AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782017140214
384 pages
Éditeur : Hachette (20/01/2021)
4.01/5   291 notes
Résumé :
Noémia a dix-neuf ans, Tristan vingt et un. Ils se croisent tous les jours, ils se plaisent, c’est évident. Mais Noémia est étudiante et Tristan est sans-abri. Entre eux, il y a le froid, la société ; entre eux, il y a la rue… qui pourrait se révéler difficile à traverser.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (157) Voir plus Ajouter une critique
4,01

sur 291 notes
5
67 avis
4
44 avis
3
31 avis
2
3 avis
1
0 avis

fanfanouche24
  22 janvier 2021
Il y a quelques heures, ce premier roman m'attendait dans ma boite aux lettres. Je remercie vivement les éditions Hachette et Babelio…. de cette proposition de lecture et de rencontre ultérieure , avec son auteure…
Aussitôt débuté et « accroché »…Je n'ai pas lâché cette histoire poignante, nous parlant haut et fort du monde où nous vivons et que nous faisons, chacun à notre modeste niveau, selon notre ouverture aux autres et nos conditionnements sociaux !!!
Un sujet engagé et délicat à traiter !.... mais l'auteure, toute jeune femme de 22 ans, «étudiante en médecine, écrit et décrit avec un tact infini une rencontre périlleuse et des plus improbables entre deux jeunes aux extrêmes de l'échelle sociale : Noémia, jeune étudiante de 19 ans, en droit, timide et solitaire, vivant en colocation avec ses cousins, et Tristan, 21 ans, se trouvant SDF, dans une solitude et un dénuement terribles… Comment ces deux-là vont –ils pouvoir se rencontrer, se parler, hors des préjugés de la société ambiante… ?
“Ses souvenirs de classe de première ressurgirent. L'étude de -Jacques le Fataliste- lui avait fait découvrir le concept de "déterminisme", selon lequel chaque événement était la conséquence d'un autre. La vie ne serait donc qu'un enchaînement de causes et d'effets. le fatalisme ressemblait au déterminisme, avec une nuance plus pessimiste. A l'époque, Tristan jugeait ces théories sans intérêt. Aujourd'hui, assis comme chaque jour sur le trottoir à la sortie du supermarché Cora, il y repensait. bien sûr, il ne s'était pas retrouvé sur ce mètre carré de goudron en un claquement de doigts. Mais pourquoi lui ? Arrête, tu te fais du mal pour rien.
Une fois de plus, Tristan se sentit écoeuré. Ecoeuré d'être à la rue à vingt et un ans, écoeuré d'avoir déjà raté sa vie alors qu'elle commençait à peine. » (p. 13)
Un texte, au demeurant, en direction de jeunes lecteurs , qui toutefois concerne tout un chacun, quel que soit son âge. Un récit tout en finesse interpellant tous nos préjugés et nos réflexes de mettre les personnes dans des cases très restrictives… Noémia, notre étudiante de 19 ans, privilégiée… se remet en cause… et analyse fort bien les pressions sociales et le poids du regard des autres…qui font, qu'en dépit de la sincérité de ses sentiments, ne parvient pas à dire les choses aux êtres les plus proches, dont son cousin, Valentin !
« (...) assumerait-elle une amitié avec un SDF ? La réponse qu'elle découvrait la laissait mal à l'aise. Malgré sa grande estime pour Tristan, elle avait honte d'avouer à ses proches qu'il était sans domicile. Que diraient-ils ? Que penseraient-ils ? Mais arrête ! On se moque de leur avis, ce n'est pas parce qu'il vit dehors que tu n'as pas le droit de l'apprécier ! (...)
Malgré elle, la jeune femme dut se rendre à l'évidence: elle se trouvait incapable d'assumer cette amitié "différente". (p. 124)
J'ai apprécié fortement la manière de l'écrivaine de traiter ce « sujet casse-gueule »… Pas de manichéisme caricatural, ni d'évangélisme… mais une lucidité perturbante car elle s'adresse à tous… Qui, d'entre nous, échappe aux préjugés, aux idées toutes faites, et à cette « foutue honte sociale » ??....
La complexité de la situation, réunir deux êtres venant de planètes diamétralement opposées ou différentes… nous rend, nous-même bien perplexes quant à l'issue de cette véritable histoire d' « amour impossible »… l'auteure nous offre donc l'alternative de choisir entre deux conclusions !!??
Je n'ajouterai rien de plus !!!...
Cela donne une sorte d'oxygène, d'ouverture, d'espoir libérateur…mais là aussi…le choix reste cornélien. Comme dans la vraie vie, il faut faire du mieux possible, en tentant d'être sincère, en accord avec ses convictions, en écartant le plus possible les solutions manquant de vérité, celles qui colmatent juste « notre » bonne conscience…
Je renouvelle mes remerciements aux éditions Hachette et à Babelio…
Avec le nouveau couvre-feu à 18h… qu'en sera-t-il de la soirée initiale prévue avec l'auteure, le 3 février prochain ??
En attendant, BRAVO et moult félicitations à Célia Samba pour ce premier roman, légitiment « primé» au concours d'écriture « Nos futurs »…
******P.S : un renseignement ayant son importance : chaque exemplaire de ce livre acheté, 1€ est versé à l'Association « La Cloche » [ Pour lutter contre l'exclusion des personnes sans abri » ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
sylviedoc
  16 février 2021
Un premier roman d'une très jeune auteure, car même s'il vient d'être publié, Célia Samba en a entrepris l'écriture en 2013, lorsque, lycéenne, elle rencontre un SDF coiffé d'un bonnet Pikachu à qui elle offrira une crêpe. C'est lui qui inspirera le personnage de Tristan, jeune sans-abri de 21 ans. L'autre personnage central du récit, c'est Noémia, ou "Mia" comme la surnomment ses proches. Selon une interview ( https://www.carnetsdeweekends.fr/la-rue-qui-nous-separe-de-celia-samba/), Célia Samba ressemblerait beaucoup à Noémia ! Comme son héroïne, elle est étudiante (mais en médecine), et comme Noémia elle a à coeur de ne pas ignorer ceux qui vivent dans la rue et d'avoir des échanges avec eux. En 2018, elle décide de participer au concours d'écriture 'Nos Futurs" dont le thème est "l'engagement" (à ne pas confondre avec "No future", n'est-ce pas les keupons !), et pour l'occasion reprend son texte, le remanie, l'enrichit et le déplace de quelques années afin de le faire correspondre à la réalité du moment. Elle gagnera le concours, et Hachette publie son roman en y associant "La Cloche", un organisme qui vient en aide aux sans-abri. Pour chaque roman vendu, un euro est reversé à l'association, ça vaut le coup d'être souligné.
L'histoire est assez simple : Mia à 19 ans, elle vit en banlieue parisienne dans un appartement bourgeois avec son cousin Valentin et la soeur de celui-ci, Joanna, un trio très fusionnel depuis l'enfance. Pas de soucis d'argent, les parents veillent au grain. C'est l'hiver, il fait froid, et le jour où Mia remarque ce jeune SDF (il a 21 ans), recroquevillé devant un supermarché (dont le nom est répété trop souvent à mon goût !), elle est profondément touchée par sa triste situation. Mais il lui faudra quand même pas mal de temps pour se décider à l'aborder en lui offrant...une crêpe ! La relation va se développer, Mia va découvrir avec surprise qu'on peut avoir fait des études, être cultivé, et se retrouver quand même à la rue. Elle prend conscience de sa propre existence privilégiée (même si elle cache également un traumatisme), et cherche par tous les moyens, parfois maladroits, à aider Tristan. Vous vous en doutez, ces deux-là ne tardent pas à s'attacher l'un à l'autre, mais pas facile de vivre une histoire d'amour quand l'une a honte d'afficher qu'elle fréquente un SDF, et quand l'autre se débat avec son passé familial tragique et ses culpabilités.
Ce roman comporte de nombreux aspects positifs, dont son étonnante maturité, comparé à d'autres "premiers romans" lus récemment. La narration est agréable, elle alterne entre Noémia et Tristan, à la 3ème personne du singulier, ce qui permet de bien percevoir le contraste entre le quotidien de chacun au même moment. La vie dans la rue n'est manifestement pas celle de l'auteure, mais on ressent son empathie, et elle s'est sérieusement documentée, le récit est plausible. Les personnages secondaires sont intéressants, même si le cousin Valentin je l'ai cerné un peu trop vite, sous ses airs prétentieux de Bogoss de service. La cousine Joanna aurait mérité un peu plus de développements, tout comme Nora l'ancienne petite amie de Tristan ou Lila la jeune prostituée. Mais on me souffle qu'un autre roman est sur le point d'être terminé, où elles devraient réapparaître.
De nombreux thèmes abordés, souvent liés à la précarité : alcoolisme, drogue, prostitution, foyers...mais l'histoire n'est pas plombante, la plupart du temps on entrevoit des lueurs d'espoir, sauf...
Surprise à la fin, mais je ne dirai rien ! A mon avis ce livre peut être proposé à partir de 14-15 ans mais en tant qu'adulte je ne me suis pas ennuyée, même si je n'ai rien appris. Ce peut être une bonne occasion de sensibiliser les jeunes à la précarité, et à la solidarité avec ceux qui sont moins gâtés qu'eux, voir un peu plus loin que la dernière console de jeu ou le prochain smartphone. Ma note peut paraître un peu basse, ce n'est pas du à la qualité de l'ouvrage, mais plutôt au fait que ce n'est pas vraiment mon style de lecture favori, je préfère les récits plus engagés, plus proches de témoignages sur ces thèmes-là.
Merci une fois de plus à Babelio, ainsi qu'à l'éditeur Hachette romans de m'avoir offert l'occasion de découvrir cette jeune auteure très prometteuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4722
lenoute
  24 avril 2021
Célia Samba nous offre ici une touchante romance « Young adult » sur la disparité sociale et sociétale.
Nous y suivons deux personnages :
- Noémia : Jeune femme de dix-neuf ans, timide et secrète. Elle est étudiante en droit et vit en collocation avec ses cousins.
- Tristan : Jeune homme de vingt et un ans. Il est sans-abri et porte un lourd passé.
Leurs chemins se croisent, ils se regardent, se plaisent et se sourient.
Entre eux il y a la rue et leurs différences sociales, arriveront-ils à franchir ces différents obstacles ?
J'ai lu ce roman d'une traite. le sujet abordé est intéressant et important, rempli de bonnes intentions. le style d'écriture est simple et agréable. Mais j'ai trouvé que les caractéristiques des personnages étaient stéréotypées, presque caricaturales. Ce qui m'a un peu gêné dans ma lecture.
Cependant la fin alternative m'a plu. Je pense que ce roman sera très apprécié par son public Jeune adulte.
Commenter  J’apprécie          470
Anais90
  06 mars 2021
J avais lu beaucoup de critiques extrêmement positives sur ce roman au thème intéressant. J étais donc extrêmement curieuse de découvrir cette histoire d amour entre une jeune femme, Mia, étudiante en droit et un SDF, Tristan, deux ans plus âgé qu elle.
Incontestablement, l idée est bonne, et le thème peu exploité en littérature. On pense tous au très bon roman "No et moi" de Delphine de Vigan, à l évocation de cette idée, mais j ai peu d autres références à ce sujet.
Cependant, j ai eu un peu de mal avec la lenteur de l histoire. Toutes ces hésitations, Mia qui se demande comment aborder Tristan (ce qui est légitime), mais ensuite qui n assume pas d être vue aux côtés d un sans abri, ensuite ils se rapprochent, mais Tristan ne veut plus parce qu il pense appartenir à la rue et est extrêmement déçu par Mia, ensuite il y a deux fins (soit on lit le chapitre, soit on le saute et on passe au chapitre 49, je n ai pas aimé ce concept. J ai lu les deux et même si la dernière m a davantage plu, je n ai pas été très comblée par ce qui a été imaginé.
En fait, j ai trouvé certains dialogues légers et agréable, j ai parfois souri, mais il manquait un petit quelque chose pour me transporter. Je n ai pas eu le sentiment de vivre l histoire, alors que le scénario de base est vraiment le genre de roman qui me plaît et dans lequel je rentre facilement.
Les personnages étaient fort stéréotypés : le cousin beau gosse qui a un grand coeur bien enfoui, l héroïne naïve, trop gentille et blessée émotionnellement,... Bref, je n ai pas été surprise.
Je souligne toutefois que ce n est que mon avis, que c est le premier roman de l auteure qui a remporté un concours d écriture (ce qui est remarquable !) et que lorsque l on achète le livre, un euro est versé à une association pour la cause des sans abris.
C est une lecture correcte, mais qui me laisse un peu mitigée...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          414
Nowowak
  26 janvier 2021

Comment lutter contre les préjugés tout en enfonçant des portes ouvertes ? Une bluette douce-amère comme on dit à Télérama qui n'évite pas les clichés et qui s'adresse à un jeune public voire très jeune mais dans l'ensemble avec un style correct, quelques bonnes références et des perceptions honorables. Premier roman, facile d'accès, manquant de décalage, de culot et de tripes, l'autrice a tendance à tomber dans le piège de la bienveillance mielleuse. Nous avons tous un regard sur la condition de clochard. Pitié, indifférence, mépris, mansuétude, quel est le vôtre ? Dormir entre des cartons et des sacs poubelles, est-ce de la lâcheté ou du courage ? C'est souvent de l'impuissance à endiguer une série de catastrophes, un enchaînement fatal.

"Un sourire coûte moins cher que l'électricité, mais donne autant de lumière." disait l'Abbé Pierre. Un premier roman est souvent autobiographique, on sent que le lumineux personnage féminin est très proche de la nature réelle de l'autrice. Sans doute ce que l'on appelle une belle personne. Expression guimauve qui règne parfois sottement dans les Pays de la Gratitude mais qui rappelle que l'humanité n'est pas qu'une machine à détruire la planète. L'idée de proposer aux lecteurs deux fins personnellement n'est pas ma tasse de thé je préfère les chutes dont on ne se relève pas aux Happy End avec un nuage de lait et des éclairs au café.

Typique de la chaîne de production dite "Young Adult", sorti en rayon fin janvier 2021, remède contre le confinement, aspirine contre la prise de tête, voilà un livre recommandable pour passer le temps dans le train, à la laverie automatique ou dans la salle d'attente du proctologue. Pas de quoi crier au génie mais une bonne piqûre de rappel pour se souvenir que les habitants de la rue ne sont pas forcément des parasites paresseux pisseux poisseux ni des déserteurs de leur propre vie. Il existe aussi des gens très bien, des avocats, des étudiants, des réfugiés, des dépressifs, des victimes aigues de l'adversité et du malheur en boucle. Difficile de faire le tri quand on reste sur le trottoir opposé.
Nowowak

Lien : https://pasplushautquelebord..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          425

Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   20 janvier 2021
Ses souvenirs de classe de première ressurgirent. L'étude de -Jacques le Fataliste- lui avait fait découvrir le concept de "déterminisme", selon lequel chaque événement était la conséquence d'un autre. La vie ne serait donc qu'un enchaînement de causes et d'effets. Le fatalisme ressemblait au déterminisme, avec une nuance plus pessimiste. A l'époque, Tristan jugeait ces théories sans intérêt. Aujourd'hui, assis comme chaque jour sur le trottoir à la sortie du supermarché Cora, il y repensait. bien sûr, il ne s'était pas retrouvé sur ce mètre carré de goudron en un claquement de doigts. Mais pourquoi lui ? Arrête, tu te fais du mal pour rien.
une fois de plus, Tristan se sentit écoeuré. Ecoeuré d'être à la rue à vingt et un ans, écoeuré d'avoir déjà raté sa vie alors qu'elle commençait à peine. (p. 13)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
fanfanouche24fanfanouche24   21 janvier 2021
(...) assumerait-elle une amitié avec un SDF ? La réponse qu'elle découvrait la laissait mal à l'aise. Malgré sa grande estime pour Tristan, elle avait honte d'avouer à ses proches qu'il était sans domicile. Que diraient-ils ? Que penseraient-ils ? Mais arrête ! On se moque de leur avis, ce n'est pas parce qu'il vit dehors que tu n'as pas le droit de l'apprécier ! (...)
Malgré elle, la jeune femme dut se rendre à l'évidence: elle se trouvait incapable d'assumer cette amitié "différente". (p. 124)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
fanfanouche24fanfanouche24   22 janvier 2021
Etait-ce la fragilité de Tristan qui l'avait attirée en premier lieu ? Ses faiblesses qui faisaient écho aux siennes ? (...)
-Et tu penses qu'il en valait le coup ? l'interrogea Val, perplexe
- Personne ne devrait vivre comme ça, même pas les voleurs ou les meurtriers ! C'est une question de dignité humaine ! (p. 323)
Commenter  J’apprécie          130
unbouquinetuncafeunbouquinetuncafe   27 janvier 2021
(Note de l'autrice)

J'ai bien conscience que, malgré mes efforts, il reste probablement des inexactitudes. Cependant, si ce roman peut faire naître une réflexion, être à l'origine d'un changement positif -aussi petit soit-il- pour ceux qui souffrent de précarité, il aura atteint son objectif.
Commenter  J’apprécie          130
fanfanouche24fanfanouche24   21 janvier 2021
Noémia ne se souciait pas du temps qui filait. Elle adorait discuter de littérature et Tristan semblait aussi intarissable qu'elle sur le sujet. Ses références ne cessaient de l'étonner; elle n'aurait jamais cru qu'il connaîtrait tant d'oeuvres. Pourquoi ? Parce qu'il vit dehors ? Elle se sentit bête. Tant de préjugés... (p. 76)
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Célia Samba (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Célia Samba
Hachette Romans organise pour la deuxième fois le concours d'écriture sur le thème de l'engagement qui a révélé Célia Samba avec La Rue qui nous sépare ! Tout au long du concours Célia Samba donnera des conseils d'écriture et répondra aux questions des participants sur l'écriture. De son côté Audrey du Souffle des mots vous parlera à travers ses chroniques de romans engagés qui pourront alimenter votre imagination ! Du 13 septembre 2021 au 13 mars 2022 postez votre roman ado ou young adult engagé sur www.concoursnosfuturs.hachetteromans.fr Un concours en partenariat avec Melty, Phosphore et Babelio !
+ Lire la suite
autres livres classés : sdfVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4248 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre