AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203025816
Éditeur : Casterman (07/06/2013)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Le carton : bleu pour les uns, blême pour les autres. Le déficit de la Sécurité sociale étant abyssal, tout citoyen âgé d'au moins seize ans est astreint à un contrôle médical semestriel. En cas de problème relevant du Code pénal (cambriolage, agression, etc.), quel que soit le statut social des victimes, la Police portera assistance aux citoyens en bonne santé titulaires d'un carton bleu et refusera légalement tout secours aux souffreteux possesseurs du fatal carto... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
DoVerdorie
  05 juillet 2013
À l'origine, "Carton blême" est un court roman écrit par Pierre Siniac en 1985. Jean-Hughes Oppel (scénariste) et Boris Beuzelin (dessinateur) ont adapté cette histoire futuriste en roman graphique... Ce ne sont donc pas des "inconnu" 's !
Si demain vous n'êtes pas en bonne santé, vous l'avez dans le c** ! Et c'est bien à cause du "trou de la sécu"...
Parce que dans ce troisième millénaire, on est arrivé au coeur d'une société où l'air est devenu irrespirable (au sens propre comme au figuré), où criminalité, délinquance juvénile et chômage ont fait exploser les statistiques, où le fondement insondable de la Sécurité Sociale a crée une nouvelle citoyenneté, mesurée à son degré d'état physique.
Le ministre de l'intérieur Salvanty (visualisez une espèce de momie sur laquelle on a greffé les touffes de poils du professeur Tournesol) a eu une très lumineuse idée qui fait d'une pierre, deux coups ! Chaque être humain de plus de 16 ans doit se soumettre a un contrôle médical semestriel et se voit attribuer ensuite un carton bleu (pour bonne santé) ou un carton blême (pour santé en berne, ce qui signifie : déchet "d'homme" négligeable). Et si dans ce monde de violence les flics doivent intervenir ou vous secourir, le carton bleu tient lieu de "sésame". Si, par contre, vous affichez le carton blême, vous pouvez vous agenouiller jusqu'au sang, ils vous laisseront crever dans toute légalité.
"Bienvenue à Merde-la-ville [...]. Nouvellement promu à la tête de la B.C.U.I. (Brigade Criminelle Urbaine d'Intervention) avec les félicitations du préfet de police." : le divisionnaire Héclans (coefficient de santé 93/100 ; visage amer d'un homme que sa femme va quitter) qui se farcira désormais le dossier déjà épais du "tueur au marteau"...
Les dessins aux traits incisifs et fébriles, aux couleurs crépusculaires de Beuzelin servent très bien le scénario d'Oppel qui a su aller à l'essentiel. Une bande dessinée taillée à la hache...ou aux coups de marteau...histoire de nous faire pénétrer dans la tête ce qui nous pend au nez (qu'il vaut mieux ne pas avoir enrhumé).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
sassenach
  13 décembre 2013
Dans un futur plus ou moins proche, les villes sont devenues des zones immenses et souvent dangereuses. le taux de criminalité s'envole, l'usage des drogues aussi, la qualité de l'air est plus moins acceptable mais la population subit un examen médical complet semestriel. Ceux qui ont une mauvaise santé reçoivent un carton blême, les autres obtenant un carton bleu. Seuls les cartons bleus sont protégés par les services de police. Héclans vient d'être nommé à la tête de la Brigade Criminelle Urbaine d'Intervention et il doit enquêter sur tous les crimes, y compris ceux d'un tueur en série aimant jouer du marteau. Mais après la découverte du corps d'une jeune femme dans une friche industrielle, Héclans ignore que son enquête va le plonger au coeur du danger …
J'aime beaucoup cette collection qui permet l'adaptation en BD de polars de différents horizons mais je suis loin d'avoir lu tous les titres qu'ils proposent, même si je m'y emploie ! Je suis d'ailleurs aussi loin de connaître tous les auteurs dont les romans sont adaptés par des dessinateurs variés. Je ne connaissais pas l'oeuvre de Pierre Siniac, décédé en 2002, auteur de nombreux polars français et c'est avec ce titre que je l'ai découvert. J'avoue qu'au départ, j'étais hésitante car j'avais peur de trouver l'histoire un peu datée (elle a été écrite en 1985) et la couverture ne m'attirait que moyennement (maintenant que je l'ai lu, je me demande pourquoi j'étais réticente !). Mais finalement, le graphisme, qui est bien représenté sur la couverture, m'a bien plus : sobre, traditionnel, réaliste, avec des personnages bien reconnaissables, des couleurs sombres pour coller à l'histoire. Et d'ailleurs, parlons-en, de cette histoire ! Elle se déroule dans un futur totalement crédible car il n'y a rien d'extravagant : cela ressemble à notre monde actuel sauf que tous les défauts en ont été amplifiés. On est donc dans la dystopie, genre très à la mode depuis quelques années. Mais qui devait être nettement moins courant au milieu des années 1980 quand le roman a été publié. On suit le divisionnaire Héclans dans son travail. L'ambiance de ce monde où on est protégé des voyous et des fous dangereux que si on est en bonne santé paraît vraiment effrayant et il y a quelques scènes violentes pour mettre cette atmosphère en lumière. L'enquête, qui commence de façon traditionnelle, va vite tourner au coup de pied dans la fourmilière et le rythme s'accélère en deuxième moitié d'album, se tournant plus vers l'action. J'ai trouvé que le mélange était très réussi, avec une histoire originale, un monde futuriste crédible et bien décrit, un suspense bien mené et un final qui ne dépare en rien l'ensemble. J'ai presque été déçue de voir que j'étais arrivée si vite à la fin de l'album car c'est le genre d'histoire où il y aurait pu avoir encore de nombreux développements mais être concis, c'est bien aussi : ça donne de l'impact au sujet !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Juliedlbrt
  23 avril 2014
Avec cette bande dessinée nous nous retrouvons plongé dans un monde dystopique dans lequel le très important déficit de la sécurité sociale a poussé le gouvernement à prendre une décision très dure : tout citoyen âgé d'au moins 16 ans et étant en mauvaise santé n'aura plus droit à l'assistance de la police. Pour mettre en place cela, un carton de couleur est distribué à chaque citoyen en fonction de son état de santé : bleu pour certain, blême pour d'autres. Tirée d'un roman, j'ai trouvé cette bande dessinée plutôt agréable à lire et assez intéressante.
Commenter  J’apprécie          10
Lireoumourir
  22 juillet 2013
Plongeons dans une anticipation dystopique avec cette superbe BD.

Dans un futur pas si éloigné, la criminalité et la sécurité sociale ont énormément augmentés. Afin de ralentir le déficit, la gouvernement trouve une solution radicale : les personnes en bonne santé obtiennent un carton bleu, les autres, un blême. En cas d'agression ou d'un quelconque autre problème, seuls les cartons bleus pourront se faire aider par les services de police.
C'est ainsi que tourne le monde, à présent...

J'ai fort apprécié cette BD, trouvant que l'aspect dystopique était vraiment très bien pensé.

En effet, l'histoire est très bien trouvée et nous permet de voir un futur pas si improbable que ça, dans lequel seul notre état de santé détermine notre importance au sein de la société. On suit ici un directeur de district qui tente de faire son métier au mieux, aidant les bleus et négligeant les blêmes. C'est une histoire horrible, pleine de violence, de meurtres, et surtout d'injustices envers ces personnes dont le seul crime est de ne pas être en bonne santé. Nous pouvons également y voir un avertissement, une critique de la société, qui nous permet ainsi de réfléchir sur ce vers quoi nous évoluons.
Suite voir lien
Lien : http://www.lireoumourir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
parmilesrecits
  12 novembre 2018
Cette BD au style froid et brutal nous fait imaginer un futur en proie à la criminalité et la pollution. Dans ce futur, les personnes malades subissent de nombreuses restrictions par mesure d'économie (ce qui rappelle les dernières lois validistes, loi ELAN etc), et n'ont pas accès aux services publics, donc à la police. C'est vraiment une question importante, je suis contente d'avoir trouvé un livre là dessus même si l'enquête prends le dessus sur la vie des personnes précaires. Dommage qu'avec l'histoire du tueur fou, on fasse l'amalgame entre maladie psy et violence, ce qui n'est pas réel. Je vous conseille cette BD, le sujet qu'elle apporte est super important, et en plus, le style des dessins convient tout à fait au récit.
Lien : https://www.youtube.com/watc..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
DoVerdorieDoVerdorie   05 juillet 2013
- central du 38e district, j'écoute.
- au secours ! Je vous en supplie ! Il veut...
- calmez-vous, madame. Qui est ce "il" ?
- un fou ! Un maniaque sexuel ! Il a tenté de m'agresser à la sortie de mon travail ! Il est...
- êtes-vous protégeable par la police, madame ?
- Il a crevé les pneus de ma voiture, je vous dis !
- répondez à ma question, madame. Êtes-vous protégeable par la police ?
- non, je...je...j'ai un...un carton blême...
- alors je ne peux rien pour vous, madame...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          286
Videos de Jean-Hugues Oppel (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Hugues Oppel
Jean-Hugues Oppel - 19.500 dollars la tonne
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Trois fêlés et un pendu

Qu'ont prévu de faire les trois garçons au début du récit ?

Une chasse au trésor
Faire de la moto-cross
Cambrioler une banque
Dormir

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Trois fêlés et un pendu de Jean-Hugues OppelCréer un quiz sur ce livre