AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782755663570
79 pages
Hugo Publishing (01/03/2023)
3.95/5   55 notes
Résumé :
Une chasse à l'homme sous l'occupation.
Paris, 1942. Lorsque Mo les-Yeux-Bleus, truand notoire et proxénète, patron d'une des boîtes de nuit les plus réputées de Pigalle, rencontre par hasard Oscar Wagner, il n'a d'autre choix que de le tuer. Mais cette disparition semble inquiéter beaucoup de monde, dont les voyous de la Gestapo française.
Il apparaît rapidement que Wagner était au centre d'un jeu complexe entre services secrets allemands, Gestapo et... >Voir plus
Que lire après Oscar Wagner a disparuVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
3,95

sur 55 notes
5
15 avis
4
13 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
1 avis
Si il fut un temps, ouj'évitais les romans sur la seconde guerre mondiale, je dois avouer que depuis quelques temps je prends grand plaisir a ce type de sujet.
Et le roman de Jean Christophe Portes ne fait pas exception parce que je l'ai dévoré.

J'ai mis un peu de temps à rentrer dans l'histoire, a m''accaparer les personnages ( quelques chapitres), mais une fois en place l'histoire a défilé sous mes yeux.

Le travail sur les personnages est formidable. On les prend en sympathique ( pour certains car les salauds restent des salauds) malgré parfois un passif tortueux.
Le scénario est lui mené de main de maître. le suspens est bien présent et palpitant.

J'apprécie la plume de l'auteur qui est fluide addictive et qui s'adapte parfaitement à ses personnages.

Les "petits" commentaires historiques de fin de roman finissent admirablement le roman.

Ce que j'aime particulièrement chez Jean Christophe Portes, c'est qu'il est sans concession pour ses personnages et pour L Histoire. Il pose le doigt là où ça fait mal, là où ça pique.

Un roman qui se dévore d'une traite, super bien documenté, que je recommande vraiment.
Commenter  J’apprécie          915
1942. L'Occupation. Période trouble s'il en est. Récurrent prétexte historique à des romans revisitant le double faciès que montre l'humanité en certaines circonstances guerrières. le présent ouvrage est l'un d'entre eux ; l'accent est porté sur la guerre souterraine menée par les services de renseignements de part et d'autre de la Manche. La pègre parisienne prend bonne part aux jeux des ombres, pour le meilleur et surtout le pire ; c'est la singularité du roman …

Ici, dans « Oscar Wagner a disparu », des deux côtés de la Ligne de Démarcation, on assiste à un long périple aventureux, une chasse à l'homme …

… de Paris à Vichy, de Londres à Toulon …

Deuxième Bureau, MI6, Abwehr, Gestapo … etc. Tous les ingrédients d'espionnage et de contre-espionnage sont présents pour nourrir un bel imbroglio romanesque où, agents simples doubles, triples, retournés ne retrouvent plus que difficilement leurs petits. S'y agitent Milice, Résistance et Collaboration, profiteurs du Marché Noir, allemands, alliés et régime de Vichy, SS … etc, toute la faune spécifique de l'époque.

Oscar Wagner, un bien trouble espion (?) allemand, a disparu. Est-ce un agent simple, double ou triple ? Va savoir ..! Il détient, parait-il, des documents secrets qui pourraient changer, au bénéfice des Alliés, le cours de la guerre.

Place Pigalle. Un petit truand du Milieu, Mo-Les-Yeux-Bleus (tout est dans le surnom) a-t-il tué et fait disparaitre Oscar ? de son vrai blaze, Mo, c'est Maurice Ferrandi, un corse, une belle gueule, le chéri de ses dames, le proxo macho type (si ce n'est qu'un fond romantique rédempteur pour une jeune résistante anglaise pourrait le racheter). Il semble être, parallèlement, membre clandestin du Second Bureau, le service de renseignement français de la Zone Libre ; mais va savoir au grand jeu du qui est qui dans la poudrière qu'est devenu la Capitale voire l'Hexagone tout entier ?

La pègre et sa faune satellitaire. Petites pépées, fleurs du pavé, starlettes, chanteuses de cabarets en espoir de célébrité. Seconds couteaux, demi-sels, tenancières de claques, profiteurs du Marché Noir. Collabos. Un immeuble de sinistre mémoire, rue Lauriston, ses baignoires et crochets de boucher. le Milieu parisien des early 40's dans toute sa splendeur ; ses figures typiques historiques ou imaginaires (cf le post-propos qui, pour en savoir plus, recadre les figures authentiques dont il est question dans le récit. L'auteur reconstitue leurs parcours collaborationnistes).

Lizzie van den Jagt, une jeune et belle aristo, authentiquement british, déchue, ruinée, en rupture honteuse d'une parentèle virant fasciste, une résistante acquise à la cause alliée.
Vichy, en zone encore libre (Pétain et consorts), Toulon et sa rade (en attente de sabotage) … quelques lieux importants en 1942.

Le décor est posé, les personnages sont en place … la suite appartient au récit.

« Oscar Wagner a disparu » se pose à la croisée des parallèles de maints « mauvais genres » (thriller, roman historique, d'espionnage et d'aventures, policier, polar, romance … etc). La part de pure fiction embarquée est prétexte à faire revivre dans la précision documentée du détail un passé révolu mais encore douloureux, à incruster dans les interstices de nombreux personnages ayant réellement existés (rares sont ceux évoqués pour la bonne cause). Un léger parfum fleur bleue est palpable en contrepoint de scènes de tortures brutales et/ou de règlements de compte.

« Oscar Wagner a disparu » est, sur la forme, un récit choral conduit par un duo d'intervenants. Mô et Lizzie. Ces personnages principaux, offrent tour à tour, en « je narratif », une vision presque bipolaire (mais positive) de la Résistance. Mô, le bad boy improbable, de basse extraction, l'outlaw néanmoins accessible au repentir. Lizzie, l'aristo, déchue, angélique ... le duo, comme les deux pôles d'un même aimant, s'attire ou se repousse. Cupidon rode (mais c'était attendu), mais ce n'est pas l'essentiel du propos.

Sur la forme, toujours, l'enchainement rapide des péripéties favorise naturellement l'irruption en coeur d'intrigue de nombreux twists qui font du tout un page-turner assez efficace.

Le rendu est, en outre, très cinématographique, rapide, visuel, sans que la prose ne cède trop à la facilité (bien au contraire au regard de la documentation historique embarquée).

En corollaire, la politique éditoriale clairement revendiquée de la collection, surfant sur la vague des séries télévisuelles actuelles, conduit « Oscar Wagner a disparu » à une fin ouverte qui dessine le contour d'un cliffhanger. A suivre donc. L'ébauche d'un cycle montre le bout de son nez. Avis aux amateurs.

Bref, dans son genre, le roman est un bon divertissement populaire, assez bien tourné, prenant et surtout soigneusement documenté.

Merci à Babelio, Masse Critique, Hugo Publishing et l'auteur.

Lien : https://laconvergenceparalle..
Commenter  J’apprécie          160
Bonjour amis lecteurs,
Aujourd'hui je vous propose le nouveau livre de Jean-Christophe Portes: « Oscar Wagner a disparu ». Coup de coeur pour ce redoutable thriller historique, premier opus d'une série qui commence à Paris en 1942 sous l'occupation allemande. Nous suivrons un truand, Mo Les-Yeux-Bleus, patron d'une boîte de nuit, contraint d'assassiner Oscar Wagner. Quel est donc le secret que détenait Wagner qui pourrait changer le cours de la guerre ? Les deux personnages principaux sont très attachants, émouvants et leur psychologie finement analysée. Leurs émotions, interrogations et douleurs transpirent dans chaque ligne du roman. L'atmosphère se veut oppressante, angoissante, habitée de suspicions et accessoirement de tortures. L'auteur m'a séduite par un ouvrage passionnant, parfaitement documenté, largement inspiré de faits et de personnages réels. Il use d'une plume brillante et percutante. Un excellent moment de lecture !
Commenter  J’apprécie          240
Je me souviens qu'en juin 2022 alors que j'avais la joie de recevoir sur un plateau à SMEP, Jean-Christophe Portes pour parler de ses romans en poche, il me glissait en fin d'interview qu'il avait un nouveau projet, une nouvelle série policière mais sur une autre époque trouble de notre histoire de France.
Eh bien voilà, il a tenu promesse et avec cet Oscar a Wagner a disparu, il nous propose son tout nouveau polar historique et nous plonge directement dans la France occupée.
Nouvelle époque donc, pas simple pour moi, surtout que notre auteur avait enfin réussi à me réconcilier et faire aimer la période de la révolution française avec ses enquêtes de Victor Dauterive. Mais bon quand on aime, on s'adapte ! Et donc, j'ai foncé pour découvrir ce polar sous la seconde guerre mondial. Nouvelle époque donc, mais nouvel éditeur aussi. Et j'avoue que la greffe a fonctionné, car j'ai vraiment aimé cette histoire menée tambour battant et de main de maître par un Jean Christophe qui une nouvelle fois, nous plonge directement dans les affres de l'une des plus tristes et sombres périodes contemporaines de notre pays.
Imaginez : Nous somme à Paris en 1942, Un Paris occupé où malgré tout la vie suit son cours. Là il y a un petit caïd, un corse, Maurice dit Mo les yeux bleux. Mo se retrouve face à Oscar Wagner, un homme d'affaire allemand douteux qu'il tue presque par obligation en presque légitime défense.
C'est ainsi que s'ouvre le roman, directement en prise avec deux des principaux protagonistes. Mais il y en a une troisième, une femme Lizzie van der Jagt, une aristocrate anglaise proche des milieux fachistes. Elle travaille aussi avec Oscar Wagner. Wagner qui détenait, semble-t-il, un secret d'une grande importance pour la suite de la guerre. Un secret qu'il était prêt à monnayer auprès des alliés.
Alors forcément sa disparition va mettre tout le monde en émoi. Les services secrets allemands, la Gestapo et l'Intelligence Service, tous partent à sa recherche et du coup se retrouve à courir après son assassin. Et nous, de plonger directement dans l'étau infernal de l'occupation allemande
Et attention, car avec Jean-Christophe Portes, on vit l'histoire pleinement !
Ce que j'ai aimé c'est le parti-pris de monsieur Portes à mélanger fiction et faits historiques. A faire se croiser, protagonistes fictifs et personnages ayant réellement existés. D'ailleurs il nous l'explique merveilleusement bien tout cela à la fin de ce premier tome.
J'ai aimé, la plume vive et direct de notre auteur, j'ai apprécié que ce roman soit écrit à la première personne, je trouve que cela donne du corps à ses héros et héroïne, ça les rend plus charnel, plus vivants, plus touchant aussi.
J'ai aimé cette intrigue aboutie, cette histoire dans la grande Histoire.
De plus, ce que j'ai particulièrement apprécié c'est que notre auteur est sans concession et sans complaisance vis à vis des exactions, des tortures, des sévices infligés, il ne nous cache rien, il nous dévoile le coeur des hommes, nous donne à regarder en face les pires des horreurs pour que nous soyons suffisamment marqués afin de ne plus vouloir que ce pire revienne nous frapper de plein fouet !
Avec ce polar historique, notre auteur fait preuve d'un réalisme salutaire et nous oblige, nous qui n'avons pas connu tout cela, a faire oeuvre de devoir de mémoire. Se souvenir pour ne pas oublier et tenter de résister
On comprend aussi que ces périodes de grandes tensions et de trouble sont vraiment plus que propices à laisser s'exprimer le pire de la nature humaine.
C'est un vrai coup de coeur que ce premier opus, alors vivement la suite de cette super série immersive.
Lien : https://collectifpolar.blog/..
Commenter  J’apprécie          160
En plein coeur de la Seconde guerre mondial
Jean Christophe Portes nous livre un roman d'espionnage où tout n'est que faux semblant, mensonge et tromperie dans une France sous l'occupation allemande.

J'avoue avoir eu du mal à m'immerger dans l'histoire, qui a mis du temps à prendre forme.
Le langage familier et les mots d'argot pourtant appropriés à l'ouvrage, ne m'ont malheureusement pas aidés à avoir une lecture fluide.
J'ai parfois été obligé de relire certains passages pour bien les comprendre.

Les personnages principaux sont complexes et difficiles à cerner de premier abord, mais finissent par devenir attachants aux fil des pages. Leurs humanités réussissant à percer la carapace qu'ils se sont forgé en cette période difficile qu'à été la guerre contre l'alliance de l'axe, prête à toutes les atrocités.

L'histoire est toutefois bien agencée, romancée mais basée sur des faits réels, elle montre bien la complexité de l'époque, entre collabo ou résistant, membre des services secrets alliés ou agent de la Wehrmacht ou du SD, le fil est ténu et on comprend qu'il faut parfois jouer sur tous les tableaux pour arriver à ses fins.
Les principes même des agents double, volontaires ou contraints.

L'auteur nous montre aussi de par une documentation affûtée, que la morale, à cette période de l'histoire à ses limites, puisque le sabotage volontaire de certaines opérations et le sacrifice de quelques êtres humains aux bénéfices du plus grand nombre, peut être sciemment orchestré afin de duper l'ennemi.

J'ai donc énormément appris sur cette période mais l'ensemble ne m'a malheureusement pas happé à la hauteur escomptée
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
- Je ne me suis pas présenté, poursuit-il. Je suis l'hauptsturmfuhrer Nosek, du Sicherheitsdienst, mais vous pouvez m'appeler capitaine, ce sera plus simple. Mon capitaine, comme vous dites, vous les Français. Saviez-vous que le "mon" est une contraction du "monsieur", et qu'elle remonte à l'Ancien Régime ?
Commenter  J’apprécie          280
Je suis dans le trou du cul de l'enfer, ça ressemble à ce qu'on raconte sur les cellules d'isolement du bagne de Cayenne, dont les plus durs ne ressortent qu'à l'état de loque. C'est la même chose ici, mai c'est boche, alors c'est plus moderne, il y a l'électricité.
Commenter  J’apprécie          270
Ainsi, le vrai marché noir n’est pas celui évoqué de La traversée de Paris – film de 1956 de Claude Autant-Lara, d’après une nouvelle de Marcel Aymé. Il ne concerne pas quelques kilos de viande, quelques mottes de beurre vendues sous le manteau, même si tout cela était indispensable aux Français pour survivre. Le vrai marché noir, celui qui provoque misère et famine, c’est ce pillage inouï des bureaux d’achat. Un pillage industrialisé et financiarisé, qui a fait naître en quelques mois des fortunes vertigineuses, des deux côtés du Rhin. Certains industriels – pas tous – s’y sont adonnés sans retenue, livrant l’essentiel de leur production à l’Allemagne, en sous-main. De très riches familles vivent encore aujourd’hui, au XXIe siècle, dans les beaux appartements acquis avec l’argent réalisé alors.
Commenter  J’apprécie          30
Maintenant je le sais : la peur est une chose physique, qui modifie le corps et l'esprit. Un être vivant qui s'empare de vous, de vos pensées et de vos organes, cœur, ventre, poumons et cheveux. Pire encore que la peur, est la certitude de l'éprouver; la sentir monter, vous envahir et vous étouffer peu à peu. Je suis sûre que c'est pareil pour tout le monde, même les plus forts.
Commenter  J’apprécie          40
Oscar Wagner a disparu.
Je ne sais pas pourquoi, ni comment, mais i'en suis sûre maintenant.
Oscar Wagner a disparu, semble me répéter le tic-tac de l'horloge dans le salon.
Oscar Wagner a disparu, insiste Paris figée dans le couvre-feu.
Oscar Wagner a disparu, tambourine mon coœur anxieux, comme s'il voulait fuir ma poitrine.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Jean-Christophe Portes (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Christophe Portes
La disparue de Saint-Maur de Jean-Christophe Portes aux éditions City Poche https://www.lagriffenoire.com/les-enquetes-de-victor-dauterive-la-dispa-rue-de-saint-maur-t.3.html • Brillant comme une larme de Jessica L. Nelson aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/brillant-comme-une-larme.html • A Dieu vat de Jean-Michel Guenassia aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/a-dieu-vat.html • Au fil des bords de Marne: D'hier à aujourd'hui de Jean-François Tifiou aux éditions Feed Back https://www.lagriffenoire.com/au-fil-des-bords-de-marne-d-hier-a-aujourd-hui.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=n... • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture @editionscitypoche #editionsalbinmichel #editionsfeedback
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (169) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3225 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..