AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782368526910
Éditeur : Kurokawa (12/03/2020)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Son corps peut disparaître, pas sa culpabilité... Aya Kinomiya, 9 ans, grandit entre un père violent, un frère apathique et une mère qui tente de protéger ses enfants. Un quotidien insupportable qui donne à Aya l'envie de disparaître. L'envie se mue en réalité quand la jeune fille se découvre le pouvoir de devenir transparente aux yeux des autres. Pourtant, au sein de sa famille, rien ne change. Jusqu'à ce que son don d'invisibilité la pousse à commettre un geste au... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
CyranoGirl
  17 décembre 2020
Comme pour tout autre manga, je vais reprendre les deux points cruciaux, selon moi, pour avoir un manga réussi : la qualité du dessin et la qualité de l'histoire.
1 – La qualité du dessin
Rien à redire sur le dessin. Je trouve les strips épurés, simples, emplis de tristesse et de noirceur. Typiquement le genre de dessin et le genre de traits que j'apprécie. le regard se pose directement sur les points essentiels de chaque case et ne se perd pas comme dans une surcharge de détails. le style graphique de ce manga, en plus d'être de bonne qualité, reflète l'histoire et les émotions des personnages.
2 – La qualité de l'histoire
Ici, ça coince un petit peu. Je pense que ce premier tome est censé n'être qu'une mise en bouche de l'histoire et donc ne se lit pas « tout seul ». L'histoire ne commence véritablement qu'à la dernière page (non, non, je ne me suis pas trompée de sens de lecture :p). Je serais tentée par l'achat du deuxième tome, pour voir si l'histoire en vaut la peine ou non.
Conclusion : la patte de l'auteur est à mon goût ; en revanche, il serait compliqué de critiquer l'histoire, pour le moment, comme je n'ai que le premier tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
DragonLyre
  13 janvier 2021
Dans Transparente, nous découvrons le quotidien d'une fillette de neuf ans, Aya. Entre un père violent dès qu'on le contrarie un tant soit peu, une mère aussi soumise que dépassée et un frère aîné indifférent à ce qui se passe autour de lui, elle a vite appris à se fondre dans le décor. D'autant plus que ses rares interventions pour ramener la paix ne font généralement qu'attiser la colère de son géniteur. On ne peut que ressentir son incompréhension, son sentiment d'injustice, lorsque – par exemple – le papa d'une amie se joint à elles pour jouer à la console dans la joie et la bonne humeur. D'emblée, il y avait ce fossé entre Aya et le monde. En cours, le schéma frôle l'identique : des élèves qui s'en prennent à un individu isolé et Aya qui se tapit dans un coin, sans parler ni se faire remarquer. Un jour, déprimée par une énième querelle entre ses parents, elle émet le souhait de vivre ailleurs, regrette d'être née dans cette famille. Et sous ses yeux ébahis, son reflet disparaît alors dans le miroir.
Ce seinen n'a clairement pas pour vocation de se focaliser sur cette étrange faculté que possède Aya. On n'a pas la moindre idée d'où elle lui vient, pas l'impression non plus que le mangaka abordera le sujet. Tout au plus ébauche-t-il quelques rapides observations sur l'étendue, les limites de ce pouvoir, à travers quelques bulles jetées pêle-mêle autour d'Aya qui émet les conclusions de ses propres expérimentations. Cette possibilité qu'elle a de devenir invisible, transparente, semble davantage servir de prétexte aux événements qui surviendront quelques années plus tard. À quinze ans, consciente de l'engrenage infernal dans lequel sa mère est plongée, elle commet l'irréparable sur un coup de tête. Son père mis en terre sans que personne ne puisse remonter jusqu'à elle pour l'incriminer, Aya va devoir vivre avec sa culpabilité. Hantée par son geste, elle voit régulièrement le fantôme de son père, au coin de la rue, sur le siège passager d'une voiture… et repousse quiconque essaie de se lier d'amitié avec elle. Pourtant, avec son entrée au lycée, de nouvelles perspectives s'ouvrent à elle et on sent bien que le véritable but de cette intrigue se situe sur ce point précis. Aya saura-t-elle renaître de ses cendres ou son passé finira-t-il par la consumer ? Parviendra-t-elle à se sortir de cet éternel isolement dans lequel elle s'est sciemment jeté ? Est-ce seulement possible avec le poids qui pèse sur sa conscience ? Peut-elle en parler sans risquer de tout perdre ? Sans laisser gagner ce père qui n'a eu de cesse de brimer les siens ? Mais le silence est-il réellement une option ? Ne fond-il pas un peu plus encore les barreaux de cette cage qu'elle s'impose ?
Ce premier tome est très introspectif. On ressent les tensions, la douleur, les dilemmes de l'adolescente. L'ébauche de ses envies, bridées par cette impression qu'elle a de tout détruire autour d'elle. le style du mangaka renforce cette mise en scène psychologique : les décors sont souvent absents, minimalistes. Un rideau par-ci, du carrelage par-là, un bâtiment esquissé parfois, un fond vierge le plus souvent. Tout est mis en oeuvre pour focaliser l'attention du lecteur sur les personnages, en particulier sur les émotions qui traversent leur visage. Là où Aya s'évertue à porter un masque impénétrable, ses nouvelles camarades de classe semblent apporter l'étincelle de vie qui lui manque. le character design est très agréable à parcourir, avec ces coiffures réalistes, ces cheveux fins, ces yeux expressifs sans jamais paraître disproportionnés. Seule la bouche du père apparaît démesurée, comme pour mieux souligner la violence de ses propos et de son attitude. On le perçoit ainsi à travers le regard d'enfant d'Aya qui en fait presque un monstre tant elle a peur de ses accès de colère.
Si la narration peut parfois paraître assez rapide, notamment lors de la découverte du pouvoir d'Aya, la lecture n'en est pas moins restée intéressante. Elle nous laisse ce petit goût de trop peu qui nous donne envie de nous ruer sur la suite. C'est un style qui ne plaira peut-être pas aux amateurs d'action en tout genre, à ceux qui cherchent un récit qui bouge et des prouesses surnaturelles qui décoiffent, mais le travail effectué par Jun Ogino autour de sa jeune (anti-)héroïne saura assurément en séduire d'autres !
Lien : https://dragonlyre.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Marlene_lmedml
  16 mars 2020
Les éditions Kurokawa ont su piquer ma curiosité avec le premier opus de cette saga en quatre tomes qui est d'ors et déjà terminée au Japon. Je me suis laissé tenter par cette sublime couverture, et le constat est sans appel, ce premier tome a tout ce qu'il faut pour accrocher l'intérêt des lecteurs.
Ce manga ne plaira pas forcément à tout le monde, l'ambiance est assez sombre et froide, l'histoire est narrée par notre héroïne à diverses étapes de sa vie. Dès les premières pages, Jun Ogino met en place son intrigue, c'est percutant et cela a eu le don de m'émouvoir. On comprend assez vite où le mangaka souhaite nous emmener. le premier chapitre place notre héroïne au centre du récit, autour d'elle gravitent différents personnages. Un père violent, une mère qui prend sur elle pour ses enfants, un frère inexistant... Bref, Aya se sent bien seule. Elle aimerait disparaître, ne plus faire partie de cette famille dysfonctionnelle... Et un jour, elle se découvre le pouvoir de devenir transparente aux yeux du monde extérieur. Durant des années, Aya va tester ce pouvoir exceptionnel, jusqu'à commettre l'irréparable. C'est à ce moment-là que l'histoire démarre réellement.
Si vous aimez les histoires dérangeantes, les ambiances un peu pesantes et froides dans tous les aspects, alors cette saga est faite pour vous. J'ai vraiment aimé ce premier opus, le rythme est assez lent et les graphismes amplifient cette sensation de froideur. Aya est une héroïne atypique et son histoire l'est tout autant. Je n'ai pas eu de mal à comprendre son attitude et elle est finalement attachante malgré un comportement distant et désabusé. Les dessins mettent en relief les souffrances d'Aya, c'est un cheminement intéressant et très intense psychologiquement.
Jun Ogino nous livre une oeuvre singulière et met en scène son héroïne avec son don particulier. Les pages se tournent toutes seules, le récit nous offre des émotions parfois perturbantes mais compréhensibles. J'ai aimé suivre cette héroïne dans sa dérive, les dessins sont assez minimalistes mais j'ai été séduite car ceux-ci cadrent à la perfection avec l'ambiance générale. Tout est cohérent et le final relance totalement l'intrigue pour mieux donner envie aux lecteurs de continuer l'aventure.
En bref, un premier opus singulier avec une ambiance particulièrement froide et sombre. Jun Ogino nous offre un récit atypique qui place l'héroïne au coeur d'une intrigue passionnante. Ce premier tome a tout pour plaire aux lecteurs, les éditions Kurokawa nous proposent une saga qui sort de l'ordinaire avec une réflexion assez poussée sur le quotidien et le destin de notre héroïne. Une très belle découverte.
Lien : http://encore-un-manga.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lesvoyagesdely
  26 juin 2020
Transparente est une des nouvelles séries de Kurokawa qui sera terminée en 4 tomes du mangaka OGINO Jun que nous allons pouvoir découvrir.
C'est une lecture prenante, intéressante et anxiogène. Elle peut être lourde et pesante.
Le titre « Transparente » peut faire penser au fait de ne pas avoir assez de personnalité, présence, ou de ne pas assez compté pour les autres, qui du coup, ne vous voient pas vraiment.
Nous allons rencontré Aya Kinomiya, la jeune demoiselle de la couverture, et la suivre dans certaines étapes de sa vie depuis ses 9 ans.
Aya vit dans une famille compliquée, dysfonctionnelle, dans laquelle elle ne se sent pas bien, prisonnière. Son père est violent, elle a peu de bons souvenirs avec lui, juste un sur de la pêche. Elle l'avait accompagné pour lui faire plaisir. Mais nous voyons la grande bouche de son père, qui semble devenir monstrueuse, et combien il s'énerve. Sa mère ne fait rien, elle est apathique, elle subit et tente de protéger ses enfants.
Son frère de trois ans son aîné ne semble avoir aucune réaction.
Aya, qui est très vite attachante, emmène le lecteur dans son monde tourmenté, où on se sent très vite mal à l'aise. Quand elle voit le père d'une copine, elle voit bien que quelque chose cloche avec le sien.
Mais que peut-elle faire ?
A la maison, c'est la politique de l'autruche.
Et en cours, c'est pareil, avec les gens harcelés. Les autres élèvent laissent faire, certains rigolent, d'autres se disent tant que ce n'est pas moi, ça ira, la prof est gentille mais ne sait pas se faire respectée.
Aya a du mal dans cette société glaçante à s'attacher à d'autres personnes, à faire sa vie. Pourtant s'éloigner de tout est-il la solution ?
C'est aussi à 9 ans qu'elle découvre qu'elle peut devenir transparente, et qu'elle nous explique comment cela marche, les expériences qu'elle fait, de suivre les gens, tenter des petites choses, rien de méchant.
Elle grandit, et rien ne change à la maison. Cela empire, elle voit sa mère blessait. Elle n'en peut plus.
Un jour, elle va plus loin, mais il est difficile de totalement l'en blâmer, et en même temps, elle n'arrive pas à effacer cette tâche. Elle est tourmentée.
Maintenant qu'elle va aller au lycée, elle se décide à vivre seule. Elle en a besoin, d'échapper à cette maison, à son passé.
Elle rencontre même des gens, mais se sent indigne d'eux, a peur de trop les approcher, et ses tourments prennent forme.
Le graphisme est agréable. Les sentiments se dégagent bien, surtout l'impuissance, les tourments d'Aya et la violence affligeante de son père, qui l'a toujours terrifié.
Aya se resservira-t-elle de ses pouvoirs ? Que fera-t-elle ? Pourra-t-elle se lier à d'autres personnes ? Doit-elle payer son acte et de quelle façon ?
Une lecture prenante et glaçante. Un pouvoir intéressant. Une jeune femme, Aya, attachante. C'est très prometteur.
Lien : https://lesvoyagesdely.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
pommerouge
  29 avril 2020
Je remercie les éditions Kurokawa pour cette lecture. Un manga que j'avais vraiment très hâte de lire. Je suis ravie d'avoir pu découvrir cette histoire touchante et j'ai tellement hâte que ce confinement se termine, afin de savoir quand sortira le prochain tome !
Aya découvre lorsqu'elle a neuf ans, qu'elle peut devenir transparente. À force d'avoir un père violent, un frère apathique et une mère qui fait tout pour les protéger, elle a souhaité si fort de disparaître, qu'elle a réussi.
Elle peut décider quand elle le souhaite, de devenir transparente. de ce fait, elle s'est amusée à tester les limites de ce pouvoir et de tout ce qu'elle pouvait faire avec. Même si ces dernières étaient plutôt bénignes. Comme faire trébucher les brutes de sa classe, suivre des amis ou des professeurs, juste pour le plaisir.
Pourtant, l'ambiance à la maison est de plus en plus insupportable et ce don est son seul échappatoire. le temps passe et Aya à quinze ans. Jusque-là, elle n'avait utilisé son don que pour des choses sans grosse conséquence, pourtant, elle va commettre un acte horrible. Un acte dont elle se croyait incapable. Ce qu'elle ignore, c'est que ce dernier va changer sa vie, mais pas forcément de la façon dont elle se le serait imaginer.
Ce manga m'a beaucoup touché dès le début, car il aborde en premier le thème des familles dysfonctionnelles. Quand elle va chez une amie et qu'elle voie sa dernière avec son parent, rire, jouer, comme si de rien n'était, alors que chez elle, tout cela était impossible. J'ai beaucoup aimé, car je me suis facilement identifié au personnage d'Aya et de ce qu'elle pouvait ressentir.
De plus, on y découvre le thème de la solitude et de la culpabilité. Honnêtement, je trouve que le thème est intéressant, et même s'il n'est pas encore exploité dans sa totalité, j'espère que cela sera fait dans les prochains tomes.
En bref, un premier tome qui m'a vraiment charmé et touché en pleins coeur. J'ai adoré les thèmes abordés, l'histoire et le personnage d'Aya. Je l'ai trouvé poignante, je comprenais tellement l'enfer qu'elle vivait et la douleur qu'elle pouvait ressentir. J'ai vraiment hâte de voir ce que la suite nous réserve !
Lien : https://lapommequirougit.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
ActuaBD   10 juillet 2020
L’auteur Jun Ogino nous arrive avec un trait plutôt fade, à l’image d’Aya qui ne dégage aucune véritable aura. C’est tout le contraire pour ses deux amies hautes en couleurs.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
pommerougepommerouge   28 avril 2020
Je peux disparaître et revenir comme ça me chante... Qu'est-ce que c'est que ça ? Une sorte de pouvoir surnaturel ? C'est parce que j'ai voulu partir d'ici ?
Commenter  J’apprécie          00
Erik_Erik_   19 septembre 2020
Je me suis tellement effacé que j'en suis devenu transparent.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
autres livres classés : mangaVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
990 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre

.. ..