AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782812902727
512 pages
Éditeur : Editions De Borée (01/04/2011)
4.1/5   20 notes
Résumé :
Twain, Aicard, Kipling, Tillier, Pergaud : une sélection de grands noms de la littérature et de leurs chefs-d'œuvre indispensables. Des romans passionnants qui alternent aventure, émotion, humour et suspense : autant de bonnes raisons de lire et relire ces classiques en collection Poche !
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
YahnV
  24 juin 2019
«Louis Pergaud, qui venait de publier de Goupil à Margot, était encore, à cette époque, instituteur, enfin « l'homme en proie aux enfants ». Il avait ceci de commun avec Louise Michel, qu'il aimait mieux les bêtes que les gosses. (…)
Il s'agissait, pour le petit employé à la Préfecture de la Seine, de conquérir une seconde fois son indépendance. Car il n'avait qu'un mois de congé par an... et c'est peu pour un conteur rustique. Pendant onze mois, il rongeait son frein. Il avait bien emporté sa pioche à écrire, mais la bonne terre natale et tout ce qui l'anime lui manquaient pour travailler allègrement. Chaque année, au retour des vacances, il vidait son carnier, en retirait successivement La Revanche du Corbeau, La Guerre des boutons, Miraut chien de chasse... Il faisait ainsi durer le plaisir longtemps, le plaisir de prolonger, par la pensée, l'existence d'un mois au grand air. Il aspirait au succès beaucoup moins par esprit de lucre que pour réaliser le rêve de vivre la plupart du temps à la campagne, de son métier.
Il n'était pas, somme toute, le plus à plaindre ; il songeait à son ami Léon Deubel, Franc-Comtois comme lui, au poète mort jeune, de misère et d'épuisement... Mais l'homme d'action réveille à chaque instant les songeurs de cette forte espèce ; et Louis Pergaud ne s'attendrissait sur le camarade disparu, que pour réunir son oeuvre dispersée, et la publier. »
LUCIEN DESCAVES.
(Extrait de la préface de la guerre des boutons )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
hysope62
  17 août 2020
Une jolie découverte. Ce livre traînait dans ma bibliothèque depuis 2005 et c'est en faisant un peu de tri que je l'ai retrouvé. C'est une lecture que j'ai vraiment appréciée. le style est certes un peu daté mais l'histoire en elle-même vaut le détour. On prend plaisir à suivre cette bande d'enfants du début du siècle dernier, on s'attache à eux, on se demande jusqu'à où va aller cette guerre...
Commenter  J’apprécie          40
choupet
  24 novembre 2019
Tout simplement sublime ! Depuis plusieurs décennies, les enfants de Velrans et de Longeverne se livrent un combat sans merci et sans trêve. de père en fils, ils s'affrontent dans les bois jouxtant les deux villages. Malheur au vaincu ! Capturé, on lui arrache les boutons de ses vêtements et il repart en slip, en chaussettes, la mine déconfite et prêt à subir la colère parentale. En ce début des sixties, les chefs des deux clans rivaux, Aztec et Lebrac, essuient tour à tour l'horrible mortification. Après avoir reçu une volée de coups de la part de son beau-père, Lebrac imagine un stratagème : aller à l'affrontement en tenue d'Adam. Autant que les répliques qui fusent, ce sont les culottes courtes, bretelles et boutons sectionnés par l'ennemi. A voir le film d'Yves Robert dans un joli noir et blanc (et les versions suivantes en couleur). Si je ne me trompe pas, le livre a été en tout et pour tout adapté quatre fois (dont une fois par les Américains)
Commenter  J’apprécie          00
boninnicolas
  09 décembre 2019
Un magnifique roman sur l'honneur et la camaraderie ! A cul les Velrans !
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
hysope62hysope62   17 août 2020
- Tout de même, bon Dieu ! qu'il y a pitié aux enfants d'avoir des pères et mères!
Un long silence suivit cette réflexion. Lebrac recachait le trésor jusqu'au jour de la nouvelle déclaration de guerre.
Chacun songeait à sa fessée, et comme on redescendait entre les buissons de la Saute, La Crique, très ému, plein de mélancolie de la neige prochaine et peut-être aussi du pressentiment des illusions perdues, laissa tomber ces mots:
- Dire que, quand nous serons grands, nous serons peut-être aussi bêtes qu'eux!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : années 60Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Des livres à la rue

Dans quelle rue trouve-t-on la sorcière de Pierre Gripari ?

Mouffetard
Vaugirard
Gérard
Vieillard

10 questions
170 lecteurs ont répondu
Thèmes : Rues , littérature française , littérature étrangèreCréer un quiz sur ce livre