AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2363081285
Éditeur : Arléa (16/02/2017)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Les Lieux et la poussière est un essai en douze chapitres sur la beauté et la fragilité. La beauté de notre monde périssable, la fragilité des choses et des vies, la nostalgie qui habite les objets et les lieux. Roberto Peregalli voit les façades des maisons comme des visages. Il regarde le blanc, le verre, ou la lumière des temples, des cathédrales, de la pyramide du Louvre. Il dénonce l'effroi provoqué par le gigantisme et l'inadaptation de l'architecture moderne,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
moussk12
  17 mai 2018
Par de courts chapitres agrémentés de photos, Roberto Peregalli traverse l'histoire et le temps des lieux que nous habitons, qui nous entourent, qui font partie de nous.
Se sent-on encore habité par des lieux ? Y a t-il encore des façades, des murs, des ambiances qui nous imprègnent ? Et nous, que laissons-nous imprimer aujourd'hui sur les matériaux contemporains ? Tout doit être aseptisé. Plus de poussières. Chasse aux acariens ! Mais ces poussières que nous chassons, dont nous nous détournons comme de la peste, n'habillent plus les matières nobles comme le bois, le fer, la pierre; elles ne patinent plus les édifices des traces du temps. Tout devient béton, plastique, blanc immaculé.
Jusqu'aux lumières des intérieurs de nos maisons ou des bâtiments publics. Cette lumière blanche, artificielle, dévore toute ombre qui apparaîtrait comme un intrus.
Les ambiances, les sensations de chaleur comme de froid, de bien-être comme de mélancolie, sont anéanties au bénéfice d'une uniformité dans le dessein de broyer toute différence, toute personnalité.
L'auteur a agrémenté le livre d'une multitude de photos, rendant la lecture encore plus agréable, photos noir et blanc de monuments, de ruines, de fenêtres, comme pour mieux ressentir la beauté des lieux que l'on sent être nés de la main de l'homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
moussk12moussk12   11 mai 2018
Le soir, on tente de recréer artificiellement une lumière sans ombre. L'ombre, comme la poussière, est notre fonds secret. On veut l'oublier. On veut vivre un éternel midi. On met ainsi fin à "l'aspect charnel du lieu", son érotisme subtil, sa qualité terrestre et éphémère. C'est une lumière homogène, dans laquelle les choses, au lieu d'être vues - comme lorsque nous entrons dans un pièce plongée dans la pénombre jusqu'à ce que, peu à peu, nous distinguions des formes-, apparaissent dans leur neutralité supposée !
Maintenant qu'on peut tout voir, il n'y a plus rien à voir. Les lieux deviennent "anonymes".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
moussk12moussk12   12 mai 2018
Parfois, ce sont des espaces qui surgissent au milieu de nulle part, les villes de Dubaï et Astana, par exemple, où les architectes les plus réputés au monde viennent célébrer leur talent et laisser une trace. ça ressemble aux espaces qu'on laisse parfois aux enfants pour qu'ils manifestent leur potentiel (écrire sur les murs, s'exprimer coûte que coûte) parce que, ainsi isolés, ils ne dérangent personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
moussk12moussk12   17 mai 2018
Il suffit de penser à l'émotion qu'on éprouve en visitant un musée à l'heure de la fermeture. Dans le silence des salles, éclairées par la faible lueur des puits de lumière au crépuscule, surgissent les oeuvres, comme des fantômes qui vous entraînent dans un monde à part, émergeant de la mémoire et de la nostalgie.
Commenter  J’apprécie          171
moussk12moussk12   13 mai 2018
Certains lieux anonymes sont dans la lumière parce qu'ils sont à l'abandon.
Commenter  J’apprécie          180
moussk12moussk12   17 mai 2018
Mais nous avons perdu le lien avec les lieux et les choses, cette relation qui souvent ne repose sur rien mais rejoint l'existence et lui donne, sinon un sens, du moins le début d'un chemin.
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : architectureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Roberto Peregalli (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
442 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre