AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Frank Straschitz (Traducteur)
ISBN : 2262020809
Éditeur : Perrin (25/09/2003)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 27 notes)
Résumé :
"Hitler dans le bunker, c'est le vrai Hitler." Joachim Fest étudie ici un Hitler inconnu, "homme du souterrain", qui fait construire son premier bunker en 1933 et qui multiplie les abris jusqu'en 1945. Il montre comment l'enfermement ultime dans le centre de Berlin assiégé est la manifestation suprême de la situation "dos au mur" que le dictateur a toujours recherchée.
On comprend mieux pourquoi Hitler a voulu, à tout prix et jusqu'à sa fin, entrer dans l'his... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  08 février 2018
Dans ce grand récit , dense et passionnant lu d'une traite, l'auteur reconstitue les derniers faits et gestes de celui qui domina l'Europe,que personne n'osait contredire---ses moments de lucidité-----ses quarts d'heure de délire---les complots----- les derniers fidèles ------le climat apocalyptique ---l'hystérie ambiante ------ses hurlements rageurs ..
L'historien décrit minutieusement , au jour le jour ou presque, l'état mental de Hitler, sa solitude croissante, ses peurs viscérales, son emphase sénile,ce mélange de pathos, de vantardise et d'agressivité ..
Il en analyse les conséquences Historiques sur l'ultime bataille du Reich, conte cet" homme du souterrain ", qui multiplie les abris jusque 1945, montre comment l'enfermement ultime dans le centre de Berlin assiégé est la manifestation suprême "dos au mur" que le "dictateur " a toujours recherchée.
Il décrit comment cet homme qui diffuse sans cesse des slogans de victoire, retiré dans son Bunker, dont l'apparence physique finissait par être terrifiante : torse projeté en avant, traînant ses jambes derrière lui, ayant perdu le sens de l'équilibre, au visage de plus en plus boursouflé , aux énormes cernes noirs , aux yeux injectés de sang, au filet de salive qui coulait aux commissures de sa bouche, savait qu'il avait perdu la partie et ne pouvrait plus le cacher ........
Totalement apathique, sa fringale de sucre était devenue pathologique , il témoignait aussi d'un certain laisser - aller vestimentaire .
L'historien traduit dans une langue appropriée , froide, précise l'atmosphère de prostration lugubre, entrecoupée de mouvements fanatiques ou frénétiques qui règnent alors dans ce bunker confiné , sombre , à certains endroits violemment éclairé d'ampoules nues , froides .Dans ses fantasmes des années 30 ...Hitler avait dit: " Si nous ne sommes pas vainqueurs, nous sombrerons , en emportant la moitiè du monde avec nous ."
Maintenant cette prédiction allait se réaliser .......
Enfin il s'efforce d'enquêter sur les différentes versions du suicide d'Hitler et de sa compagne .
Ce récit effrayant mais indispensable nous permet de mesurer le nihilisme du personnage , un temps pulsionnel, étouffé après la prise du pouvoir mais latent , ses délires fous et sa paranoïa , ses fantasmes délirants, à l'égocentrisme sans égal dans toute L' Histoire, au combat meurtrier "d'annihilation idéologique" qui signa des mesures d'extermination massive, avec méthode et férocité !
Un individu fanatique, pareil à un "chef de bande" au projet "apocalyptique" , dénué de toute responsabilité historique ,de sens du devoir , de la moindre parcelle d'humanité !
Indescriptible ! Éclairant ......
Édifiant !
Un ouvrage que chacun devrait lire; j'ai lu maints récits à propos du deuxième conflit mondial , celui - là me paraît indispensable !
Ce n'est que mon avis bien sûr ........
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4513
Eroblin
  22 janvier 2018
Le 16 avril 1945, l'Armée rouge lance sa dernière offensive, celle qui la mènera à Berlin. Dans son bunker sous la chancellerie, celui qui a dominé l'Europe, vit ses derniers jours. L'ouvrage de Joachim Fest s'intéresse aux derniers faits et gestes de cet homme malade, dont les mains tremblent mais qui peut encore entrer dans des fureurs noires et que personne n'ose contredire. C'est la fin d'un règne qui nous est racontée avec ses rats qui quittent le navire : Goering s'empresse de se déclarer héritier du Reich dès qu'il entend parler de la volonté de Hitler de se suicider, Himmler se demande comment contacter les Américains en se présentant comme le seul recours possible face au communisme, d'autres officiers encore ou dignitaires cherchent à quitter Berlin discrètement au cas où la colère du Fuhrer les rattraperait, d'autres encore comme le couple Goebbels se suicident. Magda Goebbels a même fait tuer ses six enfants considérant qu'ils ne pouvaient pas vivre dans un monde sans Hitler.
Ce qui est frappant dans les derniers jours de Hitler, c'est de constater à quel point il pouvait passer de moments de lucidité –la guerre était finie pour lui- à des moments de délire persuadé que l'armée allemande saurait dans un dernier souffle repousser l'Armée rouge. Mais ce qui est le plus effrayant c'est de comprendre à quel point jusqu'au bout, Hitler a refusé d'arrêter le combat. Pour lui, le peuple allemand qui l'avait déçu pouvait mourir et même devait mourir. Il a déclaré un jour à deux visiteurs étrangers que le peuple allemand « devait disparaître et…être annihilé si un jour il n'était plus assez fort et prêt au sacrifice, à verser son sang pour assurer son existence ». Et il a ajouté qu' « il ne verserait pas une larme sur son sort ». le nihilisme poussé à son extrême ! Et dans l'enfer qui s'abat sur Berlin, il choisit de se donner la mort et demande à ses derniers fidèles que son corps soit brûlé et de s'assurer que l'ennemi ne trouve aucune trace de lui.
Ce récit est captivant et effrayant en même temps qui nous permet de mesurer la folie d'un homme. Un ouvrage à lire absolument.

Lien : https://labibliothequedeneko..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          266
akhesa
  22 mai 2014
Sous ce titre,se cachent la fin d'un dictateur,la fin du iiie Reich allemand,la fin du national-socialisme;mais aussi,l'agonie de l'Allemagne et de tout un peuple.Livre retracant la debacle mais aussi l'annonce prochaine de cette debacle.C'est aussi la fin de la guerre,la fin de la souffrance pour les hommes qualifies de sous-homme,et pour le peuple allemand,c'est le debut des souffrances,des austérités,des indignations,des miseres.
Cet ouvrage,ce document,est un essai de retablir une verite quant aux faits;il nous permet de comprendre le nihilisme prone par Hitler depuis son arrivee au pouvoir jusqu'à son suicide dans son bunker de Berlin.Toute sa vie,il aura été tenaille et tiraille par cette pulsion de destruction,cette volonte d'annihilation qui s'est prolongee par-delà sa propre fin.
Hitler a declare:"le peuple allemand devait disparaitre et etre annihile,si un jour il n'était plus assez fort et prêt au sacrifice,a verser son sang pour assurer son existence.Si la guerre est perdue,le peuple allemand est lui aussi perdu."
Il semble avere que cette pulsion nihiliste,ce desir de sombrer dans le neant,fut le principal moteur des actes d'Hitler et lui permit de tenir le coup jusqu'au dernier moment
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Giwago
  28 avril 2008
Le livre de Joachim Fest est un récit, historique et froid, des derniers jours de Hitler et du régime nazi. Grâce à l'auteur on pénètre dans les arcanes du bunker, situé sous la chancellerie. Fest, présente un Hitler assez méconnu, du moins qu'on n'a pas l'habitude de voir : un personnage rabougri, le plus souvent prostré, qui vit dans un autre monde, persuadé que la victoire est toujours possible, et qui à d'autres moments se rend bien compte que tout est perdu et n'a qu'un souhait : entraîner l'Allemagne et tous les Allemands dans sa chute. On voit aussi un Hitler, malade, au corps secoué de tremblements irrépressibles, voûté, qui se gave de pâtisseries.
Fest essaye aussi de nous décrire avec le plus de précisions possibles le déroulement du suicide de Hitler et de sa toute nouvelle épouse, Eva Braun, grâce à des recoupements entre les témoignages recueillis auprès de ceux qui étaient présents. Des zones d'ombre subsistent et subsisteront toujours, tout comme sur ce qui est advenu des restes du dictateur. On assiste aussi à la fin de la famille Goebbels : d'abord le meurtre des six enfants, meurtre perpétré par Magda Goebbels, puis le suicide des époux.
Un livre qui me semble indispensable si l'on veut se rendre compte de l'atmosphère des derniers jours du nazisme en Allemagne et de la folie qui a persisté jusqu'à la fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lounna611
  04 juin 2018
j'ai trouvé le début un peu ennuyant, car l'auteur va trop dans les détails des tactics militaire avec vocabulaire de guerre.
La deuxième partie du livre est par contre très intéressante et passionnante, nous sommes dans l'intimité de la vie de Hitler, son quotidien, ses crises de colère, sa paranoia ...
Ce livre est absolument à lire si ce n'est que pour la culture général.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Annette55Annette55   08 février 2018
"Ce fut une explosion de rage sans précédent, comme aucun de ses proches n'en avait jamais vu .
Hitler jaillit de son fauteuil , jeta rageusement sur la table les crayons de couleur dont il ne se séparait jamais pendant les conférences, et se mit à hurler.
Sa voix , rauque et éteinte depuis des semaine retrouva comme par miracle sa vigueur passée;
Crachant littéralement les mots, il prononça une sorte de réquisitoire global contre le monde entier, contre la lâcheté , l'infamie et la déloyauté générale . Il couvrit d'opprobre les généraux dont il avait dû affronter la résistance opiniâtre , insulta les traitres , les lâches et les ratés qui l'entouraient depuis des années ."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Annette55Annette55   08 février 2018
"D'un bout à l'autre de Berlin, il régnait une puanteur intolérable, mélange d'asphalte fondu et d'ordures de toute sorte, sans compter l'odeur omniprésente de la chair brûlée..
En particulier dans les quartiers du centre,les gens restaient des jours entiers sans pouvoir sortir des abris ou des tunnels du métro........
Quelques courageux qui tentaient une sortie se protégeaient le visage contre les vapeurs corrosives des incendies et des bombes au phosphore avec des tissus humides..
La survie la plus élémentaire exigeait une lutte de tous les instants..".....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NikozNikoz   02 septembre 2014
Tant de soumission et d'obstination dépassait l'entendement; c'était un défi à la simple raison et au sens des responsabilités le plus élémentaire.
Commenter  J’apprécie          60
akhesaakhesa   23 mai 2014
Des le debut de leur ascension,ils avaient eu besoin de trouver des ennemis pour se definir eux-mêmes;sans ennemis,ils n'existaient pas,quand il n'y en avait pas,ils avaient fait tout leur possible pour en inventer.Ils n'avaient que trop bien reussi
Commenter  J’apprécie          20
Video de Joachim C. Fest (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joachim C. Fest
La Chute (Der Untergang), un film allemand réalisé par Oliver Hirschbiegel et sorti en 2004. L'histoire est consacrée aux évènements et circonstances liées à la mort d'Adolf Hitler. Bande-annonce
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Politiciens, économistes, juristes, enseignants (844)
autres livres classés : nazismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1438 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre