AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782812928024
272 pages
Editions De Borée (11/05/2023)
4.31/5   13 notes
Résumé :
Les exploits sportifs passés d’Alice sont-ils le seul motif
qui pousse Lina, jeune journaliste, à venir l’interviewer?

Alice, ancienne institutrice ayant gravi tous les sommets de plus de 4000 mètres des Alpes françaises, vit recluse avec son mari dans un petit village de haute Maurienne. Lina Derrien vient un jour la trouver pour lui consacrer un article dans un magazine de montagne. Au fil de leurs entretiens, l’alpiniste chevronnée s’aperço... >Voir plus
Que lire après Comme une brise d'étéVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Alice habite le hameau de l'Ecot, dans un village de haute Maurienne, avec son époux Félix. Ils sont tous les deux retraités ; elle était institutrice, il était guide. le couple n'a pas eu d'enfants. En ce lundi 19 octobre 1998, Alice attend, avec appréhension, la venue de Lina Derrien, une journaliste. Cette dernière désire écrire un article sur le passé de montagnarde de l'ancienne enseignante, « la première femme à avoir gravi tous les sommets de plus de 4 000 mètres, en France ». (p. 14)

Dès le premier entretien, Lina estime avoir assez d'éléments pour la partie technique de son reportage. Elle évoque alors son envie de développer l'histoire personnelle de son interlocutrice. Au fil des discussions, Alice perçoit que la journaliste s'intéresse fortement à sa famille et à sa vie sous l'Occupation. C'est un sujet que la vieille dame n'aime pas aborder. Pourtant, elle se surprend à se livrer sur les évènements marquants et tragiques de son existence.

Le récit alterne avec les faits de 1999 et ceux de la Deuxième Guerre mondiale. La délivrance s'effectue en douceur, au gré des rencontres. La maison de l'Ecot ne possède pas le téléphone : Alice doit se rendre au village pour contacter Lina ou la joindre par courrier. le temps s'étire et permet l'acceptation de ce voyage difficile. Même si elle s'étonne de l'intérêt de Lina pour son passé, elle est rassurée par la douceur et par l'empathie de cette dernière. Aussi, avec pudeur, elle raconte son secret douloureux que, seul Félix, connaît.

L'histoire d'Alice est poignante. J'ai été émue par ses souffrances. Sa vie durant, elle a porté un poids immense. Pourtant, sa libération est nécessaire. La jeune fille qu'elle a été se dévoile ; la femme âgée oscille entre espoirs nouveaux et espérances déçues. Cependant, son récit est entendu avec respect, sans jugement ; il donne naissance à une belle amitié.

J'ai beaucoup aimé Comme une brise d'été. C'est un roman qui alterne entre deux époques, des sentiments de compassion et de révolte, des espoirs et des désillusions, avec des personnages attachants, aux portraits ciselés.

Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
Commenter  J’apprécie          190
Je connais Alain Pyre pour avoir lu ses trois précédents romans, qui ont tous été pour moi de très bonnes lectures. Ses histoires se passent toutes dans les montagnes alpines, lieux qu'il affectionne particulièrement. Je l'ai lu parce que j'aime les romans du terroir comme on dit, parce que j'aime les montagnes. J'ai commencé par L'empreinte du loup, parce que son histoire tournait autour de ce bel animal, et, séduite par sa façon de conter une histoire, j'ai continué à le lire par la suite. Et aucun de ses autres romans ne m'a déçue, et ce dernier est dans la même veine. Je suis à chaque fois emportée par sa plume, par son récit, je suis totalement dépaysée grâce à ses belles descriptions. 

Pour revenir sur le contenu, j'ai fait la connaissance d'Alice, elle vit à l'Ecot, un petit hameau perché dans les montagnes de la Haute Maurienne. Elle est marié à Félix qui est retraité guide de montagne, elle est aussi à la retraite, ancienne institutrice, le couple n'a pas d'enfant. Elle voit débarquer chez elle un jour Lina, une jeune journaliste qui veut écrire un reportage sur elle, car Alice est la seule femme à avoir gravi tous les sommets de plus de 4000 mètres des Alpes françaises. Même si Lina a vite toutes les infos qu'elle voulait avoir sur la vie d'alpiniste d'Alice, elle revient ensuite la voir pour développer l'histoire personnelle d'Alice. Celle-ci n'aime pas aborder son passé et son histoire familiale, et pourtant, au détour d'une randonnée avec Lina, elle va se confier à elle et lui en dire bien plus qu'elle ne pensait. Elle va remonter vers ses origines bretonnes, à la vie chez ses parents, son adolescence pendant la seconde guerre mondiale. Alice s'interroge tout de même car Lina a l'air d'être beaucoup plus intéressée par sa vie d'avant que par l'actuelle. 

Je ne peux en dire plus, j'ai été très touchée par Alice, sa vie, son histoire, sa vie avec Félix qui est pour elle un confident et un conseiller juste. Leur vie recluse dans le hameau change avec leurs métiers et leurs personnalités de vie active. Et lorsque le passé d'Alice se dévoile petit à petit, on comprend son besoin de solitude et de tranquillité. le récit se passe en 1998, j'ai aimé retrouver la vie d'avant internet, téléphone mobile, hyper-connexion, etc. Par exemple, il n'y a pas le téléphone dans le hameau où vit le couple, Alice doit se rendre au village pour téléphoner. J'ai trouvé intéressant que l'auteur écrive son histoire à cette date, car il y a plein de techniques que Lina n'a pas pour ses recherches, elles sont du coup plus lentes, et cela correspond très bien avec le rythme de vie tranquille du couple de retraités. J'ai aimé cette lenteur, cette découverte du paysage qui se fait au rythme du pas humain, c'était très reposant. 

On navigue dans le récit entre des périodes actuelles et d'autres qui se déroulent en 1943 en Bretagne. Ceci pour en apprendre petit à petit plus sur le passé d'Alice, sur ce qui a fait d'elle sa personnalité actuelle. Elle n'a pas été épargnée, a vécu des coups durs, se raconter à Lina va lui permettre de faire la paix avec ce passé, de comprendre mieux et surtout de pardonner aux personnes qui lui ont fait du mal, et à se pardonner à elle-même. Parler avec la jeune journaliste la libère d'un poids lourd, d'un fardeau qu'elle portait. J'ai été très touchée et émue par son histoire, elle a fait écho en moi, et j'ai ressenti beaucoup d'affection pour elle. J'ai aussi beaucoup aimé Lina, je la trouve pleine d'empathie pour Alice, et surtout elle n'est pas dans le jugement, ce qui permet alors à l'alpiniste de se libérer et de parler. On voit les deux femmes se rapprocher, s'écouter l'une l'autre, et même lorsqu'elles sont éloignées l'une de l'autre, elles se manquent. 

Les personnages sont très touchants. L'auteur a su les rendre bouleversants, par leur personnalité, par leur vécu, j'ai aimé tous les rencontrer et je les ai tous aimés sans exception. Cet attachement à Alice est renforcé par le choix narratif de l'auteur à la première personne du singulier. Ce "je" me permet encore plus de rentrer dans la peau du personnage principal, de vivre dans sa tête et d'être ainsi au plus près d'elle et de ses émotions. J'ai vraiment eu envie bien souvent qu'elle existe réellement. L'auteur a su la rendre très réelle d'ailleurs, et je l'ai quittée avec beaucoup d'émotions, comme on quitte une amie. 

Bien sûr, j'ai aussi été transportée dans les montagnes des Alpes, dans cette vallée de la Haute Maurienne que je connais un peu pour y être déjà allée. C'est magnifique là-bas, on se sent tout petit devant tant de majesté. J'ai retrouvé dans ces paysages les anecdotes que ma maman racontait lorsqu'elle passait ses vacances dans cette région. On sent à quel point Alain Pyre aime sa région, il en parle si bien, que ce soit d'un paysage global ou d'un insecte sur une fleur, c'est à chaque fois tellement passionnant. D'ailleurs, l'auteur a un site où il poste des photos des lieux que l'on peut croiser dans le roman, je vous mets le lien juste en-dessous. Et ça j'aime beaucoup, cela permet de mieux me représenter l'histoire, de voir vivre les personnages dans les lieux, cela donne encore plus de réalisme au livre. Il a su également très bien dépeindre les époques de vie, celle en 1998, mais aussi celle pendant la guerre en 1943, avec tous les dangers que cette vie comportait, la peur face à l'occupant, l'envie de désobéir mais la peur pour sa famille en même temps, les difficultés de la vie alors. Cela rajoute beaucoup d'émotions à la lecture. 

La lecture est très addictive, j'avais tellement envie de savoir ce qui allait se passer que je tournais les pages sans trop m'en rendre compte. Il règne un certain suspense, les infos concernant le passé d'Alice arrivent petit à petit, j'ai cru à un moment que tout était résolu et en fait non, il y a un nouveau rebondissement qui fait que l'histoire prend une autre tournure. L'auteur a joué avec mes nerfs et avec mes émotions. Je n'ai pas été épargnée. Mais j'aime être ainsi chamboulée dans mes lectures, donc je ne m'en plains pas. 

J'ai beaucoup aimé cette histoire, j'ai été fort touchée par les personnages et par ce qui leur arrive. Plusieurs sujets sur la vie sont abordés, de très graves et poignants, mais j'ai aimé tout de même l'espérance et la beauté de la vie que l'auteur fait rayonner sur son histoire. C'est plein d'émotions que j'ai quitté Alice, Félix et Lina. C'est un livre très beau pour les paysages qu'il regorge, et beau pour les magnifiques personnages qu'il comporte. Chaque année je me régale vraiment avec les romans d'Alain Pyre. Son style ne change pas, toujours aussi fluide, pas une minute d'ennui dans ce roman. Et en même temps, comme je le disais plus haut, j'ai aimé la lenteur du rythme de vie qui permet surtout de mieux regarder ce qui nous entoure. Ce roman apporte tout cela, et j'ai beaucoup aimé. 

C'est pourquoi, je ne peux que vous conseiller de lire ce livre pour passer vous aussi un beau moment avec les personnages dans ces beaux décors de la Haute Maurienne. Sans oublier non plus la Bretagne qui est mise ici à l'honneur elle aussi. Si vous ne connaissez pas encore Alain Pyre et que vous aimez les romans qui font voyager dans la tête, je ne peux que vous recommander de le lire. Je n'ai qu'une hâte, c'est d'avoir déjà le prochain dans les mains, pour voir où il m'emmène cette fois ci. Il me faudra un peu de patience pour cela. 
Lien : http://marienel-lit.over-blo..
Commenter  J’apprécie          20
Une lecture poignante qui m'a fait passer un excellent moment.

J'ai été ravie de retrouver la plume d'Alain Pyre que j'avais découverte avec le Mont Blanc se souviendra des hirondelles. Fine, sensible, visuelle, émouvante et poétique. C'est comme si les mots s'animaient et se transformaient en images qui prennent vie sous yeux.

Alain Pyre nous emmène en Maurienne, dans des paysages chers à son coeur. Nous sommes en 1998. Alice, 70 ans, est une ancienne alpiniste. Elle accepte que Lina, journaliste, vienne l'interviewer pour un magazine. Il faut dire qu'Alice a été la 1ère femme à gravir tous les 4000 mètres de France.

Mais elle cache aussi un passé douloureux. Et elle se demande pourquoi Lina semble plus intéressée par son passé privé que par son passé d'alpiniste. Pourtant une complicité va naitre entre les deux femmes, mais Alice aura-t-elle la force d'affronter ce qui la hante ?

L'auteur a le don de me faire ressentir les émotions qu'il donne à ses personnages. J'ai vécu avec Alice et Lina. La « peur », les doutes, la tristesse, l'espoir : des sentiments réunis sur la palette d'écrivain d'Alain Pyre, comme les couleurs sur celle d'un peintre.

Un livre assez émouvant qui se lit vite et bien. Alice est quelqu'un d'attachant, et j'avais très envie qu'elle livre enfin son secret à Lina, tant par curiosité que parce que je voulais qu'elle soit soulagée de crever enfin l'abcès. L'envie qu'elle arrive à trouver une certaine sérénité. Elle est touchante, à la fois forte d'un côté et fragile d'un autre.

Lisa n'est pas en reste. Je l'ai sentie presque intimidée par Alice, mais en même temps avide de la comprendre.

Alain Pyre a soigneusement étudié ses personnages. Il nous convie à un voyage avec eux, à leurs côtés. Un voyage entre présent et passé, au plus profond de leurs ressentis, dans de magnifiques paysages. Un moment intense chargé en émotions. Une très belle découverte.
Commenter  J’apprécie          40
Bonjour, voici mon avis sur "Comme une brise d'été" de Alain PYRE
Genre : Littérature blanche
Avis : DÉPAYSANT
le plaisir d'un roman qui vous balade de sommet en sommet…
J'avais lu « L'emprise du loup » d'Alain Pyre, vraiment apprécié, et j'étais curieuse de découvrir sa plume avec d'autres romans. J'ai commencé avec « Comme une brise d'été » et je vais vous expliquer pourquoi je vais continuer à le lire avec bonheur.
Après une vie professionnelle passée à instruire des enfants, Alice est venue s'installer dans un hameau perdu en pleine montagne. Avec son mari, elle a gravi de nombreux sommets dans et autour de sa haute Maurienne. Alors quand Lina Derrien, journaliste, vient l'interviewer pour parler de ses exploits, elle est étonnée mais ravie de pouvoir raconter sa passion. Mais Lina l'interroge aussi sur sa vie passée et là-dessus, elle a toujours préféré rester discrète. Est-ce que le moment de se libérer est venu ? le passé est-il enterré à jamais ?
Qu'est-ce que j'ai aimé découvrir cette région française à travers les détails géographiques fournis par l'auteur. C'est à une magnifique balade que nous sommes invités, en partant toujours du hameau de L'Écot, près De Bonneval sur Arc. Avec notre lecture, nous accompagnons souvent Lucie et Alice qui sont marcheuse inexpérimentée pour l'une et chevronnée pour l'autre ; avec leurs yeux nous avons sans arrêt des images de la faune, de la flore et des sommets qui se découvrent.
Hormis cet environnement somptueux, l'intérêt du roman réside aussi dans le mystère qui se met en place quand Lina, la journaliste, commence à s'approcher du passé d'Alice. Par petits pas, comme en rando, là aussi, nous avançons, indice après indice pour essayer de deviner ce qu'a réellement vécu cette ancienne institutrice qui n'a pas toujours vécu en Haute Maurienne.
L'écriture est agréable, aérée, même si les descriptions sont beaucoup plus importantes que les dialogues. Cela m'a paru normal et inspiré puisque nous sommes avec des taiseux, se voulant coupés du monde, préférant écrire que parler. L'organisation en chapitres classés par ordre chronologique permet de suivre à distance la vie des deux couples et garde intense notre curiosité, surtout que si les rencontres ont lieu dans les années 90, les souvenirs de 39/45 s'y mêlent. Il faut vraiment attendre la fin pour comprendre ce qui a pu exister à l'insu de tous.
C'est avec une grande confiance que je vous incite à acheter ce roman surtout si vous aimez les grands espaces, la montagne et la sensation de liberté que l'on éprouve simplement en tournant des pages qui ne parlent que de nature.
Je remercie Virginie et de Borée Editions pour leur confiance continue en mes services de presse.

Lien : https://www.facebook.com/Les..
Commenter  J’apprécie          20
Très belle littérature poignante !
Avec son exquise écriture, Alain Pyre allie suspens, évasion, générosité, amitié et amour, et manie avec dextérité les évènements de deux époques, tout au long de l'intrigue. Un magnifique récit qui m'a entrainée, en compagnie de personnages attachants, dans une myriade d'émotions et qui m'a fait voyager, à travers de magnifiques descriptions, dans deux splendides régions que rien ne relie, si ce n'est l'histoire de l'héroïne, la Maurienne et la Bretagne.
Très beau roman touchant, plein d'espérance, qui m'a soutiré quelques larmes ! Merci pour cette splendide narration.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Une générosité sans limites offerte à qui sait contempler : voilà l'une des leçons que la montagne m'avait enseignées, qui se vérifiait encore. Bien sûr, j'avais appris à composer avec le vide, à supporter l'épreuve de la faim et de la soif, du froid, des colères météorologiques et de l'altitude, mais cela restait insignifiant à côté des largesses qu'elle dispense à qui a conservé la capacité d'aimer. Malgré son inexpérience, Lina en faisait partie, indéniablement. La voir admirer le mystère me procurait une indicible fierté. Quand bien même mon histoire dépourvue d'intérêt, cet instant qui s'imprimait dans son coeur justifiait à lui seul son déplacement ! A travers l'émerveillement de ma compagne, je retrouvais une sensation gratifiante, voisine de celle d'autrefois, lorsque j'inculquais des messages importants à mes élèves.

PAGE 60
Commenter  J’apprécie          00
À force de vivre au cœur de la nature, on en oublie qu’il est même au paradis, une gradation dans l’extase.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : sommetVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (23) Voir plus



Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
310 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..