ferons pas des reliques figées mais que nous réfléchirons à leurs trajets, aux retournements de leur emploi, à ce qu'ils disent des temps qu'ils ont parcourus, à leurs changements de statut, et ce que ces changements disent sur les humains qui les accompagnent, ou ce qu'ils leur font. »
Comme avant lui Svetlana Alexieivitch dans « La fin de l'homme rouge », Nicolas Offenstadt met en lumière dans cet essai paru en 2018 chez Stock les paradoxes du ressenti des citoyens est-allemands envers la RDA, combinant les regrets envers la protection sociale (droit à l'emploi, accès gratuit à l'éducation et aux soins…), la nostalgie de l'utopie et les espoirs qui ont succédé à la période dramatique du nazisme, malgré la dictature du parti, le manque de liberté politique et les pénuries récurrentes, les citoyens affirmant « regretter la RDA non telle qu'elle était mais telle qu'elle aurait dû être ». (Marina Chauliac, « Ostalgie sans regret »), une utopie désenchantée évoquée avec tant de puissance dans le roman de Lutz Seiler, « Kruso » (2014, éditions Verdier).
Se fondant sur une méthode peu orthodoxe qu'il a construite au fil de ses explorations, Nicolas Offenstadt passionne en montrant que l'Histoire et le rapport au passé sont une matière vivante, au fil des exhumations de ces traces qui s'effacent, des rencontres et des signes qui mettent en lumière la nostalgie ressurgissant après une période de tabula rasa, marquée par la liquidation du patrimoine industriel, la mise à l'écart des élites et l'écrasement économique et symbolique de l'ancienne RDA après la chute du Mur. Fruit d'une enquête qui s'est étendue sur plusieurs années, richement illustrée de photos de l'auteur, « le pays disparu » montre ainsi les évolutions et les contradictions qui traversent le rapport au passé des citoyens de ce pays disparu, et l'articulation complexe et mouvante entre passé et présent, entre oubli et Ostalgie.
Nicolas Offenstadt sera l'invité de la librairie Charybde (129 rue de Charenton, Paris 12ème) le jeudi 7 février en soirée pour une rencontre-discussion autour du « Pays disparu ».
Retrouvez cette note de lecture et et beaucoup d'autres sur le blog Charybde 27 ici :
https://charybde2.wordpress.com/2019/02/02/note-de-lecture-le-pays-disparu-nicolas-offenstadt/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (3)
NonFiction   22 janvier 2019
Une recherche passionnante sur les traces de l'ancienne République d’Allemagne de l'Est... et un document essentiel sur la société allemande et son travail de mémoire contemporain.
Lire la critique sur le site : NonFiction
LeDevoir   14 janvier 2019
Avec un point de départ intéressant et de la rigueur dans la démarche, Le pays disparu demeure un récit un peu figé fait de visites et de rencontres qui, sur le papier, trouvent parfois peu de consistance. L’auteur, du reste, n’a pas su dépouiller son écriture d’une tonalité trop académique.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LeMonde   14 septembre 2018
Nicolas Offenstadt a longtemps sillonné les ruines de l’ex-République démocratique allemande, Etat effacé en 1990. Il en livre l’histoire ordinaire dans « Le Pays disparu ».
Lire la critique sur le site : LeMonde
Lire un extrait
Videos de Nicolas Offenstadt (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Offenstadt
Entretien avec Nicolas Offenstadt, auteur d'un ouvrage d'exploration urbaine, « le pays disparu » (Stock, 2019), dans lequel il questionne l'effacement mémoriel du fait est-allemand depuis la réunification.
? Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart ? Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement ? Toutes les vidéos de Mediapart : https://www.mediapart.fr/studio/videos
autres livres classés : rdaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1704 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre