AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782749307503
160 pages
Éditeur : Vents d'Ouest (19/03/2014)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Mourir, pour enfin vivre...

Norman Jones, américain de 40 ans, a une femme, deux enfants et un job qui rapporte. Oui mais voilà, Norman s'ennuie ferme. Arrivé à la moitié de son existence, il a l'impression d'avoir raté quelque chose, de ne pas avoir mené la vie qu'il s'imaginait. Il rêve d'une nouvelle chance, d'un nouveau départ. Le matin du 11 septembre 2001, il ne se rend pas au bureau, préférant paresser au lit avec sa maîtresse, et échappe ainsi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
tchouk-tchouk-nougat
  18 juillet 2014
Est ce que quand on a tout pour être heureux, on l'est forcément ? Est ce qu'il ne faut pas se mettre en danger pour mieux apprécier ce que la vie nous apporte? Comme dirait Johnny qu'on nous donne l'envie d'avoir envie !!
C'est ce que ressent Norman en pleine crise de la quarantaine. Il a un travail important au World trade center, il gagne merveilleusement bien sa vie sans trop se fatiguer, une femme et des enfants qui l'aiment, une maitresse... Mais Norman n'est pas heureux alors quand survient les attentat du 11 septembre il se fait passer pour mort et part... il s'enfuit de cette vie qui l'insupporte.
Nous suivons Norman dans ce choix pas forcément bien compréhensible. Un road movie sur les routes américaines. Nous pourrons assister à la dureté des inconnus ou au contraire à leur incroyable gentillesse. Et nous en même temps que ses pas le long de la route 66 nous suivons son cheminement psychologique.
J'ai du mal à savoir si le recit ainsi livré est réaliste. Il se laisse lire mais manque un peu d'intérêt à mes yeux. Il manque cruellement d'un but peut être. Bien que les dernières pages nous livrent tout de même une conclusion un peu moins plate.
Les dessins quant à eux sont plutot réussi avec une palette de gris donnant un petit gout nostalgique à cette recherche d'intentité. Les ombres sont peut être un poil trop marquées, notament sur les visages masculins, nous donnant parfois l'impression que les personnages portent un maquillage de camouflage de l'armée!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Livresse_des_Mots
  24 mars 2014
Vous trouvez votre vie ennuyeuse, monotone, votre routine – boulot, femme, famille – vous lasse profondément ? Vous avez envie d'un nouveau départ, d'une nouvelle chance ? Vous rêvez de la possibilité de tout plaquer et de recommencer une nouvelle vie ? Norman l'a eue, Norman l'a fait ! Dans « Celui qui n'existait plus » de Rodolphe et G. van Linthout, édité aux éditions Vents d'Ouest.
Norman, quarantenaire en pleine crise, a tout pour être heureux : un boulot important et bien payé, une famille adorable et une charmante maîtresse. Pourtant, il trouve que sa vie manque de saveur, de piquant, et rêve à autre chose de plus épanouissant. le matin du 11 Septembre 2001, au lieu d'être à son bureau dans le Wolrd Trade Center, il se prélasse au lit avec sa maîtresse, échappant ainsi aux attentats perpétrés contre les tours jumelles. Tout le monde le croit mort, c'est sa seule et unique chance de disparaître... Norman la saisit. Il n'appelle pas sa femme pour la rassurer, non, il se débarrasse de ses cartes de crédits, téléphone, papiers, tout ce qui peut l'identifier, et part sur les routes, seul et heureux. Libre. Enfin. Mais son petit bonheur ne sera que de courte durée. Bientôt rattrapé par la faim, le froid et la solitude, confronté à ses choix égoïstes et immatures, il devra trouver force et détermination pour faire face aux aléas d'une vie de pure liberté.
En premier lieu, j'ai été attirée par cette réflexion existentielle universelle et intéressante. Mais à la lecture de ce roman graphique, mon intérêt s'est estompé. Je n'ai pas été emballée par cette oeuvre. Norman m'a semblé être un monstre d'égoïsme, un être immature et capricieux. Pour couronner le tout, incapable d'assumer ses choix. Son manque de discernement m'a agacée, et les situations dans lesquelles il s'embarque m'ont fait pitié par moments. Non, je n'ai vraiment pas su m'attacher à lui. le sort qu'il a réservé à son entourage est odieux et profondément ingrat. Bien sûr, on ignore presque tout de lui et de sa vie lorsqu'il prend la décision de tout quitter, mais à mon sens, cela n'excuse rien. Il y a des manières d'agir plus adroites et honnêtes. Certes, ce n'est pas le propos de cette oeuvre, mais personnellement, je suis restée coincée là.
L'évolution des pensées et des sentiments du personnage était bien trop prévisible. Mais force est de constater que cette histoire tire sa force de son réalisme et de sa crédibilité. Nous avons là un personnage tout à fait convaincant dans son rôle méprisable. Je me sens dure vis à vis de cet homme malheureux, mais je suis assez intransigeante sur certaines valeurs humaines. Et Norman a bafoué un bon nombre de ces valeurs que j'aime et respecte.
Je pense que ce roman graphique pourrait davantage toucher une sensibilité masculine. Peut-être que les hommes peuvent mieux comprendre ce personnage et s'y retrouver. Et, même si je ne les partage pas, j'accepte et comprends les arguments en faveur de ce roman graphique.
Seul le graphisme a vraiment su me captiver. Noir et blanc, sombre, cru et plutôt brutal, il illustre ce récit sans l'enjoliver, et incarne à merveille la laideur humaine et celle du monde dans lequel on vit.
