AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072854217
64 pages
Gallimard (26/09/2019)
4.13/5   71 notes
Résumé :
L'écrivain et avocat François Sureau, dans le prolongement de ses prises de positions publiques récentes, fait état des nouvelles menaces pesant sur nos libertés civiques et individuelles.
Le titre de son essai reprend la célèbre citation de François-René de Chateaubriand, « sans la liberté il n'y a rien au monde, elle seule donne du prix à la vie ».
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,13

sur 71 notes
5
5 avis
4
4 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Gribouille_idf
  12 décembre 2019
Que ferions-nous sans la liberté ? Celle qui a été gagnée dans la souffrance, par les luttes et souvent par le sang. Et qu'avons-nous fait, gouvernés et gouvernants, de cette liberté héritière du passé ? Lorsque l'on observe la société française, on se dit que les libertés publiques ne tiennent plus qu'à un fil. Les trois derniers quinquennats auront fini un travail de sape qui dure depuis presque trente ans. Que ce soit la gauche ou la droite, la liberté ne signifie plus rien pour la classe politique dirigeante. Comme l'exprime éminemment bien François Sureau, « la gauche a abandonné la liberté comme projet. La droite a abandonné la liberté comme tradition (…) » Finalement plus rien ne tient. Tout s'en va à vau-l'eau. Les injustices deviennent monnaie courante. Quant au Peuple, leurré depuis le Serment du Jeu de Paume, s'est progressivement laissé séduire par les illusions de la modernité.
Mais les propos de François Sureau viennent en priorité cogner ceux qui ont le pouvoir et qui n'en n'ont rien fait. En tant qu'intellectuel, à sa manière, écrivain, de talent, et haut fonctionnaire, il a pu côtoyer et examiner ces gens du pouvoir : «j'ai vu, dit-il, depuis dix ou vingt ans les meilleurs caractères se corrompre comme dans un bain d'acide (…) caractère de l'administration, du parlement, du gouvernement et souvent des juges. » La France n'est pas et n'a jamais été le pays des Droits de l'homme, juste celui de la Déclaration. C'est regrettable ! Mais cela explique cette démocratie sans liberté. Nous avons été privé de cette liberté sans même nous en rendre compte. Dans ce petit essai-témoignage François Sureau tente une vaine conscientisation. Il souhaite un dernier réveil des Français.e.s. Il le fait par le truchement de quelques auteurs connus, notamment Simone Weil : « L'esclavage avilit l'homme jusqu'à s'en faire aimer; la vérité, c'est que la liberté n'est précieuse qu'aux yeux de ceux qui la possèdent effectivement ». Et il finit par une recommandation : « Travailler à assurer au plus grand nombre cette possession effective, tel devrait être notre principal souci. » Charge à nous de faire re-vivre cette liberté en voie de disparition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
karkarot
  07 mars 2021
Cette collection Tracts mérite son succès, du moins si j'en crois le nombre de lecteurs, de critiques, et les différents numéros publiés par Gallimard.
Je n'ai lu que celui-ci (recommandé par Pierre Lieutaghi dans son très bon La surexplication du Monde) et le N°2 d'Erri de Luca, par appétence pour cet auteur dont je connaissais les engagements politiques.
Je ne baigne donc pas dans la sphère du droit et de la justice dans laquelle François Sureau nous entraine pour décrypter l'évolution récente de notre société et ses soubassement, relativement à la question centrale et si souvent évoquée de la Liberté.
C'est une lapalissade que de dire que c'est un concept central de notre république, Liberté, Égalité, Fraternité. Mais que mettons nous derrière ? Ou plutôt, qu'en reste-t-il ?
C'est bien cela que se demande cet avocat spécialisé dans les défenses des libertés publiques, notamment face à l'état.
Car les citoyens abandonnent de plus en plus leur liberté, si chère, à un appareil étatique que de moins en moins de frein retiennent de glisser vers un régime sécuritaire. Telle est la thèse de ce Tract, le passage de citoyen à sujet, la perte progressive des gardes-fous qui empêche l'état de se retourner contre ceux qu'il est censé protéger.
A chaque affaire, chaque problème, de nouvelles lois surgissent, de nouvelles facilités pour les forces de l'ordre, de moins en moins de contrôle, de moins en moins de libertés, en définitives ; celle-ci est morcelée, amoindrie sous le regard indifférent ou consentant des citoyens qui, eux, n'ont rien à se reprocher et laissent faire.
Là est le problème et la solution, la reprise en main des outils de l'état, de la constitution par nous, qui en sommes les constituants. La liberté n'est pas acquise, elle se défend par l'éducation, l'implication. Au lieu de l'individualisme qui nous isole, il faut aussi défendre les droits de nos voisins pour conserver sur le long terme, les nôtres. Ce qui nous a poussé à bâtir notre république ne dois pas être, en fin de compte, ce qui la pousse vers sa fin.
Un essai brillant, convaincant, très orienté sur le droit et sa destruction, mais aussi philosophique qui intéressera tout le monde en ces temps d'état d'urgence normalisé...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
talou61
  06 janvier 2020
Un essai intelligent sur la notion de Liberté et les atteintes aux libertés individuelles sous couvert de sécurité.
