AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782359100297
80 pages
Ankama Editions (21/11/2014)
3.73/5   55 notes
Résumé :
"Tes pas nulle, toi, tu vas de l'avant, tu es forte...
Tu restes pas figée comme une idiote dans un cocon, même si tu prends des coups.
- Je sais pas... J'ai plutôt l'impression de faire n'importe quoi, de plus avoir aucune valeur. C'est comme si je me regardais agir sans comprendre où je veux en venir..."

Hello Fucktopia est un projet que Souillon avait envie de réaliser depuis bien des années en dehors du filet Maliki. Il s’agit d’une ... >Voir plus
Que lire après Hello FucktopiaVoir plus
Deadly Class, tome 1 : Reagan Youth par Remender

Deadly Class

Rick Remender

4.03★ (515)

12 tomes

Harfang par Aurore

Harfang

Aurore

3.85★ (108)

Doggybags, tome 1 par Run

Doggybags

Run

3.78★ (1049)

17 tomes

Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,73

sur 55 notes
5
4 avis
4
3 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
1 avis
Si je n'ai jamais accroché à « Maliki », j'ai toujours été fan du trait de Souillon. Un peu frustré, j'ai été très réceptif à l'annonce de la sortie d'un one-shot plus sombre intitulé « Hello Fucktopia » (et sous-titré « un vrai conte de fée »). J'ai pu suivre alors le blog du projet, montrant des extraits plus beaux les uns que les autres. le livre pèse 80 pages et est publié chez Ankama.

Souillon commence par préfacer son livre avec un mot à son lecteur. Une habitude de blogueur certainement. Il y présente « Hello Fucktopia » comme un projet qui lui tient particulièrement à coeur et qu'il a mis des années à arriver à mettre en place. Il implique le lecteur également et pose l'idée d'une forme d'autobiographie cachée. Cela m'a profondément dérangé. C'est comme si Souillon souhaitait mettre, avant la lecture, une part d'affectif dans notre lecture. Clairement, cela fonctionne pour beaucoup. Mais si l'on n'est pas fan de l'auteur, on est un peu dérouté par cette entrée en matière.

« Hello Fucktopia » présente l'histoire de Mali venue à Paris (la dite « Fucktopia ») pour étudier les arts plastiques. Ayant raté les concours d'entrée dans les écoles prestigieuses, elle se retrouve à la faculté avec des cours qui ne l'intéresse guère. A cela s'ajoute ses amis, Thémis et Stéphane, qui sont bien plus parisiens visiblement.

Comme son nom l'indique, « Fucktopia » est une dystopie. Mali n'y trouve pas ce qu'elle cherche et prend des risques. Elle doit passer à l'âge adulte. Hélas, le livre manque un peu d'enjeux. Les intrigues se multiplient sans forcément d'intérêt ou sans être refermées réellement (notamment toutes les histoires avec Thémis et Stéphane n'ont que peu d'intérêt). La lecture avance et à la fermeture de l'ouvrage, on se demande finalement quel est le sens de cette histoire. Beaucoup de discussions des personnages entre eux, quelques situations avec un peu de suspense, mais on se demande où veut en venir l'auteur.

« Hello Fucktopia » narre la jeunesse de Souillon puisque cela se passe pendant les années 90. On regrettera quand même que ce soit si peu ancré dans l'époque. Passés deux/trois détails, on a l'impression d'être en 2014. Mali est clairement encore très adolescente et a du mal à passer à l'âge adulte. Mais certaines révélations manquent clairement de puissance émotionnelle pour un adulte. du coup, je me suis demandé si je faisais partie du public visé. Malgré tout, la lecture avance bien et certaines scènes sont réussies. J'ai accroché à l'humour de l'ensemble qui pointe son nez par moment, mais la partie réflexion sur la vie m'a paru un peu légère et simpliste. Dommage.

Concernant le dessin, je n'ai pas été déçu. L'ensemble est influencé par le manga, mais présente une bonne synthèse avec des influences plus franco-belge. Les décors sont riches, les personnages bien identifiés et fort graphiquement. Et il y a de vraies qualités dans le découpage des planches, dynamique et varié. Les couleurs enrichissent les ambiances et le trait sans problème. C'est une belle bande-dessinée que l'on a dans les mains, avec un dessinateur des plus doués.

J'ai pris du plaisir à lire cette bande-dessinée, mais les défauts de l'ensemble me sont apparus ensuite. En insistant sur l'importance qu'avait ce projet pour lui, Souillon a aussi perturbé ma lecture. Car « Hello Fucktopia » ne propose pas un scénario très original. Basé avant tout sur des personnages, il nous manque un peu d'empathie pour eux pour pleinement adhérer.

Lien : http://blogbrother.fr/hello-..
Commenter  J’apprécie          60
Suite à ma lecture du premier tome de Maliki j'ai appris que l'auteur avait réalisé un one shot bien éloigné du style qu'on lui connait, plus sombre. J'étais donc curieuse de découvrir ce livre plus mature, plus adulte et donc peut-être encore plus profond. ‘Hello Fucktopia' a comblé mes attentes et je l'ai dévoré en moins d'une heure.

Mali est une jeune femme qui ressent un profond mal-être. Cela se ressent dans ses actions, même si en apparence elle reste souriante. Elle boit, elle fume, elle se drogue, elle expérimente des choses, et ça l'entraîne dans une souffrance intense qui n'arrange définitivement pas son état psychologique. C'est un personnage dans lequel je me suis parfaitement retrouvée (le moi du passé en tout cas), j'ai eu parfois le sentiment de voir une partie de ma vie défiler devant moi et ça a donc été une lecture intense. Je suis heureuse que Souillon ait réussi à rendre ce personnage féminin aussi réaliste.

Sans surprise, j'ai adoré le graphisme du livre. J'ai aimé les dessins, évidemment, mais également le design global de l'album. Je l'ai franchement trouvé magnifique. C'est le genre d'ouvrage que je manipule avec délicatesse tant je le trouve beau et ne veux pas l'abîmer…

Puisqu'il est impossible d'y échapper, passons maintenant à la comparaison entre les deux univers créés par l'auteur : ‘Maliki' et ‘Hello Fucktopia'. Les points similaires sont bien sûr les dessins – si on fait abstraction des couleurs – et également le côté réaliste puisqu'autobiographique (il me semble, au moins partiellement) des deux oeuvres. Contrairement à ‘Maliki', la palette de couleurs utilisée dans ‘Hello Fucktopia' est plus sombre et va avec les thèmes abordés au fil des pages. Aussi, alors que le premier est une série d'albums déstructurés dans leur composition, le second est un one shot dont les planches se suivent et se rattachent pour ne former qu'une seule histoire. Il y a donc de très grosses différences entre les deux. C'était un pari risqué de la part de Souillon car le style est totalement différent de ce qu'il avait présenté jusqu'ici. Il est possible que certains n'apprécient pas le changement et je pourrais le comprendre, mais personnellement j'ai beaucoup aimé et je ne dirais pas non à un second one shot dans la même veine.

Parmi les nombreux points positifs, je dois aussi mentionner la petite pointe d'humour qui reste présente, bien que de manière légère. Je me revois encore rire quand Mali dit « Putain mais suicidez-vous les gars… » mais ça c'est personnel. C'est juste que j'ai souvent utilisé cette expression et j'ai aimé la retrouver ici.

Quoi qu'il en soit, c'est une bande dessinée profonde qui exprime la souffrance d'une jeune femme et les conséquences de sa peine. C'est une réalité mise sur papier et exprimée artistiquement, et c'est ce que j'ai aimé. Souillon a réussi brillamment à aborder tous ces sujets tellement importants (la maladie, l'amour, l'amitié, la sexualité, les études, les drogues…) et à offrir une conclusion qui donne de l'espoir sans perdre en crédibilité. (Oui, parce qu'on ne vit pas au pays des bisounours quand même.) J'ai vraiment adoré la fin, j'en aurai presque pleuré.
Je sais qu'un épilogue de dix pages, ‘Goodbye Fucktopia', existe aussi et se trouve dans l'édition Painted Black. Je ne l'ai pas encore lu parce que j'ai pris l'édition classique mais je ne manquerai pas d'acheter la seconde prochainement. Ce sera l'occasion de relire la bande dessinée, en noir et blanc.

En conclusion, le style très différent pourrait rebuter certains fans qui ont aimé ‘Maliki', d'autant qu'on est ici dans une lecture pour public averti, mais j'ai personnellement adoré le thème choisi et le travail réalisé par l'auteur. Souillon nous offre un album sublime et intense qui présente une femme en laquelle beaucoup pourront se retrouver. Et à toutes ces femmes (et hommes finalement), il offre de l'espoir avec une fin qui montre qu'un changement est possible, il faut juste le vouloir. Un très bon album que je recommande vivement !
Lien : http://plumebleuee.com/2016/..
Commenter  J’apprécie          10
Dans la préface, l'auteur Souillon nous indique qu'il a passé des années à concocter cette histoire et que cela n'a pas été sans peine pour lui. Je m'attendais au chef d'oeuvre. J'ai droit à un nanar. Voilà ce qui se passe quand il y a de l'esbroufe.

Nous suivons trois jeunes qui sortent dans les bars miteux, qui se droguent, qui couchent à droite et à gauche et notamment avec des professeurs de faculté, du vomissement et d'une jeunesse dorée parisienne qui ne sait plus quoi faire pour exister. Certes, on sera assez loin du vrai conte de fée promis dans le titre.

Pour autant, j'ai bien apprécié le graphisme qui fait assez manga avec cette débauche de couleurs très attirantes mais au final si superficielles.

Le thème est celui de la jeunesse rebelle qui a été maintes fois exploité. Il n'y aura rien d'extraordinaire dans le récit que ces petits riens qui ne font rien. Un album d'ambiance finalement et qui est assez underground. Il faut aimer ce genre. Moi, je ne vais pas me forcer pour faire plaisir. C'est non.
Commenter  J’apprécie          60
Tout d'abord merci aux masses critiques, Babelio et Ankama pour cette superbe BD.
J'ai toujours été attiré par Maliki sans jamais avoir l'occasion de les lire, donc quel merveilleuse occasion que les masses critiques pour decouvrir cet auteur de BD d'un genre... différent.

Donc nous voilà dans la vie d'une ado pommer, qui alterne entre connerie, et grosse conneries tout en en voulant à la terre entière, et surtout à ses parents en faite...

Une ambiance particulière, un mélange glauque punk, et d'amour à l'état pur. Ce mélange de sentiment relate parfaitement la vie d'une ado pommer, ou d'un ado au final tout le monde se retrouve un peu dans chacun des personnages, entre celle qui auto-détruis , celle qui cherche de l'amour partout ou il peut y en avoir, et celui qui suit sans trop savoir quoi, au final une partie de nous a une époque différente de notre vie....

Des dessins magnifique, en partie réaliste en partie japonisant qui rendre le drame parfois touchant parfois irréel donnant toute la magie à la BD.

On peut peut-être reprocher la fin, je pense que cette BD aurait mériter une vingtaine de page de plus, voire un tomme deux, parce que bon il faut le dire on reste sur notre faim en la fermant....

Souillon a réussi une magnifique BD en parti auto-biographique en partie magique en parti dramatique, enfin que du bonheur quoi... voilà qui m'a donné envie de lire Maliki et ses autres oeuvres...
Commenter  J’apprécie          30
Critique de "Hello Fucktopia" de David Souillon. Je ne sais pas par quoi commencer pour vous présenter ce monument. Même la préface est splendide. C'est l'histoire d'une fille cool, rebelle et belle, un brin manipulatrice (quand elle se fait payer des verres...). Très très alcoolisée et sexuée (tout ce qu'adore un-e ado... Et encore aujourd'hui). On aborde beaucoup de notions, certaines très rapidement, comme le prêtre dans le métro. La drogue (champignons hallucinogènes), les études et leur vanité, l'indépendance, l'homosexualité, l'amour, l'amitié. de plus, les dessins sont sublimes. La fin du livre nous fait un clin d'oeil au début, c'est peut-être pour ça que je le lis en boucle. Je précise que "Fucktopia" vient de la contraction de "Fuck Up" (foutu) et "Utopia" (Utopie). Si je ne peux vous conseiller qu'un seul livre dans ma vie, franchement, ce serait celui-là;) Un livre, cash, pur, qui ne ment pas.5/5.
Lien : https://www.instagram.com/ha..
Commenter  J’apprécie          91


critiques presse (4)
Sceneario
11 janvier 2016
Une réalisation que les amateurs de dessins et autres graphistes en herbe apprécieront fortement puisqu’ils pourront observer le travail de Souillon d’une autre manière. [...] Sympa ! Et... collector, évidemment !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BulledEncre
29 décembre 2014
Dès la couverture de l’ouvrage, Souillon expose cette opposition entre la raison et cette viscérale pulsion qui pousse à tester ses propres limites. Contenue dans un simple volume, Hello Fucktopia réussit sa mission et fait réfléchir. Un bel essai davantage personnel pour monsieur Souillon.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BoDoi
18 décembre 2014
il a beau être joliment sincère et crédible, cet album se limite à décrire les états d’âme d’une jeune adulte qui se cherche et finit par faire la paix avec elle-même, sans aller bien au-delà. Peut-être ruminé trop longtemps, ce projet semble dès lors manquer d’un poil de fraîcheur et d’un petit quelque chose de magique.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest
12 décembre 2014
Inutile de chercher absolument un fil conducteur à l’histoire de Mali : les événements s’enchaînent d'une façon qui n’est pas nécessairement rationnelle. Le plaisir vient essentiellement de suivre les saynètes, comme autant d’errements d’une jeune fille désenchantée cherchant dans ses débauches une échappatoire.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Mali : _Mais non, pi c'est normal d'être un peu nulle quand on est amoureuse. Regarde moi, je suis nulle même quand je le suis pas !
Themis : _T'es pas nulle, toi, tu vas de l'avant, tu es forte... T'essaie des trucs, tu restes pas figée comme une idiote dans un cocon, même si tu prend des coups.
Mali : _Je sais pas... J'ai plutôt l'impression de faire n'importe quoi, de plus avoir aucune valeur. C'est comme si je me regardais agir sans comprendre où je veux en venir...
Themis : _Comme avec Stephane....
Mali : _Oui par exemple. Je sais que je lui ai fais du mal l'autre soir. J'ai déconné...
Themis : _On deconne tous, mais on est tellement seuls aussi... On passe notre temps à sortir, à voir des gens... Mais en réalité on est seuls, ces gens ne sont pas vraiment là pour nous. Mais toi, tu es réelle ! (huge kiss)
Commenter  J’apprécie          20
Quand vous dîtes "vacuité", ne serait-il pas plus judicieux d'utiliser le terme de "non-transmetteur" dans le sens où l'artiste refuse d'être médiateur d'une pensée universelle globale au profit d'une vision égoïstement personnelle d'une réalité éclairée de sa propre expérience ?
Commenter  J’apprécie          21
- Vous inquiétez pas, j'suis une grande fille qui sait se défendre ! Je vous rappelle que j'ai survécu à la province avant d'arriver ici !
- Parce que tu trouves ça plus facile de survivre à la capitale toi ?
Commenter  J’apprécie          20
"Le cynisme, l'humour noir, tout ça c'est pas de l'intelligence ! C'est juste une façon de fuir ce que t'as même pas le courage d'affronter !!!"
Commenter  J’apprécie          30
L'oeil du cyclone... Une zone de calme, encerclée par des murs d'orage déchaînés... Rester dans l'oeil du cyclone, c'est être protégée. Les gens malins restent dans l'oeil. En sortir signifierait prendre le risque de finir en lambeaux, de se faire déchirer sur les rochers... Prendre le risque de se faire briser...
[...] Et de devoir recoller les morceaux éparpillés...
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Souillon (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Souillon
Bande annonce du roman Maliki tome 2 : L'esprit empoisonné
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (110) Voir plus



Quiz Voir plus

Maliki tome 1

Quel âge a Maliki ?

15
13
17
19

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Maliki, tome 1 : Maliki broie la vie en rose de SouillonCréer un quiz sur ce livre

{* *}