AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757853287
Éditeur : Points (20/08/2015)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 42 notes)
Résumé :
En 1942, Tsili Kraus a douze ans. Elle est la " petite dernière " d'une famille nombreuse et vit dans un village d'Europe centrale. Quand la haine anti-juive éclate, tous s'enfuient, laissant Tsili pour garder la maison.
Mais personne ne reviendra... Tsili va se battre pour survivre. Elle passe trois années à se cacher, cueillant des fruits sauvages, volant de la nourriture, se réfugiant dans des granges ou des écuries. Jusqu'à ce qu'elle rencontre Marek, éva... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Osmanthe
  03 janvier 2016
1942, un petit village quelque part en Europe centrale...Tsili, gamine juive de douze ans, est chargée de garder la maison de sa nombreuse famille partie précipitamment...pour ne jamais revenir. Dès lors elle se met à errer aux lisières des forêts alentours, cherchant sa nourriture dans la nature, en volant, en mendiant ou en rendant de menus services aux habitants du coin. Elle n'est pas très éveillée ni très courageuse. Elle est aussi mal reçue pour être reconnue comme la fille de Maria, que tout le monde traitait de putain. Dans son isolement, elle rencontre Marek, un homme marié et père de famille, fugitif qui s'est échappé d'un camp...Au fil des jours monotones et oisifs, où seule la recherche de nourriture et le sommeil occupent Tsili, Marek buvant et délirant, ces deux êtres perdus vont se réchauffer en vivant quelques moments d'étreinte. Mais Marek n'en peut plus, il part...
Tsili est enceinte...pendant des mois, son isolement reprend...mais bientôt 1945 s'avance, des colonnes de juifs rescapés des camps arrivent...Intégrant le flot de réfugiés, Tsili marchera jusqu'à la côte dalmate, en attente d'embarquement pour la Palestine.
La vie de Tsili est mortifère, d'un vide sidéral. Les journées sont rythmées uniquement par la recherche de nourriture, pour survivre, par le sommeil, un sommeil peuplé de voix, de rêves comme des hallucinations. L'isolement confine presque à la folie, il n'y a plus de but, plus de chemin de vie ni de chemin physique d'ailleurs : la gamine est tétanisée et reste à camper à deux pas du village de ses parents. Le froid, l'humidité, la fatigue, la faim, la saleté...Et même lorsqu'elle intègre, enceinte et à bout de force, le groupe d'exilés, elle est encore longtemps esseulée, possédée par le souvenir de Marek.
J'ai trouvé l'atmosphère oppressante et désespérante, à cause de l'immense isolement de l'héroïne au sein d'une nature presque inquiétante, alors même que cette nature est paradoxalement fort peu décrite...et même lorsque Marek est près d'elle, on n'est pas rassuré : elle parle peu, lui est instable, imprévisible, oscillant entre colères et gentillesse. Tsili n'en est apparemment guère affectée, elle semble fascinée par les hommes bavards qui délirent et parlent comme des prophètes...
Une oeuvre étrange, à l'atmosphère presque onirique, où un destin individuel se fond dans le destin dramatique de tout un peuple, même si la fin redonne une forme d'espoir à ces êtres qui ont tout perdu, espoir de renaissance sur la terre de Palestine...
Un thème qui interpelle singulièrement aujourd'hui, à l'heure de l'exode des migrants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Bazart
  30 août 2015
Le 12 août dernier est sorti sur nos écrans le nouveau film du grand cinéaste israélien 'Amos Gitai, "Tsili" adapté du livre éponyme livre d'Aharon Applefeld.
Hélas, alors que le livre Aharon Appelfeld, évocation indirecte mais puissante et terrifiante de l'enfer de la Shoah est une belle réussite, le film de Gitai se perd dans un minimalisme et une conceptualisation rédhibitoire, rendant les personnage et les situations trop désincarnées.
Si je ne conseille malheureusement pas d'aller voir le film de Gitai (qui s'est un peu perdu après d'immenses films dans les années 90), il faut absolument lire le roman d'Aharon Appelfeld écrit en 1982, soit 20 ans avant l'obtention du prix Médicis Étranger qu'il a obtenu en 2004 pour ."Histoire d'une vie" , la suite logique et défictionnalisée de Tsili dans laquelle il dépeint ses propres années de guerre passées à se cacher de ferme en ferme, à vivre de rapines et d'expédients, en Robinson échoué dans une Europe entièrement asservie à l'objectif d'exterminer son peuple.
Grace à son ton dénué d'effet et de pathos, mais terriblement puissance, ce livre, qui nous interroge indirectement mais habilement sur notre place dans cette société de surconsommation, constitue assurément une des grandes oeuvres l'écrivain israélien le plus traduit dans le monde.... des livres à gagner chez moi en cliquant sur l'article!!
