AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Anne Colin du Terrail (Traducteur)
EAN : 9782070359493
368 pages
Gallimard (30/11/-1)
3.65/5   518 notes
Résumé :
A l'approche de la cinquantaine, le pasteur Oskar Huuskonen traverse une mauvaise passe. Son mariage bat de l'aile, sa foi vacille, ses prêches peu conformes aux canons de l'Eglise lui attirent les foudres de ses supérieurs et ses paroissiens le désolent. Comme si cela ne suffisait pas, ses ouailles décident de lui offrir pour son anniversaire un cadeau empoisonné : un ourson qui vient de perdre sa mère, spectaculairement morte par électrocution au sommet d'un pylôn... >Voir plus
Que lire après Le bestial serviteur du pasteur HuuskonenVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (59) Voir plus Ajouter une critique
3,65

sur 518 notes
Oskar Huuskonen est le pasteur de la petite ville finlandaise de Nummenpää.

Sa personnalité, ses sermons, son approche parfois audacieuse de la vie du Christ, font qu'il ne fait pas l'unanimité, ni chez ses ouailles, ni dans sa hiérarchie.

Aussi, quand le pasteur fête ses cinquante ans, on lui fait un cadeau empoisonné; un ourson orphelin...

Cet ourson, va bouleverser sa vie, à tel point, qu'il devra se remettre en question en partant à l'aventure avec son nouveau compagnon ursidé.

Ce roman de Paasilina est le premier que je lis de cet auteur.
Et oui, je n'ai pas lu "Le lièvre de Vatanen", encore un incontournable que j'ai contourné !

Le ton de l'auteur m'a plut, Paasilina sait manier l'ironie avec une dose de causticité homéopathique qui l'empêche de tomber dans l'humour noir...
C'est tout du moins mon ressenti.

Et puis l'histoire de cet homme nouveau quinquagénaire, m'a parlé !
Ha ! La crise de la cinquantaine!
Moi, qui venait de régler la crise de la quarantaine...
Enfin bref...
Lisez Paasilina, c'est un auteur que je suis content d'avoir découvert, et que je vous recommande.
Commenter  J’apprécie          323
Excellent roman loufoque. le héros de ce roman, Oskar,un prêtre finlandais accompagné d'un ours qui danse et fait des signes de croix, me rappelle étrangement le captain Cap d'Alphonse Allais. Les deux se seraient très bien entendus.Le captain Cap aurait très bien pu inventer cette pratique sportive qu'est le lancé de javelot ascensionnel et auquel s'adonne le pasteur. En outre dans ce roman le pasteur cotoie des vieux loups de mer avec lesquels il s'entend très bien. Or le captain Cap était justement un vieux loup de mer. Cet écrivain qu'est Arto Paasilinna est pour moi l''Alphonse Allais finlandais. Je conseille ce roman lorsqu'on est affligé, dépité, consterné effrayé par notre monde. Ca change les idées, ça rassure....
Commenter  J’apprécie          291
La lecture de Paasilinna procure un bain de fraîcheur dans tous les sens du terme. D'abord par la représentation des lieux dans lesquels il situe son intrigue mais avant tout par le ton inimitable qui fait de l'oeuvre de ce romancier une anti-dote efficace à la morosité ambiante
Et pourtant, avec son petit air de ne pas y toucher Paasilinna aborde des thèmes bien graves qu'il s'agisse de l'histoire de son pays la Finlande confronté à ses redoutables voisins russes, de son histoire pas toujours sereine, mais aussi des doutes qui assaillent les hommes de foi et des grandes interrogations qui se posent à ceux qui ne se croient pas seuls au sein du vaste univers....On y parle aussi de la fidélité, de la compassion et de l'amour ....
Mais avant tout ce roman est très drôle et on se prend d'emblée de sympathie pour cet ours orphelin qui échoit en cadeau d'anniversaire à un pasteur contesté dans sa paroisse et mis à l'index par sa hiérarchie.
Ce "bestial serviteur" d'une docilité réjouissante va apprendre à se comporter comme un homme et accompagnera le pasteur dans ses tribulations ...et dans ses prêches....
Il se révèlera le meilleur ami de l'homme...et de la femme d'ailleurs ...et ses aventures lui permettront à lui aussi de s'accomplir .
Un roman feel good comme je les aime, bien loin de la médiocrité de trop nombreux titres qui encombrent les gondoles des grandes surfaces.
A découvrir d'urgence puisque le froid arrive ....
Commenter  J’apprécie          183
À ce jour et du haut de mes (dérisoires) vingt-trois printemps, je crois n'avoir encore jamais rencontré d'auteurs plus déconcertants qu'Arto Paasilinna. Dans le Bestial Serviteur du pasteur Huuskonen, il ne déroge pas à la règle et fait fi des lois du genre avec une désinvolture inouïe.

Plus qu'atypique, ce roman est un véritable OLNI (objet littéraire non identifié).

Pourquoi ?

D'abord parce que la plume d'Arto Paasilinna, toujours sur le fil, est éminemment singulière : tantôt sérieuse voire critique, tantôt légère et onirique, elle confère au récit un style très étrange – qui en déroutera sans doute plus d'un d'ailleurs, au premier abord. En outre, le Bestial Serviteur du pasteur Huuskonen ne correspond pas à un genre précis : c'est un entre-deux constant entre absurde et burlesque.

Ensuite parce que l'histoire est totalement saugrenue : un pasteur luthérien finlandais (oui, ça fait beaucoup d'infos d'un coup, je sais), alcoolique et coureur de jupons (c'est bientôt fini promis) reçoit un ourson orphelin en guise de cadeau d'anniversaire et décide, suite à maintes déceptions, de partir en voyage avec lui. Avouez qu'on n'a rarement fait plus improbable comme postulat.

Egalement parce que l'humour y est hautement grotesque. Au cours de ce périple, Oskar va en effet apprendre à son ours à prier ou encore repasser (!), le tout sous le regard impassible des gens pour qui tout cela est tout ce qu'il y a de plus normal mais pas du lecteur naturellement qui, selon sa sensibilité, soit rira aux éclats soit se perdra dans les méandres de sa propre confusion. Quant au pasteur, il collectionne lui aussi les attitudes cocasses, compare Jésus à un communiste ou encore s'adonne sans compter à la pratique du « javelot ascensionnel ».

Parce qu'enfin cette plume, cette histoire et cet humour servent de réelles convictions. Arto Paasilinna y questionne en effet la religion, et sous toutes ses formes. Dans ce conte satirique, qui n'est pas sans rappeler le Candide de Voltaire d'ailleurs, l'auteur critique en effet à la fois les représentants de cette foi (aussi diverse soit-elle) que l'oecuménisme.

On y retrouve également les thématiques qui lui sont chères : la Nature avec un grand N, les expéditions et les animaux, qui ont une fois de plus ici, une part centrale dans le récit avec l'ours Belzébuth (autre petit clin d'oeil taquin de l'auteur, au passage). le Bestial Serviteur du pasteur Huuskonen nous invite en fait ici à reconsidérer les rapports entre berger et brebis.

Finalement, l'ours est-il le "Bestial Serviteur" ? Ne peut-on pas voir dans le dévouement initial du pasteur à Dieu puis dans ses recherches sur l'origine du monde et les extraterrestres le signe d'un asservissement tacite plus grand encore ? N'est-ce pas alors Belzébuth le berger ? Celui qui nous enseigne quelque chose ? A savoir que l'on peut vivre heureux si l'on accepte que la genèse du monde nous transcende, est impénétrable.

Là réside en tout cas tout le mérite d'Arto Paasilinna selon moi. Planter des idées dans nos coeurs, les arroser avec sa plume allégorique, attendre qu'elles atteignent le cerveau et nous quitter une fois sa mission accomplie, avec pour seul tuteur, son bouquin.

Vous l'aurez compris, j'ai grandement apprécié ce livre complètement décalé dans lequel Arto Paasilinna ose tout. Farfelu, désopilant et incisif, le Bestial Serviteur du pasteur Huuskonen se révèle être un voyage initiatique beaucoup plus profond qu'il n'y paraît. Quelques (regrettables) longueurs pourront toutefois venir à bout de la patience de certains, d'autant plus s'ils ne sont pas sensibles à l'univers du monsieur.
Lien : http://blopblopblopblopblopb..
Commenter  J’apprécie          150
J'ai passé un bon moment de lecture en compagnie du pasteur finlandais Oskar Huuskonnen et de son ours brun Bélzeb.

Oskar Huuskonnen est un pasteur peu orthodoxe, à la foi chancelante mais qui assène pourtant de vigoureux prêches à ses fidèles. Résistant difficilement à ses penchants pour la bonne chère, la boisson et ... la chair, peu porté aux vertus de l'humilité et de la charité envers ses paroissiens, le pasteur traverse une crise de la cinquantaine quand on lui offre un ourson orphelin pour son anniversaire. Instrument du Diable ou de la rédemption ? Au début, cet ourson, bien que très attendrissant, s'annonce plutôt comme un envoyé du Malin car il déclenche sans le vouloir une série de catastrophes. La vie de couple du pasteur est rapidement perturbée par l'animal dont la pastoresse ne supporte ni l'odeur ni la gloutonnerie. le pasteur se livre au lancer de javelot ascensionnel et manque d'embrocher son évêque lors d'une démonstration de ce singulier sport puis confesse lors d'une vibrante homélie la totalité de ses péchés. Il trompe son épouse avec une scientifique venue étudier le sommeil hivernal de Bélzeb.
C'en est trop pour son épouse et aussi pour l'évêché, tous deux lassés des frasques du pasteur. En quête de sens et d'une nouvelle spiritualité, Oskar Huuskonnen s'embarque donc avec son ours pour une croisière sur un paquebot russe à destination de Mourmansk.
Commence un long périple qui nous emmène sur des lieux historiques comme les îles Solovki, hantées par les fantômes du goulag du régime soviétique. Durant ce long voyage, naviguant sur de nombreuses mers, le pasteur éduque son ours tandis qu'il se tourne vers l'espace espérant capter les signaux d'une vie extraterrestre.

Les derniers chapitres sont un peu longs, mais j'ai suivi avec amusement depuis le début du roman la croissance de l'ourson, son hibernage et son apprentissage des nombreux tours que lui enseigne son maître loufoque. C'est drôle et tendre, j'ai beaucoup ri, même si c'est de plus en plus invraisemblable.

Challenge multi-défis 2022
Challenge solidaire 2022
Commenter  J’apprécie          122

Citations et extraits (86) Voir plus Ajouter une citation
Il se trouva aussi à Haïfa un excité pour accuser le pasteur Huuskonen de blasphème et exiger son expulsion de l'État d'Israël. À ses yeux, il était inadmissible de manifester des sentiments religieux sous une forme animale, par l'intermédiaire d'une bête sauvage. Qu'un pasteur luthérien prêche à travers le monde en ridiculisant les cultes des uns et des autres était aussi un grave sacrilège, une hérésie de la pire espèce. À l'appui de ses attaques, l'homme lut des extraits de déclarations de Huuskonen à la presse, qui étaient à vrai dire du genre fracassant. Le pasteur s'était apparemment vanté devant un journaliste de ce que son ours domestique était la réincarnation de Jésus.
Commenter  J’apprécie          40
Le pasteur Huuskonen s'occupait des cours de cathéchisme. L'ours savait déjà faire avec dextéritié des signes de croix et joindre les pattes, s'agenouiller lever le museau vers les cieux, prendre une mine pieuse et avoir l'air de prier. Il fallait maintenant peaufiner ces gestes et en apprendre d'autres. Oskar enseigna à Belzéb la lithurgie des principales cérémonies : baptême, mariage et enterrement. L'ours ne pouvait bien sûr pas chanter de cantiques, mais il se balançait avec ferveur au rythme des psalmodies de son maître.
En plus de ces rites chrétiens, Oskar Huuskonen apprit à Belzéb à se prosterner en direction de La Mecque à la manière des musulmans et lui montra quelques pratiques médiumniques shintoïstes dont il se trouvait se souvenir. l'ours assimilait le plus souvent avec zèle le langage gestuel des croyants. Quand Huuskonen lui ordonnait de prier, il frémissait de la truffe et mâchillait des babines. Il prenait avec aisance une Bible entre ses pattes et la feuilletait comme s'il avait su lire l'Evangile.
Commenter  J’apprécie          130
L'Église et l'armée sont plus proches l'une de l'autre qu'on ne le pense en général. Pendant la guerre, le réconfort moral est essentiel. L'on ne soulignera jamais assez l'importance de la mission des aumôniers militaires, lorsqu'ils bénissent les blessés avant que ceux-ci rendent le dernier soupir. Sans parler de l'enterrement des morts dans le cimetière des héros de leur village natal. Car qui d'autre que les pasteurs trient et identifient les corps ? Et ils savent aussi tenir un fusil, au besoin. C'est ainsi : le sabre et le goupillon, au service d'une même cause, la famille et la patrie. Il ne faut pas oublier, songea l'évêque, que le Seigneur est aussi un Dieu irascible et vengeur, et même un dieu guerrier. C'est un rempart, que notre Dieu, une invincible armure.
Commenter  J’apprécie          160
Arto Paasilinna va faire des adeptes lorsque les premiers grands froids vont faire leur apparition…

« Sur un plan général, l’économie entière du pays bénéficierait d’un sommeil hivernal, médita l’ingénieur-conseil Soininen. Tous les services pourraient par exemple être suspendus, seules les industries de transformation continueraient de tourner, grâce à la main d’œuvre étrangère qui resterait éveillée, et les exportations rapporteraient bien sûr toujours autant, hiver comme été. Maintenant, les chômeurs se tournent les pouces toute l’année, bien obligés, mais si on adoptait officiellement le sommeil hivernal, les périodes de chômage diminueraient d’autant et se réduiraient à l’été. D’où des économies considérables pour le budget de la nation, en ces temps difficiles. »
Commenter  J’apprécie          140
Dans la cave, Huuskonen tourna la manivelle du diesel à la force du poignet tandis que l’agent de maintenance réglait les compteurs ; le moteur toussa et s’alluma, un courant salvateur circula dans le réseau électrique de l’hôpital, le respirateur se réactiva et l’on put remettre son masque à oxygène à l’inséminateur retraité moribond Yrjänä Tisuri. L’infirmière en nage alla s’écrouler dans la salle de repos, les mains crispées sur la poitrine. « Le métier de soignant est parfois rude », haleta-t-elle.
Le pasteur Oskar Huuskonen repartit vers l’église. Les abords de la station électrique grouillaient de monde. Les corps de l’organisatrice de banquets et de l’ourse avaient été descendus du pylône à haute tension par la grande échelle des pompiers. Astrid Sahari avait été recouverte d’une couverture, mais le cadavre de l’animal gisait tel quel sur la pelouse. Il flottait dans les airs une odeur de viande brûlée.
On avait trouvé dans un sapin voisin deux oursons apeurés que l’on avait attrapés et enfermés dans la resserre. Il y régnait un désordre épouvantable, signe certain que des courtes queues s’en étaient donné à cœur joie.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Arto Paasilinna (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arto Paasilinna
Futuropolis commence son année anniversaire avec un florilège de titres qui nous valent le retour de Nicolas Dumontheuil dans l'univers d'Arto Paasilinna et celui de Shaolin Cowboy pour un tome 4 inattendu ! Les documents graphiques seront également à l'honneur pour raconter la paléontologie et le voyage zapatiste en Europe. de quoi rêver, de quoi s'envoler, de quoi réfléchir : tout l'esprit de Futuropolis !
autres livres classés : finlandeVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (1025) Voir plus



Quiz Voir plus

La douce empoisonneuse, de Arto Paasilina

Quel animal de compagnie avait Linnea ?

un chien
un chat
un hamster

14 questions
93 lecteurs ont répondu
Thème : La Douce empoisonneuse de Arto PaasilinnaCréer un quiz sur ce livre

{* *}