AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070367584
Éditeur : Gallimard (26/07/1972)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.77/5 (sur 1114 notes)
Résumé :
Il commença par la blouse, il arracha les agrafes métalliques du col, coupa les boutons des manches ainsi que ceux qui fermaient le devant de la blouse, puis il fendit entièrement les boutonnières, ensuite de quoi Camus fit sauter ce vêtement inutile ; les boutons du tricot et les boutonnières subirent un sort pareil ; les bretelles n'échappèrent point, on fit sauter le tricot.
Ce fut ensuite le tour de la chemise : du col au plastron et aux manches, pas un b... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (63) Voir plus Ajouter une critique
araucaria
  02 décembre 2012
Un livre qui fête ses 100 ans et qui n'a rien perdu de sa fraîcheur. Voici un petit bijou de la littérature, devenue classique, tant le texte est drôle et vivant. Nous replongeons délicieusement avec l'auteur dans le passé et revivons l'existence de nos ancêtres campagnards, voyant ce que pouvait être leur vie en classe et dans leurs familles. Ces galopins rivaux des villages de Longeverne et de Velrans nous entraînent dans leurs combats où ne sont pas épargnés les mauvais coups et les gros mots! Nous les suivons à la trace dans leurs mauvaises farces et il faut bien admettre qu'ils ne manquent pas de motivation et d'imagination. Ce livre est un régal, une belle récréation. Il m'a valu de belles séance de rire. Mon regret, ne pas l'avoir découvert plus tôt. Je repense aussi à l'auteur Louis Pergaud, qui avait obtenu un prix Goncourt pour une autre oeuvre, et songe que lorsqu'il est tombé au champ d'honneur en 1915, la France a perdu un des ses grands écrivains. Que de merveilles aurait-il pu nous offrir s'il avait fait carrière. Un excellent roman, classé jeunesse parfois, mais qu'il est bon de lire à tous les âges de la vie. Un grand et beau roman.
Lien : http://araucaria.20six.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          851
Gwen21
  19 mai 2017
"La guerre des boutons" dégage un puissant parfum d'enfance, rien que son titre retentit à mes oreilles avec tous les accents de la nostalgie la plus émouvante. Quel enfant né avant 1980 ne s'est pas enthousiasmé pour le film d'Yves Robert ? Quel enfant n'a pas joué à la bataille et ne s'est pas fabriqué une fronde ? Quel enfant n'a pas fait partie d'un clan ou d'une bande ? Bon, ok, c'était avant que les smartphones et les manettes Wii ne remplacent dans les mains enfantines les marrons, bâtons, mousses et autres cailloux, mais je suis certaine que beaucoup d'entre vous me comprennent.
Longeverne et Velrans sont deux villages du Doubs dont les garçons s'affrontent dans une guérilla sans merci déployée dans les bois et les carrières désaffectées. "Ceusses" de Longeverne, les Lebrac, Tintin, Camus, Grangibus et Tigibus, Gambette et compagnie, s'opposent presque chaque jour après la classe à "ceusses" de Velrans : l'Aztèque, Migue la Lune, Tatti, Touegueule, etc. Gnons et coups pleuvent dru, tout comme les boutons qui sont la rançon de la gloire, confisqués d'autorité aux vaincus qui, bastonnés, humiliés et le froc sur les talons, rentrent chez eux dans un piteux état physique et vestimentaire. Ces deux bandes de garnements et de brise-cous font évidemment le désespoir de leurs parents, fermiers, artisans et commerçants de ce coin de campagne authentique, et surtout celui de leur maître d'école, le père Simon, dont l'enseignement et les tentatives d'assujettissement des vauriens m'ont fait énormément rire.
Au-delà d'une narration très rythmée et bonne enfant, "La guerre des boutons" offre une véritable réflexion sur l'antagonisme viscéral des hommes pour leurs frères et voisins ; ça en dit aussi beaucoup sur l'éducation rurale au début du XXème siècle, plus rude que de nos jours, ce qu'on ne peut raisonnablement pas regretter mais qui fait tout de même s'interroger sur le phénomène de surprotection que subissent les enfants du XXIème siècle.
"La guerre des boutons", c'est aussi un récit chantant, à la langue riche et argotique pleine de saveurs (presque) oubliées. Enfin c'est le témoignage d'un talent fauché trop tôt par la guerre de 14-18 puisque son auteur Louis Pergaud (Goncourt 1910 pour mémoire) en sera l'une des innombrables victimes, à seulement 33 ans.
En bref, un incontournable de la littérature française qu'il est selon moi indispensable de faire découvrir aux enfants... comme aux adultes.

Challenge MULTI-DÉFIS 2017
Challenge XIXème siècle 2017
Challenge Petit Bac 2016 - 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
PiertyM
  14 novembre 2017
Les enfants, ça joue plus honnêtement que les comédiens, ils ne simulent pas, tout ce qui leur passe par la tête est une vérité, ils jouent pour de vrai. Face à une guerre des boutons, s'il faut trouver la meilleure stratégie pour ne pas se faire arracher les boutons.. .hé bien, la meilleure la voici: on n'a qu'à aller en guerre tout nu, et ça, ce n'est pas un jeu, c'est, en effet, un homme en danger qui réfléchit.... Ce que je me suis marrée avec ce livre, lu dans ma jeunesse avec un air un peu plus sérieux, mais là je l'ai encore un plus savouré, ayant éveillé en moi certains souvenirs amusants d'enfance, plutôt des souvenirs de certains enfants que je connaissais, tellement que le livre est vivant, alléchant avec des personnages loquaces, intrépides et créatifs. Certains classiques n'ont pas l'air d'être si loin de nous.
Commenter  J’apprécie          320
HORUSFONCK
  08 décembre 2016
Ah! le beau livre que je viens de refermer!
Deux ou trois fois, j'ai vu le film de 1962 réalisé par yves Robert et qui réactualise le roman de Louis Pergaud.
Ce récit des batailles, menées entre les enfants de Longeverne et ceux de Velrans; est d'une sublime écriture. Les dialogues sont ensoleillés de patois, mais juste ce qu'il faut. Des épigraphes, en tête de chapitres, mettent un relief coloré et bienvenu.
Cette guerre, avec ses triomphe, ses défaites et ses retours piteux ou glorieux; est proprement captivante... Elle est, en tout cas, bien moins dangereuse (voire meurtrière) que celle évoquée par la Crique et qui opposait les adultes des deux villages à une époque antérieure!..
C'est aussi un livre, d'une poignante prophétie: pour nombre de ces enfants, la guerre qui les attend en 1914 sera atroce et sans merci. Louis Pergaud y perdra la vie, comme Alain-Fournier le père du Grand Meaulnes.
Louis Pergaud nous a laissé, avec La Guerre des Boutons, un livre précieux pour tous les enfants qui subsistent en chacun de nous. Il nous dit que ce temps est si court, si vite passé... La dernière phrase, prononcée par La Crique (encore lui) à la fin du livre est, à ce sujet, saisissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
brigittelascombe
  28 mai 2011
Qui n'a jamais lu ce célèbre livre dont a été tiré un non moins célèbre film? Celui de la guerre contre les morveux et les morpions du village d'à côté,contre l'ennui lorsque s'en vient la rentrée des classes,la guerre contre l'autorité parentale, la guerre aux conventions puisque les petits zigues concernés piratent les boutons et bretelles des perdants:un super butin surtout lorsqu'on revient cul nu à la maison sous une grèle de quolibets.
Avec dans le role des chefs Lebrac et le gros Camus, deux personnalités hautes en couleurs et deux fortes têtes qui leurs hordes à leurs basques s'envoient à la poire des noms d'oiseaux pas piqués des vers du genre:enfonceurs de portes ouvertes,étrangleurs de chats par la queue,enfants de soulaud,triples cochons,bâtards de curés,crevures de chats crevés et j'en passe...un livre fort bien écrit par l'auteur du Goncourt(De Goupil à Margot)et un pur moment de plaisir pour rire car le rire est le propre de l'homme et qu'en ces temps où les guéguerres assassinent, torturent,violent et spolient pour de vrai ça fait chaud à l'âme de rester encore un peu dans ce type d'affrontement enfantin.
En conclusion: La Crique pressentant ses futures illusions perdues:"Dire que,quand nous serons grands,nous serons aussi bêtes qu'eux".
Ben ça c'est ben vrai mon pt'it gars!!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   02 décembre 2012
Le maître, du haut de sa chaire, droit et sévère, sa règle d'ébène à la main, commença par flétrir en termes énergiques leur conduite sauvage de la veille, indigne de citoyens civilisés, vivant en République dont la devise était : liberté, égalité, fraternité!
Il les compara ensuite aux êtres apparemment les plus horrifiques et les plus dégradés de la création : aux apaches, aux anthropophages, aux ilotes antiques, aux singes de Sumatra et de l'Afrique équatoriale, aux tigres, aux loups, aux indigènes de Bornéo, aux Bachibouzouks, aux Barbares des temps jadis, et, c'était le plus grave, comme conclusion à ce discours, déclara qu'il ne tolérait pas un mot, que le premier geste de communication qu'il surprendrait soit en classe, soit en récréation vaudrait, à son auteur, trente jours de retenue et dix pages, par soir, d'Histoire de France ou de Géographie à copier et à réciter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
araucariaaraucaria   01 décembre 2012
Lebrac, en connaisseur, agitait son litre d'eau-de-vie où des bulles d'air se formaient qui venaient s'épanouir et crever en couronne au goulot.
- C'est de la bonne, affirma-t-il. Elle a de la religion, elle fait le chapelet.
"Attention, j'vas passer; que personne ne bouge!"
Et, lentement, il partagea entre les quarante-cinq convives le litre d'alcool. Cela dura bien dix minutes, mais personne ne but avant le signal. On porta alors de nouveaux toasts plus verts et plus violents que jamais; ensuite on trempa les morceaux de sucre et on pompa le liquide à petits coups.
Vingt dieux! ce qu'elle était forte! Les petits en éternuaient, toussaient, crachaient, devenaient rouges, violets, cramoisis, mais pas un ne voulait avouer que cela lui brûlait la gorge et que ça lui tordait les tripes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
araucariaaraucaria   30 novembre 2012
"Mais qu'est-ce qu'ils peuvent bien faire de ces boutons?
- Ah! sacré arsouille! Je vais t'apprendre un peu l'ordre et l'économie, et "pisse que" les mots ne servent à rien, c'est à coups de pied au derrière que je vais t'instruire, moi, tu vas voir ça, gronda le père Tintin.
Aussitôt, joignant le geste à la parole, saisissant son rejeton par le bras et le faisant pivoter devant lui, il lui imprima sur le bas du dos, avec ses sabots noirs de purin, quelques cachets de garantie qui, pensait-il, le guériraient pendant quelque temps du désir et de la manie de chiper des boutons dans le "catrignot" de sa mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
gillgill   28 février 2012
- Faut acheter des sardines, insinua Tintin. C'est bon les sardines. Ah ! Tu sais pas ce que c'est, Guerreuilas ! Eh bien, mon vieux, c'est des petits poissons sans tête cuits "dedans" une boîte en fer-blanc, mais tu sais, c'est salement bon ! Seulement on n'en achète pas souvent chez nous passe que c'est cher.
"Achetons-en une boîte, voulez-vous ? Il y en a dix, douze, même quelquefois "tienze" par boîte, on partagera.
- Ah ! Oui ! que c'est bon, renchérit Tigibus, et l'huile aussi mes amis ; moi, ce que j'aime l'huile de sardine ! Je relèche les boîtes quand on en achète ; c'est pas comme l'huile à salade.
On vota d'enthousiasme l'achat d'une boîte de sardines de onze sous.
Restaient dix sous de disponible...
(extrait du chapitre III "le festin dans la forêt")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
araucariaaraucaria   30 novembre 2012
Lebrac n'hésita pas davantage. Il répliqua par un "A cul les Velrans!" aussi sonore que le cri de son rival et les épieux et les sabres de Longeverne pointèrent encore une fois en avant leurs estocs durcis.
- Ah! Prussiens! ah! salauds! - triples cochons! - andouilles de merde! - bâtards de curés! - enfants de putains! - charognards! - pourriture! - civilités! - crevures! - calotins! - sectaires! - chats crevés! - galeux! - mélinards! - combisses! - pouilleux! telles furent quelques-unes des expressions qui s'entrecroisèrent avant l'abordage.
Non, on peut le dire, les langues ne chômaient pas!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
Videos de Louis Pergaud (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louis Pergaud
TOUTES LES INFOS SONT DANS LA BARRE, MES RENARDS. DEROULEZ !
Commence par mettre la HD. Tu verras, c?est plus roux.
Commander le livre de Mikaela - LeLivreOuvert : http://www.edilivre.com/croisements-232a27bab1.html#.Vt1AeeZ2M5w
Club Moldus de Lecture : https://www.facebook.com/moldusdelecture/?fref=ts
Mes acquisitions : - Avant Toi de Jojo Moyes - Les carnets de Cerise T4 de Joris Chamblain - Abélard de Dilliès - Les fantômes de Neptunes de Valp - le faucon déniché de Jean-Côme Noguès - La cicatrice de Bruce Lowery - The Fox and the Star de Coralie Bickford-Smith - de Goupil à Margot de Louis Pergaud - La rose et la tour de Fiona McIntosh - Elles sont parties pour le Nord de Patrick Lecomte - Tout plutôt qu'être moi de Ned Vizzini - Hunters High Rule T1 de Clara le Corre - Nos âmes rebelles de Samantha Bailly - Mémoires du Grand Automne de Stéphane Arnier - Croisements de Mikaela Mury - Supernova d'Emma Daumas - Telucidar de Jean-Luc Marcastel

_______________________________________
TOUS les livres que je présente sont en général facilement trouvable dans toutes les bonnes librairies. Directement en rayon, ou alors demandez à votre libraire de vous passer une commande :-) _______________________________________
Attention commentaires : certains n?ont pas les bons paramètres dans leur compte Google+ je ne peux donc pas répondre à leur commentaire. Vérifiez bien la configuration de votre profil, ainsi l?échange sera plus facile ;)
Vidéo sur ma formation et métier de libraire : https://www.youtube.com/watch?v=ulW6lRyU1VE&list=¤££¤55Les-histoires-de-Margaud69¤££¤1croQ5rs67hW1XA3UHZZwAbkb&index=1
ME SUIVRE : ? Facebook :https://www.facebook.com/pages/Les-histoires-de-Margaud/126985220716090?ref=hl ? Blog : http://la-liseuse.blogspot.ch ? Livraddict : http://www.livraddict.com/profil/margaud-liseuse ? Instagram : @margaudliseuse ? Twitter : @MargaudLiseuse
ME CONTACTER : margaudliseuse@outlook.com
ENVIE DE M?ECRIRE ?
Margaud Liseuse Case Postale 1701 Fribourg Suisse
Je filme avec un CANON EOS 700D Je monte mes vidéos avec Sony Vegas 12
*Musique d'intro : Intro BO La Belle et la Bête
+ Lire la suite
autres livres classés : enfanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La guerre des boutons

Qui fut le premier prisonnier fait par Longeverne ?

Touegueule
Migue la lune
L'Aztec
Gambette

11 questions
141 lecteurs ont répondu
Thème : La Guerre des boutons de Louis PergaudCréer un quiz sur ce livre
.. ..