AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258133580
Éditeur : Les Presses De La Cite (01/10/2016)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Janvier 1831. Aurelia Vennaway, huit ans, héritière d'une riche famille aristocratique du comté de Surrey, découvre lors d'une promenade dans les bois du domaine familial un nouveau-né bleu de froid, posé à même la neige. Malgré l'hostilité de ses parents, elle réussit à leur faire recueillir l'enfant, qu'elle baptise Amy Snow. A ses dix-huit ans, on découvre à Aurelia une maladie qui lui laisse peu de temps à vivre.
Elle décide donc de partir en voyage quel... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
prune42
  01 mai 2017
Angleterre, Janvier 1831. Aurelia Vennaway trouve un bébé abandonné dans la neige. Contre l'avis de ses parents issus de la grande bourgeoisie, Aurelia décide de garder la petite fille qui s'appellera Amy Snow. Les deux fillettes deviendront très proches malgré leur condition sociale différente, d'autant plus qu' Aurelia est atteinte d'une grave maladie et que ses jours sont comptés. A son décès, en 1848, Aurelia laisse à Amy une série de lettres qui lui feront parcourir l'Angleterre, à la recherche du secret d'Aurelia, partie mystérieusement assez longtemps avant son décès. Amy y fera des rencontres et des expériences hors-du-commun, deviendra une jeune fille très aisée et appréciée dans la haute bourgeoisie anglaise. Mais saura-t-elle découvrir le secret de son amie ? En le cherchant obstinément, ne risque-t-elle pas de s'oublier elle-même ?
J'ai reçu ce roman en cadeau pour Noël ; je ne sais pas si je l'aurais choisi spontanément moi-même car je ne suis pas fan de cette époque victorienne. Néanmoins, même si ce n'est pas un coup de coeur en tant que tel, j'ai trouvé ce roman agréable, notamment l'avant-dernière partie où Amy est à Bath et qui m'a beaucoup rappelé Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos par un de ses thèmes abordés. le personnage d'Amy Snow est attachant, elle va découvrir le monde de la grande bourgeoisie britannique et ses dessous-de-carte, elle qui est innocente et si naïve. Les personnages sont assez travaillés et le style de Tracy Rees est plaisant à lire. le lecteur, ou plutôt la lectrice car je pense que ce genre de romans s'adresse majoritairement à un lectorat féminin, est dépaysé(e), on se croirait vraiment au XIXème siècle en Angleterre.
Pour terminer, je rajouterai que la couverture de ce roman m'a beaucoup plu, elle est très jolie et poétique et suscite beaucoup d'interrogations sur le contenu de ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
mjaubrycoin
  28 février 2017
La jeune Aurelia Vennaway découvre un nouveau-né dans la neige et malgrè l'opposition de son aristocratique famille qui se propose d'écarter impitoyablement la petite fille, elle obtient de haute lutte que l'enfant soit élevée au domaine et devient sa protectrice.
Baptisée Amy Snow, la jeune rescapée grandit en étant toujours plus éperdue d'amour et d'admiration pour Aurélia qui devient une courageuse jeune femme indépendante et déterminée, refusant le mariage arrangé que sa famille cherche à lui imposer.
Entre les deux jeunes filles, l'entente est totale et quand Amy apprend qu'Aurélia est atteinte d'une pathologie cardiaque qui la condamne à court terme, elle est dévastée et ce d'autant plus qu'Aurélia décide de partir découvrir le vaste monde, la laissant dans une maison où elle n'est que tolérée et où elle doit faire face à l'hostilité de la famille Vennaway.
Après la mort d'Aurélia, Amy est chassée comme une simple domestique mais la défunte avait prévu de veiller par delà la mort sur sa protégée et lui a laissé un héritage particulier : une chasse au trésor, faisant référence à celles qu'elle organisait pour elle quand elle était enfant, mais qui, maintenant, va se dérouler dans la vraie vie. Au fil des lettres posthumes qu'Amy recevra de la part d'Aurélia, elle devra voyager aux quatre coins de l'Angleterre, rencontrer des inconnus qui pourraient se révéler secourables et enfin découvrir un grand secret.
A travers ces épreuves qui sont autant d'étapes d'un véritable parcours initiatique, Amy va grandir et se forger une personnalité nouvelle qui permettra à celle qui était surnommée "le petit oiseau" de prendre véritablement son envol.
Une bien belle histoire originale qui plonge les lecteurs dans l'Angleterre victorienne , corsetée dans ses traditions, dissimulée derrière les paravents des faux-semblants, impitoyable aux faibles et aux pauvres.
Tracy Rees se place délibérément sous le patronage de Dickens dont les références à l'oeuvre abondent dans le récit et donne avec ce premier roman illustrant une quête initiatique, la mesure de son grand talent.
Elle sait susciter l'intérêt tout au long du déroulement de l'intrigue et camper des personnages hauts en couleur et oh combien attachants (ah, l'extraordinaire Mrs Riverthorpe avec laquelle je me sens tant d'affinités!)
L'amitié féminine est au coeur du livre et l'indéfectible fidélité que se vouent réciproquement les deux héroïnes par delà la mort, éclaire cette histoire d'une lumière magique.
Une lecture qui procure vraiment un grand moment de bonheur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lilyrose87
  19 octobre 2016
Bon soyons honnête, L'oiseau des neiges n'est vraiment pas le genre de livres que j'aurais choisi en temps normal. Pas de morts à la pelle, pas de psycopathes, pas d'histoire tordue à te retourner le cerveau, pas de surnaturel...D'où la question qui vous brûle les lèvres : Suis-je malade?
Bon en l'occurrence oui, merci à cette météo trop bizarre qui alterne chaleur un jour et pluie et vent le lendemain. Mais ce n'est pas le sujet.
Donc pourquoi avoir choisi de critiquer L'Oiseau des neiges ? Principalement à cause de l'époque et du lieu où se déroule l'histoire. C'est simple, le Londres victorien, je n'arrive pas à résister. Et puis le résumé m'a un tantinet intriguée. du coup, j'ai gentiment demander à Masse critique de m'envoyer le roman et Masse critique m'a tout aussi gentiment répondu par l'affirmative.
C'est beau cette symbiose n'empêche.
Alors critiquons mes tous beaux. de quoi que ça parle au juste?
Amy Snow n'a pas vraiment été gâtée par la vie. Abandonnée dehors par un hiver tellement glacial que ça aurait attiré les marcheurs blancs, elle n'a dû son salut qu'à l'arrivée d'une fillette, sortie se promener hors de chez elle. Et pas n'importe quelle fillette hein. Une vraie Lady, issue de la high society tout ça tout ça. Autant dire que les parents n'ont pas vraiment sauté de joie.
Amy a grandi et 18 ans plus tard, sa protégée décéde tragiquement. Cependant, Amy découvre que celle-ci lui a concocté un jeu de pistes avant de mourir. Et voici notre héroïne partant pour la plus grande aventure de sa vie.
Je sais ça peut sembler nunuche mais en fait non. J'ai beaucoup aimé cette histoire d'amitié même au-delà de la mort. C'était plutôt rafraîchissant. Bon bien sûr, l'histoire présente pas mal de faiblesses scénaristiques. Sans rentrer dans les détails, j'ai trouvé que certaines situations manquaient totalement de réalisme. On sent que ce livre a été écrit pour une certaine catégorie d'âge dont je ne fais plus partie depuis longtemps (et non je ne vous dirais pas mon âge, petits curieux).
Par contre j'ai détesté l'épilogue. J'ai trouvé qu'il arrivait comme un cheveu sur la soupe, comme si l'auteur, arrivée à la fin, s'était dit "zut j'ai oublié de parler de ça...bon allez je vais caser ça ici". C'est vraiment dommage, cela m'a beaucoup déçue.
Ceci dit je vous le conseille quand même. Bon ne l'achetez pas, ça n'en vaut pas la peine (gardez votre argent pour les prochaines sorties ciné hein). Mais vous pouvez toujours l'empruntez, le volez, le négociez contre un paquet de Dragibus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Gaiange
  13 octobre 2016
Ce roman est une merveilleuse découverte de cette rentrée littéraire. le genre de roman où on se surprend à ralentir notre lecture, pour en apprécier chaque mot, chaque chapitre.

