AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 235966042X
Éditeur : Editions Fei (07/10/2011)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 14 notes)
Résumé :

CANTON, 1801. Assoiffés de batailles et de femmes, le capitaine Zheng Yi et sa gigantesque flotte de pirates débarquent. Au détour d'un bordel, ces hommes sans pitié enlèvent Shi Xiu, une prostituée envoûtante sur le point de se marier. Ambitieuse, stratège et particulièrement douée aucombat, sera-t-elle prête à tout pour échapper à l'emprise du capitaine ?

Personnage historique, maîtresse dans l'art de l'amour et les arts martiaux, quel ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  26 décembre 2016
Merci Babelio, merci Masse Critique, merci Les Editions Fei !
Le scénariste français Nicolas Meylander et le dessinateur chinois Wu Qinq Song ont décidé de mettre en images la geste de la reine pirate Ching Shih qui fit trembler l'Empire du Milieu au tout début du XIXe siècle...
Lors du sac de la grande ville commerçante de Canton, nous suivons de destin de la prostituée Shi Xiu qui devait se marier avec un riche marchand mais qui brinquebalée par les événements parvient finalement par épouser un capitaine pirate à la place avec un contrat de mariage plus paritaire tu meurs !
Nous sommes carrément dans le monde merveilleux du wu xia chinois, où de 7 à 77 ans tout le monde maîtrise l'art de l'épée et du karaté… Cheng Pei-Pei, la star de l'âge d'or du cinéma hongkongais, aurait débarqué de nulle part pour des maraver la gueule des bad guys que je n'aurais même pas été surpris ! ^^
On se dirige tout droit vers les classiques de la piraterie, mais nous sommes aussi dans un récit féministe car l'héroïne qui est très intelligente avant d'être belle veut être reconnue comme l'égale des hommes, car la prostituée est une artiste martiale accomplie et une redoutable femme d'affaires qui n'aurait jamais eu sa chance dans la Chine machiste…
La narration est un peu old school cad un petit peu forcée et un petit peu précipitée (peu ou prou à la Jean-Yves Mitton, même si je sais que ce n'ai pas forcément le meilleur exemple pour illustrer mon propos), et les dessins sont un peu typique des productions orientales formatées à l'occidentale… Mais pour le reste c'est du tout bon et force est de constater que les graphismes soignés sont assez pour ne pas dire très agréable à l'oeil !
Avec une héroïne prostituée, on aurait pu s'attendre à pas mal de scènes de cul… Oui mais non, si les dialogues et les situations peuvent verser dans le grimdark, au final il n'y a qu'une seule planche qui relève de la bande dessinée érotique. Ah sinon attention, cette bande dessinée historique se passe en Chine donc les personnages chinois possèdent des noms chinois… (je sais par expérience que cela peut être particulièrement rédhibitoires pour certains littéros culs-serrés qui trouvent cela à suivre bien compliqué)
J'applaudis des deux mains les artistes qui jettent ainsi de si jolis ponts entre Orient et Occident, et plus encore l'éditrice Xu Ge Fei qui a rendu possible cette aventure culturelle, et tant d'autres également… (et je crache à la gueule des décideurs franco-français qui ont décrété parce qu'ils prennent leurs cas personnels pour une généralité universelle que le public français n'est pas fait pour ce genre de choses)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          306
Tatooa
  15 janvier 2017
Bon. D'habitude, quand ce diable d'Alfaric met un bon avis sur une bande dessinée, je ne craque pas d'emblée. Les BDs, c'est cher, et je ne les achète pas à la légère.
Celle-là, je dois dire qu'en plus des avis positifs de mes amis Babelio, elle a une couverture qui est juste magnifique. Et quand les dessins m'attirent autant que le sujet, et qu'il semble qu'il n'y ait pas trop de tomes... Bah, craquage, quoi !
Je ne regrette pas. J'aime beaucoup l'esthétisme des dessins, traits et colorisation sont superbes. L'histoire est celle d'une femme de caractère, qui sait tout faire, qui a du coeur et de la tête en plus d'être roulée comme une déesse, type super-héroïne, on fait pas mieux !
Je ne sais pas si j'ai perdu l'habitude des BDs classiques (par opposition aux mangas) mais le format me semble "grand". Les cases peuvent être immenses, du coup, et permettent des dessins magnifiques, notamment celles de "la flotte rouge". Tous les personnages ont des visages et des corps différents, très reconnaissables, les détails sont léchés, c'est un vrai plaisir des yeux, même les scènes difficiles. C'est un livre qu'on peut rouvrir facilement pour ne serait-ce que regarder les dessins.
Les situations passent un peu vite, mais si c'est à ce prix qu'on n'a pas une série à rallonges, alors je n'ai rien à reprocher à ça. Les dialogues sont parfois un peu délirants (comme la vieille maquerelle qui après avoir paniqué (de façon très réaliste) tentent de retirer bénéfice des pirates (de façon très surréaliste, mdr !)), mais l'objectif est atteint, on a envie de savoir la suite, ça tombe bien, je l'ai ! ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Srafina
  26 décembre 2016
Premier tome d'une quadrilogie, sorti en octobre 2011, cette BD nous met en présence de Shi Xiu, personnage historique considérée comme la plus célèbre pirate du monde asiatique.
Dans ce premier tome, Shi Xiu, prostituée dans une maison close de Canton, rencontre le capitaine Zheng Yi lors d'une attaque de la ville par ses hordes de pirates. Celui-ci se rend vite compte de la beauté de la belle, de son courage, de sa générosité mais aussi de sa capacité à analyser les événements et à trouver les bonnes solutions, il s'en attiche et la demande en mariage.
Shi Xiu sait lire, écrire et possède une grande capacité à se défendre avec l'épée et les arts martiaux.
Bien entendu, il y a des méchants dans le lot. Normal dans un monde de pirates, cruel comme il se doit.
Les dessins sont superbes ainsi que les couleurs. le trait est réaliste et les planches sont bien travaillées. J'ai aussi trouvé intéressant de connaître des personnages réels du monde de la piraterie asiatique du 19ème siècle.
Ce premier tome semble plein de promesses pour la suite. Et je n'aurai pas trop à attendre car elle est déjà sortie ;-)
Une masse critique grâce à Babelio et aux Editions Fei, que je remercie vivement et qui m'a surtout donné envie de connaître la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Oliv
  22 juin 2017
Avant de recevoir cette BD dans le cadre de Masse Critique, je connaissais déjà le personnage de madame Ching (ici appelée Shi Xiu), croisée au cours de mes lectures sur la piraterie et sur la Chine. Il faut dire que l'histoire de cette femme a tout pour marquer les esprits, et en fait fort logiquement une parfaite héroïne de roman, de film ou de BD. Qu'on en juge plutôt : pensionnaire d'un bordel de Canton, elle connut un incroyable destin de chef pirate au début du 19ème siècle, tenant tête à la flotte impériale pendant des années avant de terminer sa vie paisiblement à l'âge de soixante-neuf ans, tenancière d'une maison de jeu... Avec de telles figures historiques, nul besoin de créer des personnages fictifs !
Le face-à-face dont il est question dans le titre est celui de Shi Xiu avec son futur époux et associé, le chef pirate Zheng Yi. Leur rencontre et la manière dont chacun apprivoise l'autre est au coeur de ce premier tome, qui d'une certaine manière constitue un tome d'introduction répondant à la question suivante : comment une prostituée entre-t-elle en piraterie ?
Que les choses soient claires, nous n'avons évidemment pas affaire à un "audacieux roman graphique" destiné à "révolutionner le neuvième art", mais à une bonne BD d'aventures exotiques, et c'est très bien ainsi. De l'action, du dépaysement, un soupçon d'érotisme... Le contrat est rempli ! Tradition asiatique oblige, le lecteur devra cependant s'assurer d'avoir bien enclenché le mode "suspension d'incrédulité" pour goûter les quelques combats de type "wuxia" et ne pas s'offusquer de voir la frêle prostituée défaire seule des pirates armés jusqu'aux dents...
Sans être d'une beauté à couper le souffle, le trait de Wu Qing Song est tout à fait plaisant et ne cherche pas à trop en faire, rendant l'action très lisible. Le dessinateur chinois semble d'ailleurs être un peu moins à l'aise dans la représentation des décors, parfois approximatifs, que dans celle des personnages, et en particulier de l'héroïne dont on peut dire qu'elle crève l'écran. On saluera également le travail du scénariste Nicolas Meylaender, celui-ci ayant eu le bon goût de ne pas tomber dans le piège de l'infodump à caractère historique, ce qui aurait immanquablement plombé le rythme et alourdi son récit. Si les lecteurs curieux pourront effectuer des recherches sur Internet, il aurait néanmoins été judicieux d'ajouter une postface d'une ou deux pages replaçant le personnage de madame Ching dans son contexte historique : la dynastie Qing et ce 19ème siècle où la Chine, confrontée à l'Occident, va devoir amorcer sa modernisation.
Au bout du compte, on peut considérer le premier tome d'une série (celle-ci comportant quatre tomes) comme une réussite lorsqu'il donne envie de lire la suite. C'est assurément le cas avec ce "Face à face" : que demander de plus ?
Merci aux éditions Fei pour cette belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
Fredo_4decouv
  25 juin 2012
Ce premier tome (Face à face), consacré à l'une des légendes de la piraterie asiatique au dix-neuvième siècle, est une belle réussite. Je découvre l'histoire de cette formidable héroïne et je n'ai qu'une seul envie : me ruer sur la suite, à paraitre en avril prochain.
Nick Meylaender fait des merveilles au niveau de la caractérisation de ses personnages, qui vont révéler leur valeur au fil des pages. Shi Xiu est belle, cultivée et intelligente. Mais elle sait manier d'autres armes, disons... plus mortelles !
Wu Qing Song réalise un premier album de tout beauté, avec des planches pleines de détails et des couleurs au diapason d'un scénario bourré d'actions.
Le tome 2, Alliances, sera publié le 20 avril prochain, toujours aux éditions Fei.
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (2)
ActuaBD   04 novembre 2011
Avec ce nouveau projet, son éditeur renforce sa ligne directrice consistant à rapprocher l’Asie et l’Occident, et pas seulement en associant des dessinateurs et narrateurs de ces deux parties du monde. Après l’évocation d’une figure aventureuse du passé chinois, il procure là l’occasion de faire mieux connaître à un plus large lectorat francophone un épisode très douloureux de l’Histoire en Extrême-Orient.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest   17 octobre 2011
Peut-être moins surprenant que les deux autres séries des éditions Fei, Le Juge Bao et La Balade de Yaya, le premier tome de Shi Xiu reste cependant un album de très bonne facture. À confirmer dans une suite déjà prévue pour février 2012.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   30 décembre 2016
Madame Yao s’inquiète pour rien… Au pire, ils voudront coucher avec nous sans payer… Les pirates sont comme tous les hommes, quand ils auront fini leur besogne, ils voudront qu’on les réconforte. Et ça, on sait faire, n’est-ce pas les filles ?
Commenter  J’apprécie          100
OlivOliv   22 juin 2017
— C'est curieux... Pourquoi un riche notable épouserait une prostituée ?
— L'honorable Jia m'aime. C'est un fin lettré, féru de poésie, de musique et tout ce qui est raffiné...
— Vraiment ? Tu crois qu'une putain peut quitter sa condition comme ça ? Et puisqu'on en parle... Comment t'es-tu retrouvée dans le bordel de madame Yao ?
— Comme toutes les filles... Un jour je n'y étais pas, le lendemain j'y étais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AlfaricAlfaric   24 décembre 2016
Le plus grand conquérant est celui qui sait vaincre sans bataille.
Commenter  J’apprécie          170
TatooaTatooa   15 janvier 2017
- Je sais ce que tu te dis. Tu me prends pour un rustre seulement capable de semer la mort et le chaos...
(Zhen Yi à Shi Xiu)
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre