AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021224221
416 pages
Éditeur : Seuil (27/08/2015)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Nos régimes sont dits démocratiques parce qu’ils sont consacrés par les urnes. Mais nous ne sommes pas gouvernés démocratiquement, car l’action des gouvernements n’obéit pas à des règles de transparence, d’exercice de la responsabilité, de réactivité ou d’écoute des citoyens clairement établies. D’où la spécificité du désarroi et de la colère de nos contemporains.

À l’âge d’une présidentialisation caractérisée par la concentration des pouvoirs entre l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Arnaud302
  03 janvier 2016
Comme toujours chez Pierre Rosanvallon, l'analyse historique (ici celle des relations entre les pouvoirs législatifs et exécutifs de la Révolution à nos jours) est brillante et extrêmement documentée.
Le diagnostic sur l'état actuel de la démocratie en occident est déjà moins original et moins étayé (oui, certes, les hommes politiques en campagne mentent, grande nouvelle...).
Mais c'est surtout quand il propose son modèle de "bon gouvernement" que Pierre Rosanvallon ne convainc pas vraiment. La description est trop générale et soulève trop de questions qui ne sont pas traitées (ainsi, les associations et les débats publics, cités en exemple, ne sont jamais questionnés quant à leur représentativité, la "démocratie-représentation" étant évacuée dès le début du livre comme une forme du passé).
Cela reste un ouvrage intéressant et qui, à défaut d'apporter beaucoup de réponses, permet de se poser beaucoup de bonnes questions.
Commenter  J’apprécie          20
Bertrand_G
  30 septembre 2017
Très stimulant et érudit comme toujours avec Pierre Rosanvallon. Une grille de lecture essentielle pour apprécier les gouvernements actuels. Mais une dimension manque : comment apprécier la forme des gouvernements, certes, mais aussi leur "bonne" production en termes de politiques publiques?
Commenter  J’apprécie          00
Passemoilelivre
  16 décembre 2019
Trés bonne analyse historique des différents types de gouvernements depuis environ deux siècles et dans le monde. Travail de type mémoire universitaire, très complet et dur à lire in-extenso, des raccourcis s'imposent et la conclusion est intéressante.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   31 octobre 2015
Nos régimes sont considérés comme démocratiques au sens où le pouvoir sort des urnes à l’issue d’une compétition ouverte et où nous vivons dans un État de droit qui reconnaît et protège les libertés individuelles. Démocraties certes largement inachevées. Les représentés se sentent ainsi souvent abandonnés par leurs représentants statutaires, et le peuple, passé le moment électoral, se trouve bien peu souverain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
rkhettaouirkhettaoui   31 octobre 2015
...gouverner, c’est aussi parler. Parler pour s’expliquer, pour donner un cap, dessiner un horizon, rendre compte de ses actions. Parler, parce que le langage est organisateur du monde humain, tout simplement. Une politique démocratique implique de donner un langage à ce que vivent les gens, de rendre lisibles l’action publique, ses objectifs et ses vicissitudes, de trouver les mots qui expriment à un moment donné le sens d’une épreuve ou d’une fierté collectives. Parler vrai, c’est accroître du même coup la maîtrise des citoyens sur leur existence et leur permettre d’instaurer une relation positive avec la vie politique. Parler faux ou parler creux, c’est à l’inverse amplifier l’écart. Au sens le plus fort du terme, le langage politique est pour cette raison au cœur de l’établissement d’un lien de confiance. Car c’est dans le sentiment de sa justesse que réside la possibilité de lier le présent à l’avenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   31 octobre 2015
Pour les citoyens, le défaut de démocratie signifie ne pas être écoutés, voir des décisions prises sans consultation, des ministres ne pas assumer leurs responsabilités, des dirigeants mentir impunément, un monde politique vivre en vase clos et ne pas rendre assez de comptes, un fonctionnement administratif rester opaque.
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   31 octobre 2015
les hommes souvent plus durs et plus rebelles que le marbre même, font assez voir qu’ils sont nés à une liberté si grande qu’au lieu d’obéir ils opposent l’obstination à la raison, et la rébellion au commandement.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   31 octobre 2015
L’art de gouverner impliquait de la sorte de séparer radicalement la politique et la morale, et de donner congé à toutes les visions idéalistes antérieures.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Pierre Rosanvallon (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Rosanvallon
Le Pr émérite Pierre Rosanvallon, titulaire de l'ancienne chaire Histoire moderne et contemporaine du politique (2001-2018), évoque les articles en rapport avec la pandémie actuelle publiés par le site internet «La vie des idées» dont il est responsable et fait le point sur ses travaux de recherche en cours.
Pour plus d'informations, rendez-vous sur https://www.college-de-france.fr/site/actualites/Propos-de-chercheurs.htm
autres livres classés : citoyenVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox