AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Olivier Fontvieille (Illustrateur)Marc Escola (Éditeur scientifique)
EAN : 9782755501070
60 pages
1001 Nuits (25/03/2009)
3.6/5   10 notes
Résumé :

Un naufragé est pris pour le roi d'une île sur laquelle il a échoué par hasard. Comment exercer le pouvoir souverain et incarner la fonction royale quand, au fond de soi-même, on sait que l'on n'est pas ce prince que les sujets reconnaissent en vous ? La parabole de Pascal dit l'origine usurpée et voilée de tout pouvoir, mais aussi en quoi la fiction du prince au-dessus de ses sujets est un moindre mal, si le prince n'ou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Denis_76
  12 juin 2021
Comme " Les Provinciales", cet essai, en édition posthume ( 1670 ), montre la profondeur des pensées de Blaise Pascal, qui ne mâche pas ses mots.
La première partie comporte "Trois Discours" pédagogiques et percutants adressés à un prince, fils du duc de Luynes.
La première lettre traite de sa condition de prince, et lui demande de ne pas oublier que s'il fait partie de la noblesse, c'est dû au hazard de la naissance ;
la seconde lettre lui montre qu'il peut être "le duc" avec toute sa puissance, mais qu'il peut aussi choisir d'être un honnête homme ;
la troisième lettre lui indique deux chemins de vie : la charité ou la concupiscence.
.
La deuxième partie du livre comporte six liasses extraites de "Les Pensées", intéressantes, mais ce sont des aphorismes dont Pascal, mort trop tôt, à 39 ans, n'a pas eu le temps d'assembler en un essai cohérent qui eût produit, je n'en doute pas, un livre fort intéressant !
Ses Pensées m'évoquent les aphorismes de Nietzsche, ou, plus modestement, les pensées que mon père jetait sur un petit carnet qu'il avait toujours avec lui.
Les unes sont lapidaires, d'autres sibyllines et confuses, raturées, dont je n'ai pas pu profiter ;
mais certaines sont plus développées et plus abouties, et l'on reconnait la belle plume de l'auteur quand il construit une idée, un raisonnement.
A l'issue de ces 129 "pensées", j'ai pu sortir un modèle, une systémique pour m'y retrouver, mais qui n'engage que moi.
Son "système humain" semble être tripode : Raison / Coeur / Nature, dominé par Dieu... ( ou non ; car il y a le fameux pari de Pascal ).
Dans la Raison, il met les dogmatiques, hommes de principes ;
ceux-ci sont en conflit avec les pyrrhonniens, rois du doute, auxquels il associe peut-être Descartes ;
Dans la Nature, c'est l'homme original, auquel, mais pourquoi ( ? ) il associe Platon ;
enfin, il y a le Coeur, qui n'est pas bien défini ;
et puis, il y a les Instincts, qui sont peut-être la liaison entre le Coeur et la Nature.
L'homme instinctif aime le tumulte, le divertissement, car au repos il s'ennuie. du tumulte viennent tous nos maux : honneurs ( orgueil ), chasse, et surtout guerre. le tumulte permet de ne pas penser.
Pascal trouve absurde que, 6000 ans après qu'Adam et Eve aient croqué dans la pomme, l'homme soit encore puni de péché, de tumulte, d'agitation et de guerres.
L'homme, qui est un roseau pensant, ferait mieux de rester chez lui, à réfléchir ( comme lui, semble-t-il dire ) !
Voltaire le rejoindra : "Cultivons notre jardin", de même que Paulo Coelho avec "L'Alchimiste".
.
Bon, autant les "Trois Discours sur la condition des Grands" sont limpides, autant "Les Pensées" manquent de liaisons, ce qui, en essai abouti, eût produit un livre très intéressant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          398
LeBretonRefractaire
  27 janvier 2022
Dans le premier discours, Blaise nous rappelle que tous les hommes sont égaux, quel que soit leur rang...
Un roi reste un homme.
Il faut le respecter.
Blaise est un conservateur.
Mais ni lui ni vous ne doit être dupe.
Dans le deuxième, notre janséniste préféré, distingue grandeur naturelle et d'établissement.
Et dans le troisième, il rappelle à un seigneur qu'il est le maître des concupiscences et qu'il faut qu'il en ait conscience... Pour plutôt se tourner vers la charité.
L'écriture est toujours aussi kiffante.
Commenter  J’apprécie          20
Anis0206
  29 juin 2018
un peu de philosophie "pascalienne" qui nous éclaire un peu sur la vision du monde qu'avait le grand mathématicien et philosophe français Blaise Pascal
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
moraviamoravia   30 janvier 2017
« Que diriez-vous de cet homme qui aurait été fait roi par l’erreur du peuple, s’il venait à oublier tellement sa condition naturelle qu’il s’imaginât que ce royaume lui était dû, qu’il le méritait et qu’il lui appartenait de droit ? »
Commenter  J’apprécie          163
Denis_76Denis_76   10 juin 2021
Il est dangereux de dire au peuple que les lois ne sont pas justes, car il n'y obéit qu'à cause qu'il les croit justes.
Il faut obéir aux supérieurs non parce qu'ils sont justes, mais parce qu'ils sont supérieurs.
C'est proprement la définition de la justice.
Commenter  J’apprécie          84
Denis_76Denis_76   11 juin 2021
Il n'y a rien qui choque plus notre raison que de dire que le péché du premier homme ( 1 ) ait rendu coupables ceux qui, étant si éloignés de cette source, semblent incapables d'y participer.


1- Adam.
Commenter  J’apprécie          100
Denis_76Denis_76   10 juin 2021
L'imagination, cette superbe puissance ennemie de la raison, qui se plait à la contrôler et à la dominer, pour montrer combien elle peut en toutes choses, a établi dans l'homme une seconde nature.
Commenter  J’apprécie          100
luvaluva   11 janvier 2017
Pour entrer dans la véritable connoissance de votre condition, considérez-la dans cette image :
Un homme est jeté par la tempête dans une île inconnue, dont les habitans étoient en peine de trouver leur roi, qui s’étoit perdu ; et, ayant beaucoup de ressemblance de corps et de visage avec ce roi, il est pris pour lui, et reconnu en cette qualité par tout ce peuple. D’abord il ne savoit quel parti prendre ; mais il se résolut enfin de se prêter à sa bonne fortune. Il reçut tous les respects qu’on lui voulut rendre, et il se laissa traiter de roi.
Mais comme il ne pouvoit oublier sa condition naturelle, il songeoit, en même temps qu’il recevoit ces respects, qu’il n’étoit pas ce roi que ce peuple cherchoit, et que ce royaume ne lui appartenoit pas. Ainsi il avoit une double pensée : l’une par laquelle il agissoit en roi, l’autre par laquelle il reconnoissoit son état véritable, et que ce n’étoit que le hasard qui l’avoit mis en place où il étoit. Il cachoit cette dernière pensée, et il découvroit l’autre. C’étoit par la première qu’il traitoit avec le peuple, et par la dernière qu’il traitoit avec soi-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Blaise Pascal (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Blaise Pascal
Vidéo de Blaise Pascal
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
386 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre