AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791093552743
Éditeur : la Rémanence (05/11/2018)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
A la source de ce recueil, une observation attentive de nos doutes, nos solitudes, nos blessures enfouies et la mise en évidence de moments à la fois brefs et intenses où la vie palpite grâce à des rencontres, des décisions, des hasards, des surprises. L'auteur pose un regard sensible et doux sur ses personnages et leurs parcours qui nous parlent aussi de nos propres chemins
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
frconstant
  05 décembre 2018
La nouvelle, cet art majeur de l'instant, Béatrice Rieussec en a une maîtrise telle que la lecture de « On est bien peu de chose » est un cadeau à l'âme de qui se donne non la peine mais la joie d'observer le quotidien et d'en saisir les instants qui transforment ou ponctuent le cours du temps.
En quelques 133 pages, elle nous distille 16 nouvelles qui jettent sur notre monde un regard tendre, lucide, un tantinet décalé mais tellement vrai ! Ce livre est une invitation à nous dépendre de nos routines, celles qui nous poussent à rechercher l'exagération pour paraître, à rêver la rencontre plutôt que de vivre la rupture, à hésiter à miser sur l'avenir pour recréer des liens du passé. La qualité de ces tranches de vie se loge dans leur apparente banalité qui, chaque fois cependant, nécessite un positionnement des personnages. Si on est bien peu de chose, encore faut- il vivre cette petitesse à la hauteur de nos ambitions. Que veut-on vraiment glaner de cette vie qui se heurte à nos ambiguïtés ? le message est simple à énoncer, complexe à résoudre car c'est en cela que réside le propre de nos individualités. Béatrice Rieussec ne rate pas les occasions de nous le conter… Et c'est bien ainsi !
Chaque fois, tous les critères qui rendent ce genre littéraire exigeant sont présents, dans la fluidité du langage et un regard complice sur l'à-venir ou le non-événement, le statu quo qui ne répond en rien à nos questions du moment. Les chutes stylistiques sont douces-amères, rieuses, tristes ou fantaisistes. Peu importe les pirouettes, elles sonnent juste et ponctuent la nouvelle avec une telle efficacité que le lecteur ne peut que souhaiter pouvoir disposer d'un peu de temps pour découvrir la suivante.
Dans une mise en page soignée, élégante, marquée du sceau d'excellence des Editions Rémanence, ce livre, petit par sa taille, possède le panache d'une oeuvre tout droit sortie d'un grand coeur, celui de l'autrice dont on devine la tendresse portée au présent, à l'inattendu et aux personnages qui tricotent ou détricotent la vie que tout un chacun peut observer chez lui et autour de lui.
Ma nouvelle préférée ? Celle qui fera partie d'un prochain recueil, bien sûr !
Un livre qui mérite sa place sous bien des sapins ! Joyeux Noël !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ventrebleu
  09 janvier 2019
Qu'ont en commun ces seize histoires dont la longueur excède rarement neuf ou dix pages? Un certain regard? Une observation acribique de nos moeurs modernes? Oui, certainement, mais aussi un style très caractéristique. Chacune de ces nouvelles met en scène un personnage banal, voire anodin, quelqu'un comme vous et moi qui pourrait avoir l'envie de lire ce recueil, cette critique sur Babélio. Et, toujours, malgré cette banalité malgré le manque évident d'aventure, de suspense, ce personnage est si finement décrit qu'il prend vie à nos yeux, que l'on finit par entendre sa voix, sentir son coeur qui bat. le lecteur, en huit pages à peu près, se plonge dans son univers, pénètre son psyché; jusqu'à ce que, le plus souvent à l'avant dernière ligne de la neuvième page, la situation bascule, le point de vue change, le noeud se dénoue. On découvre une autre perspective. Il est important alors de refermer le livre, de surtout résister à la tentation de lire le récit suivant, et de capter l'instant, bien réaliser ce qui s'est passé, la porte qui comme par automatisme s'est ouverte en nous; ces seize protagonistes on tous quelque chose à nous dire, quelque chose de souvent simple mais difficile à dire, car, voyez-vous, si vous lisez ce livre vous n'échapperez pas au sentiment que finalement vous êtes bien peu de chose.
Pour vous donner un exemple, par exemple celui de la première nouvelle, le Bouquet, nous suivons pas à pas la journée d'un homme assez riche, un chef d'entreprise, peut-être, qui bien que marié et certainement plus tout jeune, a donné un rendez-vous au centre de Lyon à sa pimpante secrétaire. Il a acheté un bouquet de fleurs cher et veut faire impression. Juste avant la rencontre à la dernière ligne de la dernière page, il jette le bouquet dans la Saône. Et le lecteur sait exactement pourquoi alors que personne ne le lui a dit, car assurément lui aussi l'aurait fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sophierollet
  20 novembre 2018
La nouvelle est une forme exigeante. Il faut savoir, en quelques mots, planter le décor, rendre le personnage familier, le situer dans le monde et situer dans sa vie l'histoire qui lui arrive. Ou qui ne lui arrive pas. Car ce sont de petits évènements ordinaires qui forment la matière de chacun de ces courts récits que Béatrice Rieussec nous livre, avec un maîtrise impressionnante de cet art de la nouvelle. Des évènements, des absences d'évènement, un mot, parfois juste une impression, mais qui jalonnent une existence. Un petit lumignon qui éclaire un parcours ou qui révèle une faille. C'est la vie comme elle nous tombe dessus, sans crier gare, avec son lot de surprises et d'erreurs, d'éblouissements et de rendez-vous manqués. Il, elle, je, eux, chacun, dans son monologue intérieur, avance prudemment, jauge l'inconnu, et s'enfuit ou se jette à l'eau.
Avec une écriture précise mais proche, comme une voix qui semble familière, Béatrice Rieussec distille un à un ces petits instants glanés sur la surface des choses.
A déguster lentement l'un après l'autre ou à dévorer d'une seule traite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ventrebleuventrebleu   29 novembre 2018
Maryse s'est tue, elle se tourne, regarde Victor. Dans les yeux de l'homme silencieux, il y a toute la douceur des tons gris et bleus de la rivière au printemps.
Commenter  J’apprécie          21
autres livres classés : NationalitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Obélix (parce que l'on parle toujours d'Astérix)

Qui sont les fidèles compagnons d'Obélix ?

Astéris et Idéfix
Astérix et Idéfis
Astérix et Idéffix
Astérix et Idéfix

10 questions
349 lecteurs ont répondu
Thèmes : obélix , goscinny & uderzo , bande dessinéeCréer un quiz sur ce livre