AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070399215
544 pages
Gallimard (04/06/2009)
3.62/5   17 notes
Résumé :
Détruire la bibliothèque est un geste qui remonte à la plus haute Antiquité. Les autodafés, apparus en même temps que les livres, se multiplient à proportion du nombre d'ouvrages. Considérée comme subversive ou au contraire comme le symbole du pouvoir absolu, la bibliothèque est au centre des crises et des conflits. Bien souvent, elle n'y survit pas. De l'incendie d'Alexandrie à celui de Sarajevo en 1992, en passant par Rome, Ctésiphon, Bagdad, par les méfaits de l'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Simach
  30 mars 2021
Quel thème passionnant que l'histoire de la destruction des bibliothèques! Et particulièrement en notre temps, où, sous des formes certes différentes, la transmission du patrimoine culturel de nos civilisations semble ne plus être aussi assurée que nous pourrions le souhaiter.
Le livre est passionnant, parcequ'il est très dense en faits particulièrement intéressants de toutes époques et toutes civilisations ; mais d'une part l'auteur aurait pu se relire, (notamment à l'occasion de la réédition de l'ouvrage en poche) car la lecture en est rendue parfois difficile par de fréquentes maladresses d'expression, voire fautes de français, sans parler des endroits où surgissent inopinément des expressions familières, et même grossières. Et ce qui gêne surtout, c'est l'option pour une approche passionnelle plutôt qu'objective, qui empêche l'auteur de replacer les faits dans le contexte des civilisations respectives, et lui fait donc courir un grand risque d'anachronisme.
On a donc en fait une collection, riche sans doute, d'informations non hiérarchisées, non problématisées, avec un auteur qui place sur le même plan des évènements et décisions qui n'ont absolument pas le même niveau de conséquences (comme des décisions, certes contestables, prises pour la gestion des bibliothèques dans des villes gérées par des élus du FN, qui sont placées au même niveau que les exactions nazies..... et l'interruption de l'abonnement à Libération sur le même plan que les destructions volontaires des bibliothèques de Pologne ou de Tchecoslovaquie avec leurs millions de livres!!)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Rodin_Marcel
  09 mars 2015
Lucien X. Polastron «Livres en feu : histoire de la destruction sans fin des bibliothèques» publié chez Denoël en 2004 – 430 pages (ISBN 978-2-207-25573-5).

Une longue liste de bibliothèques détruites, depuis la plus haute Antiquité jusqu'à nos jours : l'ouvrage se termine par l'évocation de l'incendie délibéré de la bibliothèque de Sarajevo en 1992 puis par le pillage des bibliothèques irakiennes en 2003 sans oublier l'incendie de la bibliothèque de l'université Lyon II en 1999. Cette très longue liste est ordonnée chronologiquement et géographiquement.
Même si l'auteur prend le ton dramatique idoine, son ouvrage revient à une liste d'anecdotes plus ou moins développées selon son degré de connaissance du pays en question.
Aucune synthèse, aucune ligne directrice.

Notons en revanche la présence d'un copieux index et d'une abondante bibliographie (pp. 393-414), laquelle suffirait peut-être à justifier la publication de ce livre, mais seulement après rigoureuse vérification…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Grapheus
  03 décembre 2009
Voici ce qu'en écrit mon ami , le blogueur Constantin Copronyme, qui m'a déterminé à me procurer de suite ce livre :
« le copieux essai de Lucien X. Polastron, Livres en feu — sous-titré Histoire de la destruction sans fin des bibliothèques (Denoël, 2004 , "Folio/Essais", 2009) — se lit avec effroi et jubilation. L'érudition impressionnante est servie par l'élégance du style, un humour souvent amer (ce qui est presque un pléonasme) et une ironie volontiers féroce. Polastron tient du savant polymathe De La Renaissance et du moraliste désabusé (autre formule redondante). On aime qu'il ne dissimule pas son mépris pour l'orgueilleuse nullité des politiques, la courte vue des technocrates ou la forfanterie des imposteurs à la mode, versant des larmes de crocodile sur les cendres de livres qu'ils n'auraient, de toute façon, pas lus... »
Lien : http://constantincopronyme.h..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
GrapheusGrapheus   03 décembre 2009
L'appauvrissement du vocabulaire et de la pensée qui a démarré il y a une cinquantaine d'années, et ne reviendra sans doute pas en arrière avant des lustres, est entériné par la simplification quand ce n'est pas la vulgarité des médias naguère les plus respectés. L'absence d'humour et de distance faisant partie de la règle éditoriale un peu partout, de même que cette légèreté intellectuelle que procurait une bibliothèque mentale bien garnie, un François Mauriac aurait aujourd'hui un mal fou à placer son "Bloc-Notes", pour ne prendre qu'un exemple en France, œcuménique de surcroît. La vraie vie va-t-elle se réfugier dans les revues académiques ? Il y a dans l'air comme une organisation mondiale de l'insignifiance, à laquelle chacun est ravi d'apporter chaque matin sa petite collaboration en travaillant à se montrer le moins profond, le moins subtil et le moins savant possible. Tout à l'heure on avait Donald, voici maintenant Simplet. Cette orchestration de l'existence par l'importance donnée à la marchandise idiote et au relationnel basique ne pouvait évidemment que faciliter l'entrée en scène de ce qui a toujours été en coulisses prêt à remplir le vide des esprits : la religion, elle aussi gadgétisée en ses signes extérieurs et rebaptisée "spiritualités" par le marketing... (p. 321, 'Les nouveaux biblioclastes")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
VictorianneVictorianne   25 septembre 2015
Enrichir sa bibliothèque est la compulsion partagée par les maîtres du monde et ceux qui cherchent à percer les secrets du monde. Elle consiste dans tous les cas à conserver, juxtaposer les livres, encore et encore jusqu'à l'infini, à rassembler "parallèlement", comme dit le poète, l'essentiel ou le total de ce qui est dit, étudié et raconté. Au moins pour voir la taille ainsi obtenue.
Or donc la taille importe peu; une bibliothèque sera grande avec quelques poignées de manuscrits pour telle communauté, le million de titres étant l'unité de mesure ailleurs: les moines de Patmos sont aussi fiers de leurs trois cent trente livres au XIIIe siècle que la Library of Congress quand elle a dépassé les cent millions de cotes vers la fin du deuxième millénaire. Et il a même existé à plusieurs reprises des bibliothèques universelle à un seul livre, les plus difficiles à détruire comme on va le voir.

Page "11"


"Tripoli, en l'an 1080, est un riche et brillant port de Syrie, une des premières fabriques de papier hors d'Asie; des quantités importantes de livres s'y font.
On dit que la bibliothèque qui vient d'y être fondée est déjà la plus riche du monde, certains parlent de 3millions d'ouvrages, 50 000corans et
20 000commentaires, 180scribes sont payés simultanément de façon à se qu'il y en ait en permanence au moins 30 au travail nuit et jour..."

Page 102
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SotekSotek   07 janvier 2013
Le livre se cache dans la bibliothèque aussi sûrement que l'arbre au sein de la forêt.
Commenter  J’apprécie          60
niniMniniM   01 mars 2016
Incantations, rêves, comptes et contes de l’humanité sont indissociables de la matière dans laquelle ils s’inscrivent. Or celle-ci va les yeux fermés vers toujours plus de finesse et de légèreté au fur et à mesure que s’écoulent les siècles. À chaque changement, elle devient plus vulnérable.
Commenter  J’apprécie          10
niniMniniM   01 mars 2016
… le livre est le double de l’homme, le brûler équivaut à tuer.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : censureVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2577 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre