AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 220711032X
Éditeur : Denoël (04/10/2012)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Habitant les quatre coins du monde, les personnages qui peuplent ces huit récits sont des gens simples, marginaux ou migrants, souvent doués d'une force et d'un charme mystérieux. Ainsi Pinhas Pradkin, jeune Juif pieux qui hante le port d'Odessa pour partir en Israël et qui se retrouve à la tête d'un régiment bolchevik en pleine guerre civile. Ou encore Raphaël, meunier chassé de son moulin pour n'avoir pas voulu transgresser l'interdiction de tuer. Ou Sholem Malnik... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
miriam
  17 décembre 2012
Abusée par le titre Au bord de la mer noire (je souhaitais continuer encore mon périple en Bulgarie et Roumanie) j'ai emprunté ce livre et c'est une excellente surprise. C'est un recueil de huit nouvelles, Au bord de la mer noire, est la première. les autres se déroulent dans des lieux variés, aussi bien en Pologne, Ukraine, Russie qu'aux États Unis. Huit longues nouvelles, 90 pages, presque un roman, traduites du Yiddish, racontent un monde qui disparaît. Cette extinction du shtetl a commencé bien avant la Shoah. L'ouvrage a été écrit aux États Unis, publié en 1938.
La Première Guerre Mondiale et la Révolution Russe font basculer dans la modernité des communautés très religieuses encore rurales. L'émigration aux États Unis est aussi décisive. Ces nouvelles, toutes très différentes, racontent le destin d'hommes simples emportés par une histoire singulière. Comment le fils de rabbin, professeur d'hébreu qui ne rêve que de Palestine se retrouve-t-il commandant d'un bataillon de l'Armée Rouge? Qu'est- venu chercher Sholem Melnik en Amérique, le peintre en bâtiment de New York nostalgique de la campagne polonaise? Et ce garagiste passionné de mécanique qui déçoit les espoir de ses parents qui le rêvaient médecin?
Il raconte une société fondée sur l'observance des rites et des lois religieuses, une société solidaire où l'on n'aurait jamais laissé un colporteur ou un mendiant passer le Shabbat seul. Les solidarités n'ont plus cours en Amérique où la course à l'ascension sociale prime sur les anciennes valeurs. Il raconte aussi la solitude de l'étranger, du migrant, de ceux qui ont été égarés dans les tourmentes de la Révolution russe avec humanité, tendresse même. Il décrit les moindres usages de la vie quotidienne avec une foule de détails oubliés, des expressions venant des prières, hébreu ou yiddish, coutumes des fêtes ou tenues vestimentaires. C'est vivant, précis, tellement fascinant.
Lien : http://miriampanigel.blog.le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   31 mars 2016
La distance était considérable entre le port et la Moldavanka où logeait Pinas Pradkhin, un gars de la campagne originaire d'Israëlevkè, une colonie agricole juive de la région de Kherson. Ce long trajet, il le parcourait cependant très souvent, traversant ainsi à pied pratiquement toute la ville d'Odessa.
Non pas que Pinas Pradkhin, ce garçon de dix-huit ans replet aux joues rouges, eût quoi que ce soit à faire dans le port russe où les navires roumains, grecs et turcs apportaient raisins secs, figues, dattes, mandes, noix et pastèques et d'où ils repartaient chargés de céréales et de bois. Parce que, bine que né sur la terre grasse de Kherson, grosse exportatrice de céréales vers les pays du pourtour de la mer Noire, Pinas Pradkhin n'était en rien concerné par le seigle ou le blé. En fait, son père était un pauvre petit rabbin dans une colonie juive, Israëlevkè, rabbin qui faisait office tout en même temps d'abatteur rituel, de circonciseur, de chantre et d'instituteur et qui même chauffait le bain du village tous les vendredis ainsi qu'un milieu de semaine quand une femme devait aller se purifier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Video de Israël Joshua Singer (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Israël Joshua Singer

Erri de Luca La Fabrique de l'ombre
Erri de Luca --La Fabrique de l'ombre -- Où Erri de Luca, après la projection du film de Robert Bober : "A Mi-Mots : Erri de Luca", parle de son histoire avec Naples -"je dois t'apprendre, après je dois te perdre"-, des arbres qui fabriquent de l'ombre, de la surface, de la profondeur et de Hofmannsthal, de la compagnie des livres, de l'écriture et de la lecture, des langues, le Grec et le Latin, le Français, de l'Anglais et de Harry de Luca, de l'Hébreu ancien et du Yiddish, de Israël Joshua Singer et du Russe, à l'occasion de "Paris en Toutes lettres", au Centquatre à Paris - 7 mai 2011 - Erri de Luca -La Fabbrica dell'ombra - Dove Erri de Luca, dopo la proiezione del film di Robert Bober: "A Mi-Mots : Erri de Luca", parla della sua storia con Napoli, degli alberi che fabbricano dell'ombra, della superficie, della profondità e di Hofmannsthal, della compagnia dei libri, della scrittura e della lettura, delle lingue, del Greco e del Latino, del Francese, del Inglese e di Harry de Luca, del Ebraico antico e del Yiddish, di Israele Joshua Singe e del Russo, in occasione di "Paris en Toutes Lettres", al Centquatre a Parigi - 7 maggio 2011
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature yiddishVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Dossier Confidentiel : Elizabeth Bennet

Combien a-t-elle de sœur ?

2
3
4
5

10 questions
536 lecteurs ont répondu
Thème : Orgueil et préjugés de Jane AustenCréer un quiz sur ce livre