AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782329696881
80 pages
Hachette Livre BNF (16/02/2022)

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :
Les trois rivales : roman / J.-H. Rosny,... ; [couv. signée J. Kuhn-Régnier]Date de l'édition originale : 1913Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF. HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande. Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensé... >Voir plus
Que lire après Les trois rivales, romanVoir plus
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Ces jeunes filles avaient reçu une éducation intermédiaire entre l’éducation américaine et l’éducation française. Très libres de leurs actes, sûres d’elles-mêmes, déterminées, elles n’avaient pas la familiarité garçonnière et souvent choquante des Anglo-Saxonnes. Des deux, Solange semblait la plus pondérée, d’humeur égale quoique hautaine, et ses journées étaient remplies par des soins réguliers. Mais son regard démentait ce calme ; l’on sentait qu’elle eût parfaitement rempli une destinée héroïque et aventureuse.
Commenter  J’apprécie          00
La vie avait combiné en elle les beautés de plusieurs races. Ses cheveux poussaient comme des herbes de nuit, aussi fins et nombreux que des cheveux blonds, bleus lorsqu’ils réfléchissaient la lumière, noirs lorsqu’ils l’absorbaient. Son visage était ardemment pâle, sensitif, avec une bouche où le plus beau sang colorait des lèvres parfaites de grâce voluptueuse, et des yeux tantôt frais et naïfs comme ceux des jeunes Irlandaises, tantôt dévorants de curiosité, de force amoureuse et d’impétuosité espagnole.
Commenter  J’apprécie          00
L’amour même, peut-être, ou du moins une tumultueuse aurore d’amour, l’aurait envahi. Et pour gagner Solange, il serait hardiment parti au loin, il aurait entrepris un de ces voyages de découverte qui représentaient pour elle l’héroïsme moderne.
Commenter  J’apprécie          10
Fidèle, dévouée, jusqu’à l’héroïsme, résignée à toutes les tristesses, une noble épouse, enfin, mais plus noble que tendre.
Doucement, il entra dans le parc, par la large allée des ormes. C’étaient des ormes si vieux qu’ils ne vivaient plus que par morceaux. Ils semblaient tousseux, rhumatisants, avec leurs troncs biscornus, leurs verrues énormes, leurs branches percluses. Ils fleuraient la vermoulure, ils faisaient bien comprendre que la décrépitude est plus triste que la mort.
Commenter  J’apprécie          00
La férocité est belle lorsqu’elle s’exerce à la guerre. Il faut s’aveugler pour ne pas voir que la nature l’ordonne à tous ses enfants. Vous me direz qu’elle leur ordonne aussi la peur de la mort. Et c’est vrai. Mais cette peur ne doit pas remplir la vie, comme elle fait chez les hommes décadents. Elle ne doit être qu’un instinct de lutte, de ruse, d’ingéniosité ! Elle ne doit s’éveiller que dans les crises, et pouvoir être bravée devant un adversaire.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (1) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3645 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}