AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Capeta tome 1 sur 3
EAN : 9782383162506
Noeve Grafx (26/05/2023)
3.5/5   11 notes
Résumé :
Kappeita Taira, surnommé Capeta, est un petit garçon orphelin de mère. Souvent livré à lui-même, il s’applique à ne rien montrer de sa solitude à son père, très pris par son travail.
Pour tromper son ennui, il aime admirer les belles voitures et s’imaginer les piloter... Jusqu’au jour où son père tombe sur une opportunité de concrétiser ses rêves.
Que lire après Capeta, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Les vieux fans de manga comme moi se rappellent peut-être le puissant Subaru, titre totalement atypique sur la danse qui rappelait plus Ashita no Joe que les ballets classiques qu'on vend aux petites filles. Ayant adoré la claque que j'avais alors reçue, j'étais impatiente de retrouver l'auteur mais j'avais perdu un peu espoir avec Capeta et son grand nombre de tomes. Noeve a ainsi réussi à me surprendre en l'annonçant. Je suis donc prête à revivre de grandes émotions auprès de l'auteur !

Capeta, c'est une série fleuve de 32 tomes au Japon, parue pendant 10 ans entre 2003 et 2013, annoncée d'abord dans la collection à petits prix chez Noeve, puis finalement arrivant dans sa collection normale, suite à la restructuration de ses titres à cause de la crise éco actuelle. J'avoue que je ne suis pas mécontente de ce choix car cela va permettre d'avoir une édition de meilleure qualité et que le titre le mérite bien !

En effet, dès les premières pages, j'ai retrouvé ce dessin rondouillard et ses émotions propres à l'enfance que l'auteur sait si bien mettre en scène pour nous toucher en plein coeur. Il a ce petit quelque chose qui lui permet de transformer un quotidien banal voire même un peu triste en quelque chose de lumineux et tellement touchant. On sait que sa série parlera de courses de voitures mais ici ce qu'il nous vend, c'est avant tout une aventure humaine, familiale et amicale, qui dès les premiers instants nous emporte.

Masahito Soda nous emmène à la rencontre de Kappeita, un petit garçon que son père élève seul en travaillant énormément. du coup, il se retrouve souvent seul et tente de faire bonne figure en assumant et en jouant les garçons forts et solides qui n'a pas besoin d'aide. Malgré tout, il souffre de cette situation. Son père, cependant, l'aime énormément et devine que cette situation pèse à son fils. Il cherche donc à lui faire plaisir dès qu'une occasion se présente. Ce sera le cas le jour où il ira travailler sur un circuit de karting et où il verra des petits bolides conduits par de jeunes enfants. Se rappelant le plaisir fou pris par son fils quand il lui avait offert des lego de voitures, il décide de lui fabriquer un kart.

Le mangaka brosse ainsi très rapidement ce qui fera probablement le sel de la série. Un petit garçon défavorisé mais avec un coeur en or et plein de qualités humaines, mais également sportive, qui se révèlera à travers cette passion pour la course, la vitesse et le pilotage. Déjà dans ce premier tome, il glisse des indices quant à ses capacités innées, que ce soit dans une course à l'école, tandis qu'il essaie d'échapper à des agresseurs ou bien lorsqu'un défi se présente à lui. Capeta est d'emblée un personnage attachant, prometteur, qu'on a envie de suivre.

Mais ce qui fera probablement le sel de la série, ce sera également les relations qu'il va nouer en cours de route. Déjà, ici, j'ai été touchée par celle qu'il entretient avec son père-courage. J'ai aussi regardé avec une tendresse touchante et amusante celle qu'il a avec ses camarades de classe et sa petite voisine. Capeta est quelqu'un qu'on a envie d'admirer et d'aider à la fois. Il saura rassembler des gens autour de lui, j'en suis sûre, et cela fera une belle aventure humaine. Tous les jalons sont déjà là.

De même, tous les jalons de la passion qui va emporter le héros et nous avec, sont là dans les dessins déjà vifs de l'auteur, qui derrière son côté trop rondouillard, fait preuve aussi d'une belle force explosive, lorsque la passion de Capeta entre en jeu. Il a ce sens du crayonné qui met en page puissamment la vivacité des actions de ses héros. C'était le cas dans Subaru où sentait tout le poids des émotions de la jeune danseuse. C'est à nouveau le cas ici où on sent l'énorme plaisir pris par Kappeita dès qu'il pilote.

