AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Edith Soonckindt (Traducteur)
EAN : 9782290340684
352 pages
Éditeur : J'ai Lu (03/03/2005)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 1162 notes)
Résumé :
Nom de famille: Salmon, saumon comme le poisson ; le prénom: Susie. Assassinée à l'âge de quatorze ans, le 6 décembre 1973.
Mais l'histoire de Susie ne s'arrête pas là. C'est même elle qui nous racontera la suite. Car après la mort, Susie se retrouve au ciel. C'est son "ciel à elle", un ciel qui ressemble aux désirs et aux besoins d'une jeune fille de 14 ans. De là-haut, elle peut voir ce qui se passe sur terre. Elle observe les conséquences de sa mort: sur s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (175) Voir plus Ajouter une critique
darkmoon
  14 mars 2014
Déchirant. Dévastateur. Magique. Epuisant. Voilà les mots qui me viennent en tête quand je pense à La nostalgie de l'ange.
Immortalisée par son âme d'adolescente de 14 ans, Susie Salmon observe, depuis un paradis façonné à l'effigie de ses rêves d'antan, sa famille en deuil et son redoutable assassin. Sur ces bases narratives simples, La nostalgie de l'ange entremêle les intrigues, superpose les enjeux dramatiques et multiplie les personnages. le travail d'Alice SEBOLD est à ce titre impressionnant dans son jusqu'au-boutisme, quasiment chaque dénouement étant mis en perspective avec un autre. Une manière inconsciente, sans doute, de relier directement le monde des morts et celui des vivants. Les tous premiers passages de la nostalgie de l'ange sont particulièrement émouvants, ils montrent les disponibilités observatrices, émotionnelles et réactives d'une jeune adolescente dont le destin terrestre bascule suite à un abus de curiosité. de l'autre côté une vision d'ensemble de tous les êtres vous ayant choyés ou terrorisés s'avère révélatrice. L'entre deux mondes permet de capter tout en délivrant des passages magnifiques dont certaines significations restent à définir la détresse, l'angoisse et la sensibilité à l'état pure de ceux que l' on perçoit toujours mais dans un monde virtuel. Un nouvel état révèle le pain béni des philosophes, le retrait. Celui permettant de s'imprégner à distance dans un contexte encourageant la soif de continuer un monde vous ayant brutalement congédié.
La nostalgie de l'ange s'éloigne très vite des livres de fantôme traditionnel; pas des draps en mouvement ici, ou des portes qui claquent dans la pénombre. Susie communique émotionnellement avec ses proches, et ses propres états d'âme (tout ce qui lui reste, en somme) influent tacitement sur leurs agissements. Affichant un goût prononcé pour le surréalisme, Alice SEBOLD a l'audace de ne pas poser de mot précis sur les phénomènes ici relatés, et signe comme si de rien n'était le roman fantastique le plus plausible qu'on ait pu lire depuis longtemps. de fait, l'argument fantastique en lui-même n'est pas ici le principal centre d'intérêt de l'auteur. Car La nostalgie de l'ange a choisi de souligner le basculement d'un rêve américain idéalisé vers une société consciente de sa propre déchéance, appelée à se complaire du jour au lendemain dans une relation d'amour-haine avec la figure du serial killer. Pertinente, l'auteur confronte tout au long de la nostalgie de l'ange deux imageries antinomiques, jusqu'à balader son "ange" dans les souvenirs macabres de son croquemitaine. Il était pourtant tentant, dans ce contexte, de pencher pour un roman d'enquête conventionnel ou bien un drame pur et simple. Mais Sebold n'avalise aucune de ces options, ou plutôt les avalise toutes deux simultanément, un genre nourrissant l'autre de manière souvent imprévisible.
