AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alexis Fouillet (Traducteur)
ISBN : 2070309827
Éditeur : Gallimard (18/01/2007)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 73 notes)
Résumé :
Abandonné par la femme qu'il aime, Veum se met à fréquenter les bars. Il y fait des rencontres, bien sûr. Pas forcément galantes. Un policier à la retraite se confie à lui, et s'épanche sur d'anciennes affaires. L'une d'entre elles l'a particulièrement marqué, car il est persuadé que le véritable coupable court toujours : l'incendie d'une usine de peinture au début des années 50, qui avait fait de nombreuses victimes.

Veum s'ennuie, alors il y repense... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
mesrives
  23 juillet 2015
J'ai découvert avec plaisir lepersonnage de Varg Veum, privé qui en est déjà a sa cinquième affaire dans ce roman policier.
Beaucoup d'humour, un langage imagé, un style qui n'est pas pour me déplaire.
Encore une fois, la face sombre de l'histoire d'un pays scandinave est évoquée comme c'est le cas dans d'autres polars nordiques.
En effet plus qu'une allusion, l'accent est mis sur la présence d'une extrême droite aux idéaux nazis de nos jours ainsi que sa participation active durant la période de la collaboration.
Le personnage de Mort aux Rats en est le symbole: criminel et délateur pendant la seconde guerre mondiale, est-il aussi le responsable et l'émissaire du mallheur qui entraîne dans la mort de nombreuses victimes actuelles?
Varg Veum devra répondre...
Staalasen, nous promène aussi dans sa ville natale, Bergen, nous la présentant au gré des saisons., sans oublier de faire le portrait de ses habitants (anciens dockers par exemple) ,surtout des plus démunis, des laissés pour compte: clochards, pochards, prostitués et narcomanes.
Je pense déjà à un autre rendez-vous avec Varg Veum
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Colchik
  27 octobre 2019
Après le très indigeste Anges déchus, voici Varg Veum au mieux de sa forme.
Dans le café qu'il fréquente lorsque ses activités tournent au ralenti, notre détective fait la connaissance d'un policier à la retraite, Hjalmar Nymark. Les deux hommes sympathisent et Nymark confie à Veum les détails d'une vieille enquête qui continue à le hanter : l'incendie accidentel d'une fabrique de peinture qui a fait de nombreux morts dans les années cinquante. Nymark avoue ne pas croire à la thèse de l'accident car le témoin essentiel de la catastrophe, et l'un des rares survivants, est un homme qu'il a suspecté de crimes durant la deuxième guerre mondiale. Mais Harald Ullven, surnommé Mort aux rats quand il agissait pour la Gestapo, est sorti blanchi de l'affaire, son implication dans l'incendie n'ayant jamais pu être prouvée. Vingt ans plus tard, le cadavre d'un homme battu à mort et défiguré est retrouvé sur les docks et il est identifié par sa compagne comme étant Harald Ullven. Ce triste personnage a donc croisé trois fois le parcours de Nymark sans que ce dernier ait jamais pu établir sa culpabilité ou son identité criminelle.
Peu de temps après ses confidences, l'ex-policier est renversé par une voiture et, quelques mois plus tard, il meurt d'une crise cardiaque après sa sortie de l'hôpital. Pour Veum, le moment est venu de rechercher la vérité autour de ces trois affaires.
Gunnar Staalesen installe comme personne une atmosphère empreinte de nostalgie et de désabusement autour de son personnage de détective solitaire. Veum n'a pas d'amis, pas de compagne, un fils qu'il voit peu grandir et beaucoup de souvenirs aigres-doux. Les services de police le méprisent et les clients sont rares pour l'ancien travailleur social de la Protection de l'enfance. Mais il est tenace et si, sous ses dehors revêches, il fait preuve de compassion et d'humanité pour les laissés-pour-compte de l'État-providence norvégien, il est aussi capable d'acharnement contre les profiteurs.
L'intrigue est tarabiscotée à souhait, les puissants échappent souvent à la main de la justice, l'argent et le pouvoir corrompent même les meilleurs, mais les déambulations de Varg Veum dans les quartiers huppés de Bergen ou chez les clochards sont décrites avec une plume trempée dans l'acide. le dénouement est à la fois un peu attendu et tiré par les cheveux, mais avec la dose de noirceur qui sied à un détective qui reçoit plus de coups qu'il n'en donne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Herve-Lionel
  30 mars 2014
N°580– Juin 2012.
LA NUIT TOUS LES LOUPS SONT GRIS – Gunnar Staalesen - Gaïa
Traduit du norvégien par Alexis Fouillet.
Il est un peu conventionnel ce Varg Veum, détective privé de son état, avec son manteau épais et son chapeau de pluie. Il est vrai que nous sommes à Bergen, en Norvège. Comme il se doit, il a été abandonné par la femme qu'il aime et noie son chagrin dans les bars. Les débits de boissons sont des endroits d'exception où on fait des rencontres, mais elles sont plutôt masculines. N'allez pas vous méprendre, Veum reste un professionnel d'autant plus qu'il rencontre Hjalmar Nymark, un policier à la retraite mais aussi un ancien Résistant. Et quand deux détectives se rencontrent, qu'est ce qu'ils se racontent … (air connu) Justement, à force de sympathiser, l'ancien policier évoque pour son interlocuteur une vieille affaire dont il garde une mémoire encore vive, d'autant qu'il est persuadé que le coupable n'a jamais été inquiété. Il s'agirait de l'incendie d'une usine de peinture dans les années 50 qui avait fait plusieurs morts. Il pense avoir retrouvé la trace d'un homme, Harald Ullven surnommé « Mort aux rats », ancien collaborateur des nazis pendant la guerre et qui était employé et qui serait responsable de ce sinistre pourtant considéré comme un accident et classé sans suite. Cet homme a une particularité physique : il boite. de plus, il y a la disparition bizarre d'un autre homme, « Johan le Docker », celle d'un ouvrier un peu trop curieux et la présence d'un ancien président du conseil municipal de Bergen...
Veum, qui s'ennuie un peu reprend mollement cette affaire et veut bien admettre qu'elle n'a pas été complètement élucidée puisque cet ancien policier le prétend, mais quand ce dernier est renversé par une voiture cela prend des proportions inquiétantes. Certes Nymark survit mais trouve mystérieusement la mort à sa sortie de l'hôpital, avec, en prime l'ombre de Ullven. C'est donc au tour de notre détective de s'occuper sérieusement de cette affaire, ce que, bien entendu, il fait. Même si c'est trente ans après, Veum refait l'enquête, contacte les rares survivants de cet incendie. Après les bars qu'il affectionne, c'est dans le milieu des SDF qu'il va devoir exercer ses talents puisque un survivant de l'incendie est maintenant dans la rue. Décidément, ce Veum a tous les attributs d'un privé avec en plus la nuit « où tous les loups sont gris ».
C'est non seulement un roman policier avec morts mystérieuses, enquêtes qui soulèvent plus de doutes qu'elles ne résolvent de questions, rebondissements, fausses-pistes mais c'est aussi une évocation de cette période troublée de l'histoire de la Norvège où, comme ailleurs, une partie du pays s'est soulevé contre l'occupant et l'autre a choisi la collaboration. Il met en lumière la collusion entre le nazi Ullven et et le démocrate Fanebust qui avait été aussi un héros de la Résistance.
C'est aussi la critique du milieu économique qui prospère dans le mensonge et le crime tandis que les plus faibles sont appauvris. S'il lui est possible d'accéder aux plus démunis, il lui est en revanche impossible de rencontrer notamment le patron l'usine qui a brûlé et qui aurait pu éclairer son enquête. C'est la manière de l'auteur de dénoncer les disparités qui règnent dans son pays.
J'avoue que je ne connaissais pas cet écrivain rencontré par hasard sur les rayonnages de la bibliothèque où j'ai mes habitudes. Son personnage fétiche, même s'il date un peu et s'il a des côtés bien conventionnels me plaît bien. Ce n'est pas tant qu'il est en conflit avec les femmes et qu'il a un faible pour l'alcool et les bars, mais le regard qu'il pose sur la société qui l'entoure et le cynisme dont il fait preuve ne me laissent pas indifférent. C'est une histoire un peu compliquée avec des gens qui ne veulent pas parler, d'autres qui ont changé de nom, d'autres encore qui se sont vengés en temps de paix d'une guerre qui ne leur avait pas permis de faire justice.
Il y a aussi ces réparties qui se sont gravées dans ma mémoire [-ça, ça venait du fond du coeur – ça vient tout droit de mon cul, renchérit-elle en tordant la bouche. - C'est ce que je voulais dire, certains l'ont à cet endroit.]

C'est une occasion aussi de voir ce pays sous un autre jour que l'actualité immédiate nous l'a présenté, avec notamment les meurtres perpétrés par Anders Behring Breivik.
Au bout du compte, je ne me suis pas ennuyé, et c'est cela l'essentiel.
©Hervé GAUTIER – Juin 2012.http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
manue14
  10 juillet 2015
J'ai pris du plaisir à suivre les aventures et l'enquête de ce détective privé.
Il reprend une affaire vieille de plusieurs années après qu'un ancien policier lui en ait parlé quelques jours seulement avant de mourir.
Il va donc essayer de comprendre ce qui s'est passé sur certains lieux des crimes seulement en interrogeant les personnes qui étaient sur les lieux à l'époque.
Les protagonistes sont humains, attachants et pourraient être des personnes que l'on côtoie. Il leur manque juste une personnalité plus marquante. Je les ai sentis parfois un peu sans vraiment de but ou n'attendant plus rien de la vie… C'est un peu dommage.
Les descriptions sont bien faites dans l'ensemble. Mais j'aurais tout de même bien aimé que Gunnar Staalesen décrive un peu plus certains personnages. Il aurait pu aussi nous raconter plus en détails certains évènements qui sont arrivés au détective privé.
Ce qui m'a un peu perturbée, mais je pense que c'est personnel, ce sont les noms des personnages mais aussi des rues et des lieux. Ce sont des noms norvégiens et si, comme moi vous n'êtes pas habitué je pense qu'ils peuvent vous déstabiliser et que vous allez avoir du mal à les retenir… Ca a d'ailleurs été mon cas.
J'avais déjà lu un roman norvégien et j'avais eu une mauvaise expérience, mais là finalement seuls les noms étrangers m'ont dérangée.
Ce qui est un peu décevant aussi c'est que l'on ne voit pas la partie enquête du point de vue des policiers. Pour celui du détective privé il y a un peu plus de détails mais j'aurais parfois apprécié un peu plus de précisions.
Les idées s'enchaînent bien et les retournements de situations sont peu nombreux mais ne sont là que lorsque c'est nécessaire, à petite dose.
J'ai beaucoup aimé le retournement de situation à la fin du roman, on ne s'en doute pas et l'auteur arrive à surprendre le lecteur jusque dans les dernières pages.
La fin est un peu comme je les aime donc c'est une lecture pour laquelle j'ai pris du plaisir du début à la fin.
En résumé un bon roman avec un enquêteur détective privé qui change des autres polars.

Lien : http://fais-moi-peur.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Florence94
  15 août 2012
Une nouvelle enquête du héros récurrent et désabusé de Staalesen, Varg Veum. Au moment d'une grave crise existentielle qu'il noie dans la bière de son bistrot préféré Varg Veum fait la connaissance d'un policier retraité. Ce dernier lui parle d'une ancienne affaire des années 50 qu'il n'a pas pu résoudre et qui le hante encore. Peu de temps plus tard il meurt dans d'étranges conditions. Veum qui n'a rien de mieux à faire décide de reprendre l'enquête à son propre compte. Il découvre que cette affaire a en fait débutée lors de la seconde guerre mondiale et n'a toujours pas trouvé sa conclusion à l'heure où Varg Veum commence son enquête.Le héros de Staalesen se balade dans toutes les couches sociales. Il se rend compte qu'il est plus à l'aise avec les SDF qu'avec les hommes d'affaires des quartiers chics ce qui le déprime un peu. On a tout de suite de la sympathie pour ce privé un peu perdu mais d'une efficacité remarquable.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
manue14manue14   10 juillet 2015
« Ecoutez voir, Veum. Le nom de Påfugl, ça vous dit quelque chose ? »
Je secouai lentement la tête.
« Påfugl Maling A/S. L’usine était dans Fjøsangerveien. Il y a eu une vilaine explosion en 1953. Toute l’usine a brûlé, et pas mal de gens ont été tués.
- Un accident ?
- C’est ce que l’on a dit. J’étais sur l’enquête. Une affaire difficile. »
Commenter  J’apprécie          110
mesrivesmesrives   23 juillet 2015
L'amour perturbe et émerveille. A intervalles plus ou moins réguliers, on le rencontre, on le côtoie, on le laisse approcher avant qu'il ne prenne le large. Et c'est l'amour qui mène la danse: on ne fait que suivre inconsidérément en obéissant au moindre signal. Une femme arrive dans votre vie, y passe quelques années comme un être de lumière dans une pièce obscure; et puis sans crier gare, la voilà sortie de la pièce, par-delà une porte fermée derrière laquelle vous restez seul, dans le noir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
mesrivesmesrives   23 juillet 2015
Il cracha presque ce mot.
"Gestapo. Tu connais un mot plus affreux? Sifflant comme...comme le serpent qu"ils étaient, le protozoaire noir de Satan...Ils ne ressemblaient même pas aux Allemands classiques, ils étaient petits et rabougris, comme des petits démons. Même aujourd'hui, la peur me prend quand je repense à eux. On ne dormait pas tranquilles une seule heure, Veum... et le moment où on dormait le plus mal, c'était au point du jour. Parce que c'était à ce moment-là qu'ils venaient à l'aube. L'heure du loup, tu sais quand c'est?"
J'acquiiescai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mesrivesmesrives   23 juillet 2015
ses mains étaient grandes, et elles se refermèrent sur l'argent comme des serres de buse sur un campagnol.
Commenter  J’apprécie          70
Herve-LionelHerve-Lionel   30 mars 2014
ça, ça venait du fond du cœur – ça vient tout droit de mon cul, renchérit-elle en tordant la bouche. - C'est ce que je voulais dire, certains l'ont à cet endroit.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Gunnar Staalesen (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gunnar Staalesen
Gunnar Staalesen - Varg Veum Volume 13 : Coeurs glacés .A l'occasion du "Festival Polar en cabanes" qui s'est déroulé du 26 au 27 septembre 2015, rencontre avec Gunnar Staalesen autour de son ouvrage "Varg Veum Volume 13 : Coeurs glacés" aux éditions Gaïa. Traduit du norvégien par Alex Fouillet. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/staalesen-gunnar-coeurs-glaces-9782847206289.html Notes de Musique : © Mollat www.mollat.com Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mo... Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/Librairi... Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Libra... Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemo... Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : norvègeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "La nuit, tous les loups sont gris" de Gunnar Staalesen.

Quel est la manie de Hjalmar Nymark ?

il tape du poing sur la table
il donne un coup de pied dans la table
il donne un coup de journal sur la table

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : La nuit, tous les loups sont gris : Une enquête de Varg Veum, le privé norvégien de Gunnar StaalesenCréer un quiz sur ce livre