AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Gilbert Rouger (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070409167
256 pages
Éditeur : Gallimard (01/03/2000)
3.46/5   14 notes
Résumé :

Prostituées, entremetteuses, filous, rufians, épouses, à la cuisse innombrable, maris trompés ou complaisants, prêtres et moines également, goinfres et paillards, étudiants un peu trop lestes et marchands un peu trop malins, miracles de carnaval et hauts faits de mauvais lieux, telle est la substance des fabliaux dont le comique énorme, la truculence déjà rabelaisienne sont comme l'envers du Moyen Age cour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
karamzinkaramzin   30 janvier 2021
...
Le Vilain et l'oiselet

Un homme avait un beau jardin qu'il visitait chaque matin quand à plaisir en la saison chantent oiseaux et oisillons. Un ruisseau y prenait sa source qui le conservait toujours vert. Le prudhomme un jour y entra, en ce beau lieu se reposa. Un oiseau se mit à chanter ; il ne songea qu'à l'attraper. Il tendit un lacs et le prit. L'oiselet prisonnier lui dit : « Pourquoi te donner tant de peine pour me tromper et m'engeigner ? Pourquoi m'avoir tendu un piège ? Quel gain y penses-tu trouver ? — Je veux que tu chantes pour moi. »
L'oiseau lui dit : « Si tu me jures de me rendre ma liberté, je chanterai tout à ton gré. Mais tant que tu me retiendras, ma bouche chanter n'entendras. — Si tu ne veux chanter pour moi, je vais donc te manger, je crois. — Manger ! dit l'oiselet, comment ? Je suis bien trop petit vraiment, et celui qui me mangera n'en tirera pas grand profit ; si je suis en rôt cuisiné, tu n'auras qu'un plat desséché ; tu ne saurais m’accommoder de façon à te régaler. Si tu me laisses m'envoler, tu t'en trouveras bien payé : je te dirai trois vérités que tu priseras, dam vassal, plus que la viande de trois veaux. » Le prudhomme alors le lâcha et lui rappela sa promesse. Aussitôt, l'oiseau repartit : « Ne crois jamais les yeux fermés tout ce qu'on t'aura raconté. Garde bien ce que tu tiendras, pour promesses ne le perds pas. Si tu as subi quelque perte, il faut savoir te consoler. Ce sont les trois secrets, ami, que naguère, je t'ai promis. » Puis sur un arbre, il se percha, chanta très doucement et dit : « Louange au Dieu de majesté qui t'a par bonheur aveuglé et t'a ôté sens et savoir. Tu viens de perdre grand avoir. Que n'as-tu ouvert mon gésier ! Tu y trouvais une jaconce qui pèse exactement une once. »
Le vilain, l'ayant entendu, gémit, pleura en regrettant de l'avoir laissé s'envoler. « Nigaud, dit l'oiseau, étourdi ! As-tu déjà mis en oubli les trois secrets que je t'ai dits ? Tu sais bien qu'on ne doit pas croire toutes les choses qu'on entend. Comment pourrais-je en mon gésier avoir une pierre d'une once quand je suis loin de peser tant ? Je t'ai dit, si tu t'en souviens, qu'il ne faut jamais s'affliger lorsqu'on éprouve quelque perte. » Là-dessus, l'oiseau s'envola à tire-d'aile vers le bois.

Barbazan — Le Castoiement du père à son fils.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01

>Coutumes, savoir-vivre, folklore>Folklore>Littérature populaire orale (601)
autres livres classés : FabliauxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Gilbert Rouger (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4187 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre