AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081282445
Éditeur : Flammarion (16/01/2013)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Qui peut croire que la crise est finie ? Alors que le chômage et la précarité atteignent des niveaux jamais égalés, François Hollande et l'ensemble du PS misent essentiellement sur le retour de la croissance pour les faire baisser. Or, 2013 va sans doute être marquée par une très nette aggravation de la crise... La gauche au pouvoir est-elle condamnée à décevoir ? Le but de ce livre est de dire la vérité sur les dangers qui nous menacent mais aussi et surtout de pro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
biblia
  16 juin 2016
pour ceux qui pensent qu'il n'y a pas d'alternative à la politique économique menée par Sarkosy, Hollande....
les économistes ne sont pas tous d'accord sur la façon de sortir de la crise. malheureusement les économistes attérés et le collectif Roosevelt ne sont absolument pas écoutés. qui détient la vérité ? A quoi sert l'économie si elle est confisquée au profit d'une minorité ? ne devrait elle pas être utilisée pour l'intérêt général ? les propositions énoncées ici sont carrèment à l'opposé de ce qui se passe actuellement en France. On voit bien que cela ne marche pas. Qui a raison ?
Commenter  J’apprécie          00
dabold
  06 avril 2013
didactique. Enfin une pensée construite et des solutions originales et concrètes pour sortir de la crise. A lire par tous. notamment ceux qui nous gouvernent
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Albert_92000Albert_92000   08 septembre 2014
Le dernier livre de Paul Krugman est très intéressant - 79. Très intéressant d'abord pour l'analyse de la crise que propose le Prix Nobel d'économie et pour les chiffres qu'il donne sur l'incroyable creusement des inégalités, aux États-Unis comme dans le reste du monde. Très intéressant aussi pour comprendre comment, si les États européens persistent à mettre en œuvre des politiques d'austérité, ils risquent de s'enfermer dans une « spirale de la mort ».

En juillet 2010, Krugman fut l'un des premiers à souligner les dangers d'une « Self-Defeating Austerity », une austérité dont l'objectif est de diminuer les déficits mais qui cause sa propre défaite, son propre échec, car elle aggrave la récession et creuse encore les déficits… Les faits, hélas, lui donnent raison : en Italie, en Grèce, au Portugal, en Grande-Bretagne comme en Espagne, on voit comment des politiques d'austérité aggravent la crise, échouent à ramener à l'équilibre des finances publiques et amènent le peuple à rejeter de plus en plus violemment les politiques décidées par leurs gouvernements- 80.

Son livre est intéressant aussi et surtout car, entre les lignes, Krugman avoue qu'il a de gros doutes sur l'efficacité des solutions qu'il propose lui-même : « Pour sortir de la dépression actuelle, l'essentiel, c'est une nouvelle vague de dépense publique », affirme-t-il avec force au début du livre avant de montrer que le risque d'inflation lié à cette vague de dépense publique est nul ou presque nul. Et que, même s'il y avait un peu d'inflation, ce ne serait pas une mauvaise chose, car cela permettrait de diminuer mécaniquement le poids réel des dettes (publiques et privées). Comment financer cette vague de dépense publique ? « Par une action agressive des banques centrales. »

Mais à la fin du livre, Krugman laisse le lecteur sur sa faim : « Ce genre d'intervention fonctionnerait-il ? Pas nécessairement, mais l'important est d'essayer et de continuer à essayer si la première salve ne suffit pas. » On a déjà vu des argumentations plus convaincantes : ça ne fonctionnera peut-être pas, mais l'important, c'est d'essayer…

Voir un Prix Nobel afficher publiquement ses doutes est assez rafraîchissant à une époque où beaucoup préfèrent assener des dogmes et n'ont pas le courage d'afficher leurs questionnements. Mais, vu la gravité de la situation, vu le temps limité qu'il nous reste pour éviter un effondrement - 81, on ne peut pas en rester à des propositions qui ne fonctionneront pas.

On peut partager totalement les critiques antilibérales et anti-austérité des keynésiens sans forcément approuver leurs propositions. La plupart des keynésiens ont en tête que :
1. Une grosse vague de dépenses publiques permettra de relancer la croissance.
2. La croissance permettra de créer massivement des emplois.

Ces deux affirmations sont fausses. Elles étaient justes il y a quarante ans, mais sont fausses aujourd'hui. Il est urgent de le comprendre pour ne pas perdre des années à mettre en œuvre des politiques qui ne peuvent pas être efficaces.

###

79. Sortez-nous de cette crise… Maintenant ! Flammarion, 2012.

80. Cela ne signifie pas qu'il faut laisser filer les déficits : on peut revenir vers l'équilibre des comptes publics sans austérité. On y reviendra dans le prochain chapitre.

81. Peut-être Krugman ne partage-t-il pas notre analyse de l'instabilité de l'économie mondiale. Il faut attendre la page 262 pour qu'il évoque la situation en Chine et le sujet est évacué en deux lignes, mais au moment où ce livre part à l'imprimerie, tous les indicateurs montrent un ralentissement très brutal de l'activité en Chine et les tensions se multiplient entre la Chine et le Japon.

Chapitre VIII / Et si la croissance ne revenait pas ? Les (gros) doutes de Paul Krugman
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lire un extrait
Videos de Michel Rocard (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Rocard
Interview (1re partie)
autres livres classés : criseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
425 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre