AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Anne Rabinovitch (Traducteur)
EAN : 9782869309210
277 pages
Payot et Rivages (01/05/1995)
3.57/5   30 notes
Résumé :
Huitième roman d'Elizabeth Taylor. paru en 1961, Une saison d'été est certainement son livre le plus sensuel : sensualité érotique de la passion entre Kate, charmante veuve, mère de deux enfants, et Dermot, jeune homme nonchalant et désoeuvré, de dix ans son cadet. Cet amour rend tout plus ardent : la chaleur, les odeurs et la sensibilité de l'entourage des amants. Au fur et a mesure que la saison avance, l'atmosphère lourde de cet été devient plus tendue encore et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  06 mai 2020

Dans ce roman , sorti en 1961, Elizabeth Taylor ne présente pas réellement ses personnages, le lecteur pénètre dans une maison bourgeoise située près d'un petit village anglais. Et si l'ambiance surannée, fait très " début de XX° siècle, un poste de télévision vient apporter une touche de modernité .
Vivent dans cette demeure, Kate jeune veuve quarantenaire, sa tante désargentée, et ses deux enfants ( un garçon de 22 ans et une fille de 16 ). Elle est remariée avec un homme de dix ans son cadet, que ses anciens amis n'apprécient pas , car Dermot ne travaille pas, tous ses projets ayant échoué les uns après les autres.
Seul le fils a un emploi dans l'entreprise du grand-père.
C'est donc une ambiance bourgeoise, oisive , personne ( à part la cuisinière), n'ayant besoin de gagner sa vie. Les personnages ne sont pas particulièrement sympathiques, Kate ne pense qu'à son mari fraîchement “acquis” , rarement à ses enfants.
Seul événement de l'été : le mari de la meilleure amie de Kate (décédée) , revient après des années d'absence, avec sa fille. Celle-ci , s'inscrit aussitôt dans une école de mannequin (!), et fait tourner le jeune homme de la maison en bourrique.
Jeunes amours, amours plus “murs”, Elizabeth Taylor, aborde la chose avec beaucoup, de pudeur, de délicatesse, de flegme anglais. Certains disent que c'est son roman le plus sensuel , bon, on est loin de l'Amant de lady Chatterley...
Lecture agréable, un peu “soporifique” au début, puis prenant peu à peu de l'ampleur. L' écriture est élégante.
Ce que j'ai préféré, c'est le personnage de la tante désargentée, hébergée par pure générosité, et qui communique par lettres, avec sa meilleure amie. Ses ( rares) missives qui décortiquent , le ménage Kate/Dermot, ainsi que tout ce qui se passe dans la maison, ressemble à un "roman-feuilleton" , assez amusant vu qu'elle parle beaucoup de ce qu'elle reconnaît elle-même , ne pas connaître : l'amour physique. La position de parente pauvre qu'elle occupe dans la maison, impliquerait une certaine réserve, une certaine discrétion, mais c'est tout le contraire...
Entre le style de Barbara Pym (pour l'atmosphère surannée ), et quelques fulgurances de "Bonjour tristesse" de Sagan, ce roman est plaisant , mais ne me laissera pas un souvenir inoubliable...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          464
lazer
  22 juillet 2017
Un roman vif. Une maison où s'agite Kate, une mère d'une quarantaine ou cinquantaine d'années remariée , après avoir été veuve, avec un homme de dix ans son cadet. S'agitent également ses deux grands enfants, fille et garçon, s'agite également une tante, hébergé car relativement désargentée. Des visites se succèdent. Les thés sont dégustés. Kate pourrait avoir un caractère BOBO si l'on était à Paris et non dans la banlieue de Londres. Elle a de l'argent, s'ennuie un peu, semble observer, presque d'un peu loin, la façon dont ses deux enfants abordent la vie. Elle semble sur une pente glissante : son jeune mari a une forte tendance à boire et à rester un grand adolescent. Une sorte d'indifférence face aux multiples aléas de l'existence semble l'habiter. Indifférence, passivité, modestie, lucidité, réalisme, état quasi contemplatif : l'on s'interroge. Elle pourrait presque parfois irriter cette femme, comme une enfant presque gâtée, qui laisse la vie tourbillonner autour d'elle sans réel désir d'intervenir. Elle est amoureuse (de son mari) comme une adolescente. À l'âge de Kate, il faut avoir les moyens (matériels, financiers) pour pouvoir s'offrir un tel comportement
Son fils est amoureux d'Araminta, une jeune fille mince et belle, originale, qui a tous les hommes à ses pieds.
Irritante, presque, Kate, qui se laisse porter par les vagues de l'amour agité, sexuel, qu'elle éprouve pour son jeune mari. Irritante presque, Araminta, devant laquelle tous les hommes s'inclinent en raison de sa beauté, en dépit (en raison ?) de son attitude souvent provocatrice, d'enfant gâtée en quelque sorte…
Au final, Kate, qui réussira à se marier trois fois, est une femme qui, quoiqu'il en soit, aime la vie, et les humains. Et donc, elle est aimable, et aimée.
Ce qui précède : de simples remarques, pas tout à fait sérieuses, pour pimenter un peu le commentaire puisque, comme tous les romans d'Élisabeth Taylor, ce livre est fin, intelligent et très séduisant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
florigny
  05 août 2021
A des années lumière de notre XXIème siècle, au cours duquel des mots aussi insultants et vulgaires que “cougar” ont été inventés, c'est en 1961, qu'est paru Une saison d'été, chronique conjugale douce-amère d'un couple mal-assorti, selon la morale en vigueur puisque Kate affiche au compteur 10 ans de plus que Dermot, son jeune époux.

Non contents de choquer la bien-pensance, les tourtereaux ont en outre des circonstances aggravantes puisque Kate s'est remariée à toute vitesse après le décès de son premier mari, et que Dermot, charmant velléitaire instable ne parvient pas à gagner sa vie. Ses idées de génie, faire pousser des champignons sous serre ou vendre des antiquités victoriennes, échouent toutes, et c'est la mort dans l'âme qu'il se résout fréquemment à demander de l'aide financière à sa môman. Au cours de cet été, il y aura bien sûr des rebondissements sentimentaux ou pas, Elizabeth Taylor sait distiller une tension qui monte lentement au cours du récit, épicée d'une sensualité à fleur de peaux et de mots.

Une saison d'été se savoure. Elizabeth Taylor a aiguisé son scalpel littéraire pour mettre à nu jusqu'à l'os toutes les nuances si riches de l'âme humaine, de sa grandeur ou sa bassesse, de son honnêteté ou son hypocrisie. Roman psychologique d'une immense finesse, étude de caractères subtile, écriture classique et élégante, il faut prendre son temps pour apprécier chaque phrase ciselée comme un bijou. La preuve, une fois encore, que les textes de qualité ne vieillissent pas, eux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
ASAI
  07 juin 2020
Dans l'oeuvre d'E. Taylor, Une saison d'été est particulier car portant une sensualité que je ne voyais pas dans ses oeuvres précédentes.
Et c'est réussi : entre Kate, charmante, veuve et Dermot, plus jeune de dix ans, désoeuvré, nonchalant, "chiant" même, alors que l'été s'installe, tous les ingrédients sont amenés, gentiment, toujours chez Taylor...
Et Taylor, habile, subtile, coquine, actionne la météo et nous fait tourner à l'orage ce splendide été.
Et elle en revient à sa morale, ses valeurs, pour dénoncer encore, une fois encore, les mensonges, les mensonges de l'amour, ceux du désir. Elle est sans concession.
Un beau roman.
Commenter  J’apprécie          20
Kajaku
  05 janvier 2019
Drôle de roman..Taylor ne construit pas d'intrigue, elle crée une atmosphère.
C'est l'histoire d'un couple pas bien assorti : Lui, jeune et séduisant, elle la quarantaine, veuve et fortunée; deux grands enfants !
Doucement, leur relation va péricliter. Un lent et pernicieux empoisonnement va perturber leur vie.
Crise de confiance, méfiance, exit la tendresse, coup bas et perfidies sont le lot quotidien.
Et nous assistons un peu désabusés à cette lente et immuable dégradation,
fin de partie amère.
Quelle est la leçon à retenir ? La communication entre deux êtres est difficile, pleine d'embûches... Elle parait à certains moments presque impossible comme dans le cas évoqué par l'auteur.
Que faire ? Quid de la suite ?
The show must go on !
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   06 mai 2020
" Un agent immobilier m'a déclaré une fois qu'il pouvait toujours ajouter une centaine de livres au prix d'une maison si une glycine grimpe sur sa façade, insista Edwina. " Murs habillés de glycine", c'est ce qu'ils mettent dans la publicité.
Commenter  J’apprécie          247
iris29iris29   05 mai 2020
" Qu'est-ce que tu devras faire exactement ? demanda-t-elle [ à son jeune mari ].
- Eh bien, je serai chargé de ce qu'on appelle les relations publiques.
- Cela vaut mieux que si elles étaient intimes", (...).
Commenter  J’apprécie          200
iris29iris29   06 mai 2020
Je pense que nous devons finalement dire adieu à l'été. Nous n'avons pas à nous plaindre." Ils semblaient croire que le beau temps était une chose méritée et que pour une fois, l'Angleterre avait eu une juste récompense.
Commenter  J’apprécie          140
florignyflorigny   05 août 2021
"Ne veille pas trop tard." Comme la plupart des mères, Kate parlait en pure perte, et le savait. Avoir des filles ne procure que de la souffrance, songea-t-elle en refermant la porte. On veut tant de choses pour elles, on tremble sans cesse, mais on est incapable d'assurer ou d'empêcher la moindre chose. On se sent inutile.
Commenter  J’apprécie          20
florignyflorigny   05 août 2021
"D'une question absurde à l'autre, cela conduit simplement à la bêtise, et on finit par se demander si c'était bien utile d'écrire Guerre et Paix, par exemple." Elle considérait cet ouvrage comme l'ultime accomplissement, presque un roman sacré, identique à la Bible, devant lequel on devait s'incliner. Soit on y souscrivait, soit on se taisait. Elle-même y souscrivait, bien qu'elle ne l'eût pas lu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Elizabeth Taylor (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elizabeth Taylor
Angel (de Francois Ozon) bande-annonce
autres livres classés : années 60Voir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
917 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre