AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782350131573
91 pages
Jean-Claude Gawsewitch (05/03/2009)
3.7/5   332 notes
Résumé :
Comment raconter son expérience de libraire en grande surface? Leslie Plée s'est servie de son blog et de ses dessins pour dépeindre le décor où les chefs décomplexés comparent les livres à des bouteilles de bières, où les clients ont des demandes toujours farfelues, il y a de quoi rire... jaune. Loin des clichés, elle nous offre une autre vision de la librairie, et de la culture en général. Elle évoque notamment la culture de masse, le livre devenu un produit marke... >Voir plus
Que lire après Moi vivant, vous n'aurez jamais de pauses ou comment j'ai cru devenir libraireVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (82) Voir plus Ajouter une critique
3,7

sur 332 notes
5
22 avis
4
33 avis
3
19 avis
2
6 avis
1
0 avis
En mai 2005, Leslie Plée quitte la capitale et s'installe à Rennes pour rejoindre son copain. de suite, elle trouve un appartement dans le centre-ville grâce à un propriétaire vraiment peu exigeant. Une semaine après son installation, elle passe un entretien d'embauche pour travailler comme libraire dans une grande surface de produits culturels. A sa grande surprise, elle est prise. CDI de 35 heures, une aubaine pour elle. Malheureusement, elle qui pensait devenir libraire va bien vite déchanter...

Leslie Plée sévit sur la blogosphère. Elle raconte dans cet album son expérience en tant que "libraire". Entre mettre en cartons, étiqueter, trier, faire le ménage, devoir subir ensuite les humeurs et les demandes des clients, elle se faisait une toute autre idée de son travail. Qui plus est, son patron n'est pas des plus conciliants et le chiffre d'affaires est important pour lui. Elle déplore ici le management, les conditions de travail et la politique de vente. Travailler dans une grande surface de produits culturels n'est pas aussi idéal qu'on le penserait. L'idée de cet album est plutôt bonne et le dessin tout en fraîcheur. Dommage que l'ensemble peut sembler quelque peu brouillon. Dans l'épilogue, elle dresse un bilan de son expérience et dénonce ouvertement les politiques et les conditions de travail des grandes surfaces culturelles et des sites marchands sur internet qui contraignent les fermetures des petites librairies. Instructif...

Moi vivant, vous n'aurez jamais de pause ou comment j'ai cru devenir libraire ou comment je suis devenue auteur...
Commenter  J’apprécie          622
Libraire, ça fait rêver ? La narratrice va vite déchanter. 2 mois à préparer les livres avant l'ouverture. Et la vente, ce n'est pas comme ça qu'elle voyait le métier. Exploitation du personnel, interdit de s'asseoir, étiquetage, port de cartons très lourds. L'envers du décor. Histoire peu optimiste sauf quand elle partira vers son aspiration : dessiner de la bd. Dessins dans le style de Pénélope Bagieu qui dirige cette collection.
Commenter  J’apprécie          310
Tous les libraires se reconnaîtront forcément à un moment ou un autre dans cette BD. J'ai bien rigolé, j'ai bien-sûr aussi eu un peu de peine pour elle !
En bref une bonne BD plus que jamais d'actualité !
Commenter  J’apprécie          220
Dans ce récit graphique - et autobiographique - Leslie Plée croque avec humour le quotidien d'une libraire dans une grande surface de produits culturels.

Sa narratrice - appelons-la Leslie - fraîchement débarquée à Rennes, décroche son premier boulot et pas n'importe lequel : Un poste de libraire pour une grande enseigne ! Cependant, la fierté et l'enthousiasme d'embrasser ce beau métier de libraire seront de courte durée. Les conditions de travail sont difficiles. Leslie se retrouve aussi à faire de l'étiquetage, de la manutention, du ménage. Les clients sont exigeants, impatients, et leurs questions sont souvent désolantes pour l'amatrice de littérature qu'elle est. Entre collègues c'est souvent tendu. Quant aux directeurs, ils veulent du chiffre, pas de la politique culturelle. On applique à la vente de livre les mêmes stratégies que pour du commerce de bière. Et on remballe sans scrupule ce qui ne se vent pas. Au final un métier peu gratifiant, à mille lieues de l'idée qu'elle pouvait s'en faire initialement.

Le graphisme des dessins est simple mais plaisant, il se prête très bien à la succession des scènettes et anecdotes qui ponctuent le récit. Mais le livre laisse aussi une bonne part au texte qui retranscrit avec finesse l'état d'esprit de notre libraire néophyte en plein désenchantement dans ce climat souvent adverse

La lecture de Moi vivant, vous n'aurez jamais de pauses est instructive mais elle est aussi très drôle. Car si Leslie Plée dénonce une réalité, celle du commerce des livres dans les grandes surfaces soi-disant dédiées à la culture, elle le fait avec autodérision ce qui rend son propos moins pesant. On se régale et on en vient presque à regretter que l'ouvrage ne soit pas plus dense.

Un grand merci à Pocket et à Babelio qui m'ont permis par le biais de l'opération Masse critique de découvrir ce livre.
Commenter  J’apprécie          110
J'ai été plutôt étonné de trouver ce titre catalogué "humour" alors que c'est bien triste au fond : un véritable drame social ! Nous avons une jeune femme qui vient de terminer ses études et qui décroche un premier emploi dans un immense magasin de livres. Elle va découvrir un monde du travail plutôt pénible ...

J'ai eu vraiment de la peine pour elle car nous vivons avec elle beaucoup de désillusions au fil de ses pages. Quand on songe qu'il y a des employés qui n'ont pas le droit de s'assoir ou de faire une simple pause, il y a quand même de quoi s'interroger. D'ailleurs le titre est une réflexion balancée par un de ces petits chefs de rayon : "Moi vivant, vous n'aurez jamais de pauses !"

C'est plutôt très fier de montrer son autorité de la sorte ! Visiblement, il y a des managers qui n'ont absolument rien compris : comment donner de la motivation à ses troupes ?! Bon, ils profitent du turn-over actuel du genre "j'ai plein de CV sur mon bureau qui m'attendent si vous n'êtes pas content".

Quand on songe que ce travail est difficile notamment pour une femme qui doit porter des charges lourdes, que c'est payé à peine le SMIC, je me demande réellement ce qui motive le fait que des chefs d'entreprise peuvent gagner jusqu'à 230 fois cela. Pourquoi une telle différence de traitement ? Ce n'est pas sur le fait qu'elle existe que je m'interroge mais sur l'amplitude démesurée de celle-ci. Bref, notre société est bien injuste.

Le regard à peine amusé de l'expérience de cette auteure m'a plutôt convaincu dans son ensemble. C'est une critique d'une certaine forme du système. Certaines entreprises ne sont-elles pas sur la fameuse liste ''Rouge'' en matière de bien-être de ses salariés ? Bon, on voit qu'il y a encore beaucoup d'efforts à réaliser pour trouver un jour une situation normale.

Un ami qui vit actuellement au Québec me disait qu'il préférait travailler au Canada qu'en France malgré le fait qu'ils sont au 42 heures et avec seulement deux semaines de congés payés. Pourquoi lui retorquais-je ? Parce que le travail est moins intensif et plus humain ...
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Après avoir passé les 20 premières années de ma vie assise sur une chaise je supporte mal la position "debout sans bouger".
Pour me reposer, je me mets une fois sur le pied gauche, une fois sur le droit.
Faute de siège, on s'en invente mais les chefs nous l'interdisent (les chefs sont assis... ils son chefs).
Commenter  J’apprécie          130
Le 05.05.07
Fait à Rennes

Monsieur le Directeur,

J'ai l'immense joie et l'énorme soulagement de vous remettre ma démission qui s'annonce comme le jour le plus merveilleux de ma vie.
J'espère que vous ne trouverez personne pour me remplacer et que le jour de mon départ, vous pleurerez tout seul dans votre bureau, plein de regrets et de remords.

Cordialement,

Leslie Plée
Commenter  J’apprécie          100
c'est là que je découvre que mon chef a un sens esthétique très particulier. Pour lui, massif = beau, fluo = beau.

C'est grâce à l'école de commerce qu'il sait tout ça. Avant d'être ici, les chefs ont travaillé chez Carrefour, Mc Donald's, Kronenbourg (tout s'explique). Maintenant, ils vendent "du livre"
Commenter  J’apprécie          120
- Alors ça avance ces retours ?
- Oui
- Dis-moi, ça fait 6 mois qu'il est là ce livre, qu'est-ce qu'il fait encore en rayon ?
- Mais c'est Freud... Tu vois le rayon psycho sans Freud ?
- Bah ouais. Pourquoi ?
Commenter  J’apprécie          170
la cliente : Est-ce que vous avez un sac ?
La vendeuse : Un sac... je vois pas ... c'est de quel auteur ?
La cliente : Non, un sac pour mes livres....
Commenter  J’apprécie          140

Lire un extrait
Videos de Leslie Plée (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Leslie Plée
L'été de mes 17 ans
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (499) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5156 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..