Un plaidoyer flamboyant accessible à tous.
Commenter  J’apprécie          180
hal793
  05 novembre 2019
Découvert par un entretien de l'auteur sur France Culture.
M. François Sureau nous interpelle sur notre rapport à la liberté et sur la représentation de cette valeur de nos jours.
Il y dénonce les successions de réformes sur le système judiciaire, la dégradation de la séparation des pouvoirs, nos comportements d'individus et non de citoyens.
L'auteur énumère les différents phénomènes et évenements qui illustrent notre rapport à la notion de liberté et montre également la négligeance autant par les citoyens que par les gouvernements.
Enfin, la dernière partie est consacrée à l'amour de la liberté et aux conditions nécessaires à sa sauvegarde.
Un texte clair et percutant.
Commenter  J’apprécie          80
TchiKarak6
  19 décembre 2021
L'auteur n'a pas peur d'affirmer ce qu'il pense sans pour autant se transformer en polémiste stérile. On voit plutôt au contraire qu'il a en tête un système de philosophie politique. C'est appréciable car ceux qui font en permanence référence à la République ne disent que rarement ce que l'auteur dit sur la liberté. Sur le fond, je suis mitigé parce que je ne partage pas nécessairement tous les présupposés politiques (républicanisme égalitaire, démocratie libérale, rapport à l'individualisme etc) bien qu'on trouve des remarques pertinentes dans le cadre politique qui est le sien. le ton étant un peu "pamphlétaire" on trouvera la réflexion mêlée à un discours plus "personnel". Ce qu'il faudra retenir essentiellement de la thèse de l'essai : la distinction individu/citoyen, cette manière dont l'Etat utilise le droit contre la liberté.
Commenter  J’apprécie          24


critiques presse (1)
LaCroix   27 septembre 2019
Dans un texte grave, François Sureau alerte sur la fragilité des libertés publiques en France et nous presse de retrouver le sens de la citoyenneté politique.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Fabinou7Fabinou7   13 janvier 2022
"Il y a quelques semaines, deux cents personnes à peu près manifestaient, immobiles, place de la République à Paris, pour dire leur réprobation de l’action de la police dans la répression d’une soirée à Nantes, à l’issue de laquelle un jeune homme s’était noyé dans la Loire. Les forces de l’ordre représentaient trois fois leur nombre. Elles étaient surtout armées en guerre, le fusil d’assaut barrant la poitrine. Ce fusil était le HK G36 allemand, qui équipe la Bundeswehr depuis 1997 et qui, largement exporté, a servi aux forces déployées au Kosovo, en Afghanistan et en Irak. Il tire des munitions de 5,56 millimètres selon trois modes de tir, rafale, rafale de deux coups ou coup par coup, avec une portée pratique de cinq cents mètres, une cadence de sept cent cinquante coups par minute, une vitesse initiale de neuf cent vingt mètres par seconde. Il s’agissait à l’évidence moins d’encadrer que d’intimider, d’exercer une pression de type militaire"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          344
ArchiKeArchiKe   11 octobre 2019
La gauche a abandonné la liberté comme projet. La droite a abandonné la liberté comme tradition, comme élément central d'une tradition nationale au sens d'Edmund Burke. La premier camp réclame des droits "sociétaux" comme on dit aujourd'hui, dans un long bêlement progressiste, le deuxième réclame des devoirs, dans un grand bêlement sécuritaire.
Commenter  J’apprécie          220
Jimmy_BayleJimmy_Bayle   01 mai 2021
En attendant , nous assistons sans mot dire au remplacement de l'idéal des libertés par le culte des droits. C'est ainsi que personne ou presque ne se choque plus de la multiplication des lois répressives dès lors qu'elles semblent faites pour punir notre voisin et non pas nous même. Dans ce mouvement, l'État lui-même change de nature. Il n'est plus rien que le garant, y compris répressif, des droits individuels, chaque groupe pouvant se réjouir que la main publique tombe sur une communauté après l'autre, pour la récompenser ou la punir. Au tourniquet des droits , chacun attend son tour . Chacun attend le châtiment de l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
talou61talou61   06 janvier 2020
Le législateur a préféré doter l'Etat du moyen de contrôler la participation individuelle de chacun à une manifestation, c'est-à-dire d'intimider, non le délinquant, mais bien le citoyen lui-même. Il ne reste rien de la liberté de manifester si le gouvernement peut choisir ses opposants.
Commenter  J’apprécie          70
MimimelieMimimelie   06 juin 2022
Je ne me serais pas donné le ridicule d’écrire ce mot d’honneur qui est trop grand pour moi, pour nous peut-être, si je n’avais eu souvent l’impression ces dernières années qu’il était tout près d’être oublié, un vieux mot à demi effacé par l’usage et par l’abus, comme laissé pour mort au bord d’une route, le cadavre d’un oiseau devant lequel le passant s’arrête en se demandant à quelle espèce inconnue de lui il a bien pu appartenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de François Sureau (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Sureau
François Sureau - entretien Wolfgang Asholt - Festival littéraire Survivre - 4/03/2021
autres livres classés : libertéVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
662 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre