AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Brunette Spire (Traducteur)Anne Rabinovitch (Traducteur)
ISBN : 2207256227
Éditeur : Denoël (26/05/2005)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 10 notes)
Résumé :

Histoire d'amours folles, absolues et pourtant condamnées, telle est la trame des deux plus célèbres romans d'Israël Joshua Singer, Yoshe le fou et Les Frères Ashkenazi, réunis pour la première fois en un seul volume. Dans le monde disparu des communautés juives de Pologne, la passion amoureuse y est décortiquée avec un souffle romanesque et une modernité inégalables. Vaste saga, Les Frères ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
michfred
  29 mars 2015
Première partie: Les Frères Ashkenazi:
Simha et Yakhov sont deux frères aussi différents qu'il est possible de l'être: Simha est petit, industrieux, ambitieux, conservateur, débordant d'envie de faire sa place dans une Pologne encore sous la coupe des Russes et des Allemands, prêt à tous les reniements pour réussir. Yakhov est une sorte de géant, séducteur et sensuel, gagné aux idées progressistes voire socialistes- la Russie remue beaucoup...- entier, plein de fougue et de courage. Dinelé aime Yakhov d'amour, mais c'est pourtant Simha qu'elle épousera...
Cette grande saga familiale et romanesque qui s'étale sur des dizaines d'années, se déroule sur fond d'agitation pré-révolutionnaire russe, de montée du nationalisme polonais, de pression de l'occupation prussienne. Prise en étau entre ces trois puissances qui n'ont que le plus total mépris pour elle, la communauté juive du shtetl, misérable mais débordante de vitalité, traversée par les violences récurrentes des pogroms, des vexations et des ségrégations diverses, tente à toutes forces de vivre ou plutôt de survivre - et de se rendre indispensable dans le processus d'industrialisation qui marque la fin du XIXème siècle..
Joshua Israël Singer était le grand frère de Itzakh Bashevis Singer, prix Nobel. Il a été, avant d'émigrer aux USA avec son jeune frère, lui sauvant ainsi la vie, un des plus grands écrivains juifs de langue yiddish.
C'était, comme Yakhov Ahkénazi qui lui ressemble beaucoup, un esprit libre, dégagé de toute religion dans une famille très pieuse de rabbins, gagné aux idées socialistes, mais très vite alerté par la folie stalinienne, résistant de la première heure au nazisme. Quand il apprit , aux USA, en 1944, l'existence avérée de la solution finale, il n'y résista pas, et ce colosse au coeur d'or mourut dit-on de chagrin.
J'ai découvert" Les frères Ashkénazi" avec ravissement: des personnages hauts en couleur, une période de l'histoire complexe et grouillante d'événements, une trame romanesque intéressante -rivalité et solidarité des deux frères pas si ennemis que cela- bref, un monde!
Joshua Israël Singer est une sorte de Zola juif, écrivant en yiddish, plein de verve et d'imagination mais respectueux de la véracité historique et du contexte politique et économique de son roman. Il raconte, derrière l'histoire exemplaire des deux frères, l'essor et la désintégration d'un monde: celui des juifs de Pologne, celui du ghetto polonais des grandes villes, (tel celui de Lodz, ici), celui de l'humble shtetl des campagnes qui vivaient leurs dernières années.
Les antisémitismes locaux -russe, allemand et polonais sur ce seul point accordés - allaient bientôt se charger,chacun à leur façon, de les rayer de la carte.. Encore "un monde d'hier"...restitué avec tendresse, humour, cruauté et réalisme par un très grand écrivain...à redécouvir!
Deuxième partie: Yoshé le Fou
réédité dans le même volume que Les Frères Ashkenazi, "Yoshe le Fou" est tout différent: une belle histoire d'amour fou, dans une tonalité nettement plus onirique et poétique- en particulier la tradition légendaire du dibbouk, cet esprit malin dans lequel se transforme l'amant malheureux à sa mort.
Ce volume "double" offre l'avantage de voir le double talent de J.I.Singer: celui d'un romancier épris d'histoire et de vraisemblance, grand créateur de personnages, et bâtisseur d'intrigues complexes - et celui d'un délicieux conteur, féru de légendes populaires appartenant à la communauté juive ashkénaze si fertile en traditions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
andreepierrette
  20 octobre 2016
Saga d'une famille juive au début du siècle, en Pologne sous l'emprise des Russes et des Allemands.
Parcours d'une vie de deux jumeaux, totalement dissemblables, l'un petit, teigneux, besogneux, arriviste, jaloux; l'autre beau, séduisant, la joie de vivre en personne. le teigneux deviendra, à force de travail, un industriel réputé dans le domaine du tissage; l'autre vivra pleinement de belles amours. Tableau d'une société tourmentée par le nationaliste polonais, les guerres, l'antisémitisme,, les pogroms la misère mais aussi la richesse d'une certaine bourgeoisie allemande, , Un beau roman plein d'histoires de famille, passionnant.
Commenter  J’apprécie          120
Mline1
  03 août 2018
J'avais lu ce livre il y a une bonne quinzaine d'années.... J'avais oublié, en relisant le résumé et les critiques, je me suis remémorée cette histoire un peu comme une saga dans laquelle j'étais tombée... j'en garde un souvenir d'une histoire que je n'ai pas lâché, j'ai presque envie de le relire... Comme une nostalgie...
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   09 février 2016
C'étaient des tisserands allemands et moraves qui venaient s'installer en Pologne. Chez eux il y avait trop de monde et pas assez de pain, alors qu'en Pologne il y avait du pain mais point de marchandises. Les paysans polonais portaient des vêtements de grosse toile de lin qu'ils tissaient eux-même. Citadins et militaires devaient recourir à des importations étrangères que les juifs faisaient généralement venir de Dantzig par la Vistule, d'où une sortie des capitaux du pays. Des agents envoyés en Allemagne incitèrent les tisserands allemands à venir s'installer en Pologne : on leur offrait de la terre gratuitement, l'exemption du service militaire, une remise d'impôts les premières années, la liberté de respecter leurs coutumes et de pratiquer la religion protestante.
Ces tisserands, paysans pour la plupart, apportaient avec eux tous leurs biens, du bétail aux animaux domestiques, des fuseaux aux accordéons, des fouets aux charrues. Avec eux se trouvaient des pasteurs luthériens et leurs familles chargés de défendre la foi protestante dans ce foyer de papisme qu'était la Pologne, et de perpétuer leur allégeance au Dieu allemand et au Kaiser.
Les caravanes se dirigèrent vers les basses terres qui s'étendaient de Zyrardow à Kalisz, de Pabjanice à Zgierz et à Piotrkow. Certains tisserands établirent domicile autour de la ville de Lodz, toute proche de l'étang Ludka. Aux abords de la ville, près d'une route qui menait à des forêts de pins, ils construisirent des maisons, aménagèrent des jardins, creusèrent des puits, firent pousser du blé, des pommes de terre, et installèrent leurs métiers de bois.
Les Polonais appelèrent cette communauté Wilki (loups en polonais), en raison des loups qui venaient souvent roder par les jours de grand froid. Ils interdirent aux juifs de s'y établir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Video de Israël Joshua Singer (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Israël Joshua Singer

Erri de Luca La Fabrique de l'ombre
Erri de Luca --La Fabrique de l'ombre -- Où Erri de Luca, après la projection du film de Robert Bober : "A Mi-Mots : Erri de Luca", parle de son histoire avec Naples -"je dois t'apprendre, après je dois te perdre"-, des arbres qui fabriquent de l'ombre, de la surface, de la profondeur et de Hofmannsthal, de la compagnie des livres, de l'écriture et de la lecture, des langues, le Grec et le Latin, le Français, de l'Anglais et de Harry de Luca, de l'Hébreu ancien et du Yiddish, de Israël Joshua Singer et du Russe, à l'occasion de "Paris en Toutes lettres", au Centquatre à Paris - 7 mai 2011 - Erri de Luca -La Fabbrica dell'ombra - Dove Erri de Luca, dopo la proiezione del film di Robert Bober: "A Mi-Mots : Erri de Luca", parla della sua storia con Napoli, degli alberi che fabbricano dell'ombra, della superficie, della profondità e di Hofmannsthal, della compagnia dei libri, della scrittura e della lettura, delle lingue, del Greco e del Latino, del Francese, del Inglese e di Harry de Luca, del Ebraico antico e del Yiddish, di Israele Joshua Singe e del Russo, in occasione di "Paris en Toutes Lettres", al Centquatre a Parigi - 7 maggio 2011
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature yiddishVoir plus
>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature yiddish (34)
autres livres classés : pologneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1042 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre