AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Delphine Rivet (Traducteur)
EAN : 9782714445001
276 pages
Éditeur : Belfond (20/05/2009)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 38 notes)
Résumé :
Une jeune femme sous la coupe d'une mère tyrannique, une amie qui tombe du ciel, un amoureux transi et quelques gourmandises... Un roman délicat, émouvant, plein de fantaisie, où les événements les plus inattendus peuvent arriver...
Depuis la mort de son père, la jeune Josey, 27 ans, vit seule avec la mère, dont elle supporte stoïquement tous les caprices. Très renfermée, extrêmement docile, elle trouve son seul réconfort dans les sucreries qu'elle dévore en ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Syl
  13 avril 2013
L'hiver est la saison du camouflage. On se vêt comme un oignon, par couches successives d'habits, ou comme un chevalier, avec des côtes de mailles laineuses et un heaume feutré. Cachée, protégée, c'est pour cela que Josey est une fille de l'hiver.
Dans sa petite ville de Bald Slope, une station de ski érigée par son père, on attend le premier flocon avec impatience. Pour Josey Cirrini, il est une gourmandise.
Un jour, alors qu'elle ouvre les portes du placard de sa chambre, son refuge où elle abrite ses secrets, elle découvre une femme recroquevillée. La stupeur combat l'effroi ! de sa forme foetale, un visage chagrin barbouillé de noir lui renvoie un regard éteint et apeuré. Della Lee Baker, une quarantaine d'années, serveuse dans un bar, est une femme que l'on pourrait considérer de « légère ». D'un ton rustre et mordant, elle lui raconte qu'elle vient de quitter son compagnon qui la battait. Si elle s'est faufilée dans cette maison, cette chambre, ce placard, c'est que ce lieu est une cachette insoupçonnée pour quelques jours… Et si Josey veut la déloger, elle se sent capable de raconter à tout le monde que l'héritière de Marco Cirrini triche avec la vie…
Josey est une jeune femme de vingt-sept ans que sa mère trouve laide, sans grâce et ordinaire. A la mort de son père, pour se faire pardonner d'une enfance terrible et capricieuse, tournée vers un père aimant, trop permissif, « elle se dévoue corps et âme à sa mère », Margaret, qui à soixante-quatorze ans et malgré une prothèse de hanche, reste toujours belle et altière, une fille du sud. Tour à tour chauffeur, dame de compagnie, infirmière, Josey s'offre en martyre et ne vit qu'une existence étriquée, confite dans la solitude et l'ennui.
Pour oublier, elle cherche un apaisement, un substitut à sa médiocrité, dans la nourriture qu'elle dissimule clandestinement dans une cache au fond de son placard. Elle colmate les brèches, remplit le vide, avec des douceurs, des romances et des brochures sur des voyages qu'elle ne fera jamais.
Contrainte par le chantage, Josey laisse cette parcelle à Della et fait tout pour que ni sa mère, ni la bonne, ne trouve leur nouvelle résidente ; une locataire étrange qui apprécie ce terrier et la cohabitation avec Josey.
Ainsi, une amitié improbable naît, faite de confidences, de générosité et de conseils donnés par l'aînée. Lorsque Josey se précipite tous les matins au devant du facteur, engoncée dans son tricot rouge porte-bonheur, ce n'est pas seulement pour le délester du courrier… et Della le remarque très vite. Josey est belle et elle ne le sait pas. Il suffirait de quelques petites touches de féminité et d'un ange gardien bien intentionné, pour la rendre lumineuse.
Avec subtilité, elle lui fait faire la connaissance de Chloe, une jeune fille de vingt-cinq ans qui tient une sandwicherie. Chloe serait une bonne amie pour Josey… et un maillon pour son émancipation.

« La reine des délices » est un roman qui parle de quatre femmes, Margaret, Della, Josey et Chloe. Chacune a une histoire qui se raconte et qui s'imbrique dans les autres. Dans cette petite ville traversée par l'hiver, elles vont vivre des changements qui renverseront leur existence.
Douceur, amour, amitié, confiance, un zeste de fantastique, l'auteur malmène les histoires par quelques trahisons, jalousie, violence, et vindicte. Comme le titre le laisse supposer, elle compartimente ses chapitres par des confiseries qui sont des survies pour Josey, et donne des images de gourmandises tout au long du roman. Nous lisons alors, chocolat, crème glacée, cookies au gingembre, pomme d'amour, pains farcis d'emmental fondu… et d'autres délices. A cela, elle ajoute comme une cerise sur le gâteau, une diablerie avec des livres que je ne vous dévoilerai pas… si ce n'est qu'un extrait ci-après…
Un livre si doux et si agréable à lire… A conseiller !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Soune
  31 mai 2013
Après avoir entendu beaucoup parler de cette auteure américaine, je me suis enfin laissée tenter par l'atmosphère de ses livres. J'ai commencé ma rencontre avec La Reine des Délices et je suis très heureuse d'avoir tenté l'aventure.
Pour moi, ce roman fut un régal de douceur et de magie. Comme les sucreries ou les pâtisseries que l'on prend plaisir à déguster et que l'on aimerait garder longtemps sous notre palais, ce livre se laisse manger sans faim. Une fois ouvert, impossible de le poser.
Ne vous laissez pas réfréner par la banalité apparente de l'histoire…Tout est dans l'atmosphère. Entre le conte et le roman, l'auteur nous engloutit dans un monde fait de romance, de réalisme et de fantaisie bien agréable.
A mesure que les chapitres se sont égrenés, je me suis laissée ensorcelée par l'auteur. Ce fut un véritable coup de coeur. J'avais l'impression d'être invitée chez moi. C'est assez étrange comme sensation.
Je ne me sentais pas dépaysée. J'aurais donc pu m'ennuyer. Bien au contraire! le livre m'a comme qui dirait pointé du doigt les choses que j'ai tendance à oublier ou qui me poussent à procrastiner. Ce n'est pourtant pas un roman moralisateur! Comme le décrit si merveilleusement l'auteur au travers de cette citation, ce livre m'a parlé personnellement:
« – J'ai… une relation particulière avec les livres.
– Ils peuvent être possessifs, hein ? Vous marchez dans une librairie, et soudain l'un deux vous saute au visage, comme s'il avait bougé de lui-même, rien que pour attirer votre attention. Parfois, ce qui se trouve à l'intérieur change votre vie, mais parfois il n'y a même pas besoin de le lire. Sa simple présence peut être réconfortante… »

Merci à Milly, pour m'avoir fait découvrir cette auteure dont je dévore presque littéralement ses livres.

Résumé de la quatrième de couverture :
A la mort de son père, Josey décide qu'elle doit cesser ses caprices de petite fille et fait la promesse de dévouer corps et âme à sa mère. Vingt ans plus tard, éteinte d'avoir été trop couvée, elle soigne sa solitude dans le placard de sa chambre, où elle cache des monceaux de sucreries.
Et le jour où Della Lee Baker, battue par son compagnon, vient se réfugier dans cette même penderie, la vie de Josey bascule. Titillée par son aînée, elle s'ouvre enfin au monde et rattrape le temps perdu d'une jeunesse bridée. A 27 ans, elle commence enfin à vivre…

Mon avis:
L”histoire commence par nous présenter Josey Cirrini, une jeune femme potelée qui consacre sa vie à sa mère, dans l'espoir secret de gagner l'amour de celle-ci.
Malheureuse, Josey s'isole et s'enferme dans sa chambre. Elle n'a pas d'amis et sa mère reste aujourd'hui le seul membre vivant de sa famille.
Son seul bonheur réside dans le placard de sa chambre.
« Le placard secret était en réalité la penderie de la chambre voisine. Celle-ci contenait une immense armoire, un meuble épouvantablement lourd hérité de la famille Cirrini, qui occupait presque un mur entier et dissimulait cette penderie. Josey avait découvert par hasard la porte de communication et avait pris l'habitude de s'installer dans le réduit pour manger les bonbons qu'elle dissimulait dans ses poches étant enfant. A l'époque, elle se cachait juste pour inquiéter sa mère, puis elle s'était mise à remplir le placard de magazines, de romans à l'eau de rose et de sucreries. Des tas et des tas de sucreries. Des Pepito et des sablés, aux noix de pécan, des Régalad et des mi-cho-ko, des caramels mous et des bonbons aux noisettes, des pastilles à la cannelle et des berlingots au miel, des paquets de muffins Little Debbie. L'endroit dégageait une odeur réconfortante, une odeur de Halloween, de chocolat, de sucre et d'emballages de plastique froissés. »
Son placard et son secret amour pour le facteur sont les seuls plaisirs de Josey dans la vie. Toutefois, cette routine soigneusement construite va bientôt être remise en cause avec l'arrivée inopinée de Della Lee dans le placard de sa chambre. Della Lee élit domicile dans le placard de Josey pour fuir une vie de mauvaises fortunes. Josey est assez surprise par cette intrusion. Néanmoins, comprenant que Della Lee n'a nulle part où aller, elle va décider de lui prêter son placard jusqu'à ce que celle-ci se sente prête à partir.

« Si Della lee avait été une friandise, elle aurait été une frite colorée acidulée, de celles qui sont à la fois sucrées et acides, qui font pleurer les yeux et sourire malgré soi ».

Malgré le caractère différent des deux femmes, elles vont se rapprocher.
Della Lee, qui a une grande affection pour Josey, va tout mettre en oeuvre pour changer la vie de son hôtesse. Ainsi, sur le conseil de Della Lee, Josey va rencontrer une femme, Chloe. Comme pour Josey envers le facteur ou l'arrivée de Della Lee dans son placard, Chloé a également un secret. Elle a une relation particulière avec les livres. Ils lui apparaissent mystérieusement, dès lors qu'une situation qu'elle vit est difficile, comme un ami qui cherche à l'aider.
Ce roman est bien plus qu'une simple histoire portant sur trois femmes…
Ce livre qui déborde de chaleur humaine, d'intelligence et de magie, apporte au lecteur un joli conte sur l'amitié, l'amour et donne l'espoir à tous ceux qui ont perdu la foi de trouver des solutions à leurs soucis. Sarah Addison Allen aurait pu écrire une note à l'intention du lecteur et la glisser derrière la dernière page que ça ne m'aurait pas plus surpris, quelque chose dans cet esprit-là : « La magie est présente partout dans ce livre, comme elle est partout dans la vie, Regardez autour de vous. Elle n'apparait peut être pas sous les traits d'Harry Potter, mais elle est là, toujours ».

Je comprends maintenant pourquoi cette auteure est souvent plébiscitée. J'ai autant dégusté l'histoire que le procédé de narration employé, le lyrisme ou le style oral qu'elle utilisait.
Cela fait un moment que j'ai terminé cette histoire et pourtant elle me hante toujours autant. Allen a le don de nous révéler la magie dans chaque chose, même la plus anodine : le pouvoir des livres, les couleurs, les gens….
«Tout le paysage était recouvert d'une délicate pellicule nacrée, tel le glaçage d'un gâteau (…) Elle sortit la tête et inspira longuement. Si elle avait pu manger l'air glacé, elle l'aurait fait. Elle trouvait que les vagues de froid ressemblaient à des cookies ou des biscuits au gingembre. Elle les imaginait tels de gros morceaux de chocolat blanc nappés d'une couche de vanille fraîche et croustillante. »
Je crois que mon coup de coeur va autant au livre qu'au plaisir que j'ai ressenti de pourvoir partager avec quelqu'un d'autre des choses que je garde trop souvent pour moi seule.
Lien : http://aupetitbonheurlapage...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Aryia
  27 décembre 2017
On m'a parfois demandé ce qui m'attirait dans les challenges littéraires comme la Coupe des 4 maisons. La réponse tient en deux raisons : non seulement ces challenges me motivent à lire même lorsque le moral est au plus bas ou que je ne suis pas en forme, car l'appât des points marche assez bien chez moi, mais en plus ils me permettent de sortir de ma pile à lire des livres qui y auraient trainés bien des mois encore sans eux. C'est par exemple le cas de la reine des délices, gagné lors d'un concours, dont le résumé m'attirait mais dont le format poche me rebutait (mes yeux capricieux n'aiment pas spécialement les livres de poche), qui attendait déjà depuis bien longtemps sur son étagère et qui aurait pu attendre encore bien longtemps sans l'apparition de l'item éphémère « lire un livre à la couverture sucrée » … Au final, je suis bien ravie de lui avoir laissé sa chance !
A Bald Slope, lorsqu'il est question de Josey Cirrini, c'est toujours pour évoquer ses caprices enfantins, ses nombreuses bêtises et son indiscipline légendaire. Pourtant, maintenant âgée de 27 ans, Josey n'a plus rien de cette enfant insupportable qui s'acharnait sur la vaisselle en porcelaine de sa pauvre mère : désormais dévouée toute entière à la femme qui lui a donné la vie, Josey s'enferme dans ce quotidien solitaire de dame de compagnie. Comme remède à cette vie monotone, Josey s'est aménagé dans son armoire un véritable garde-manger garni de sucreries et autres douceurs. Mais son existence connait un chamboulement incroyable le jour où, venant chercher de quoi grignoter, Josey découvre dans sa penderie Della Lee Baker, serveuse délurée qui fuit les coups de son compagnon. Bien obligée d'accepter cette cohabitation si elle ne veut pas voir son secret dévoilé au grand jour, Josey va progressivement se laisser influencer par Della Lee … et commencer à vivre pour elle-même et non plus seulement pour cette mère qui ne sait qu'énoncer des reproches et jamais le moindre remerciement pour son dévouement.
Ce roman porte très bien son titre : j'ai littéralement dévoré ce véritable délice littéraire en une petite journée à peine tellement j'étais plongée dedans. Il s'agit d'un livre vraiment très particulier : s'il semble au premier abord très prévisible et affreusement banal, la vérité est toute autre ! A travers cette histoire, nous suivons les destins entremêlés de trois femmes bien différentes les unes les autres, que rien ne prédestinait à se rencontrer. Josey, mal à l'aise dans les relations sociales, Della Lee, excentrique à souhait et Chloé, effrayée à l'idée que quelqu'un découvre un jour son secret, forment un trio de personnages attachants à souhait. Elles n'ont rien d'extraordinaires, elles ne ressemblent pas à des héroïnes de roman, et c'est justement pour cela qu'on les aime : elles sont tellement proches de nous, tellement humaines, tellement fragiles … Mais surtout, elles ont en elles ce petit quelque chose qui change tout : elles respirent la bonté, la gentillesse et la bienveillance. J'ai beaucoup apprécié les personnages secondaires également : Adam me fait tout simplement craquer, j'ai envie d'aller consoler le pauvre Jake empêtré dans les conséquences de son honnêteté, et j'ai été attendrie par la si étrange Helena, si attentionnée à sa manière (un peu déroutante) que cela compense bien sa bizarrerie parfois légèrement inquiétante …
Outre les personnages, qui ont su trouver leur place dans mon petit coeur de guimauve, j'ai énormément apprécié l'histoire de ce roman : il est questions de secrets familiaux bien enfouis, de couples malmenés par la faute avouée (mais toujours pas pardonnée, même à moitié) d'un des deux partenaires, de violence conjugale … Ces éléments de l'intrigue ont un arrière-gout de bonbons piquants, que l'on aime déguster en dépit de cette amertume : ils offrent à ce roman, assez court, une bonne dose de tension dramatique sans qui l'intrigue ne pourrait captiver le lecteur. Mais à côté de cela, il y a également l'histoire d'amour entre Josey et Adam, le facteur. Une romance toute douce, faite de bonhommes de neige et d'écharpes bien chaudes, qui réconforte aussi efficacement qu'une bonne tasse de chocolat chaud accompagnée de biscuits bien tendres et sucrés. Sans oublier, bien sûr, cette petite dose de magie insoupçonnée qui rappelle Noël, les senteurs de cannelle et de clémentine. Des petites touches magiques si discrètes que l'on se demande si elles sont vraiment là …
En bref, La reine des délices est un roman dont je sors apaisée et rassérénée : l'auteur signe ici une histoire pleine de douceur et de tendresse, une histoire qui se lit très facilement sans pour autant être creuse ou incohérente, une histoire qui berce le lecteur sans jamais l'endormir. Des petites touches de fantaisie font vivre cette intrigue toute simple : des livres qui apparaissent mystérieusement pour aider leur propriétaire à aller mieux, des promesses faites qui ne peuvent être brisées … tout juste ce qu'il fallait pour faire sortir ce roman du lot ! La plume de l'auteur est très fluide, toute en simplicité, brisée de temps en temps par une jolie métaphore sucrée qui donne envie d'aller se faire infuser une petite tisane au miel. Si je n'avais qu'un conseil à vous donner, ce ne serait pas de lire ce roman (je pense que vous l'aurez déjà compris), mais celui de le lire en plein hiver, emmitouflé dans une couverture bien douce en regardant les flocons de neige tomber par la fenêtre … Vous verrez, vous serez bien.
Lien : https://lesmotsetaientlivres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mabiblio1988
  24 février 2012
Deuxième lecture commune de l'année avec Marine et quel plaisir d'échanger sur ce petit bijou. Ayant très rarement l'habitude d'échanger sur mes lectures (aucun lecteur addict autour de moi), j'espère que je vais tout de même réussir à vous concocter une chronique qui va attiser votre curiosité.
Quand on lit le résumé, l'histoire a l'air toute simple : une jeune femme qui a sacrifié sa vie pour sa mère afin de se faire pardonner d'avoir été une enfant désagréable. Derrière cette simplicité, se cache une histoire originale qui va vous surprendre à plusieurs reprises. En effet, à Bald Slope, en Caroline du Nord, il se passe des choses étranges : des filles se cachent dans les placards, des livres apparaissent, certains font des promesses qui sont impossibles à ne pas tenir...
Josey, notre jeune femme qui a tout sacrifié pour sa mère, va être le lien entre différents personnages. Elle est tellement gourmande que pour chaque moment, chaque chose, elle fait le lien avec la nourriture. du coup, certaines descriptions sont vraiment alléchantes... Je me suis très rapidement attachée à elle. Parfois, elle me faisait pitié mais le plus souvent j'étais fière d'elle. Oui, au court de ces trois cent et quelques pages, Josey va évoluer de façon très positive : l'enfant devient grand...
Della Lee est une femme très étrange et très mystérieuse. Elle a un impact très positif sur Josey, c'est d'ailleurs grâce à elle que cette dernière va pouvoir grandir et devenir une vraie femme. Tout au long du roman, je me suis questionnée sur qui elle était, qu'est-ce qu'elle faisait là, que lui est-il arrivé... Je dois avouer que je n'ai absolument pas vu venir le qui elle était ni pourquoi elle était là. Par contre, j'ai eu quelque doute par rapport à ce qui lui était arrivé et je suis très contente de l'avoir deviné.
Margaret, la maman de Josey, est détestable en tout point pendant une bonne partie du roman mais à la fin on comprend mieux sont comportement et je dirais que j'ai légèrement eu pitié d'elle bien que tout n'explique pas sa méchanceté avec Josey.
Chloé a une relation très spéciale avec les livres qui me plait bien. Si seulement, ils faisaient pareil avec moi (je ne vous en dis pas plus...). Lorsque nous rencontrons cette jeune femme, elle appris peu de temps avant, de la bouche de son amoureux, en plein action (imaginez la scène...) qu'il l'avait trompé (ça a de quoi nous refroidir) avec une mystérieuse femme. Ce malheur va être l'occasion pour elle de rencontrer Josey. Elles vont mutuellement s'aider, se soutenir...
Passons aux deux hommes aussi craquant l'un que l'autre de ce livre. En fait, il y en a trois mais le troisième je vous laisserez le découvrir par vous-même.
Adam, le beau facteur dont Josey est folle amoureuse depuis la première fois qu'il lui a apporté son courrier. Je l'ai trouvé très attendrissant, correct avec Josey et surtout il a l'air très beau...
Jack, l'amoureux infidèle, va, à mon grand étonnement, me plaire. Et oui, je ne suis pas du genre à être attiré par les infidèles mais là, le pauvre, il a l'air tellement mal et prêt à tout pour se faire pardonner qu'il est impossible de ne pas craquer... En tout cas, la femme avec qui il a trompé Chloé m'a beaucoup intrigué et je dois dire que j'ai été complètement surprise...
Côté style de l'auteure, je l'ai trouvé fluide, agréable. Il se lit sans aucun soucis pendant des heures sans aucun risque d'overdose. C'est bien simple, j'ai lu les sept premiers chapitres d'une traite et les sept derniers de même sans jamais me lasser.
Pour conclure, nous avons là une petite touche de fantastique dans un monde normal, des histoires d'amour qui ne sont pas là juste pour faire jolie, je trouve ça vraiment grandiose et subtil de la part de l'auteur.
Si vous ne l'avez pas encore compris, ce livre a été un véritable coup de coeur pour moi et je compte bien découvrir le second roman de l'auteur.
Lien : http://mabiblio1988.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Joe391211
  24 octobre 2013
J'ai dévoré ce livre et ça tombe bien vu son titre. :)

Tout d'abord, je suis fan des personnages que je trouve attachants et terriblement réalistes même si il y a une petite part de magie dans toute cette histoire. J'aime beaucoup Josey, Chloé et Della Lee qui sont trois jeunes filles bien sympathiques qui vivent des événements pas toujours faciles mais qui gardent toujours l'espoir. J'apprécie beaucoup Adam et Jake également qui sont des amis très soudés.

Ensuite, j'ai adoré la relation qu'a Chloé avec les livres. En tant que grande lectrice, je ne pouvais que me retrouver un peu en elle. C'est un plus dans cette histoire que j'ai trouvé original. de plus, il y a aussi la relation de Josey avec la nourriture. J'aime beaucoup quand elle compare les choses de la vie à des gâteaux ou des bonbons. C'est très poétique.

Enfin, j'ai tourné les pages à une vitesse incroyable car l'écriture est super et l'histoire est prenante. Il n'y a pas de temps mort et en même temps elle ne va pas trop vitre non plus. Je trouve le dosage parfait. J'ai passé un super moment de lecture.

En résumé, je conseille ce roman à 100% pour un moment de douceur et d'évasion. C'est bien écrit et l'histoire est originale.
Lien : http://lecturesmagiquesetfee..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
SylSyl   13 avril 2013
« - Est-ce que vous avez une pièce préférée ?
– Oui.
– Quelle rapidité ! Laquelle ?
– La bibliothèque, dit-elle doucement.
George sourit.
– Comme ma femme. Je vous suis.
Il y avait un feu dans la cheminée, qui se reflétait sur le bois sombre des étagères encastrées sur toute la hauteur de la pièce. Le moindre centimètre de mur disparaissait sous des livres. Cette pièce était si harmonieuse, si chaleureuse. Elle en avait rêvé pendant des semaines, après l’avoir vu lors de sa première visite (…)
– Que feriez-vous de cette pièce si elle était à vous ?
– Rien, dit Chloe en avançant de quelques pas. Elle est parfaite telle quelle. J’ai des livres. Dans des centaines de cartons. Ils iraient tous ici.
– Vous êtes une lectrice, alors ?
Elle s’arrêta en lui tournant le dos, caressa le dos d’une rangées de livres.
– J’ai… une relation particulière avec les livres.
– Ils peuvent être possessifs, hein ? Vous marchez dans une librairie, et soudain l’un deux vous saute au visage, comme s’il avait bougé de lui-même, rien que pour attirer votre attention. Parfois, ce qui se trouve à l’intérieur change votre vie, mais parfois il n’y a même pas besoin de le lire. Sa simple présence peut être réconfortante… »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kyoukikyouki   25 août 2014
Les livres peuvent être possessifs, hein ? Vous marchez dans une librairie, et soudain l'un d'eux vous saute au visage, comme s'il avait bougé de lui même, rien que pour attirer votre attention. Parfois, ce qui se trouve à l'intérieur change votre vie, mais parfois il n'y a même pas besoin de le lire, Sa simple présence peut être réconfortante. Beaucoup de ces livres n'ont jamais été ouverts, « Pourquoi les acheter si vous ne les lisez pas ? » nous demande notre fille, C'est comme demander à quelqu'un qui vit seul pourquoi il a un chat, Pour nous tenir compagnie, évidemment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
kyoukikyouki   25 août 2014
C'était le meilleur premier baiser de toute l'histoire des premiers baisers. C'était doux comme du sucre. Et chaud, chaud comme une bonne tarte. Le monde entier s'est ouvert et j'ai basculé. Je ne savais plus où j'étais, mais je m'en moquais. Parce que la seule personne qui comptait était là, avec moi.
Commenter  J’apprécie          20
sld09sld09   26 novembre 2017
Lorsque Josey découvrit à son réveil ses fenêtres couvertes de givre, elle sourit. Enfin ! Il faisait assez froid pour porter de longs manteaux et des collants. Assez froid pour les écharpes et plusieurs couches de tee-shirts, comme un camouflage. Assez froid pour son cardigan rouge porte-bonheur, assurément doté d'un pouvoir magique. Elle adorait cette saison.
Commenter  J’apprécie          10
Litt12Litt12   15 août 2020
J'ai une relation particulière avec les livres... à en juger par la quantité de livres qu'ils possédaient, la jeune femme avait de toute évidence retrouvé sa tribu perdue.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Sarah Addison Allen (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Sarah Addison Allen
New York Times bestselling author, Sarah Addison Allen, answers fan questions about her latest novel FIRST FROST.
autres livres classés : gourmandisesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Sarah Addison Allen (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les nourritures livresques : la cuisine dans la littérature

Qui est l'auteur de la célèbre scène où le personnage principal est assailli de souvenirs après avoir mangé une madeleine ?

Emile Zola
Marcel Proust
Gustave Flaubert
Balzac

10 questions
351 lecteurs ont répondu
Thèmes : gastronomie , littérature , cuisineCréer un quiz sur ce livre