C'est ainsi avec une facilité déconcertante que Masahito Soda a esquissé dans ce premier tome, les premiers mouvements d'une série résolument humaine, émouvante et prenante où on suivra le parcours d'un futur génie du pilotage, de son enfance à sa concrétisation. J'aime déjà tout dans cette première esquisse, ne reste plus qu'à aller à la rencontre des moments forts de la série.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
Commenter  J’apprécie          70
"Capeta" se passe dans le monde des courses automobiles. Au-delà de cela il parle d'une passion, de dépassement de soi, d'obstacles à franchir etc.
Et la magie d'un manga est justement de transmettre ces passions au lecteur, cela même si celui-ci dans la vraie ne s'y intéresse pas ou n'a pas eu l'occasion de s'y intéresser.
Cette passion, toutes ces expressions nous touchent en plein coeur, certaines scènes nous scotchent sur notre chaise/fauteuil. Nous avons ici, un jeune homme attachant, souvent livré à lui même comme son père travaille beaucoup.
Noeve Grafx fait un pari risqué avec cette série car non seulement elle date un peu, ce qui se sent dans le graphisme des personnages, mais aussi parce qu'elle fait 32 tomes en tout.
Malheureusement la série aurait dû faire partie de la collection XS, ainsi à plus petit prix, mais est restée en normal, autant dire qu'ils se tirent une balle dans le pied et qu'on ne peut même pas spécialement redirigé les gens vers le numérique, vu leur pratique de prix abusif.
L'autre chose inquiétante est le rythme de sortie, si ça ne sort pas au moins un tome tous les deux trois mois, ça le fera encore plus difficilement.
Le manga est de SODA Masahito, il date de 2003 dans son pays (il y a 20 ans) et il a aussi fait "Subaru, danse vers les étoiles!" où c'était la passion de la danse.
Nous pouvons apprécier les quelques pages en couleurs au commencement du tome. L'éditeur a sorti les deux premiers tomes en même temps.
Quand nous débutons, le trait old school fait un peu bizarre surtout sur les personnages, mais ils sont attachants et nous nous y faisons. Par contre, si nous observons au niveau du décor, ou tout ce qui tourne autour de la course automobile, là le graphisme dégage vraiment quelque chose de fort, et il est bon.
Kappeita Taira est surnommé Capeta voire même Cap. Quand nous faisons sa connaissance, ce jeune garçon de primaire qui essaye de tenir bon nous touche. Il a une belle relation avec son père, mais souffre de son absence sans réellement s'en plaindre.
Capeta dès le départ nous semble passionné par les voitures, il a envie de foire vroum vroum pour de vrai. Il a une très bonne amie, et également des gens qui le harcèlent. Même si nous comprenons vite que le cas de l'un d'eux Nobu est plus complexe, il est jaloux de lui sur certains points et a vu qu'il n'allait pas jusqu'au bout, en aucun cas ce genre de comportement n'est tolérable.
Mais lui au moins semble se rattraper ensuite.
Capeta ne l'a pas fait exprès, mais il a plus ressenti qu'il osait se l'admettre l'absence de son père.
Nous apprenons à découvrir son univers, cette petite famille attachante, les gens qui gravitent autour et à un moment donné le père va voir des enfants faire du karting, là il pense à son fils, que ça lui plairait, seulement ce n'est pas donné.
C'est à partir de là que tout commence à se mettre à place. Quand Cap prend le volant, ce n'est plus le même. Il y a de l'énergie, son expression s'embellit. Mais les difficultés et tout ce qu'il y a à savoir sur ce monde ne sera pas sous-estimé.
C'est ainsi prometteur, et il n'y a plus qu'à voir ce qu'il nous réserve
Le mot de la fin vous est offert par Capeta : "J'obtiendrai des résultats ! Dans le monde de la F1 comme dans celui du karting, cette conviction est la même car tel est le destin des pilotes de course."
Commenter  J’apprécie          00
Ce premier tome met en avant de belles valeurs portées par un petit garçon courageux et persévérant. Celui-ci est habité d'une grande force qu'il cache, mais qui se dévoile peu à peu. La vie a joué un rôle dans cet endurcissement entre une mère décédée, un père absent pour raison professionnelle et le harcèlement/la violence dont Capeta est victime. le lecteur blâme le papa pour son aveuglement envers son enfant qu'il croit heureux alors que tout prouve le contraire. Cependant, ce personnage évolue positivement lorsqu'il comprend qu'il s'est voilé la face trop longtemps et met tout en oeuvre pour le bonheur de Capeta. Son dévouement envers son fils est alors attendrissant et force le respect. Tout comme la réaction du garçon lorsqu'il découvre le cadeau que son père lui prépare et les sacrifices que cela demande à ce dernier. Dès lors, il veut être à la hauteur de ce présent, à la hauteur de son paternel et de ses amis qui ont mis leur passion et leurs souhaits dans la construction de ce premier kart. Cette dévotion envers ses proches est émouvante.
Cette bienveillance prédominante dans le manga offre des moments touchants au lectorat. Ce dernier apprécie la manière dont est amené le penchant de Capeta pour le karting et la F1 ainsi que celle de mettre en avant les valeurs de ce sport en même temps qu'elles éclosent chez le héros.
Ce volume crée ainsi un équilibre entre sujets sensibles (harcèlement, solitude) et portée positive.
Malgré quelques réserves concernant une grossièreté superflue et une fascination gênante d'une enfant envers un adulte, le texte séduit. Ce n'est malheureusement pas le cas des illustrations qui sont peu attirantes.
Un titre dynamique qui donne envie de connaître l'évolution de Capeta et de sa nouvelle passion !
Lien : https://livresratures.wordpr..
Commenter  J’apprécie          10
Capeta est un enfant qui vit seul avec son père après le décès de sa mère. Or son père doit s'absenter souvent pour travailler et Capeta prend sur lui pour ne pas montrer à son père sa solitude à la maison. Son père tombe par hasard sur des chassis de voiture et décide de monter une voiture de circuit pour compenser Capeta et lui faire la surprise.
J'ai été touché par cette histoire et par le personnage de Capeta. Je trouve que l'histoire et les personnages sont bien réussis et attachants.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
MangaNews
20 juin 2023
Capeta, c'est l'histoire de Kappeita Taira, surnommé Capeta, petit garçon de 8 ans quand la série débute. Entre une mère malheureusement décédée il y a longtemps et son père Shige très pris par le travail afin de joindre les deux bouts et subvenir aux besoins de son fils, l'enfant tâche, depuis toujours, de rester sage, quitte à ne rien montrer de la solitude qu'il ressent, à prendre sur lui, à étouffer ses désirs.
Lire la critique sur le site : MangaNews
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
J’obtiendrai des résultats ! Dans le monde de la F1 comme dans celui du karting, cette conviction est la même car tel est le destin des pilotes de course.
Commenter  J’apprécie          20
Je suis plus inquiet pour toi que pour moi.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : mangaVoir plus
Les plus populaires : Manga Voir plus


Lecteurs (20) Voir plus



Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1419 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre

{* *}