En ce qui concerne les personnages, c'est sans doute Jack Salmon, le père de Suzie, qui m'a le plus touché. Depuis la mort de sa fille, il fait tout pour retrouver le corps de sa fille et par la même occasion son meurtrier. Jack, meurtri par ce drame, n'a plus que Suzie en tête et se morfondre sur lui-même.
La soeur de Suzie est aussi un personnage incroyable. Après le drame, elle devra subir le malheur de son père, devra en quelque sorte prendre la place de Suzie - irremplaçable dans le coeur de son père, pense-t-elle - et être identifiée aux yeux de tous comme "la soeur de Suzie SALMON". Mais malgré tout ça, elle aimait sa soeur et est prête à tout pour retrouver son meurtrier. C'est ce qui d'ailleurs, la rapproche de son père.
Pour ce qui est du style d'écriture, je dirais qu'il impose chez le lecteur un certain malaise, une angoisse profonde et persistante, c'est tendu et assez frustrant, à l'image de la scène où Harvey invite Susie à visiter son "coin pour enfants", le théâtre de sa destinée fatale. On sait d'avance ce qui va se produire, et on est là, impuissant devant cet événement horrible, tragique qui va bouleverser sa vie ainsi que celle du monde qui l'entoure.
J'ai trouvé qu'il y avait certains moments de vide dans le roman. Mais Sebold a su exploiter en quelque sorte ce vide, le remplir avec des phrases en suspens, des murmures, des sous-entendus... Elle est là la merveille : elle a rempli du vide avec du vide. Et puis ces phrases qui marquent : "Salmon, comme le saumon, prénom : Susie" "Tu es la fille Salmon, c'est ça ?" "Tu es magnifique, Susie Salmon". C'est étrange, c'est beau, c'est poétique. Un roman d'une élégance rare et d'une finesse exemplaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          483
Cette critique peut heurter la sensibilité de certains lecteurs.
Hugo
  29 juin 2016
Je me souviens que c'était en primaire que j'ai appris quel était le mot le plus long de l'alphabet français, grand fan des dictionnaires, allez savoir pourquoi j'étais fan de ce gros bouquin que je trouvais particule lièrement fascinant ? C'est en CP que je reçu mes premières lunettes, diagnostiqué bigleux par la façon dont je tenais mes cahiers : bras tendu pour y lire quelques formes géométriques, échappant complètement les années précédentes à mon instit de maternelle qui décida par expérience de convoquer ma mère pour lui faire part de son inquiétude grandissante quant à ma difficulté d'enfiler les perles dans le fil…
inquiétude qui perdura quelques années plus tard mais plus avec des perles, suivez mon regard les chaudasses… Bref je mettais 10 piges de plus qu'avec les coquillettes que je confectionnais de mon amour enfantin à ma mère que je vénérais comme une maman…
Donc me voilà en CP dans ce nouvel espace immersif dont j'ignorais tous les mystères, plein de curiosité, doué en lecture mais pas en ponctuation, trop impatient de montrer que je savais lire, il était fondamental que je prouve à mes copains ce talent dont j'ignorais l'existence jusqu'à présent… et le soir venu, sur le chemin de l'école, je croisais l'église de ce petit village avec son paratonnerre perché au sommet de cet édifice dont la croyance éphémère berça mes illusions de petit blond pendant quelques années… Nous vivons chez ma grand-mère maman et moi, un mariage à la con, un divorce encore plus à la con, et nous voilà de retour chez mémé… Je m'empressais de faire mes exercices d'écriture, puis je me ruais sur le dictionnaire pour y chercher ce mot dont Nicolas m'avait parlé dans la cours de récré, fier de sa découverte dont ses parents avaient dû lui souffler l'existence :
- Tu sais c'est quoi toi le mot le plus long ?
- Non c'est quoi ?
- Anticonstitutionnellement

Tout cela m'échappait, mais le dictionnaire allait pouvoir m'éclairer sur la question, et puis en fait pas vraiment, le CP avait eu raison de mon jeune âge pour que j'y comprenne quelque chose de vraiment passionnant…
Chaque matin, maman me déposait en deux chevaux devant l'école, je me souviens que Dutronc braillait ses cactus partout l'habitacle, et Sardou parlait des seins doux de sa mère, je connaissais les paroles par cœur, avec mon cartable sur le dos et ma trousse à billes, je rejoignais les copains à l'entrée… on se marrait bien avec les copains, dans l'insouciance de notre enfance…
Je me souviens qu'à la cantine, on nous filait à bouffer des trucs pas très bandants, les endives en tête de liste des trucs qui me font gerber direct, amère de par leur gout, il m'est encore impossible aujourd'hui d'y tremper ma langue, fort heureusement j'aime les moules, et n'est ce pas le plus important ?
A cette époque je voulais devenir éleveur de dauphins, je jouais à sous le préau, dans ma solitude, imaginant mon bateau chevauchant les lagons turquoise invitant les dauphins à me suivre dans mon imaginaire de môme, convaincu de mon ambition précoce trop vite rattrapée par une réalité plus capitaliste des années après, quel chiotte…
Grandir n'a pas pas grand intérêt quand tu n'as pas connu la peau douce d'une femme sous tes doigts avisés d'enfileur de perles à la con pour confectionner des colliers, respirer sa douceur et cette grâce délicate au courbes à variation brachistochrome sa mère, frémissant sous tes coups de langues, s'orgasmant après quelques années sous tes coups de bite, gâchant d'une façon vulgaire cette histoire toute mimi, à verser sa nostalgie sur le clavier azerty, mais ne pouvant terminer sans romantisme, alors les filles je vous offre ce bouquet de volubilis au parfum de mes lubricités les plus sincères….
A plus les copains et merci d'avoir participé en me donnant tous ces mots à la con...
PS : Qui c'est qui a été au festival d'Hellfest cette année ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4848
BillDOE
  10 juin 2020
Susie Salmon, quatorze ans, kidnappée, violée, tuée, démembrée, observe depuis le paradis qu'elle a rejoint, sa proche famille et ses amis qui se débattent devant l'horreur de la situation à laquelle ils sont confrontés. Ces derniers essayent de faire face en continuant à « vivre ». le temps passe. Son meurtrier n'est autre que le voisin de ses parents, un homme perturbé et solitaire qui fabrique des maisons de poupées, un être invisible, sordide.
Alice Sebold raconte cette histoire tragique avec toute la magie d'un conte et enchante le lecteur mal grès la dureté du propos. le tour de force de cette auteure est d'avoir réussi à écrire cet horrible fait divers et ses conséquences sans qu'à aucun moment la haine n'y ait sa place ou n'y soit mentionnée. La narration angélique de Susie, du haut de son paradis, ne juge personne. On ne lit que sa nostalgie de ne plus pouvoir partager des moments de vie avec son proche entourage terrestre.
« La nostalgie de l'ange » est un premier roman dont l'écriture est parfois maladroite, embrouillée, mais cette histoire est tellement prenante, remue tellement de sentiments que l'on en oublie les failles techniques pour ne retenir que la force et la beauté des émotions que l'on ressent à la lecture de cette chronique.
Il y a caché, un message d'espoir pour les personnes confrontées directement ou indirectement à la mort. Chacun y trouvera le sien.
En tout cas, on peut être rassuré…
Traduction de Edith Soonckindt.
Editions J'ai lu, 348 pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          473
mickaela
  12 novembre 2012
Un livre très dur... un livre lu il y a plusieurs années et dont je n'ai jamais oublié l'histoire, ni l'intensité qui s'en dégage. Cette histoire, c'est un peu l'histoire de tous ces enfants disparus, violés et tués mais elle écrite d'une manière très différentes de ce que l'on a pu lire jusqu'ici , elle est racontée à travers les yeux de cette fillette "l'ange".
Très émouvante....une histoire qui marque longtemps même après la lecture du livre.
Commenter  J’apprécie          520
Gwen21
  29 octobre 2019
"La nostalgie de l'ange" est un roman un peu étrange ; normal, me direz-vous, puisqu'il s'agit à la fois d'un thriller et d'un récit paranormal. Véritable best-seller plébiscité par le public anglo-saxon, il semble un peu moins réputé côté francophone.
Susan est une enfant de quatorze ans assassinée et découpée en morceaux par un serial killer. Un pitch dévoilé dès l'incipit et qui peut étonner mais pas longtemps quand on découvre que l'action se situe aux Etats-Unis.
Le réalisateur Peter Jackson ne s'est pas trompé quand il a flairé le potentiel cinématographique de ce roman qui lui a permis de tourner "The lovely bones" : une famille américaine standard, une zone pavillonnaire aux pelouses impeccablement tondues avec des vélos renversés qui y traînent et des niches à toits tuilés, un pavillon dont la cuisine embaume les effluves d'une délicieuse apple pie tout juste sortie du four et un étage qui résonne des chamailleries d'une fratrie turbulente. La petite Susie aura donc été spoliée de son american dream par un psychopathe, l'occasion pour Alice Sebold de construire un roman autour des interactions entre les morts et les vivants. Entre les lignes, la quête de justice, l'envie de retrouver et de châtier le coupable, le besoin de savoir où est désormais la défunte se profilent en développements plus ou moins heureux.
J'ai globalement apprécié la lecture de "La nostalgie de l'ange" mais je reproche à l'auteure les stéréotypes facilement employés ainsi que le dénouement à l'américaine. le monde du paranormal mérite mieux à mon avis qu'un scénario pré-mâché même si, au final, les pages se tournent toutes seules. J'ai aussi trouvé quelque peu macabre son insistance à vouloir décrire les sévices subis par Susie, un manque de subtilité que je juge racoleur.
Le réel intérêt de ma lecture est le questionnement amené par cette question : comment survit-on à la perte d'un enfant ? A plus fortes raisons dans des conditions criminelles ? Le roman traite ce sujet mais de façon trop superficielle à mon goût, le tort d'Alice Sebold est peut-être d'avoir voulu juxtaposer du suspense à l'approche psychologique ?

Challenge MULTI-DÉFIS 2019
Challenge PLUMES FÉMININES 2019
Challenge USA
Challenge BBC
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392

Citations et extraits (96) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   18 avril 2014
Et tandis que Flora virevoltait, d’autres fillettes et femmes venues de tous côtés traversèrent le champ. Nos cœurs souffrants s’épanchèrent les uns dans les autres comme de l’eau coulant de tasse en tasse. Chaque fois que je racontais mon histoire, je perdais quelque chose, une toute petite goutte de douleur. Ce jour-là, je sus que je voulais raconter l’histoire de ma famille. Parce que l’horreur sur Terre est réelle et quotidienne. C’est comme une fleur ou le soleil ; rien ne peut l’empêcher d’être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
facteur84facteur84   26 juillet 2010
La nuit tombait ; les lanceuses de javelot et de poids partaient pour d'autres paradis. Des paradis où une fille comme moi n'avait pas sa place. Etaient-ils abominables, ces autres paradis ? Pires que de se sentir solitaire parmi ses pairs en pleine croissance ? Ou bien étaient-ils au contraire exactement ce dont je rêvais ? Ou l'on était éternellement englué dans un monde d'images d'Epinal, avec la dinde sur la table familiale, découpée par un père moqueur et bienveillant.
Si je m'éloignait trop et réfléchissais à voix assez haute, les champs changeaient. En baissant les yeux, je voyais du maïs et je pouvais alors entendre un chant, une espèce de sifflotement et de grognement qui m'avertissait que je devais m'éloigner du bord. Ma tête palpitait, le ciel s'obscurcissait et la nuit du meurtre se répétais, cet autrefois perpétuel revivait. Mon âme était solidifiée, alourdie. Je suis ainsi remontée plusieurs fois jusqu'au bord de ma tome, alors que c'est vers le fond que je devais regarder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
SlaySlay   03 mars 2010
Un soir de l'été 1975, ma mère se tourna vers mon père et lui demanda :
"Tu as déjà fait l'amour dans l'océan ?"
Et il répondu : "Non.
- Moi non plus. Alors imagine que l'océan est là, que je m'en vais, et que peut être nous ne nous reverrons jamais."
Le lendemain elle partit pour le chalet de mon père, dans le New Hampshire.
Commenter  J’apprécie          250
florencemflorencem   17 avril 2014
« Lequel ? » a demandé ma mère, impatiente. Elle a croisé les bras dans l’attente d’un autre détail pour elle anodin et pour les autres significatifs. C’était un vrai mur. Cahiers et romans n’avaient aucune valeur à ses yeux. Sa fille pourrait survivre avec un bras en moins. Beaucoup de sang n’était jamais que beaucoup de sang. Ce n’était pas un corps. Jack l’avait dit et elle le croyait : on n’était jamais sûr de rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
facteur84facteur84   26 juillet 2010
Si tu arrêtes de te demander pourquoi c'est toi qui as été tuée et non quelqu'un d'autre, si tu arrêtes d'explorer le vide que ta perte a laissé, si tu arrêtes de te demander ce que ressent toute personne laissée sur la Terre, tu pourras être libre. Dit plus simplement, il te faut abandonner la Terre.
Commenter  J’apprécie          240

Videos de Alice Sebold (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alice Sebold
Bande annonce The Lovely Bones (Vostfr) Le prochain film du grand Peter Jackson (27 Janvier 2010), basé une une nouvelle (The Lovely Bones ou la Nostalgie de l'Ange) d'Alice Sebold. The Lovely Bones, c'est l'hisoire de Susie, jeune fille, violée et assassinée à 14 ans, depuis, elle observe le monde du paradis. Elle voit ses parents et sa famille ravagés par le drame, elle voit le détective chargé de l'enquête et elle voit son meurtrier poursuivre ses sanglants méfaits... Sous titres by me
autres livres classés : violVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "La nostalgie de l'ange" d'Alice Sebold.

Comment s'appelle la responsable des nouveaux arrivants au paradis ?

Anny
Patty
Franny
Nanny

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : La nostalgie de l'ange de Alice SeboldCréer un quiz sur ce livre

.. ..