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
patrick75
  22 février 2014
1942 : quelque part en Europe Centrale.
On entre dans cette histoire comme dans un rêve ou plutôt un cauchemar.
L'auteur nous raconte la barbarie a travers la petite Tsili, enfant de douze ans, l'innocente, celle qui a la tête "ailleurs", celle que l'on ne remarque pas.
Une manière singulière d'évoquer ces heures sombres, mais en même temps tout est dit ou suggéré. Parfois il n'est pas nécessaire de longue phrases pour se faire comprendre.
Commenter  J’apprécie          250
miriam
  26 septembre 2015
Dans le Garçon qui voulait dormir, les Partisans,et... Appelfeld puise dans son expérience personnelle, sa vie errante dans les forêts de Bucovine ou d'Ukraine au cours de la Seconde Guerre mondiale. Pas plus que dans ces romans , il n'écrit d'autobiographie. Il s'agit de fiction. le témoignage est celui d'un romancier qui met en scène des personnages romanesques complexes avec leur histoire propre. Depuis que je suis cet auteur je n'ai aucune impression de répétition ou de redite. Bien sûr, le décor change peu : forêt, marais et montagne mais l'histoire est différente. Richesse de l'âme humaine et de cette humanité juive, finesse de l'observateur qui ne se limite pas aux archétypes et fait surgir des personnalités.
Tsili, fillette de 12 ans, peu éveillée, est peu douée alors que ses aînés cherchent à réussir socialement par une bonne éducation et des concours. La famille n'est pas pratiquante, un vieil homme l' initie aux rudiments de la religion puisque l'école est pour elle un échec. Alors que la menace se précise pour les Juifs en 1942, on la laisse garder la maison tandis que le reste de la famille prend la fuite .

Livrée à elle- même Tsili découvrira seule les moyens de survie. Tantôt, elle sera sauvageonne dans la forêt, tantôt, elle sera servante de paysans à qui elle cachera ses origines juives.
Dans la forêt, elle rencontre Marek homme marié qui a fuit les camps. Une vie commune s'organise dans un abri qu'il a creusé. Un jour Marek descend de leur montagne :
"L'homme n'est pas une taupe, cette position couchée est déshonorante"

Il ne remontera plus. Tsili porte un enfant de lui. La guerre prend fin et Tsili rejoint les colonnes de réfugiés qui traversent l'Europe avant d'arriver à la mer où ils embarquent vers la Palestine. La fin du roman conte leur errance. Tsili est devenue une femme.
J'aurais dû lire le livre avant d'aller voir le film d'Amos Gitaï qui n'est pas une adaptation du roman. Plutôt une illustration, une inspiration, comme la chorégraphie qui lui sert de prologue. Oeuvre minimaliste. Tsili est figurée d'abord comme sauvageonne puis comme errante. Amos Gitaï n'a rien retenu de la servante battue par les paysannes, ni de la mendiante, de celle qui troque des vêtements contre la nourriture. La bande sonore raconte plus que les images. Bruits de fusillades. Bruits de la forêt. Il faut également être attentif à la langue, alternance de yiddish et d'Allemand, russe aussi.
Lien : http://miriampanigel.blog.le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
cathe
  03 septembre 2015
Appelfeld a commencé à écrire en faisant des romans sur la Shoah. Certains lui ont d'ailleurs reproché de romancer l'horreur de ce vécu. Il s'en explique dans son autobiographie "Histoire d'une vie" en écrivant que les enfants qui, comme lui, ont été emprisonnés dans les camps, n'avaient pas les mots pour exprimer cette horreur, et que c'est uniquement par des sensations, et, pour lui, par l'écriture de ces sensations, qu'il sera possible d'en parler.

Ce roman, c'est l'histoire de ses années à lui, transposée sur une petite fille, mais c'est lui cet enfant dont toute la famille est arrêtée et qui devra errer pendant des mois en se cachant et en mentant sur ses origines juives. le travail dans une maison où elle est nourrie mais maltraitée, la fuite, l'errance dans les bois, la communion avec la nature. La rencontre avec un homme mettra un petit et bref rayon de soleil dans cette fuite, mais on en retient surtout la cueillette de fruits, les refuges dans les granges et sous les arbres, et, toujours, la peur. L'errance prendra fin quand elle rencontrera un groupe de juifs de retour des camps, et avec eux elle va aller jusqu'à Zagreb où des passeurs plus ou moins honnêtes vont les transporter jusqu'en Palestine.

L'émotion en lisant ce récit est sans doute décuplée quand on a lu "Histoire d'une vie" auparavant et que l'on voit à chaque page l'auteur décrire des sensations qu'il revit quarante ans après ! L'écriture, toujours lyrique et imagée, est très belle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
OsmantheOsmanthe   03 janvier 2016
Le soir, il ralluma le feu. Ils mangèrent et burent une infusion d'herbes. Marek avait trouvé quelques bûches sèches qui brûlèrent bien en diffusant une agréable chaleur. Le vent aussi était doux et il apportait avec lui par hasard des ombres légères qui venaient d'au-delà de toute cette végétation, ce qui, semblait-il, avait une influence secrète sur Marek. Il se mit à pleurer de façon inattendue.
- Que se passe-t-il ?
- Je me souviens.
- De quoi ?
- De tout ce qui m'est arrivé l'année dernière.
Tsili se leva. Elle voulait dire quelque chose, mais les mots lui échappaient. Enfin elle parla.
- Je t'apporterai encore du tabac.
- Merci ! Je suis assis ici, je mange, je fume et ils sont tous là-bas. Qui sait où ?
Son visage gris s'assombrit, et une tache jaune s'épanouit comme un oeil sur son front.
- Ils reviendront tous, répondit Tsili sans savoir ce qu'elle racontait.
Ces paroles le calmèrent d'un seul coup. Il lui posa des questions sur sa randonnée et sur le village, sur la façon dont elle avait réussi à acheter les provisions ainsi que le tabac, et sur ce que disaient les paysans.
Ils sont calmes, dit Tsili d'une voix tranquille.
- Ils n'ont pas parlé des juifs ?
- Non.
Il resta quelques instants recroquevillé sans bouger. Ses yeux ternes que le manque de sommeil avait rougis se fermaient. Tout à coup, il s'écroula et s'endormit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
OsmantheOsmanthe   03 janvier 2016
Son bain lui avait fait du bien, mais il n'en fut pas de même pour les fruits. A cette époque, elle ne savait pas encore choisir entre tous les rouges et tous les noirs. Elle cueillait ce qui lui tombait sous la main : des myrtilles, des cerises, des framboises, des fraises. Le soir, elle fut prise de violents maux de ventre. Elle eut la diarrhée. Ses jambes maigres ne la portaient plus. "Mon Dieu, mon Dieu !". Les mots jaillissaient, mais ses cris étaient engloutis dans les hautes herbes. Si elle en avait eu la force, elle se serait traînée jusqu'au village et ses serait livrée.
Un paysan la surprit.
- Que fais-tu ici ?
- Je suis malade !
- Qui est ta mère ?
- Maria.
L'homme lui jeta un coup d'oeil dégoûté, grimaça et, sans plus la regarder, s'éloigna.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
OsmantheOsmanthe   03 janvier 2016
Un homme s'approcha de Tsili pour lui demander : "D'où es-tu ?" Ce n'était pas lui, mais quelque chose en lui qui posait la question, comme dans un cauchemar.
Les yeux de Tsili semblaient s'ouvrir. Des mots qu'elle n'avait pas entendus depuis des années résonnaient à ses oreilles et les caressaient dans un murmure. "Si je rencontre maman, que lui dirai-je ?" Elle ignorait ce que tout le monde savait déjà : sauf cette poignée de survivants, il n'y avait plus de juifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
GrouchoGroucho   07 novembre 2014
Marek ne revint pas le lendemain non plus.
.../...
Les jours passaient lentement, pesamment. Tsili ne s'éloignait pas. Une fois un cri jaillit du fond d'elle-même : Marek ! Sa voix résonna tout au long du versant. Personne ne répondit.
En un jour, les vents changèrent, ceux de l'hiver survinrent, ténus comme des couteaux aiguisés. Le feu brillait, mais ne réchauffait pas.
Commenter  J’apprécie          40
JondellesJondelles   03 février 2018
Quand la haine se déchaîna, ils s'enfuirent touts en laissant la gare de la maison à Tsili. Ils se disaient qu'il n'arriverait aucun mal une petite fille débile et qu'elle veillerait sur leurs biens jusqu'à ce que la colère fût passée. Tsili obéit sans implorer. L'affolement était considérable et on n'avait pas le temps de penser.
Nous viendrons te chercher, déclarèrent les frères en chargeant leur père sur un brancard.
cette même nuit, les soldats envahirent les maisons et les pillèrent. Ce fut un hurlement énorme, les cris montèrent jusqu'au ciel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Aharon Appelfeld (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aharon Appelfeld
Lecture en musique composée à partir du livre d?Aharon Appelfeld [L?Olivier, 2011 ; rééd. Points, 2019]. Extraits lus en français et en hébreu. avec : Laurent Natrella (de la Comédie Française), Valérie Zenatti (voix en hébreu), Eric Slabiak (violon), Franck Anastasio (guitare).
Dans la catégorie : Littérature hébraïqueVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures afro-asiatiques>Littérature hébraïque (66)
autres livres classés : littérature israélienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1771 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre