AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Luc Rigoureau (Traducteur)
EAN : 9782081620087
270 pages
Flammarion (08/10/2003)
3.39/5   41 notes
Résumé :
Stargirl a non seulement un prénom bizarre, mais elle ne fait rien comme les autres. Au lycée, ses fantaisies ne passent pas inaperçues. Très vite, les avis sont extrêmes : soit on l'aime, soit on la déteste. Léo, lui, aimerait bien la comprendre......
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,39

sur 41 notes
5
1 avis
4
1 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
1 avis

cats26
  25 juin 2017
Stargirl est la nouvelle élève arrivée dans le lycée du narrateur, Léo : elle est radicalement différente des autres élèves dans sa façon de s'habiller, de se comporter, d'être : ses tenues sortent tout droit des films dont sa mère est la costumière; elle porte constamment son rat domestique perché sur l'épaule: elle joue de l'ukulélé pour souhaiter l'anniversaire de chacun des élèves de l'établissement; elle soutient toutes les équipes lors des matchs de basket (même l'équipe adverse). Elle laisse des bonbons sur les tables de chaque élève pour Halloween. Elle rend en secret des services à tous les habitants de la ville.
Son comportement généreux, désintéressé, anti-conformiste dérange et agace. Léo se sent irrésistiblement attiré mais il n'est pas facile d'être celui qui s'affiche à côté de cette fille pas du tout comme toutes les autres.
Ce roman est un manifeste pour la différence, même lorsqu'elle radicale et gênante. Stargirl est un OVNI, une étoile filante dans cette communauté adolescente, à un âge où le conformisme règne, où le regard des pairs et leur approbation est primordiale.
Léo est pris entre deux tentations : celle d'appartenir à cette communauté lycéenne et celle de céder à la fascination de cet être solaire et vivant, si sûre d'elle et de ses convictions.
Même pour moi, grande lectrice de romans de littérature jeunesse, le personnage éponyme est surprenant. Son traitement par les autres lycéens, le développement de l'intrigue l'est moins.
La cruauté du microcosme lycéen est dépeint avec acuité et réalisme, même si Stargirl semble tout droit sorti d'un roman pour la jeunesse, ou de la Légende Dorée de Jacques Voragine, car en d'autres temps, elle aurait été de l'étoffe dont on fait les saintes ou les sorcières.
A partir de 12-13 ans
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
vallery73
  06 mars 2010
Vous aimeriez une lecture légère mais qui contient une belle leçon, en voilà une. Star girl arrive dans cette école avec toute son innocence, sa joie et son amour. Mais elle est tellement différente aux yeux de tout le monde. Pourtant tous ces jeunes encrés dans leur routine, a écouter la même chose, aimé la même truc vont bientôt se réveillés, mais au lieu de remercier la principal personne à avoir changé tout ça ils vont la critiquer. Ce livre fait réfléchir et peut-être qu'il devrait être lu par tous les jeunes... Pour l'adulte il nous fera réfléchir, avons nous jugés nous aussi ou peut-être avons-nous été jugé? Les années ont beaux avancées, mais ce livre restera toujours d'actualité. Une lecture simple et légère mais qui mérite sa place.
Commenter  J’apprécie          50
zazimuth
  29 mai 2017
Gros coup de coeur pour ce roman pour ados emprunté à la médiathèque !
Le héros et narrateur, Léo, est un lycéen américain. A la rentrée de l'année de seconde, tout le monde ne parle que de la nouvelle élève de seconde qui se fait appeler Stargirl et ne risque pas de passer inaperçue. Sa fantaisie, sa douce folie et sa gentillesse spontanée attirent la sympathie de certains... mais un sentiment de haine et de rejet de la part d'autres élèves que cette originalité marginale écoeure et qu'ils attribuent à une volonté égocentrique de se faire remarquer.
Léo est intrigué mais plus il apprend à la connaître et plus ses sentiments tirent vers l'amour.
Le personnage éponyme est incroyable et j'en ai trouvé la fin d'autant plus triste...
Peut-on vivre sans être blessé par les autres lorsqu'on est différent ? S'intégrer à la société en imitant les autres "normaux" apporte-t-il le bonheur ?
A lire de toute urgence !!!

Lien : http://toutzazimuth.eklablog..
Commenter  J’apprécie          40
Galleane
  16 août 2016
L'histoire est assez simple ce qui ne l'empêche pas d'être parfois forte en émotions et de m'avoir fait passer un bon moment. Les bizarreries de Stargirl sont étranges et compliquées à accepter, même pour le lecteur. Sa vision des gens, de la vie est tellement particulière que même si j'ai eu parfois du mal avec ses différents comportements, elle campe un personnage frais et elle est, par bien des côtés, attachante. Sa différence en fait quelqu'un d'extrêmement intéressant à découvrir dans un roman. Personnellement j'aime suivre ce genre de personnage de temps à autres dans mes lectures. La fin n'est pas ce que j'ai préféré, pas vraiment ouverte, mais en l'état je ne peux pas dire qu'elle me convienne, elle me laisse un petit arrière-goût sur la langue. Elle m'a rappelé celle d'Eleanor and Park. Les manques ressentis, comme rester éloigné de Stargirl n'ayant pas son point de vue, et cette fin devraient trouver une amélioration avec la suite qui se déroule quelque temps plus tard et qui aborde le point de vue de la jeune fille. À voir donc, mais en l'état ce roman constitue une bonne lecture.
Lien : http://bloggalleane.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nowornever
  13 juin 2013
J'ai bien aimé ce livre. Stargirl est une fille singulière et mystérieuse.
Malheureusement, la suite ne m'a pas du tout plu ! "Signé Stargirl" ne m'a pas du tout accroché, et j'ai seulement lu le début, sans en garder de réel souvenir.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
vivre-cette-vievivre-cette-vie   30 mars 2013
"Mon chariot du bonheur est presque vide, Léo. Plus que cinq cailloux. Question bonheur, je fonctionne seulement à vingt-cinq pour cent de mes capacités. Tu te rappelles la première fois que je t'ai montré mon chariot ? Combien de galets contenait-il, alors ? Dix-sept ! Ensuite, j'en ai rajouté un, tu te souviens ? Je ne te l'ai jamais avoué mais, avant de me coucher ce soir-là, après que nous avons échangé notre premier baiser, sur le trottoir devant chez moi, j'ai mis les deux dernières pierres. Vingt en tout. Le nirvana. Comme jamais auparavant. Le chariot est resté plein jusqu'à ce je peigne ce drap et que je l'accroche sur le panneau d'affichage du lycée pour que tout le monde le voie...

STARGIRL
AIME
LÉO

Est-ce ma faute, Léo ? Ai-je exagéré ? T'ai-ce à ce point effrayé ? J'ai l'impression que, depuis, je n'ai cessé de retirer des gallets de mon chariot. Maintenant, j'en suis réduite à cinq, je me sens mal, et j'ignore comment aller mieux."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
zazimuthzazimuth   29 mai 2017
Plus tard, je lui ai expliqué comment fonctionnaient les gens. On ne pouvait encourager tout un chacun. Pourquoi ? Parce qu'on appartenait à un groupe, qu'il était impossible d'appartenir à tous les groupes. Pourquoi ? (...)
L'appartenance au groupe était quelque chose de très fort. De primitif. On la retrouvait à tous les niveaux, dans les plus petites communautés - la famille - comme dans les plus grandes - le lycée, la ville. Et jusqu'aux plus vastes échelles - les pays. Les planètes aussi ? N'importe. Ce qu'il fallait retenir, c'est que, dans un groupe, tout le monde se comportait grosso modo de la même façon. C'était la condition sine qua non de la cohésion. Tout le monde ? Presque. Voilà pourquoi on avait inventé les prisons et les hôpitaux psychiatriques. Pour assurer la cohésion des groupes. (p.195-196)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
zazimuthzazimuth   29 mai 2017
Un espace-temps. Pour la plupart, il s'agit du matin. Des premières secondes où nous nous éveillons, mais où nous ne sommes pas encore complètement lucides. Durant ces brefs instants, nous sommes plus primitifs que la normale. Nous venons de dormir du sommeil de nos plus anciens ancêtres, et quelque chose d'eux et de leur monde s'accroche encore à nous. Ces quelques secondes, nous ne sommes pas encore formés, pas civilisés. Nous ne sommes pas ceux dont nous avons l'habitude, mais des être plus proches d'un arbre que d'un clavier d'ordinateur. Nous n'avons ni titre ni nom, nous sommes à l'état de nature, suspendus entre "l'avoir été" et "l'être", des têtards pas encore grenouilles, des chenilles pas encore papillons. Nous sommes, brièvement, tout et n'importe quoi. Et puis... (p.150)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zazimuthzazimuth   29 mai 2017
Etre au cœur de tout ça était merveilleux. Telles les grenouilles du Sonora, nous avons été réveillés par un déluge de petites attentions. Les paroles de sympathie et les gestes anodins que nous avions crus disparus à jamais ont ressuscité. Pendant des années, les étrangers à notre communauté avaient rasé les murs ; désormais, nous les regardions, leur adressions des signes de tête et des sourires. L'un de nous obtenait une bonne note ? Tout le monde s'en réjouissait. Un autre se foulait la cheville ? Les autres souffraient avec lui. Nous connaissions maintenant la couleur des yeux de chacun.
Ce que Stargirl menait là, c'était une révolution. Une révolution POUR plutôt que contre. Pour nous-mêmes. Pour les grenouilles assoupies que nous avions si longtemps été. (p.64)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LetterBeeLetterBee   24 septembre 2013
Ces premières semaines de septembre, elle débarqua chaque matin habillée de manière proprement scandaleuse : garçonne des années folles, squaw en peau de daim, japonaise en kimono. Un jour, elle osa même une minijupe en jean et des collants verts avec, le long d'une jambe, une ribambelle de coccinelles et de papillons en émail. Sa "normalité" à elle, c'étaient des robes ou des jupes longues, genre XIXe ! [...] C'était son rat domestique. Il l'accompagnait tous les jours au lycée. Un matin, une averse aussi violente que rare s'abatit sur la ville, pendant le cours de gym. Le prof fit rentrer tout le monde. A l'interclasse, on s'aperçut que Stargirl était rester dehors, à danser sous la pluie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : harcèlement scolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1291 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre