AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225315041X
Éditeur : Le Livre de Poche (02/04/2001)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 19 notes)
Résumé :

Fatéma Oufkir a tout connu du Maroc. Le protectorat, la vie à la cour du sultan Mohammed V, la lutte pour l'indépendance avec un certain Ben Barka, le mariage à seize ans avec un bel officier de l'armée française - Mohammed Oufkir -, la vie de palais quand son époux devient l'homme de confiance d'Hassan II.

Et puis la douleur foudroyante : le général Oufkir officiellement " suicidé ",abattu pour avoir,dit-on, fomenté un complot contre so... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
JMLire17
  04 juillet 2017
˜Ce récit publié en 2000 retrace la captivité de Fatéma OUFKIR et de ses enfants, retirés du monde par la volonté de Hassan II, roi du Maroc, pour le seul motif , d'être l'épouse et les descendants du général OUFKIR, accusé puis exécuté, pour avoir fomenté un attentat pour renverser le monarque. Ce n'est pas une oeuvre littéraire, c'est un récit qui se décompose en deux parties. Dans la première, l'épouse du général, retrace sa vie, et défend la mémoire de son mari, mais on se pose beaucoup de questions sur la réalité des faits qui sont reportés, concernant la tentative d'attentat, mais également concernant son rôle dans la disparition de l'opposant Ben Barka, son rôle dans les répressions sanglantes qui ont endeuillé le pays, comment peut-on être le chef de la police d'un régime totalitaire et ne pas être impliqué dans des arrestations , des tortures? Elle montre également les différentes criantes qui règnent entre le peuple et la caste dirigeante, mais on ne perçoit pas de regrets, cette famille vivait dans l'entourage du roi, elle en profitait, et cela lui paraît normal. Dans la seconde partie, le lecteur vit le calvaire de cette famille qui, quel que soit l'attitude d'un homme, ne mérite pas le sort qu'elle a subit. le traitement qu'elle a enduré, visait à la détruire, peut-être à les pousser aux suicides et grâce à la force de caractère de Fatéma OUFKIR et de ses enfants, ils ont résisté, ont organisé l'évasion de certain d'entre-eux, puis après 19 années de captivité ont été libérés. C'est un récit intéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
VivianeB
  28 janvier 2011
Beaucoup plus intéressant que celui de Malika Oufkir. Une écriture pleine de pudeur et d'humilité.
Commenter  J’apprécie          40
achwaknaima
  16 août 2016
Tres bon livre
Commenter  J’apprécie          20
YnesC
  26 novembre 2016
Intéressant mais peu de relativisme sur l oeuvre de oufkir
Commenter  J’apprécie          00
maryamfaquir
  07 février 2017
L'histoire cette inconnue !
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
k.ajana__hotmail.comk.ajana__hotmail.com   23 septembre 2012
Certain veulent aujourd'hui nous apprendre à être musulmans, mais nous l'avons toujours été. On n'a pas besoin de ces gens qui veulent faire de l'islam une politique. Nos parents ont prononcé leurs prières, ils ont fait le ramandan, ils ont donné l'aumône. L'intégrisme, c'est de la stratégie politique; il ne devait jamais se dévellopper au Maroc. L'islam, ce n'est pas ça. Si l'on suivait l'islam tel qu'il est écrit, tel qu'il est dit, le Maroc serai un Paradis, le monde sera un Paradis. L'islam est une religion propre qui rend l'homme propre, qui lui interdit la médisance, lui interdit de faire du mal, lui suggère de faire le bien, lui suggère de faire le bien,d'aider les pauvres, de respecter l'orphelin. Peut-on tolérer un islam à la manière algérienne? On n'a jamais vu l'islam à la manière des femmes, des enfants, des vieillards ou à violer des jeunes filles et à les éventer. L'islam est avant tout la religion de la tolérance: personne ne peut vous obliger à prier, personne ne peut vous obliger à jeûner, c'est un lien personnel entre Dieu et l'individu. Le bon musulman règle ses comptes avec Dieu, pas avec les hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
k.ajana__hotmail.comk.ajana__hotmail.com   23 septembre 2012
On se demande comment Hassan II, tellement intelligent, tellement intuitif, pouvait parfois aussi mal s'entourer. Comme dit Victor Hugo: "les rois n'ont d'oreille qu'a leurs pieds". Vérité emblématique du Maroc ou les sujets de Sa Majesté, ravalant toute dignité, ont l'habitude d'embrasser les pieds et les mains du souverain...Après tout, n'est-il pas le descendant du Prophète. n'est-il pas celui qui nous dirige et nous représente? Mais tout de même, lui baiser les pieds, se courber jusqu'à terre! Je ne puis le concevoir. On ne doit se prosterner que devant Dieu. Moi, je lui embrassais la main par respect et aussi par amour - parce que je l'aimais infiniment- mais de là à lui tomber à genoux...Lui -même n'aurait pas admis cela de moi. De ceux pour qui il avait une certaine considération, il acceptait quelques marques de déférence, mais rien de plus. En revanche, il laissait volontiers certains courtisans se jeter à terre et les regardait de loin avec hauteur et mépris. à chacun il savait assigner sa place.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
k.ajana__hotmail.comk.ajana__hotmail.com   23 septembre 2012
Tant de fois, il a répété:
-Mon dieu, donnez-moi des ennemis à la hauteur pour que je puisse à la fois les combattre et les respecter.
Ses ennemis n'étaient pas à la hauteur. Au Maroc, on se débine facilement devant la force. Et on prend pour des fous ceux qui se lèvent et se battent. Vous passez pour un imbécile ou un irresponsable si vous essayer de montrer un peu de courage, un soupçon d’indépendance d'esprit. La mentalité marocaine est très surprenante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Politiciens, économistes, juristes, enseignants (844)
autres livres classés : marocVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Fatéma Oufkir (2)Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
427 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre