AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Johanna Kuningas (Traducteur)
ISBN : 2809804273
Éditeur : L'Archipel (09/02/2011)

Note moyenne : 2.87/5 (sur 15 notes)
Résumé :

Ancien agent du KGB, Viktor Kärppä a quitté sa Russie natale pour la Finlande afin de fuir son passé. À Helsinki, où il a ouvert une agence de détective privé, il rend divers services à des trafiquants locaux, traversant souvent la frontière pour passer en douce des documents ou prendre livraison d'alcool ou de cigarettes.Lorsque Aarne Larsson, marchand de livres anciens et nostalgique du nazisme, lui dema... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Eskalion
  11 août 2011
Encore un roman nordique me direz-vous en voyant le nom de l'auteur ! Sans doute ! Mais si vous y réfléchissez quelques secondes, je ne suis pas sûr que vous connaissiez beaucoup d'auteurs finlandais ! Alors laissez-moi vous présenter celui-ci : Matti RONKÄ.
Si cet écrivain est encore inconnu pour la plupart des lecteurs français, il n'en va pas de même dans son pays d'origine et en Scandinavie, où depuis plusieurs années maintenant Matti RONKÄ fait partie des auteurs finlandais à succès. Né en Carélie, cette région disputée par l'histoire, à cheval entre la Russie et la Finlande, Matti RONKÄ a d'abord été rédacteur en chef et présentateur d'un journal télévisé avant de basculer dans l'écriture.
A ce jour il est l'auteur de cinq romans qui ont tous rencontré le succès. Doté d'un humour grinçant, il dresse à travers ses livres un portrait sans concession de la société finlandaise.
« Frontière blanche » est son premier roman. Auréolé des prix « finlandais de littérature policière » et « du Key Glass Award » récompensant le meilleur roman policier nordique, il est aujourd'hui publié en France aux éditions L'ARCHIPEL.
Ancien agent du KGB, Viktor Kärppä a quitté sa Russie natale pour s'installer en Finlande où l'opulence occidentale attire comme un aimant les populations pauvres de la Carélie russe. carélie Oubliant son passé, il fait office de détective privé et vivote de ce boulot tout en arrondissant ses fins de mois en rendant de menus services à des mafieux locaux, jouant pour eux les coursiers peu regardant pour récupérer de l'autre côté de la frontière des documents, de l'alcool ou des cigarettes. Parfois, il joue même les indics pour la police locale. Viktor est un homme qui ne s'embarrasse pas de moral.
Quand un certain Aarne Larsson, libraire de son état ,fait appel à ses services pour retrouver son épouse Sirje qui a disparue, l'énigme n'a visiblement rien de bien extraordinaire pour Viktor, habitué aux histoires d' adultères, de divorce, aux filatures et autre petites histoires de cet acabit.
Cependant, en découvrant que la disparue n'est autre que la soeur d'un dangereux mafieux estonien, Viktor soupçonne très vite que son enquête va l'emmener sur un terrain mouvant sur lequel il n'a pas forcément envie de s'aventurer.
Aussi, lorsque ce frère lui tombe sur le râble et le passe à tabac pour le contraindre d'arrêter de fouiner sur cette histoire, ll en a une percutante confirmation !
Mais quand en plus l'ex KGB se manifeste pour lui rappeler son passé et exiger de reprendre du service, que ses « connaissances » mafieuses le sollicitent pour une histoire de cargaison de cigarettes volées, que la Police le marque à la culotte , Viktor n'a qu'une solution : mener à bien son enquête pour sortir de cette nasse qui se referme sur lui.
« Frontière blanche » n'est pas un roman explosif, truffé d'actions et de scènes spectaculaires. Pas de poursuite en voiture, de coups de feu qui déchirent la nuit. C'est un roman qui ne fait pas grand bruit, tout au plus celui d'un pas dans la neige. Mais c'est un roman passionnant tant il est marqué par la région dans laquelle l'action se situe, et cette frontière qu'il porte en titre.
La Carélie, cette région scandinave jetée en pâture à l'histoire, convoitée par les finlandais et par les russes, pour finalement sortir écartelée entre les deux pays à la fin de la guerre, avec cette frontière comme ligne de partage.
Carrefour baltique, terre d'échanges avec la Russie et l'Estonie, derrière ses forêts de pins et ses lacs endormis, cette région ne pouvait que devenir une terre de trafics en tout genre, et le temps que dura le rideau de fer, le théâtre privilégié de la guerre froide.
Et au milieu, cette frontière, qui rend cette région orpheline d'elle même. Ce trait sur une carte qui se perd et se confond dans la neige hivernale, qui sépare les hommes d'une même terre, et marque symboliquement la ligne de partage entre la richesse occidentale et la pauvreté de ceux qui ont eu la malchance d'être du mauvais. Une frontière qui malgré le temps n'arrive pas à briser le lien qui unie cette population de part et d'autre.
Mais une frontière aussi comme un fil de funambule, où le héro essaye de se tenir en équilibre entre sa nouvelle vie en Finlande où se trouve l'amour qu'il y a rencontré, et de l'autre ses racines, sa mère et son frère restés en Russie. Un jeu d'équilibriste où l'identité de Viktor devient floue, insaisissable, comme l'esquisse d'une vie au trait jamais définitif. Celle d'un homme qui n'arrive pas à trouver sa place.
Matti RONKÄ est un auteur de l'émotion intérieure, du ressenti. Il dresse le portrait d'un personnage qui n'attend rien de particulier de la vie, et qui pose sur ses semblables et la société dans laquelle il vit, un regard lucide et résigné.
Un roman sobre, qui porte en lui un certain spleen et qui offre une lecture originale d'une région méconnue jusqu'ici.
Un roman et un auteur qu'il convient de découvrir.
Lien : http://passion-polar.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
belette2911
  05 mars 2020
"Prix du meilleur polar nordique 2010" disait le bandeau-titre… Soit la concurrence n'était pas terrible, soit les jurés et moi n'avons pas les mêmes goûts en matière de polar nordique.
Honnêtement, il y a du bon dans ce polar, notamment dans les atmosphères qui parsèment le roman, la région dans laquelle l'action se situe, cette frontière entre la Russie et la Finlande et la description de la mentalité des gens.
Il ne faut pas non plus s'attendre à du trépidant, à des courses poursuites, ici, on va piano et on essaye de sauver sa peau.
Viktor Kärppä est un détective au passé trouble, au passé effacé, à l'identité changée… Faisant le grand écart entre des mafieux du coin à qui il donne des petits coups de mains et les flics, qu'il renseigne, Viktor est un homme difficile à cerner et de ce fait, je ne me suis pas attachée à lui.
Son enquête sur une épouse disparue semble être un cas banal et une enquête pépère. Même si toutes les pistes sont froides et se terminent en cul-de-sac, il était loin de s'imaginer que ses questions sur l'épouse disparue soulèveraient autant de bâtons dans ses roues.
Malgré tout, j'ai eu du mal à garder les yeux ouverts, j'ai dû faire une pause et m'amuser à autre chose (faire le grand ménage de la semaine) avant de revenir à ma lecture et la terminer.
On a des rebondissements à la fin, des doubles jeux, des étonnements, mais j'en suis sortie avec un mot à la bouche « Oui bof » et un air blasé. L'auteur se paie même le luxe de laisser ses lecteurs faire le cheminement de la réalisation des meurtres, une fois qu'il nous a mis devant la solution.
Il avait envie de s'épargner des explications, même si elles sont assez simples à comprendre. Je sais que nous ne sommes pas des imbéciles, mais ça donne l'horrible impression qu'on se moque du lecteur.
Râlant car ce roman avait lui aussi tout pour me plaire, avec son récit à cheval entre la Finlande et ma Russie chérie (j'aime le pays, pas le gouvernement), cette région qu'est la Carélie, moitié Russe, moitié Finlandaise et qui symbolise d'un côté la richesse occidentale et de l'autre la pauvreté.
Avec ces Finlandais de Russie, objet de mépris dans l'ex-URSS et devenus les catalyseurs de tous les ennuis, les boucs émissaires, les responsables de tous les maux, car considérés comme des Russes par les Finlandais.
Hélas, les pérégrinations pour retrouver l'épouse disparue prend le plus de place et l'enquête n'est pas super trépidante, même si elle a tout de même plus de vie qu'une enquête du commissaire Derrick, mais là, ce n'est pas compliqué non plus.
Allez, au suivant et pour la littérature nordique, je me contenterai des romans de ce cher Arnaldur Indriðason qui ne me déçoit jamais car il prend le temps de donner plus de corps à son histoire, même si Erlendur ne court jamais.
Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
Sharon
  14 mai 2013
Je me dépêche de rédiger cet avis, car je commence déjà à oublier ce livre, que j'ai fini de lire dimanche soir. Il n'est pas mauvais, non, il est juste moyen. Je vous conseille même de le lire d'une traite, car les deux pauses que j'ai faites (j'ai lu le livre en trois jours) ont failli être fatale à ma compréhension de l'intrigue.
C'est pourtant dommage que je n'ai pas réussi à accrocher davantage, car ce livre comporte des sujets passionnants, comme le sort de la Carélie, cette région mi-russe-mi-finlandaise, qui cristallise la difficulté des relations entre les deux pays. Viktor est à ce sujet un personnage symbolique, car il a certes quitté sa Russie natale, mais ces parents étaient finlandais, et vivre en Russie était un choix. Sa mère vit toujours là-bas, tout comme son fils aîné et sa famille. Viktor illustre la difficulté de la retour au pays, pour ces finlandais russes accusés de tous les maux, ou presque, et qui traficotent car ils ne trouvent pas de travail qui correspondent à leur niveau d'étude. Viktor, ou un honnête trafiquant par nécessité.
Il est aussi détective privé, et il enquête avec soin, certes, même si l'affaire le dépasse largement. Oui, l'enquête sur la disparition de Sirje ne m'a pas passionné, non plus que les rebondissements qui surviennent à la toute fin du roman. Je crois que cette troisième tentative pour lire un roman finlandais sera la dernière pour cette année.
Lien : http://deslivresetsharon.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103
MarieC
  14 mars 2013
La nationalité de l'auteur est le principal attrait de ce polar, par ailleurs facile et plutôt agréable à lire. Matti Ronka, présentateur du journal télévisé d'une chaine finlandaise est né en Calérie, où se déroule tout le roman. Cette zone frontière entre la Russie et la Finlande - il n'y a pas si longtemps entre l'Occident et l'URSS - voit se croiser une population interlope : truands estoniens, mafia russe, services secrets, membres de la minorité finlandaise de Russie, méprisés dans l'ex-URSS, installés en Filande à la chute du mur, où ils sont considérés comme russes...Une ambiance très particulière, et un pied de nez à nos vieux préjugés sur une Europe hermétiquement coupée en deux... Pour le reste, l'intrigue ne brille guère par son originalité : une histoire de détective privé désabusé, appréciant l'alcool et embauché à l'occasion par les mafieux locaux. du déjà lu, mais qui coule bien.
Commenter  J’apprécie          70
Zazaboum
  29 octobre 2019

C'est la seconde fois que je le commence mais qu'il est difficile à lire ! Les noms des personnages, ceux des lieux, le peu que j'avais retenu un soir est oublié le lendemain !
Du coup je ne sais pas si la trame est intéressante ou pas !
Je ferais encore un essai plus tard ! Je ne le trouve pas très motivant.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SharonSharon   13 mai 2013
ça me fait rire quand certains journaux affirment que le plus gros écart de niveaux de vie se situe à la frontière entre le Mexique et la Californie. C'est faux ! Le plus gros ravin se trouve à la frontière fino-russe, à Värtsilä ! Dès que tu passes du côté de Ruskeala, en Russie, c'est la mendicité, la saleté, la tuberculose. Sur les marchés, des vétérans de guerre unijambistes vendent des chaussures dont ils n'ont jamais eu l'usage, pour survivre. C'est la réalité et en acceptant cette situation sans réagir, vous, les riches Finlandais, vous êtes des criminels tout autant que moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : littérature finlandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1890 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre