AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Inspecteur Felse tome 1 sur 13

Évelyne Châtelain (Traducteur)
EAN : 9782264017246
351 pages
10-18 (21/09/1999)
3.53/5   16 notes
Résumé :
Ellis Peters, née Edith Pargeter, n'avait pas attendu de mettre au monde frère Cadfael en son abbaye de Shrewsbury pour gagner ses lettres de noblesse dans l'univers du roman policier.

Comme le prouve la saga de la famille Felse, détectives de père en fils, où, après Une mort joyeuse et La colline secrète, dame Peters nous donne ici une nouvelle démonstration de son talent de maîtresse ès crimes au rayon des vieilles Anglaises sans merci !
>Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
jmb33320
  30 août 2019
Edith Pargeter alias Ellis Peters a est surtout connue pour sa série moyenâgeuse et néanmoins « policière » du Frère Cadfael. J'étais curieux de découvrir un autre de ses personnages récurrents en la personne du sergent Felse dans ce premier roman de la série, paru au tout début des années 1950. Je pense qu'il prend du galon plus tard, puisque cette suite est connue sous le nom « Inspecteur Felse ».
J'ai été surpris à plus d'un titre par ce policier à énigme. D'abord par les personnages car si Felse père joue un rôle conséquent dans la résolution des crimes, c'est son fils, Dominic, âgé de treize ans, accompagné de son amie Pussy, qui se mettra le plus en danger. Ce roman mélange, de façon assez originale, littérature pour adolescents et interrogations plus philosophiques sur l'engagement de chacun en période de guerre, avec les traumatismes qu'il implique… Une intrigue aigre-douce sur les rapports père/fils domine même, de mon point de vue, celle concernant les meurtres et les enquêtes.
Les préoccupations de tous les personnages sont encore largement marquées par la seconde guerre mondiale. On est dans une région minière. Des étrangers, y compris allemands, travaillent là. Des tiraillements se produisent inévitablement…
L'autre point très original c'est l'importance de la nature de ce pays de forêts et de mines dans la narration. Les personnages sont souvent confrontés à des galeries obscures, des ronces et de l'humus, des animaux en décomposition même… On sent vraiment l'automne.
Malgré tous ces points positifs mon évaluation n'est que moyenne. Trop de longueurs et de répétitions, quelques maladresses dans la construction de l'intrigue, en sont la cause. Je pense tout de même poursuivre avec le deuxième volume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
terryjil
  15 avril 2016
Je ne me suis jamais autant rendue compte de l'importance de la guerre dans les romans d'Ellis Peters qu'en relisant les premières lignes de ce roman. Son autre héros récurrent, Cadfael, vit dans le Xiième siècle britannique, marqué par la guerre entre l'impératrice Mathilde et son cousin Etienne. Ici, ce sont les conséquences de la Seconde Guerre Mondiale qui sont à la fois le cadre et le moteur de l'intrigue. Tout repose sur les évènements survenus pendant la guerre et la situation qui s'ensuit... Un roman d'actualité à l'époque puisque qu'elle l'a écrit en 1951, après avoir vécu un engagement dans Service volontaire féminin pendant la guerre!
Il s'agit d'une relecture, et je dois avouer que si je ne me souvenais plus de la fin, le début m'avait bien marqué par contre: le jeune réfugié allemand, soi-disant antinazi, harcelant la fermière d'origine juive, qui par besoin de résilience et de réconciliation avec son ancien pays, l'avait embauché. Elle s'apercevra vite qu'elle s'est trompée sur son compte et subira des persécutions - morales, non physiques, car il est trop intelligent pour laisser des preuves - dont deux scènes glaçantes rendent compte. Peters décrit parfaitement le mécanisme entre bourreau et victime, la manière dont le premier sait faire mal à la deuxième, subtilement, appuyant sur ses points faibles, et la manière dont une victime s'enfermera dans son silence, pour ne pas déranger ou pousser à la faute son entourage... Ca ne dure pas longtemps mais on est soulagé quand ça s'arrête!
On retrouve le couple d'amoureux contrariés chers au discret romantisme d'Ellis Peters. Mais on retrouve aussi le couple d'enquêteurs, pas encore composé du moine Cadfael et du sherif Hugh Beringar, mais ici de Dominic et Georges Felse, le trublion intelligent allant recueillir des indices sur le terrain et ayant les coudées franches, étant l'adolescent, et le policier, à la tête tout aussi bien faite mais contraint par ses fonctions officielles, étant son père (la police chez Peters n'est ni ridicule, ni accessoire, mais plutôt victime du système).
La réussite du couple d'amoureux dépendra bien sûr de la réussite du couple d'enquêteurs, ce qui fait mon attachement aux livres d'Ellis Peters, comme à ceux d'Agatha Christie, car leur construction impeccable fait de la découverte du coupable, en même temps la résolution des problèmes principaux des personnages (non, la guerre n'a pas fini ses ravages et l'antisémitisme existe toujours, mais Gerd n'est plus persécutée et le village est redevenu paisible - et les amoureux sont heureux, ce qui est déjà beaucoup).
Bref j'aime beaucoup ce livre, malgré ses défauts:
- quelques phrases que je n'ai pas comprises malgré la relecture, peut-être erreur de traduction ou coquille/oubli de mot à l'impression?
- le titre "Pris au piège" est un peu générique, et peu mémorable je trouve même si je lui reconnais beaucoup de pertinence grâce à son ambiguité: qui est (ou sont) pris au piège? la fermière? le tué? l'assassin qui doit continuer à tuer pour camoufler son premier meurtre?
A lire pour tout amateur de whodunit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lauryn
  27 décembre 2020
Un roman policier intéressant où l'auteure a choisi de présenter suspects et victime au début, pour que le lecteur puisse construire l'enquête à l'avance. Lorsque le meurtre survient, ce dernier a donc une bonne idée des protagonistes ayant un mobile valable, et j'ai bien aimé cette façon de faire. Dommage, l'ensemble est gâché par un petit défaut qui empêche de cerner toute l'histoire avant le final.
Suite sur mon blog :
Lien : https://lauryn-books.blogspo..
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
terryjilterryjil   15 avril 2016
Parce que, finalement, la terre était neutre. C'est la seule chose avec laquelle on ne pouvait pas négocier. tu avais la sens de la propriété, mais la terre ne sait pas à qui elle appartient. Il t'a donc fallu mener un combat d'arrière-garde inattendu, et il y a eu des victimes.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Ellis Peters (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ellis Peters
TV Film "Cadfael", extrait
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2454 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre