AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369740574
Éditeur : Akata (23/04/2015)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Quand Isao Komori est allé à Tokyo pour suivre ses études à l'université, il s’imaginait déjà une nouvelle vie de rêve : jeune adulte indépendant, avec tous ses potes de fac... Mais sans vraiment comprendre comment ni pourquoi, le voilà déjà seul. Désabusé, il finit par vivre cloitré chez lui. Son seul petit plaisir est d'aller à la supérette du quartier, pour y admirer la magnifique lycéenne qui s'y rend tous les jours. Mais un soir, alors que comme d'habitude, il ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Eve-Yeshe
  15 août 2015
Isoa Komori est étudiant à l'université de Tokyo mais sa nouvelle vie d'adulte libre, avec de nouveaux amis est très éloignée de son rêve. Il ne parvient pas à aller vers les autres, se sent de plus en plus mal à l'aise. Il finit par laisser les cours d'économie et passe des heures, cloîtré chez lui, devant son écran à jouer à des jeux vidéo. A part la masturbation, et la nourriture, il ne s'intéresse à rien, alors que sa famille le croît toujours en train d'étudier.
Il ne sort que pour se rendre, tous les jours, à la supérette de son quartier car il peut y admirer une jeune lycéenne, très belle qu'il n'ose aborder. le petit manège dure environ une année.
Il se contente de la suivre de loin, dans la rue, jusque chez elle. Mais, un soir, elle se retourne et se rend compte qu'il la suit. le lendemain matin, Isoa se réveille dans le corps de la jeune lycéenne Marie, chez elle avec les parents et le petit frère, et c'est l'aventure qui commence.
Ce que j'en pense :
Shûzô Oshimi nous entraîne dans une aventure plutôt sympathique. Isoa se retrouve dans le corps de Marie et découvre ce qu'est le quotidien d'une jeune fille, sa vie avec ses parents et son petit frère avec lequel les relations sont loin d'être simples. Personne ne s'aperçoit qu'il n'est pas Marie. Il prend conscience qu'il a un corps de fille, et ce n'est pas si simple d'enfiler l'uniforme de l'école avec la jupe courte, le cartable, le lycée, les copines.
Comment se comporte Marie ? Est-ce qu'Isoa s'exprime comme elle ? Comment est-elle avec les autres filles ? Avec sa famille ? Que mange-t-elle le matin ? il ne doit pas éveiller les soupçons.
L'auteur ne s'est pas contenté de décrire et imaginer comment vit une fille, il va beaucoup plus loin : comment pense une fille ? Il ne pose pas simplement le problème de la différence des sexes sur le plan anatomique, physiologique. Il essaye de comprendre comment pense « l'autre moitié de la planète ».
Isoa se voit confronté avec la vie intime de Marie. Il l'a tellement idéalisée, mise sur un piédestal, qu'il ferme les yeux quand il regarde le corps de fille dans lequel son esprit (ou son âme) est entré comme par effraction. Ce qui donne des réactions assez drôles parfois avec une certaine pudeur. Par exemple, quand il se bande les yeux pour prendre un bain, et ne pas voir le corps devenu féminin, comme s'il y avait ainsi une violation de l'intimité.
Bien sûr, il y a des clichés sur les comportements des filles entre elles à l'école, leur intérêt pour les garçons et les sorties. Donc, peu à peu, l'ennui s'installe et l'histoire, pourtant bien partie perd son charme.
Les dessins m'ont bien plu, les visages féminins sont plein de grâce, celui du vrai Isoa très typé, un peu austère pour bien montrer son côté mâle et surtout désocialisé avec les poubelles qui s'accumulent dans son studio. Ce manga devrait plaire aux ados…
C'est le premier manga de Shûzô Oshimi que je lis et je remercie Babelio et les éditions Akata de m'avoir permis de le découvrir, mais je ne pense pas que je lirai les tomes suivants. C'est une agréable lecture d'été.
Note : 7/10 pour la qualité des dessins

Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Shan_Ze
  01 mai 2016
Isao Komori est allé à Tokyo pour ses études mais il se s'attendait à une si grande solitude. Il s'y englue tellement qu'il finit pas rester cloîtré chez lui à jouer aux jeux vidéos. Il ne sort que le soir pour aller à la supérette où il croise la belle Marie. Mais un soir, il se passe quelque chose d'étrange et il se réveille dans le corps de Marie.
Un scénario invraisemblable qui manque un peu d'action dans ce premier tome... L'idée d'être dans un autre corps est intéressante, dans celui d'une personne de sexe opposé encore plus ! J'ai hâte de voir comment le concept sera exploité, pour l'instant, la surprise est une bonne excuse pour laisser à Isao le temps de prendre ses marques en douceur. J'attends le second tome pour découvrir un peu plus Isao et aussi Marie, et savoir ce qu'ils vont devenir...
Commenter  J’apprécie          290
Kloliane
  31 mai 2017
Chronique pour l'ensemble de la série !
La trame narrative de « l'échange de corps » entre deux personnages a été maintes fois utilisée dans la littérature comme au cinéma. Elle a toujours été source de situations burlesques, mais aussi une interaction afin que chacun voit que « l'herbe n'est pas aussi verte chez le voisin ».
Puis récemment, on a pu voir une tournure plus originale dans la série Sense 8.
Alors, qu'en est-il de ce manga ?
On plonge dans le quotidien monotone d'Isao Komori, jeune étudiant qui s'est rendu dans la capitale pour suivre des grandes études. Il pensait savourer son indépendance, se faire de bons amis et gérer ses cours à la fac. Mais ses espoirs se ternissent au fur et à mesure qu'il se cloître dans son appartement. Isao Komori, désabusé, préfère passer son temps derrière sa console, ses mangas et ses magazines pour adultes.
En seulement quelques pages, le mangaka nous met face à un des grands problèmes de la société japonaise, touchant plusieurs adolescents et jeunes adultes: l'Hikikomori (se couper de la société).
Un lien d'empathie aurait pu se créer, dès le début, avec ce personnage, mais Komori n'est pas montré de façon avantageuse: Assez flemmard et quelque peu pervers, il est loin de l'image du héros vertueux.
Alors lorsqu'on le voit sortir pour ses courses afin de voir Marie, une jolie lycéenne qui y est présente tous les jours, on a du mal à voir du romantisme. Pourtant, chose inattendue, Marie le regarde droit dans les yeux avec un léger sourire. Ce simple échange de regards va tout faire chavirer… le lendemain matin, Komori n'est plus dans son corps. Son esprit est désormais dans celui de Marie.
A priori, on pourrait penser que cela va être une petite histoire d'amour mimi composée de quiproquos amusants avec ce changement de corps (exemple: « Yamada-kun to 7 Nin », entre Yamada et Shiraishi). Ou, si vous vous basez sur la couverture du premier tome, penser tomber sur du ecchi (érotisme).
Je préfère vous arrêter toute de suite, car c'est loin d'être le cas !
Ce manga a divisé pas mal de lecteurs pour le traitement de son sujet et pour des passages avec très peu ou sans paroles… Mais pour moi, ce fut un coup coeur et je vous explique pourquoi.
A travers les personnages de Marie, Komori et de Yori (une camarade de classe de Marie), le mangaka exploite diverses facettes des tourments de l'adolescence et du passage à l'âge adulte:
– Se sentir décalé face à la société au point de s'isoler, appréhension face à son corps qui changent, le regard des hommes face à sa féminité naissante, l'approche de la sexualité, des premiers émois amoureux, etc…
Tous ses fils de lecture se mêlent parfaitement au mystère qui entoure Marie.
D'ailleurs, les dessins de Shūzō Oshimi contribue beaucoup à cette atmosphère avec un trait très expressif, voir direct pour certaines scènes. Puis il y'a quelques-unes avec une touche onirique qui illustrent parfaitement les états d'âme de Marie et sa perte de repères. Et pour finir, vous avez celles avec peu ou aucun mot. J'avoue ne pas comprendre lorsque l'on rétorque que rien ne se passe à part de tourner les pages. Une image peut avoir bien plus de force que des mots, de même un échange de regard qui peut être un véritable miroir de nos émotions.
Et je profite pour revenir sur un autre point qui a été sujet de discussion concernant les dessins. Il y'a deux, trois scènes de scènes de sexe assez explicites. Pas mal de personnes y ont vu des illustrations racoleuses qui n'ont pas vraiment d'utilité.
Tout d'abord, il est important de rappeler que c'est un seinen, un genre où le récit est plus complexe et qui peut-être teinté de violence et d'érotisme. En ce qui concerne ces scènes, elles représentent, sous un prisme qui peut en déconcerter quelques-uns, l‘approche de la sexualité. Elles ne sont pas là gratuitement pour émoustiller, car elles prennent tout leurs sens lorsque vous aurez la clé du mystère qui entoure Marie/Komori.
Enfin, l'essence même de cette série qui la rend si profonde et arrive à vous faire passer par toute une palette d'émotions en 9 volumes (aiguiser votre curiosité, créer de l'empathie pour un personnage, se sentir mal à l'aise, être touché juste par une illustration dont aucune parole n'a été ajouté etc…), c'est la finesse avec laquelle Shūzō Oshimi a abordé le sujet de « la quête d'identité ». Lorsque votre image sociale se puise dans votre enfance, puis se confronte aux regards et aux jugements de la société, soit vous vous affirmez tels que vous êtes, soit vous enfouissez en vous tous vos ressentis pour vous fondre dans la masse. Dans ce second cas, qui êtes-vous vraiment si vous bridez vos sentiments ?
Là encore, à travers ses trois personnages qui sont bien plus proches que l'on l'aurait pu penser, le mangaka nous offre plusieurs versions de cette recherche de soi:
– Komori qui préfère se couper de la société, en raison de ses rêves brisés et d' « un monde » qui ne semble pas vouloir l'intégrer.
– Marie qui cache ses ressentis et pensées derrière un sourire de façade.
– Et Yori qui se cache derrière une attitude froide et détachée face aux autres.
Pourtant, je ne dirais pas que ce manga est exempt de défaut. Des personnages, bien que j'aie compris leurs rôles, sont trop en retrait à mon goût. Cela donne des relations qui auraient mérité beaucoup plus approfondissement, surtout une qui est un élément essentiel pour le récit et nous laissant, malheureusement sur un goût d'inachevé à la conclusion. Et j'ai ressenti, par moment, quelques petites longueurs pour l'avancer de l'intrigue.
En ce qui concerne la thématique principale, il se peut que les lecteurs habitués à un certain genre de roman comprennent très vite ce qu'il se passe pour Marie/Komori. Ce fut le cas pour moi, sans pour autant en connaître la raison. Cela ne m'a aucunement gênée ayant vraiment apprécié le traitement choisi par le mangaka.
Malgré ces petits défauts, cette série reste un véritable coup de coeur pour moi.
Conclusion : Pourquoi un coup de coeur pour une série qui a divisé tellement de lecteurs et sur quels critères, je me base pour le déclarer comme tel ?
Pour pas mal de personnes, leurs coups de coeur se définit lorsqu'un roman, manga ou tout autre lecture, touche vivement à leurs émotions et qu'ils se rappellent de leurs lectures des semaines, voire des mois après.
En ce qui me concerne, il faut que cela me touche à mes sentiments, même les plus enfouis, quelquefois à mes rêves, à mes peurs, à mon vécu, etc… Mais, ce qu'il faut surtout, c'est que j'adhère totalement à l'univers créé par l'auteur. Et ce fut le cas avec Shūzō Oshimi.
Je peux comprendre que des lecteurs ont eu du mal à apprécier le style du mangaka et de son approche assez spéciale pour traiter de l'adolescence et du passage à l'âge adulte, en les plaçant dans des situations assez perturbantes, voire même jusqu'à être mal à l'aise.
De mon point de vue, je trouve, au contraire qu'il pousse à certaines réflexions.
En plaçant ses différentes oeuvres en miroir avec les affres des jeunes adolescents, on comprend très vite la démarche choisie par le mangaka, en plus de son vécu:
– Transition charnière entre l'enfance et l'adulte, ce sont des années où on se cherche, trouver ce qui nous définit, à s'habituer d'un corps en plein changement, ne plus être considérer comme un enfant, l'influence de l'éducation des parents bonne ou mauvaise, etc...
C'est une étape qui peut se passer par la rébellion, le renferment sur soi, de s'affirmer tel que l'on est, la création d'un « autre moi » pour se faire bien voir des autres ou se démarquer, ou bien, si vous êtes chanceux, sans trop d'ombre au tableau. Bref! Toutes ses expériences définissent le futur adulte que l'on devient.
Shūzō Oshimi utilise un prisme qui me parle et fait écho à mon vécu, mais aussi à ce que j'ai pu voir dans mon entourage lors de mon adolescence. Et j'apprécie particulièrement sa manière de creuser la psychologie de ses personnages, nous les offrant, certes tourmentés à première vu, mais totalement humains.
Comme je l'ai bien souligné, soit on aime, soit on n'adhère pas à l'univers de Shūzō Oshimi. Si j'arrive déjà à vous donner l'envie de le découvrir, c'est déjà une belle satisfaction pour moi, car il mérite que l'on jette un coup d'oeil à ses oeuvres.
Lien : https://klolianebooks.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Sanguine
  18 juillet 2015
Je ne chronique que très peu les mangas que je lis (même jamais il me semble) parce que ce sont des lectures que je termine bien trop vite. Pourtant, j'en lis des mangas, j'aime bien sans être fan absolue. Il faut vraiment que ça me tente et je ne lis presque que des mangas de filles (dont j'ignore totalement le nom). Dans le cadre d'une Masse Critique Babelio consacrée aux ouvrages graphiques, j'ai eu la chance que les Editions Akata m'envoient le premier tome de la série "Dans l'intimité de Marie". Je les en remercie chaleureusement.
Quand Isao komori est allé à Tokyo pour suivre ses études à l'université, il s'imaginait déjà une nouvelle vie de rêve : jeune adulte indépendant, avec tous ses potes de fac ... Mais sans vraiment comprendre comment ni pourquoi, le voilà déjà seul. Désabusé, il finit par vivre cloîtré chez lui. Son seul petit plaisir est d'aller à la supérette du quartier, pour y admirer la magnifique lycéenne qui s'y rend tous les jours. Mais un soir, alors que comme d'habitude, il la suit jusqu'à chez elle, un curieux événement se produit : la lycéenne remarque sa présence et ... Isao se réveille alors, un matin comme les autres, dans la peau de la jeune fille ?! Il devra désormais se faire passer pour Marie, la fille la plus populaire du lycée ! Un nouvel enfer quotidien commence pour le jeune homme, tandis qu'une énorme question subsiste : puisqu'il est entré dans le corps de Marie, où est passé l'esprit de la jeune fille ?
Il faut avouer que je n'aime ni le titre de la série (je la trouve un peu bêbête et pas du tout vendeuse) ni même la couverture que je ne trouve pas jolie même si après lecture, je peux en comprendre la symbolique. J'ai beaucoup aimé les dessins que j'ai trouvé assez différents des autres mangas, pour une fois les mecs ont une vraie allure de garçons et les filles n'ont pas des yeux qui tiennent la presque totalité de leur visage.
L'histoire était alléchante mais au final, je me suis un peu ennuyée. En fait, on ne comprend pas vraiment comment Isao, le looseur de base, finit par occuper le corps de Marie. Bon. Je peux encore me dire que c'est un choix de l'auteur pour nous garder en haleine. Mais alors, comment expliquer le comportement totalement débile d'Isao une fois qu'il s'est apperçu qu'il était "devenu" une lycéenne ? Je l'ai trouvé super lourd, certes il se pose des questions (d'ailleurs l'entourage de Marie n'a pas l'air très dérangé par les questions qu'elle pose lors du petit déjeuner, même ses copines la trouve bizarre mais ça en reste là ...) mais bon, il peut éviter de devenir un gros lourd.
Cependant, je pense que je lirai la suite si j'en ai l'occasion parce que j'ai quand même envie de savoir comment Isao a pu se retrouver dans le corps de la jeune fille mais aussi savoir où se trouve Marie pendant ce temps-là. Ca reste une lecture détente et rapide (il y a quand même assez peu de dialogues en fait), idéale pour l'été.
Merci Akata et Babelio pour cette découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Thalyssa
  25 septembre 2015
Isao devrait être en troisième année à la fac, mais du jour au lendemain, il a cessé d'aller en cours et se laisse complètement aller depuis. Il ment à sa mère et se vautre dans ses propres ordures entre deux jeux-vidéo. Il s'est complètement coupé du reste du monde, en dehors de ce créneau horaire du soir où il se rend dans une supérette voisine pour y croiser une jeune lycéenne, « son rayon de soleil dans la nuit ». Il ne connaît pas son nom et n'a jamais osé l'aborder, et même s'il ne fait que l'observer à la sauvette, un magazine à la main, il faut bien avouer que l'obsession d'Isao est un brin inquiétante... le lendemain de sa dernière virée au magasin, Isao se réveille mystérieusement dans la peau de cette même lycéenne.
Le synopsis de ce nouveau seinen m'a immédiatement séduite. Il promettait d'être drôle et cocasse, mais j'avoue que j'hésitais à me lancer dedans. Je redoutais que l'intrigue se résume rapidement à une surenchère de perversité et de voyeurisme gratuit, mais Shûzô Oshimi a su rester constructif dans sa démarche et nous livre ici un étonnant premier tome. Il cerne à merveille les difficultés à affronter le quotidien (en famille, à l'école, entre amis) d'une parfaite inconnue, tout comme celles de devoir affronter un changement de sexe aussi inopiné. Les maladresses d'Isao dans la peau de Marie sont d'autant plus flagrantes que ce dernier était déjà mal dans sa peau à lui à la base. Il doit désormais prendre sur lui, se forcer à aller un peu vers les autres, et l'on appréhende déjà ce qu'une telle expérience va bien pouvoir lui apporter dans la vie. Malgré les comportements discutables qu'il pouvait entretenir à l'égard de Marie par le passé, on voit vite qu'Isao n'est pas un mauvais garçon. Loin de profiter de l'occasion, il met un point d'honneur à respecter le corps et la vie sociale de la jeune fille qu'il admirait tant et se pose rapidement la bonne question : où est passé l'esprit de Marie ?
Ce dernier point ajoute une touche polar au manga puisque Isao va devoir mener l'enquête pour retrouver Marie et ainsi comprendre comment un tel échange a pu se produire. Sans cela, comment espérer un retour à la normale ? Beaucoup de questions sont soulevées dans ce premier tome très bien rythmé et agencé. On fait petit à petit connaissance avec les différents protagonistes de l'histoire et on se familiarise surtout avec le caractère renfermé maladif d'Isao. le coup de crayon du mangaka n'est pas en reste : les décors sont détaillés, les visages très expressifs, le tout dans des proportions irréprochables. Un régal pour les yeux comme pour l'intellect ! J'espère avoir au plus vite la chance de découvrir plus en profondeur cette surprenante chronique de société. Isao saura-t-il mettre à profit cette opportunité unique de reprendre le contrôle de sa vie, aussi paradoxal que cela puisse paraître dans l'immédiat ?
Lien : https://dragonlyre.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (1)
BDZoom   11 mai 2015
Aujourd'hui, cette série ne compte que 5 volumes au Japon et avance doucement, mais sûrement.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
CaprideghCapridegh   03 mai 2015
Je la regardais... à la supérette... Je la suivais aussi... jusqu'à chez elle ! Mais je ne l'ai jamais harcelée ! Je ne suis pas un obsédé sexuel ! Il y a deux jours... ce soir-là, je la suivais dans la rue... quand elle s'est tournée vers moi... et... j'ai repris conscience le lendemain. En me réveillant, j'étais... dans son corps.
Commenter  J’apprécie          10
boumabouma   01 novembre 2015
Si tu veux que je croie ton histoire... tu as intérêt à me prouver ce que tu dis !
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Shuzo Oshimi (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Shuzo Oshimi
Shino ne sait pas dire son nom, en librairie le 19 mars 2020 !

Aujourd'hui est un grand jour pour Shino : elle entre au lycée ! Timide et renfermée, la jeune fille rêve de prendre un nouveau départ et de se faire enfin des amis. Mais ce qu'elle redoutait finit par arriver… Au moment de se présenter, elle bute sur son propre nom. Incapable de le prononcer, elle devient la risée de la classe ! Shino est atteinte d'un trouble de la parole. Complexée depuis l'enfance par ce handicap, elle préfère se tenir à l'écart plutôt que d'affronter le jugement des autres. Pourtant, le vent tourne quand elle rencontre Kayo… Avec courage et maladresse, les deux adolescentes vont se lancer dans un projet artistique aussi original que libérateur ! Shuzo Oshimi, auteur intimiste des Fleurs du mal et des Liens du sang, nous livre une nouvelle facette de son talent. Atteint à l'adolescence du même trouble de la parole que Shino, il dépeint les émotions de son héroïne avec une délicatesse unique.
+ Lire la suite
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
876 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre