AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782812618086
496 pages
Éditeur : Editions du Rouergue (10/04/2019)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 58 notes)
Résumé :
Après deux années à sillonner les mers avec son équipage, le prince Thibault décide enfin de rentrer chez lui. Là-bas, sur son île natale, son père l'attend et compte sur lui pour régner sur le royaume de Pierre d'Angle après sa mort. Mais en chemin, une rencontre va bouleverser l'existence du Prince : un passager clandestin, Ema, une esclave en fuite. Ensemble, ils vont devoir faire face aux dangers qui guettent Pierre d'Angle. Premier tome d'une saga, Le royaume d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
BazaR
  04 janvier 2020
— Mièvretééééeeee ! Fabliauuuuu !
Hem ! S'cusez, c'est ma petite voix pessimiste et désagréable, celle qui voit toujours le verre à moitié vide, qui s'est échappée de sa cage de neurones. Je vais arranger ça.
C'est le premier tome du Royaume de Pierre d'Angle qui la met dans cet état. Sa présentation par son éditeur début 2019 m'avait interpelé. Puis il a eu le prix elbakin.net 2019, catégorie roman fantasy français jeunesse. L'expression « jeunesse » a tendance à un peu m'inquiéter, mais je me suis dit que ce serait parfait pour les vacances de fin/début d'année.
— Cendrillonitéééeee ! Disneyitudeeee !
(Tu vas la fermer, oui ?) Ok, ok, ma petite voix du côté obscur n'a pas tort sur ce point. C'est vraiment jeunesse / ado comme lecture. Et alors ? C'est très agréable aussi, non ? Pascale Quiviger nous fait naviguer à bord de l'Isabelle depuis les lointaines contrées équatoriales jusqu'au nordique royaume ilien de Pierre d'Angle. Thibault, prince de ce pays qui est comme une Suisse locale (je veux dire neutre politiquement, pas paradis fiscal), retourne chez lui après un long voyage d'exploration à la Darwin. Il a embarqué avec lui une passagère clandestine, Ema, une métis ancienne esclave qui a vécu à la dure. Un lien à la fois étrange et inévitable va enchainer les deux jeunes gens à la vie si différente.
—Doucerositééééeeee ! Rigoleriieeee !
(Mais tu vas te taire ?) C'est très manichéen, c'est vrai. Pas de gris. La plupart des personnages, et ils sont nombreux, sont de braves gens, peut-être un peu bourrus parfois. Les autres sont de vraies saletés que l'on se régale de détester. le récit est essentiellement léger, les problèmes, parfois proches du tragique, sont assez facilement réglés. La bonne humeur fuse, les dialogues pètent. Les personnages se tiennent souvent les côtes de rire, et ça c'est vraiment du « jeunesse rafraichissant ». Dans cet esprit, je range le roman aux côtés de Mage de Bataille, de Peter A. Flannery ou de la série de la Guerre de la Faille de Raymond E. Feist. On ne peut que s'attacher à ces personnages qui ont tous au moins une particularité ou un défaut touchant et qui ont souvent la loyauté et l'honnêteté collée au coeur. Certains sont particulièrement réussis, comme l'infirmier Lucas ou le savant Clément de Frenelles.
Je regrette une chose néanmoins : cette manie de faire utiliser par les personnages un langage complètement anachronique à leur propre temps – qui doit se situer aux alentours des 17ème, 18ème siècles. « Microbes », « génétique », « champs magnétiques », cela me sort systématiquement du récit. Si l'auteur emploie ce vocabulaire sciemment afin de rendre la lecture plus confortable, je crois qu'elle sous-estime ses lecteurs.
— Désespoiiirrrr ! Malveillaaaannnce !
(Ah, ça te plait plus ça hein ?). Oui, si le voyage de l'Isabelle et la visite du royaume de Pierre d'Angle servent à introduire, souvent succinctement, un univers à grand potentiel, la dernière partie du récit voit les nuages noirs s'amonceler dans un changement complet d'atmosphère. Car l'île cache un secret, un revers de médaille, qui va se rappeler aux héros et abréger leur joie de vivre. Clairement, on quitte le monde des Hobbits et le Mordor fait entendre sa voix.
Vive les vacances ! Quand j'en ai le temps, c'est le genre de livre que j'avale en quelques goulées. C'est une très bonne porte d'entrée à la fantasy pour vos ados, si vous en avez, et pour les grands un bon bol d'air. Nul doute que je poursuivrai l'aventure.
— Nooooooooooon !
Si !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4011
Witchblade
  27 juillet 2019
Je remercie Babelio et les éditions du Rouergue pour l'envoi de ce livre, je l'avais repéré grâce au mois de l'imaginaire et à certains internautes. du coup, quand Babelio l'a proposé lors de la masse critique de Juin, j'ai tenté ma chance. le résumé est assez intrigant et la couverture bleue est superbe.
Le livre a été abandonné temporairement au bout de seulement 30p car je ne l'avais pas sur moi à ma sortie de l'hôpital. Je l'avais également commencé en retard suite à une panne de lecture d'un peu plus d'un mois. le style de l'auteur m'a plu de suite mais j'ai eu un peu de mal à reprendre ma lecture, les histoires de navigation ne sont pas ce que je préfère. Mais j'aimais bien le personnage d'Ema donc je me suis accrochée pour voir si ça décollait enfin. Les histoires d'amour ne sont pas mon fort mais celle-ci est tellement bien racontée que je me suis laissée entraîner de plus en plus vite. Au fil des différentes aventures en mer comme sur terre, les pages se lisaient avec beaucoup de facilité et un peu de frénésie. Quand je devais m'arrêter dans ma lecture (cuisine, …), je ne pouvais m'empêcher de penser à celle-ci et à ce qui pourrait advenir par la suite. Certains passages sont tout simplement croustillant, surtout la discussion houleuse entre Thibault et son frère. Quel hypocrite celui-là !! En prime, l'auteur mêle de façon subtile des informations sur le possible futur de certains de ses personnages ainsi que certaines vérités grâce à son narrateur omniscient. Je craignais vraiment le pire pour Ema et Thibault avec tous les sous-entendus que l'auteur laisse traîner ça et là. Certains personnages restent de sacrés énigmes et j'espère qu'on va bientôt en apprendre plus sur eux. Mais je les soupçonne de ne pas être très net non plus. J'ai imaginé beaucoup de scénarios mais aucun ne s'est réalisé et l'auteur m'a beaucoup surprise avec la suite des évènements qu'elle a imaginé. La fin est telle que j'aurais bien aimé que le tome 2 soit déjà sorti, mais il faudra attendre l'automne 2019. 4 tomes sont prévus et les autres sorties seront pour l'hiver et le printemps 2020. Il me tarde donc la suite.
Comme vous l'aurez compris, ce premier tome a été un gros coup de coeur, aussi bien pour son univers, ses personnages que le style de l'auteur. Ce roman a été une agréable surprise, le démarrage a été difficile pour ensuite, être complètement happée par l'histoire, à tel point que je n'entendais pas quand mon compagnon me parlait. Je réagissais toujours avec un temps de retard. Et il reste tant de choses à découvrir sur cette île, son passé et ses habitants. Si vous êtes amateurs de nouveaux univers en matière de fantastique, je vous conseille très fortement de découvrir celui-ci, il vaut le détour. Pour ma part, je vais pister impatiemment la suite des publications.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
Ogrimoire
  17 mai 2020
Je ne savais vraiment rien de ce livre. La quatrième de couverture, très brève, demeurait très mystérieuse. Mais j'ai tout de suite eu envie de découvrir cette histoire. Et, parfois, il faut se faire confiance, non ?
Naturellement, le risque de déception est loin d'être mineur, quand on se lance ainsi.
Mais, là, je constate que j'ai eu le nez creux. C'est bien écrit, c'est efficace, c'est mystérieux, c'est addictif. C'est de la très bonne fantasy – cela fait un petit moment que je n'avais pas lu un premier tome d'un auteur inconnu avec autant de plaisir. En fait, depuis le sang des 7 rois, de Régis Goddyn (occasion pour moi de constater que je ne l'ai pas chroniqué ici), ou le Bâtard de Kosigan, de Fabien Cerrutti, tous les deux découverts aux Imaginales…
Il y a trois autres tomes de prévus, dont deux sont déjà sortis. Voilà exactement ce que j'aime : terminer un bon livre en sachant qu'il y en a encore à venir derrière…
On retrouve évidemment des grands classiques du genre : des gentils à qui ont confierait sa vie, des sages mystérieux qui savent, comprennent, anticipent, mais sans se prendre la tête – et, surtout, sans nous la prendre à nous -, des méchants… bien méchants, mais humains quand même, donc avec des failles que l'on peut commencer à deviner. de la magie, clairement ; des combats, forcément ; des défis et des sacrifices à consentir, obligatoirement ; des tromperies et des trahisons, inévitablement.
Et des secrets ! Qu'est-ce qui se cache réellement derrière cette forêt impénétrable de Catastrophe, qui, à chaque règne, réclame le premier bébé fille du mois de mai ? Vous voulez le savoir ? Eh bien, vous savez maintenant comment le découvrir…
Lien : https://ogrimoire.com/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
mauriceandre
  15 janvier 2020
Salut les Babelionautes
Ce premier tome de Pascale Quiviger dont le titre générique est "le Royaume de Pierre d'Angle" sert surtout à mettre en place L Univers ou va se dérouler l'action.
Nous allons suivre le prince Thibault, l'Héritier, d'abord a bord de l'Isabelle, son trois mat ou il a passé deux ans a sillonné les mers.
C'est un Prince attachant, un peu bisounours dans son comportement, il prend toujours le parti des plus faibles et réagit quand il voit une injustice se perpétrer sous ses yeux.
Son destin va prendre une tournure différente a cause d'un passager clandestin découvert a bord.
Plutôt une passagère, Ema, qui cache au fond de son coeur ce qu'elle est vraiment.
Pendant le Voyage de retour vers son pays, leur relation va évoluer sans qu'ils y puissent quelque chose.
Mais un malheur l'oblige a prendre le chemin le plus court si il veut pouvoir régner sur le Royaume de Pierre d'Angle.
Car dans l'ombre des complots se noue pour lui ravir son héritage.
Après bien des péripéties il va être confronté a ce qui est le secret le mieux gardé de son Royaume, et le dernier paragraphe se termine sur un sacrifice pour lui sauver la vie.
Comme Pascale Quiviger est Québécoise je n'ai pas de traducteur a remercié mais je remercie les éditions du Rouergue pour m'avoir fait découvrir cette Auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
DreamBookeuse
  20 avril 2019
Thibault sillonne les mers pour s'éloigner de ce château qui lui file la chair de poule. Héritier du Royaume de Pierre d'Angle, il préfère de loin la compagnie des marins de L'Isabelle à celle des diplomates et des nobles et s'échappe vers les territoires inexplorés. Mais cela fait bien longtemps qu'il a quitté son Île et peut-être ne sera t-elle plus la même quand il y reviendra.
Ema, elle, n'a qu'une seule chose en tête : fuir l'esclavage et le Royaume de Valadea. Elle embarque clandestinement à bord de L'Isabelle pour un voyage sans retour…qui ne sera pas sans conséquences.
Les deux fuient leur passé, mais pour combien de temps encore ? Alors qu'ils commencent à s'apprivoiser, recherchant chez l'autre la lumière qu'ils ont perdu, ils se dirigent droit vers un destin qui semble avoir été taillé à leur mesure : dévastateur, puissant, entre ombre et lumière.
Mon avis
L'Art du naufrage est le premier tome d'une saga en quatre volume qui s'annonce tout simplement grandiose, magnifiée par un travail éditorial au top et un objet-livre frôlant la perfection (ce bleu me rend toute chose). La collection Epik s'étoffe d'un nouveau roman extraordinaire et histoire de vous spoiler d'emblée : c'est un coup de coeur.
La première moitié du roman est consacrée à cette épopée marine où l'on croise aussi bien des dauphins que des diplomates hypocrites, des esclaves en fuite, que des lumières étincelantes habillant les mâts. Non exempte de beauté, elle nous permet de nous immerger totalement dans un récit où complots politiques et mystères audacieux ont toute leur place. On en apprend davantage sur les différents Royaumes et sur l'île de Pierre d'Angle, à part entière, où il n'y a jamais eu aucun conflit. C'est également dans cette première moitié que l'autrice esquisse le portrait de ses personnages : Ema, indépendante et forte, noire, qui fuit un passé dont on en apprendra un peu plus le long du voyage ; Thibault reniant son statut de prince au profit de celui d'homme ; Albert Dorec le commandant, un grand explorateur parvenu à se hisser dans la société mondaine de Pierre d'Angle ; Lucas l'infirmier ; Virus le chirurgien, etc. etc.
L'aventure sur le pont du bateau est assez lente, on les imagine facilement passer de longues journées à bord mais on ne s'y ennuie jamais, que ce soit à cause d'étranges lueurs colorant les objets que d'une opération de chirurgie au milieu d'une tempête. Il y a quelque chose d'assez fascinant dans la mer, l'océan, ses reflets. D'apaisant et de dangereux. Et ça l'autrice a vraiment réussi à le retranscrire tout en procurant à chacun des personnages un caractère, une profondeur.
Ce n'est qu'après cette première moitié que nous nous rendons au Royaume de Pierre d'Angle, les terres du Prince, où l'on y retrouvera sa famille pas si sympa, des conseillers douteux et des légendes terrifiantes mais chut je ne vous en dis pas plus.
Ce qu'il y a de formidable dans ce roman c'est ce savant mélange entre humour, fantasy, quelques petites doses d'imaginaire savamment distillées, et la poésie. Des phrases qui te laissent un coup mort de rire, un coup bouchée bée. L'écriture est fluide, fine, avec un langage ce qu'il faut de soutenu pour plaire à un public plus âgé, mais facile d'accès dès 10 – 12 ans. C'est ce que j'apprécie aussi dans cette collection Epik : on lit de tout à tous les âges aux éditions du Rouergue.
Et puis il y a un sens aussi, c'est un roman intelligent, qui aborde bon nombre de sujets sans en avoir l'air : l'esclavage bien sûr, mais aussi le racisme, le personnage d'Ema étant noir, le féminisme et l'égalitarisme. Une quête initiatique qui commence doucement avant de s'accélérer dans la seconde moitié, de la lumière à l'ombre, de la mer à la terre. Je ne regrette qu'une seule chose : ce petit jeu d'annonce auquel s'adonne l'autrice et qui a, moi, tendance à m'agacer. Je n'aime pas savoir qu'un personnage va « regretter » un geste qu'il a fait ou pas fait, ou alors qu'on me le dise clairement (parce que oui je suis une des rares personne de ce bas monde a adoré les spoilers). C'est le petit truc qui m'a un peu dérangée mais c'est tellement minime à côté de la manière dont ce roman m'a transportée. Si bien que j'en ai oublié de manger d'ailleurs, puisqu'à 22h, une fois la dernière page refermée, j'ai entendu mon ventre gargouiller si fort dans le silence de mon appartement que j'en ai sursauté.
En résumé
L'Art du Naufrage est un excellent premier tome, de la mer à la terre, qui nous en apprend beaucoup sur le monde dans lequel vont évoluer les personnages, les complots et forces en présence. On devine certaines trames, en effleure d'autres du bout des doigts, des légendes sournoises s'inventent dans les dernières pages. Entre humour et noirceur, lumière et poésie, on suit le destin hors nome de Thibaut et Ema, à l'amour éternel. Un coup de coeur ❤
Lien : https://lesdreamdreamdunebou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (2)
LeMonde   28 mai 2019
Une fresque poétique, de caractère, qui ne demande qu’à s’affranchir de son classicisme.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Ricochet   12 avril 2019
Premier tome d’une saga, L’art du naufrage nous en présente les éléments essentiels, porteurs du récit dont la suite est d’ores et déjà prévue. Entre roman d’aventure et récit initiatique aux teintes fantastiques, l’histoire est prometteuse.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
OgrimoireOgrimoire   17 mai 2020
Partout, les documents s’empilaient au hasard. Des cierges étaient fichés sur la couverture des livres, un broc à moitié vide tenait en équilibre sur la base du téléscope, une fourchette était plantée parmi les plumes à côté de l’encrier. En revanche, les vitres du dôme étaient d’une propreté éclatante et la lumière du jour inondait la pièce ronde. Clément de Frenelles vivait de moins en moins sur terre et de plus en plus au ciel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BazaRBazaR   02 janvier 2020
Mais Thibault avait réfléchi que Madeleine, naïve et bien intentionnée, ne représentait aucun danger pour Ema. La preuve : elle adorait le lait chaud à la vanille. C'était peut-être un préjugé, mais Thibault ne s'attendait à aucune activité politique de la part d'une personne qui aime le lait chaud à la vanille.
Commenter  J’apprécie          160
BazaRBazaR   04 janvier 2020
Examine le mal. Apprends à le connaître. Cherche sa racine. Comprends ce qu'il veut, d'où il vient. D'un désir frustré ? D'une blessure inguérissable ? D'un adieu mal formé ? Souvent la racine n'est pas mauvaise en soi. Elle n'est pas le mal, non, non. Elle "a" mal, plutôt.
Commenter  J’apprécie          140
BazaRBazaR   31 décembre 2019
Le prince vous l'a pourtant expliqué cent fois, intervenait Guillaume Lebel. Il faut retourner la force de l'adversaire contre lui. Pas de force, pas de prise. Pas de prise, pas d'arts martiaux. Pas d'arts martiaux et je vous envoie récurer les ponts.
Commenter  J’apprécie          150
LenocherdeslivresLenocherdeslivres   04 octobre 2019
Moi, je n'ai pas le choix. Je dois danser dans les cours étrangères, discuter de potins insipides, ébaucher des ententes commerciales. Et puis protocole, protocole, protocole, sans parler des fiancées les plus improbables qu'on me propose pour faire alliance avec Pierre d'Angle. (p.82)
Commenter  J’apprécie          32
Videos de Pascale Quiviger (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascale Quiviger
Pascale Quiviger lit Le voyage (Pierre d'angle), Bayard Canada Livres 2014
autres livres classés : merVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
268 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre
.. ..