Lien : http://www.livressedesmots.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
gyselinck_dominique
  31 janvier 2020
11 septembre 2001, New York
Norman Jones a une vie de rêve, 40 ans, marié, père de deux enfants, un super boulot qui paie plutôt bien, Directeur-Adjoint... ça en jette.
Mais Norman a envie d'autre chose, une nouvelle vie, belle, pleine de rêves, tout comme lorsqu"il avait 12 ans.
Et puis, soudainement, l'opportunité se présente à lui. Il retourne chez Tiny, sa maîtresse après avoir suivi les infos. Les deux tours du World Trade Center se sont effondrées suites aux attentats terroristes.
Son bureau, là où il était sensé se trouver le matin même, n'existait plus... et lui non plus.
En abandonnant tous ses papiers, ses cartes bancaires, il n'avait plus d'identité et figurerait à coup sûr dans la liste des victimes.
Pour sa femme et ses enfants, son assurance-vie leur assurerait une aisance financière confortable, et lui, tenait enfin cette opportunité.
Mais la réaction de Tiny lui fait comprendre que son amour pour lui était aussi très dépendant de sa situation.
Norman Jones comprend dès lors que son avenir devra suivre une autre route, et à ce propos... autant la prendre et aller où le vent voudra bien le porter....
La nouvelle vie de Norman Jones commence, pour le meilleur.... ou pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
som
  17 janvier 2016
Version américaine de la tentation de Venise. Englué dans sa crise de milieu de vie, Norman profite du chaos de la catastrophe du 11 novembre pour disparaître et se réinventer. Dans la grande tradition de Kerouac et de la beat génération, il prend la route. A cours de son errance, il rencontrera milles visages, gagnera sa vie à l'aide de petits boulots. Il s'enivrera d'une liberté enfin retrouvée, puis se confrontera à la violence des temps, ressentira dans sa chair les forces de la nature avant de de gouter à la douceur d'un amour.
Mais peut-on s'affranchir totalement de son passé ? Rien n'est moins sûr.
Le noir et le gris d'un dessin tout en douceur disent mieux que les mots la difficulté tant physique que psychologique de cette grande aventure. Deux bémols : le trait qui aurait pu être un peu plus fouillé et une fin un peu trop téléphonée.
Commenter  J’apprécie          30
Radwan74
  26 novembre 2020
Un récit qui m'a intrigué, tout comme son style graphique. Je ne suis pas tellement attiré par le récit d'introspection, le roda trip mais l'histoire est intéressante et suivre les pérégrinations du personnage principal est plutôt passionnant.
Norman profite des attentats des tours jumelles pour disparaître, lui qui était sensé mourir dans les bureaux du World Trade Center. Son voyage à travers les États-Unis va lui permettre de vivre une autre vie, rencontrer des gens sympas, d'autres beaucoup moins , se sentir libre et finalement...
Même si je ne suis pas complètement fan du dessin qui n'est pas assez net à mon goût, j'ai apprécié l'histoire de cet homme qui part à l'aventure sans se douter des galères qui l'attendent.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (5)
BDGest   08 avril 2014
L’ombre de Kerouac a beau être constamment présente, elle ne fait que rendre ce scénario-ci d’autant plus banal en comparaison. En fait, tout va trop vite, format oblige, peut-être. Heureusement, le dessin de Van Linthout sauve les meubles, en quelque sorte.
Lire la critique sur le site : BDGest
BulledEncre   27 mars 2014
Une œuvre qui mérite d’être lue pour sa fin vraiment singulière.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Auracan   26 mars 2014
Voilà 160 pages de road-movie au travers d'une Amérique désenchantée, où la liesse d'un espoir de nouvelle vie ne va pas se tarder à se transformer en désillusion. À ne pas manquer !
Lire la critique sur le site : Auracan
ActuaBD   24 mars 2014
Qui n’a rêvé de changer de vie ? C’est ce que fait Norman, un gars à qui jusqu’à présent tout a réussi : il a une boîte qui tourne à plein rendement, une famille, et même une maîtresse. Mais il en a marre de tout cela...
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   03 mars 2014
Rodolphe et Van Linthout au travers de Norman portent un regard délicat sur notre société et en extraient une histoire douce-amère avec ce quelque chose de poignant qui fait que l'on ne referme pas l'album comme on l'a ouvert.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   18 juillet 2014
A quoi ça sert une montre? Tu manges quand t'as faim, tu vas dormir quand t'as sommeil, tu vas chier quan t'as envie de chier! Pas besoin d'une montre pour ça!
Commenter  J’apprécie          40
Radwan74Radwan74   26 novembre 2020
C’est idiot, toute ma vie j’avais détesté Noël : cette fête obligatoire avec ses cadeaux commandés à l’avance, son incontournable réveillon, sa joie factice...
Commenter  J’apprécie          20
robert7robert7   20 novembre 2015
La vérité, c'est que je me fait chier! Je m'emmerde,Tin! Ma vie m'emmerde.
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Rodolphe (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Rodolphe
Centaurus - La bande-dessinée
autres livres classés : sdfVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

quiz sur le secret du Mohune

John Le Noir était seigneur de quelle ville ?

Pengrove
Weymouth
Moonfleet
Mohune

4 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Le secret du Mohune, tome 1 : La crypte de RodolpheCréer un quiz sur ce livre