Nous sommes dans le XIXème siècle en Angleterre, au début du règne de la Reine Victoria. Aurélia petite fille aristocrate de 8 ans trouve dans le domaine de sa famille, un bébé nu dans la neige. Une petite créature toute bleue de froid. Aurélia décide de ramener ce bébé chez elle.
Ses parents découvrent avec "horreur" ce nouveau né et ne veulent pas en entendre parler, mais c'est sans compter sur le caractère obstiné de leur seul et unique enfant. Aurélia décide donc de garder cet enfant et l'appelle Amy, "son petit oiseau des neiges".
Au fil des années, va naître une amitié et un lien entre ces deux filles, telle des soeurs. Aurélia continue de grandir dans le monde d'argent mais Amy elle n'a pas cette chance, elle doit rester avec le personnel de maison et dormir dans les cuisines.
Aurélia apprend qu'elle va mourir... Amy est dévastée.
Ce jour tragique arrive et Amy découvre que Aurélia lui a laissé un dernier cadeau. Une chasse au trésor (comme elle lui en faisait dans leur enfance) pour découvrir son secret.

J'ai aimé voyager dans cette Angleterre du XIXème, entre Hartville Court, Londres, Bath et York. Découvrir à travers la plume de l'auteure tellement sublime et poétique les paysages, les personnages avec ce langage tellement distingué de l'époque.
Je me suis imaginée tantôt Aurélia, tantôt Amy.
Une Aurélia qui veut devenir le futur féminin de l'époque, faire de grandes choses au niveau politique, mais aussi dans la révolution de la femme.
Tandis que nous avons à côté une Amy simple qui souhaite juste connaître le plaisir d'avoir une famille, un foyer, une maison à elle.

Dans cette chasse au trésor, peut être pas assez mise en avant à mon goût, Amy va d'espoir en désespoir, elle ne reconnaîtra plus son amie, découvrira des mensonges.
Amy dans cette épopée grandira, deviendra une femme, une dame plus ou moins respectée. Elle apprendra la vie et ses dangers. Elle fera des rencontres, qui changeront sa vie à jamais. Mais surtout elle découvrira" le Secret d'Aurélia".
Même si j'avais eu ma petite idée de ce secret, le découvrir n'a pas enlevé l'émotion que l'auteure veut nous transmettre à travers son roman. On apprend encore une fois que nous choisissons pas notre famille, mais bel et bien nos amis.

Amy, ce petit oiseau des neiges tombé de son nid, prend son envol au fil des pages.

Une magnifique histoire, tellement bien écrite, tout en poésie et en élégance. Remplie de douceur, d'amour, d'espoir. Je conseille ce roman avec beaucoup d'émotion.
Lien : http://les-mots-de-gaiange.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Melissa-Macy
  21 février 2017
Retrouvée nue, dans la neige, par Aurélia, la fille de grands propriétaires bourgeois de l'Angleterre victorienne alorsqu'elle n'était qu'un tout petit bébé, Amy Snow a grandi dans l'ombre d'une cuisine sans savoir quoi faire de sa vie. Son amitié avec Aurélia l'a protégée un temps de la méchanceté du maitre et de la maitresse de maison, mais maintenant que son amie est décédée suite à une insuffisance cardiaque, Amy doit désormais quitter le manoir pour suivre son propre chemin... Ou plutôt celui qu'Aurélia lui a réservé en organisant une chasse au trésor qui, de lettres en lettres, va conduire la jeune fille sur les traces d'un terrible secret...
L'Oiseau des Neiges ne correspond en rien aux lectures que j'ai l'habitude de dévorer. Ici pas de meurtre ni de régime politique à combattre, juste un parcours initiatique qui entraîne le lecteur dans l'univers mondain de l'époque victorienne anglaise.
A travers ce roman, nous suivons donc Amy, jeune fille de dix-sept ans, orpheline, obligée de quitter sa vie ainsi que "sa demeure" au moment où elle est le plus fragile, au décès de son amie et confidente, Aurélia. Ce début est marqué par le chagrin mais également par la découverte de la chasse au trésor organisée par la défunte qui permet à Amy de surmonter son deuil pour aller de l'avant. A mesure que les étapes se succèdent, Amy évolue. Elle se rend compte que les rêves qu'elle avait jusqu'alors poursuivis n'étaient pas les siens. D'abord confrontée à une famille aimante, Amy apprend à s'estimer pour ce qu'elle est, à mieux se connaître en même temps qu'elle découvre des pans de la vie d'Aurélia qu'elle ne soupçonnait pas. Introduite dans le cercle de la très grande bourgeoisie, Amy apprend ensuite l'indépendance et le discernement tandis que les événements mondains la transforment en femme forte et affirmée. Enfin, Amy rencontre l'amour et son désir de terminer sa quête sur les traces d'Aurélia devient irrépressible... Mais peut-elle seulement abandonner la partie sans connaître le tout dernier secret de son amie ?
Ecrit à la première personne du singulier, le roman nous bouleverse par la force des émotions qu'Amy partage avec nous.
Le style claire, travaillé sans pour autant être lourd, est séduisant et contribue à nous plonger dans l'ambiance victorienne.
Les personnages qu'ils soient masculins ou féminins sont tous parfaits dans leur rôle. Personnellement, j'ai beaucoup apprécié la vieille Mrs Riverthorpe et ses sarcasmes plein de sens ainsi que le mystère qui entoure Mr Garland.
D'un point de vue structurel, j'aurais préféré que le livre soit davantage rythmée par les énigmes. Que le challenge annoncé au départ entraîne l'héroïne vers un suspense plus intense. L'auteure a choisi, elle, de dépeindre l'évolution psychologique de son personnage au détriment de la tension et c'est un choix que je respecte même si, par moment, j'ai trouvé que l'histoire manquait de rebondissements et de surprises.
Au final, L'Oiseau des Neiges tient plus, pour l'héroïne, du chemin de croix que de l'aventure mais c'est un chemin qu'il est plaisant de suivre aux côtés de cette jeune fille fragile, timide et respectueuse qui devient sous nos yeux la femme presque moderne et déterminée à réussir sa vie malgré son handicap de départ.
Un livre un peu classique à mon goût mais qui regorge de sentiments et de romantisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   02 janvier 2017
Ce monde est d’une stupidité absolue, Amy : les conventions, ce qu’elles tolèrent, ce qu’elles interdisent. Un mariage avantageux, par exemple, est respecté, admiré, alors qu’il revient à céder une femme contre de l’argent, comme un cheval ! Quant aux choses que l’on condamne alors qu’elles sont bonnes et naturelles… Tout cela passe l’entendement. Et à quoi me sert d’être consciente de ces contradictions, si flagrantes soient-elles ? Je peux gagner de petites guerres. Je peux apporter des victuailles aux villageois et soutenir les projets charitables de notre cher révérend, je peux témoigner des égards à quelqu’un qui s’est déshonoré, au risque de scandaliser ma mère. Mais rien de tout cela ne change la vie des intéressés, du moins pas de façon permanente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   02 janvier 2017
J’ai le souvenir d’avoir été une petite fille entêtée – pensive et calme, mais très volontaire et parfois soupe au lait. Je ne reconnais plus cette petite créature déterminée dans la femme que je suis aujourd’hui. Il semble qu’au fil du temps je me sois mise à croire tout ce que lady Vennaway disait à mon sujet. À force d’être méprisée par ces grands personnages, j’en suis venue à me sentir méprisable. Et à être convaincue – je m’en rends compte soudain avec une horrible clarté – que personne ne voudrait jamais de moi pour femme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
junko1junko1   05 octobre 2016
Ma vie, c'était Hatville. Je l'ai rarement quitté. Or Aurelia avait raison : c'était bel et bien une prison. Nous étions comme deux oiseaux : nous nous tenions compagnie dans une très jolie cage.
Commenter  J’apprécie          30
SuzyBessSuzyBess   01 octobre 2016
" Nous ne pouvons retenir l'instant. Le temps est comme un fleuve: il nous emmène sur son courant, plus vite que nous ne le souhaiterions, bien souvent."
Commenter  J’apprécie          30
boubiboubi   05 janvier 2017
Wenn Gott gewollt hätte, dass wir alles wissen, hätte er die Welt nicht so rätselhaft gemacht... (82)

Wir können nichts festhalten. Die Zeit ist wie ein Fluss. Er trägt uns fort und meisten viel schneller, als uns lieb ist. (232)

Ich bin mit der Mode gegangen, bis sie sich geweigert hat, mit mir zu gehen. Ich kann diese grässlich züchtigen Kleider von heute nicht ausstehen, die dazu entworfen sind, uns völlig zu bedecken, als hätten wir nie einen lustvollen Gedanken und nie eine Brust oder eine Schulter oder einen Ellenbogen gehabt. Wir sind Frauen, keine Orangen! (246)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : chasse au trésorVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Tracy Rees (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
900 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
. .