AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Chèvre-feuille étoilée (01/01/1900)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Invitée à revoir les lieux de son enfance, la ferme coloniale de Terre du vent, Michèle Perret a surtout senti émerger l’indicible d’un passé de violences et de joies qui affleure encore dans l’Algérie moderne.

Des villas d’Aïn el Turk au cimetière de Sfisef/Mercier-Lacombe, son village, des petits bistrots d’Oran aux glaciers de Bel Abbès, sur les autoroutes chinoises ou dans la mythique forêt de Guetarnia, dans les fermes abandonnées, dans la mémoir... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
LydiaB
  16 janvier 2016
C'est toujours avec intérêt que je lis un livre de Michèle Perret qui sait si bien transcender des événements de la vie quotidienne. Car il s'agit ici d'un texte purement autobiographique où la pudeur de la vie privée se mêle à l'émotion. Une histoire qui nous fait découvrir celle avec un grand H... cette décolonisation violente qui en a fait souffrir plus d'un... Des choses que l'on ne raconte pas dans les manuels scolaires, bien évidemment. On tape souvent sur "le colon", sur celui qui a "spolié" la terre de l'autre. Loin de moi l'idée de nier cette partie de l'Histoire. Mais on ne s'imagine pas non plus que ces deux peuples pouvaient bien s'entendre. Pourtant, j'ai beaucoup de personnes autour de moi qui me relatent de très bons souvenirs. Mais on connaît aussi le prisme de cette mémoire qui a le don de tout enjoliver... Et que dire des français nés là-bas et arrachés à ce pays de manière brutale ?

Michèle Perret répond à cette question en nous faisant part du vécu de sa famille et de sa propre expérience lorsqu'elle est retournée dans ce pays dans lequel elle n'avait pas remis les pieds depuis des années. Entre émotions, joies et déceptions, le coeur balance !

J'ai vraiment apprécié ce livre et cette façon de se livrer, très sincère. Et ce titre, d'une beauté... majestueuse ! Alors si vous voulez en savoir plus, vous savez désormais ce qu'il vous reste à faire !
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
BECKY1975
  22 février 2016
Oh! Que j'ai aimé ce carnet de voyage en Algérie, qui décrit tout à tour l'époque coloniale et l'époque contemporaine... L'enfance de l'auteure dans une ferme et la réalité de la vie dans l'Algérie d'aujourd'hui.
Un livre à la fois autobiographique mais aussi historique; qui permet de comprendre une période de l'histoire et même d'en tirer des leçons pratiques, pour peu que l'on ait des envies d'expatriations!
Commenter  J’apprécie          330
Bigmammy
  24 décembre 2015
Nul besoin d’écrire 800 pages pour communiquer une foule d’émotions...
J’avais beaucoup aimé le roman « Terre du vent, une ferme en Algérie » – à peine autobiographique – qui contait les découvertes de la petite Choune sur l’exploitation de son père, dans les dernières années d’une colonisation que certains croyaient heureuse.
Ce texte-ci, ramassé, dense, sincère, est le témoignage poignant du retour, plus de soixante années plus tard, de l’auteur sur cette terre d'enfance éclatante, de vent et de lumière : l’Algérie. Un regard de tendresse sur un pays de promesses non tenues, encore largement à construire …
La redécouverte du domaine des premières années, laissé à l’abandon, lacéré, défiguré mais dont l’atmosphère particulière, l’odeur, le bruit du vent dans les arbres encore dressés, demeure … « décrépitude et splendeurs ». Le livre est un hymne à l’hospitalité millénaire des Algériens.
Le pèlerinage commence avec la redécouverte d’Oran, capitale de l’ouest, trépidante, gaie, malgré la crise économique qui touche particulièrement les jeunes désœuvrés, malgré les stigmates d’un passé qui, décidément, ne passe pas comme le rappelle justement la citation de William Faulkner en exergue : « The past is never dead. It’s not even past. »
Les souvenirs remontent à la surface et éclatent comme des bulles, dit joliment l’auteure : « Des souvenirs qu’on avait jamais convoqués et qui vous sautent au cœur. »
Malgré la violence de tous bords qui a saisi ce pays béni de la nature, pendant la guerre d’indépendance puis la décennie noire, malgré la façon cruelle dont les colons – les plus modestes comme ceux qui possédaient des centaines d’hectares – furent contraints au départ sans un regard en arrière, cette chronique d’un retour tardif et désintéressé au paradis perdu de l’enfance porte en elle la joie de vivre, l’espoir d’une renaissance, la passion d’un paysage, d’un peuple, le souvenir vivant de parents exceptionnels.
Georges Perret, le grand patron de la ferme Saint-Jean, avait seulement deux ans de plus de mon père lui aussi vénéré. La maison de mon enfance aussi a été vendue, elle est toujours debout. Si elle est toujours campée en France, jamais je ne la reverrai. C’est sans doute pourquoi j’ai apprécié ce livre : bienveillance, lucidité, puissantes évocations, style impeccable … quelques heures de lecture émouvante. Un pur plaisir.
A mettre en parallèle : "L'art de perdre" d'Alice Zeniter" ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
oran
  18 octobre 2017
De beaux souvenirs confiés avec générosité,
Des détails lointains, occultés , qui resurgissent au gré de ces pages ensoleillées,
D'autres réminiscences douloureuses, difficiles à oublier,
Des mots-vérité assumés,
Nostalgie , bien sûr, partagée.
Commenter  J’apprécie          237
MaiaAlonso
  04 janvier 2016
« Ce que je voulais montrer, c'est que j'ai ressenti la persistance très forte d'un passé dans un présent qui feint de l'avoir renié ». Michèle Perret ramène de son récent séjour sur les lieux de son enfance, Sfisef/Mercier-Lacombe, en Algérie, un récit attachant, d'une sincérité bouleversante (Editions du Chèvre-feuille étoilée, 2016 ). Une composition aérée qui subtilement accompagne des émotions allant crescendo vers un dernier chapitre, l'adieu accompagné d'un murmure aimant et poignant : « Alors, pendant que le soleil se couchait, dans le plus beau domaine du monde, sur la plus belle terre du monde, mon coeur s'est serré en pensant à lui, mon père, qui avait si pleinement, si naïvement aussi, aimé cette ferme et qui l'avait perdue ». Michèle Perret est allée rejoindre ses amis en Algérie, à coeur ouvert, le regard curieux et amical. Elle rencontre un pays jeune, à la population ardente, aux ailes qui ne demandent qu'à se déployer : « La population semble développer un incroyable appétit de bonheur. » Elle doit en convenir, « l'Algérie ne ressemble ni à mes souvenirs, ni à l'image que nous en avons en France. Pays en plein essor, dynamique. Immeubles en restauration un peu partout…» Il y a le retour joyeux à Oran, même si tout a changé au point de ne plus retrouver les repères anciens. Des émotions d'autant plus déconcertantes qu'elles sont inattendues. Michèle Perret, de par ses positions politiques et humanistes, se pensait indemne. « … et il suffit qu'il m'en parle pour que je le revoie – dans ce retour vers un si lointain passé, l'étonnant est de sentir sans cesse des souvenirs perdus remonter en surface et éclater comme des bulles. Des souvenirs minuscules, qu'on n'avait jamais convoqués et qui vous sautent au coeur. » L'auteur avance, les yeux recouverts de buée - , et avec elle nous arrivons là où les arbres ne nous oublient pas. « Ils meurent, » Comme nous.
Lien : http://www.maia-alonso.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
NadiamilanNadiamilan   02 janvier 2016
Dans cette cour, devant la demeure paternelle, il n’y a plus de vigne vierge, il n’y a plus de pigeons ni de pigeonnier, il n’y a plus de géraniums, l’accès au bassin a été muré et le beau bougainvillier qui s’y adossait n’est pas encore en fleurs. Il n’y a plus que la douceur d’un après-midi de mai et deux anciens encore alertes qui essaient difficilement de trouver la voie vers le passé, cette histoire vieille de plus de soixante ans et le souvenir si fort des jeux et des joies de notre enfance commune. Les autres nous entourent et écoutent, essayent de comprendre ce qu’ils ne comprendront jamais, les soirs d’été à faire de la planche à roulette dans la cour poussiéreuse, les soirs d’hiver à jouer au couteau dans la terre moussue de décembre, les parties de foot des garçons, du côté de l’aire à battre – nous, les petites filles n’étions que spectatrices. Les grandes, immenses soirées d’été et la poussière urticante du blé en grain. Les parties d’osselets. Et notre innocence.
Un élan nous pousse l’un vers l’autre, nous avons la gorge serrée, nous nous donnons l’accolade. Nous savons que nous ne nous reverrons sans doute jamais. D’ailleurs, y tiendrions nous ? Nous ne sommes que le croisement de deux lignes de vie…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
manoloulamanoloula   28 décembre 2015
J'avais une ferme en Algérie...
Une phrase à la Karen Blixen, si transparente, si chargée de la mélancolie du temps jadis. Si désuètement coloniale, anglo-saxonne même, avec casques blancs, voiles et jupes longues, genre memsahibs sirotant leurs thés sous leurs vérandas, par exemple. Et quelques indigènes très gentils et de préférence humbles et serviables en fond de décor.
Mais voilà, outre que l'Algérie, ce n'était pas tout à fait ça, je n'ai jamais eu de ferme en Algérie. Cette ferme, (si tant est qu'on possède quelque chose en ce bas monde), a appartenu à mon arrière-grand-père qui l'a créée, à mon grand-père qui l'a embellie puis à mon père qui l'aimait et l'a perdue. Elle n'a jamais été à moi, je n'y suis même pas née, je suis née à Oran. Elle s'appelait Saint-Jean, j'y suis arrivée toute petite, si petite que cette terre m'a engloutie. Elle a façonné mon enfance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
BECKY1975BECKY1975   22 février 2016
Ce n’est plus du tout la même
Algérie et celle qui m’accueille est aussi très différente de
celle de mon enfance, de celle que j’ai connue lors de nos
deux voyages éclair et surtout de celle qu’on nous présente
en France. Est-ce l’effet du temps qui a passé, est-ce l’air
plus léger des provinces de l’ouest ? L’Algérie entre ciel et
terre, comme se plaît à le dire Daoud26 semble vouloir
retrouver cette vocation du bonheur si présente encore dans
les souvenirs des Pied-noirs. Certes, trop de corrompus ont
encore accès aux allées du pouvoir, certes, le nombre de
désœuvrés dans les rues est impressionnant, certes, les
imams ont tendance à prêcher une religion vétilleuse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LydiaBLydiaB   16 janvier 2016
Les arbres peuvent mourir, les maisons tomber en ruine, mais la lumière, elle, ne change pas. Et nul, s'il ne l'a vécu, ne peut imaginer ce qu'est la lumière dorée d'un soir d'octobre dans la campagne d'Algérie, quand les ombres s'allongent et que l'herbe est déjà grasse. (P24)
Commenter  J’apprécie          320
MagdaBMagdaB   30 septembre 2016
Mais le plus horrible massacre s’est passé bien plus tard, un jour de septembre 1997, toujours au même endroit, dans cette même forêt de Guetarnia : onze institutrices ont été massacrées pour avoir persisté (que pouvaient-elles faire d’autre ?) à dispenser leur enseignement aux écolières d’Aïn-Adden. Le car qui les ramenait à Sfisef a été arrêté par un barrage d’islamistes forcenés : ils ont fait descendre les jeunes femmes et les ont égorgées froidement, méthodiquement, ainsi qu’un enseignant qui essayait de s’interposer. Douze morts, coupables de s’être obstinés à instruire des jeunes filles : tout le monde sait bien que c’est péché pour une fille d’apprendre à lire et à écrire. Ce jour-là, il pleuvait à flots, comme si le ciel lui-même avait pleuré ces jeunes mortes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Video de Michèle Perret (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michèle Perret
Vidéo de Michèle Perret
autres livres classés : algérieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
888 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..